Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Julie Gouraud, Les deux enfants de Saint-Domingue, suivi de Michel Möring, L’esclave de Saint-Domingue

Michel Manson
Référence(s) :

Julie Gouraud, Les deux enfants de Saint-Domingue, suivi de Michel Möring, L’esclave de Saint-Domingue, Présentation de Roger Little

Paris, L’Harmattan, collection Autrement Mêmes, 2012, XXXII-200 p.

Texte intégral

  • 1 David Aliano, « Revisiting Saint-Domingue : Toussaint L’Ouverture and the Haitian Revolution in the (...)
  • 2 Philippe Zacair, « Représentations d’Haïti dans la Presse française du XIXe siècle », dans French C (...)

1On ne peut que se féliciter qu’à la suite de mon article paru dans Strenæ, 3 (2012), « Julie Gouraud et Saint-Domingue : du roman familial au roman pour enfants », Roger Little ait décidé de rééditer dans la collection qu’il dirige le livre de Julie Gouraud et la nouvelle de Michel Möring que j’avais comparée au roman. Professeur émérite au Trinity College de Dublin, Roger Little livre au public français des rééditions d’ouvrages écrits par des blancs et traitant des Noirs. Jusqu’à présent, il n’avait pas eu recours à la littérature pour la jeunesse. Il nous présente le roman et la nouvelle d’une façon qui complète bien notre article. Il remarque ainsi les incohérences de Julie Gouraud et ses erreurs concernant l’Histoire et la chronologie du récit. Il conclut que « La romancière ne respecte en somme que les grandes lignes de la chronologie » mais que, la confusion chronologique « ne prête guère à conséquence » (p. XII). Roger Little insiste aussi sur les « fins didactiques et morales » de la littérature pour la jeunesse de l’époque, que l’on retrouve dans le livre de Julie Gouraud, parsemé d’une « ribambelle de bonnes pensées » : « la fiction est ainsi mise au service de l’éducation » (p. XIV). Nous pouvons adhérer à cette position, qu’il faudrait peut-être nuancer. Cependant, lorsqu’il nous dit « Mais, à part une mention passagère des Antilles dans Mémoires d’une poupée, elle [Julie Gouraud] ne parle des colonies françaises que dans Les Deux Enfants de Saint-Domingue et ce roman ne connaît qu’une seule édition, celle de 1874 », il s’égare deux fois. D’une part, les livres de Julie Gouraud contiennent de nombreuses allusions aux « îles », et aussi à l’Algérie, où a été son père et où son frère est mort. D’autre part, j’ai entre les mains la quatrième édition des Deux Enfants de Saint-Domingue, datée de 1886, augmentée d’un catalogue de la Bibliothèque rose lui-même imprimé en 1893. Je remercie Roger Little d’avoir relevé dans mon texte deux « inadvertances » de ma part. L’une est réelle, puisque je parle de la Bretagne pour le village où la famille Philibert a été habiter alors qu’il se situe en Gironde, ce que je dis cependant un peu plus loin. L’autre erreur est beaucoup plus intéressante. L’édition de 1874 dit que le mulâtre Guillaume – qui a prévenu M. Philibert et permis ainsi de sauver la famille – a été poignardé par Toussaint (« Toussaint marcha à sa rencontre »), et l’auteur ajoute : « Toussaint, surnommé Louverture, à cause de la part active et sanglante qu’il prit à la révolution, savait lire et écrire, connaissances inconnues parmi ses semblables et qui, jointes à sa grande énergie, lui firent jouer le principal rôle dans la conspiration » (p. 13). Or mon édition de 1886 remplace Toussaint par « le nègre Dessaline marcha à sa rencontre » et « Dessaline, devenu célèbre, à cause de la part active … », avec le même texte que précédemment. Ce changement de nom n’est donc pas fait par « inadvertance », mais modification volontaire du texte, dont on ne sait pas à quelle date elle a été introduite entre 1874 et 1886, ni par qui, l’auteur ou l’éditeur, ni pour quelle(s) raison(s) ? On peut penser à un changement de regard sur Toussaint et son bras droit Jean-Jacques Dessalines devenu le premier Empereur d’Haïti en 1804, mais répondre à ces questions est une recherche à part entière, dont les premiers pas peuvent être facilités par des publications comme celles de David Aliano1 ou Philippe Zacair2.

2Cette réédition vise un public adulte intéressé par le thème colonial, mais le fait d’avoir republié aussi les gravures des ouvrages originaux donne un intérêt supplémentaire à ce livre et offre à tous ceux qui s’intéressent à la littérature de jeunesse et à Julie Gouraud la possibilité de lire un texte qui ne manque pas d’un certain charme que son moralisme d’époque ne suffit pas à étouffer.

Haut de page

Notes

1 David Aliano, « Revisiting Saint-Domingue : Toussaint L’Ouverture and the Haitian Revolution in the French Colonial Debates of the Late Nineteenth Century (1870-1900) », dans French Colonial History (Michigan State University Press), vol. 9, 2008, p. 15-35.

2 Philippe Zacair, « Représentations d’Haïti dans la Presse française du XIXe siècle », dans French Colonial History, vol. 6, 2005, p. 103-117 (à partir de La Revue des Deux Mondes et de L’Illustration).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Manson, « Julie Gouraud, Les deux enfants de Saint-Domingue, suivi de Michel Möring, L’esclave de Saint-Domingue », Strenæ [En ligne], 6 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://strenae.revues.org/1135

Haut de page

Auteur

Michel Manson

Professeur émérite de l’Université Paris 13, laboratoire EXPERICE

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org