Navigation – Plan du site
Varia

Entre glace et feu : l’arche fracassée du Pays des Fourrure

Isabelle-Rachel Casta

Résumé

L’isolat singulier, quasi paratopique, que décrit Le pays des fourrures peut se lire comme une tentative de phalanstère « forcé », où sciences et foi vont se conjuguer pour sauver les rescapés d’une catastrophe épouvantable, aux confins inexplorés du Grand Nord canadien.
Livrés à eux-mêmes sur une île de glace qui fond en dérivant, les Robinsons des neiges cohabitent avec un ours polaire, vivent de grandes histoire d’amitié… et communient avec la transcendance, puisque chacun se prépare à la mort tout en réconfortant tous les autres !
Entre Le Capitaine Hatteras et Le Sphinx des glaces, ces « affinités électives » d’un nouveau genre thématisent le constat vernien tant de fois réaffirmé : la seule arche pérenne, c’est le cœur de l’homme ; et tout le reste n’est que vanité et péril…

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Canada (Grand Nord)

Chronologique :

xixe siècle
Haut de page

Texte intégral

Entre glace et feu : l’arche fracassée du Pays des Fourrures

  • 1 « Jamais ils n’avaient rencontré de territoire aussi giboyeux. Ils en étaient à la fois très surpri (...)

1Certes, Le Pays des Fourrures n’est pas le plus célèbre des romans de Jules Verne ; son titre, discrètement programmatique, ressemble plus à une périphrase des dépliants « Cook » qu’à un défi haletant jeté au lecteur. Ni « centre de la terre », ni « lieues/x sous les mers », ce pays s’annonce a-temporellement – il est difficile de savoir quand, dans l’Histoire, quelqu’un l’a nommé ainsi… Les « fourrures » représentent bien entendu les « animaux à fourrure », dépossédés ici de leur vie propre pour être simplement ramenés à leur valeur marchande, le butin qu’ils représentent, post mortem, pour les chasseurs et les courtiers. Sinistrement circonscrit à ses seules dépouilles, Le Pays des Fourrures s’offre comme le double grimaçant d’autres colonisations, moins crûment mercantiles mais tout aussi périlleuses : L’Invasion de la mer, par exemple, montre bien les entreprises aléatoires et brutales que l’Europe cherche à imposer aux mondes qu’elle annexe – d’où, pour nous, l’ambivalence fondamentale de la « datation » du titre : le « pays » relève de l’ordre naturel (on peut l’entendre comme « le territoire », l’étendue, l’espace), en ce sens il échappe encore à la fièvre manufacturière de l’homme. En revanche la seconde partie du titre fait déjà entrer ce pays dans la domestication d’une finalité mercantile – les allusions constantes à la toute-puissante « Compagnie de l’Hudson » en sont la marque. La nature spoliée envoie pourtant ses animaux à l’hécatombe avec une dérisoire générosité, dans un style qui évoque en certains passages1 La légende de Saint Julien de Gustave Flaubert. L’engramme mi-naturel mi-culturel du titre rend pleinement compte de l’hybridation du monde vernien. L’homme y est le maître, mais c’est un maître occulté entre le « pays » et les « fourrures » : l’ellipse de l’humain annonce déjà la catastrophe à venir…

  • 2 On songe non seulement à l’étonnant Hector Servadac où une comète emporte la Provence (!), mais aus (...)
  • 3 PDF, p. 321.
  • 4 « Jasper Hobson, par galanterie pour la voyageuse, donna à ce petit cours d’eau le nom de Paulina-r (...)

2Loin de nous bien entendu l’idée de faire à Verne un mauvais procès : il est homme de son temps, avec cependant assez d’intuition pour « ruiner » le premier projet du capitaine Hobson : doit-il expier ainsi son passé de « massacreur » ? Est-ce le prix à payer pour devenir le nouveau Noé d’une arche fragile, mais pleinement humaine, ce que ne fut pas toujours l’aventure coloniale ? En tout état de cause, l’imprévisible catastrophe qui va survenir inscrit ce roman dans le paradigme des grands cataclysmes verniens2, géographiques dans leurs manifestations mais éthiques, voire eschatologiques, dans leur finalité. La rêverie de Paulina Barnett, le « double » féminin du viril Hobson, avoue explicitement la fascination des personnages pour les « mixtes » technico-naturels que l’ingéniosité humaine se doit d’accomplir : « On a fait des jardins suspendus, dit-on ? Pourquoi, un jour, ne ferait-on pas des parcs flottants qui nous transporteraient à tous les coins du monde ? Leur grandeur les rendrait absolument insensibles à la houle. Ils n’auraient rien à craindre des tempêtes. Peut-être même, par les vents favorables, pourrait-on les diriger avec de grandes voiles tendues à la brise3 ? ». Cette fusion du corps et du décor, cet engloutissement du corps dans le décor est puissamment évoqué(e) par la toponymie : archi-signifiante, elle joue bien sûr sur la symbolique des noms, propres et communs, de leurs « échanges » sémantiques et de leurs riches connotations. Le fort Reliance, le fort Confidence, le fort Espérance et le fort Entreprise rejoignent ainsi la « Paulina-river » (prénom de l’héroïne, rappelons-le), le lac de l’Esclave, l’île Victoria ou le « port Barnett4»… dans une cartographie physique et spiritualiste où chaque étape prend figure d’initiation.

3Nommer l’espace le rend immédiatement intelligible et familier, même si c’est sous la forme non-claire d’un rébus. Quand chaque mystère sera résolu, la chaîne retrouvée des significations proclamera la « victoire » finale : ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort – à condition que vous ayez fait preuve d’« entreprise », tout en gardant l’« espérance » et en restant « reliés » les uns aux autres !

4Deux entrées successives nous permettront de mieux cerner les aspects à la fois sensationnalistes et humanistes de la catastrophe « schizomorphe » qui affecte le récit (une presqu’île du Grand Nord canadien se transforme en île flottante sans que ses habitants s’en rendent compte) : nous nous efforcerons en premier lieu d’arpenter le « corps-décor » de l’Arctique, encore incomplètement exploré à l’époque (« Terra incognita ubi sunt leones ») ; puis nous nous interrogerons en seconde instance sur la signification plus intime et plus spirituelle de la longue errance glaciale à laquelle l’auteur condamne sa nouvelle petite Icarie (« Séparer pour unir, se perdre et se trouver »).

Terra incognita ubi sunt leones5

  • 5 Encore qu’en fait de lions (bibliques), il faille mieux parler d’ours (polaires)…
  • 6 PDF, p. 105. Une seconde carte, p. 477, montre plus précisément le littoral de la mer de Behring, p (...)
  • 7 PDF, p. 1.

5Un bref constat s’impose à nous d’entrée de jeu : la première carte6, intercalée par Verne au chapitre X de la première partie, est assez curieuse : elle est à la fois précise et imprécise, en ce qui regarde le dessin supérieur des « hautes terres arctiques », comme l’écrit poétiquement l’auteur. Une simple comparaison avec un planisphère actuel l’atteste aisément : le monde connu n’est pas achevé, et le Grand Nord se perd effectivement dans l’Océan glacial arctique, en ce sens où il n’est ni complètement exploré ni complètement arpenté au moment très précis où commence le récit : « 17 mars 18597 ». Nous sommes donc, là encore, dans un nouvel hybride, non plus comme nous l’avons dit « technico-naturel » ou « insularo-continental », mais « onirico-réaliste », ce qui renforce l’idée d’un pacte narratif massivement mimétique (au sens où l’entend Auerbach), mais travaillé de tentations plus retorses, donc plus intéressantes…

  • 8 Le capitaine Craventy informe par exemple Paulina Barnett de ses conjectures « géopolitiques » : «  (...)
  • 9 PDF, p. 144.

6Le monde choisi pour ce « voyage extraordinaire » (titre général de la collection Hetzel) se configure au fur et à mesure que l’écriture lui donne des contours, au prix de prolepses infrapaginales8 très voyantes : le temps de la lecture et de l’autocommentaire prend didactiquement du recul sur le temps de l’écriture, renvoyant l’univers à cet instant décrit à un passé quasi légendaire, où les brumes de l’espace inviolé et du temps suspendu se conjuguent pour noyer les trop vives arêtes réalistes d’un sfumato de rêve. Ainsi, tout est possible, tout est probable, tout est permis… dans le cadre de ce « surnaturel expliqué » qui baigne la fiction vernienne. L’expédition part aux confins du monde connu, puis bascule de l’autre côté, d’une façon à la fois irréversible et imperceptible ; en parlant du fort Espérance, l’auteur prend soin de le situer dans un « hors temps » et un « hors lieu », utopie/uchronie, qui l’érige en pur objet littéraire : « Et s’il ne figure pas actuellement sur les cartes les plus récentes des régions arctiques, c’est qu’un sort terrible l’attendait, dans un avenir très rapproché, au détriment de la cartographie moderne9. »

  • 10 PDF, p. 482.
  • 11 PDF, p. 484.
  • 12 PDF, p. 497.
  • 13 PDF, p. 524.

7Le champ lexical de la catastrophe (la précipitation, le danger, l’abîme, la perte, bref, toutes les figures catamorphes de l’enfer vernien) va gainer le récit d’un réseau de plus en plus oppressant, de plus en plus obsédant – lancinant leitmotiv dont nous ne donnerons que quelques occurrences : « un cataclysme épouvantable s’était produit10. », « l’île s’en allait au sud, c’est-à-dire à l’abîme11 […] », « […] hâter sans nul doute la catastrophe finale12 […] », jusqu’au chapitre XXII qui répond à la figure du « comble » : « Les naufragés, suspendus sur un abîme près à les engloutir, sans ressources, sans aucun moyen de salut, furent terrassés par le désespoir13. » Les « mini-catastrophes » qui ponctuent la « maxi-catastrophe » – la transformation d’un cap en île flottante – contiennent toutes une annonce ou une répétition de l’abîme final, comme pour tester les différents degrés de résistance des protagonistes.

  • 14 À la fin de tant de souffrances et d’intimité partagées, ils se quittent en se… serrant la main ! « (...)
  • 15 « Quant aux courageux et dévoués Esquimaux, après avoir reçu flegmatiquement les affectueux remerci (...)

8En prolégomènes, la tempête sur le lac du Grand-Ours représente l’échantillon le plus riche en événementiel haletant et en manifestations symboliques ; elle met en scène les deux futurs « piliers » de l’odyssée des glaces : Paulina Barnett et Jasper Hobson. Ce curieux couple – nous aurons amplement l’occasion de commenter les liens affectifs de ce tandem, qui oscillent entre Eros et Agape14 –, va affronter une première fois le déchaînement des éléments et une mort presque certaine, avant d’être sauvé in extremis par les « bons sauvages » de circonstances, en l’espèce, des Esquimaux, aussi miraculeusement surgis que vite disparus15 (pas question que l’autochtone s’incruste !). Cette promenade tragique prélude à la catastrophe proprement dite, elle en est le « baptême », emblématisé par l’aquaster déchaîné et violent. Ayant voulu naviguer, par temps instable, sur le lac du grand Ours, ils sombrent tous deux, en entraînant leur navigateur, Norman, qui lui se noie purement et simplement, comme ces figurants vite sacrifiés des productions hollywoodiennes.

  • 16 PDF, p. 94-95.

9Pourquoi cet épisode ?
Pour – me semble-t-il – souder immédiatement et tragiquement les deux héros, leur faire passer l’épreuve initiatique du naufrage, de l’engloutissement, d’abord à eux seuls, puis bien des mois plus tard à toute leur communauté. Ayant survécu, ils entrent désormais dans la catégorie des personnages « insubmersibles », comme le note le critique Jean-Paul Colin. De plus, leurs sentiments réciproques se révèlent alors, chastement mais intensément : « Seul, vous pouvez vous sauver… À deux nous péririons ! Laissez-moi ! laissez-moi ! – Jamais », s’écria le lieutenant Hobson. […] Mais il était évident que sa lutte contre ces lames furibondes ne pourrait être de longue durée, et qu’il périrait lui-même avec celle qu’il voulait sauver…16 »

  • 17 « Ce brave homme était aimé de tous, et sa mémoire fut honorée des plus vifs regrets. », PDF, p.97. (...)

10Bien sûr qu’ici le topos du « galant homme » et des « femmes et les enfants d’abord » est activé ; mais à un niveau plus profond, le lien ainsi créé ne pourra jamais se démentir – ils ont baigné ensemble dans la « materia prima », tels des jumeaux effarés dans un liquide amniotique particulièrement hostile et amer. Leur renaissance miraculeuse a valeur de catharsis ; ayant goûté au Styx et passé la frontière humide qui marque toujours, dans les mythes, le franchissement vers l’autre Monde, ils sont prêts à subir « en grand » et « en continu » l’épreuve catamorphe qu’ils ont frôlée en accéléré. On pourrait presque attribuer à ce chapitre une fonction spéculaire, tant il annonce, synthétise et prépare ET les événements qui vont se produire ET les relations affectives nouées entre les personnages ; le plus étrange reste la mort, somme toute cruelle et imméritée, du vieux nocher Norman. Ni Hobson ni Paulina ne semblent en éprouver de culpabilité particulière, alors que leur balade tragique relevait quand même plus du caprice que de la nécessité ! Ils sont désolés17, bien sûr, mais… Là aussi, ce que le texte ne dit pas explicitement, il est aisé de le retrouver plus tard dans l’obsession, commune aux deux héros, de ne pas perdre un seul membre de leur communauté de péril. Norman est à la fois le premier et le dernier sacrifié : le fait qu’il soit âgé et seul le désigne peut-être d’office à la vindicte du destin (qui, chez Verne, ne manque pas d’un grand pragmatisme) comme l’hostie propitiatoire dont le décès exonère le texte de tout superflu tragique.

  • 18 « Elle n’hésita pas. Son kayak était là, cette frêle embarcation sur laquelle elle avait plus d’une (...)

11Le spectre de cette première « faute » pèsera de tout son poids d’ombre sur les efforts surhumains déployés par Hobson pour arracher au néant ses compagnons d’infortune. Rétrospectivement, Norman est le seul « pion » perdu dans la gigantesque bataille qui va s’engager entre une poignée de valeureux et le déchaînement des forces naturelles : sentinelle du pays des Morts, il envoie comme un double miraculeux la jeune Esquimaude Kalumah, qui surgit de nulle part sur son esquif18, exactement comme Norman s’est englouti, lui, sans laisser de trace : une vie contre une vie, la jeunesse et la beauté « rachetant » peut-être une existence usée et touchant au dernier port…

  • 19 La plupart des romans de Jules Verne sont d’ailleurs recommandés par les bibliothèques chrétiennes, (...)

12On l’aura compris, si les éléments sont hostiles (une presqu’île se transforme en glaçon flottant, entraînant avec elle une « microsociété » condamnée à trouver un modus vivendi supportable pour tous), les échantillons d’humanité embarqués dans cette « hétérotopie » présentent au contraire un condensé des qualités les plus communément admises dans le monde vernien, en fonction des sexes, des races, des rangs sociaux, et des âges tout simplement. La catastrophe est pédagogique (dans la littérature pieuse, elle entrerait sans difficulté aucune dans la catégorie des œuvres « édifiantes »19), puisqu’elle donne à chacun l’occasion de faire montre de ses talents, exactement comme chez les socialistes utopiques de Cabet à Fourrier et de Proudhon à Pierre Leroux, sans oublier bien sûr le grand inspirateur, Rousseau et sa communauté de joyeux vendangeurs « nouveaux-héloïsiens ». On peut s’interroger d’ailleurs sur les curieuses parenthèses qui « ouvrent » et « ferment » l’aventure polaire : je veux parler des « acclamations » qui saluent l’arrivée et le départ de Paulina Barnett, racontées par l’auteur à l’identique, dans les mêmes termes, au point que l’on a presque une impression de « collage » ou de redite, si l’on juxtapose les deux narrations ; elle est saluée comme peut l’être un Élu, un Messie dans les mythes sémitiques – dont fait par ailleurs partie la catastrophe « diluvienne » puis « errante » de l’arche du lieutenant Hobson… Comparons les deux séquences acclamatives, l’initiale et la finale :

  • 20 PDF, p. 19.

Dix minutes après, les verres emplis circulaient à travers la foule, et trouvaient toujours preneurs, comme des rentes dans un mouvement de hausse.
Hurrah ! hurrah ! hurrah pour Mistress Paulina Barnett ! Hurrah pour le capitaine !20

  • 21 PDF, p. 545.
  • 22 «Mrs. Paulina Barnett, saisissant alors un des pistolets passés à la ceinture de Jasper Hobson […] (...)
  • 23 Elle a bien du mérite, car comme le rappelle, mi-figue mi-raisin, notre auteur : « […] quelques sav (...)

13Cette allégresse « ouvre le ban », qui ne se refermera véritablement que 530 pages plus loin : « Trois hurrahs éclatèrent en l’honneur de Mrs. Paulina Barnett. Puis chacun des soldats voulut serrer la main de la vaillante voyageuse. Chacune des femmes l’embrassa avec effusion21. » On remarque au passage que le « capitaine » (Craventy), n’ayant pas pris part à l’expédition, se trouve évacué de la seconde salve d’acclamations ; tout le mérite en reste à l’élément féminin, unique point stable au sein des écroulements de toutes natures, climatiques et humains, catalyseur puis redistributeur d’énergies. Les épreuves ne lui sont pourtant pas épargnées : aussi l’épithète de nature qui la caractérise, tellement systématique qu’il frise le pastiche, est-il : « courageuse », et tout son cortège thématique et lexical (brave, vaillante, etc.). En faire le décompte précis serait presque inutile, et certainement un peu fastidieux, mais rappelons quelques occurrences (c’est nous qui soulignons) : « […] la courageuse Mrs. Paulina Barnett […] » (PDF, p. 73), « […] sa courageuse compagne […] » (PDF, p. 89) « […] cette vaillante femme […]» (PDF, p. 93), « Mrs. Paulina Barnett montra un courage surhumain […] » (PDF, p. 215), « Le visage de la courageuse femme […] » (PDF, p. 278), « […] l’ audacieuse femme […] » (PDF, p. 321), « […] cette âme vaillante […] » (PDF, p. 285), etc. Elle doit en effet affronter successivement la noyade, puis les tempêtes arctiques nombreuses, diverses et variées qui expliquent (et compliquent !) la dérive de l’île Victoria, l’attaque des ours polaires (pendant laquelle elle n’hésite pas à faire le coup de feu22), l’engloutissement sous une avalanche, tout en recueillant une Esquimaude égarée,23 en mettant au monde l’enfant des Mac Nap (prénommé Michel, comme le fils de l’auteur !), en réconfortant l’ensemble de la communauté…

  • 24 « […] et la presqu’île s’était faite île, mais île errante et vagabonde que, depuis trois mois, les (...)
  • 25 PDF, p. 368.

14Pourtant ce n’est pas d’elle que vient le salut « physique » de l’îlot, mais d’un savant désagréable et ingrat, le prototype du scientifique obsessionnel dont le professeur Tournesol sera la figure « picturale » la plus achevée : l’ombrageux Thomas Black ; muet et absent depuis sa désillusion initiale (croyant assister à une éclipse totale, il déchante car la dérive de l’île24, alors ignorée de tous, le prive de cette vision), resurgit à la fin pour « sauver » le glaçon flottant du délitement suprême en faisant congeler les bords… le système fictionnel de Verne ne sacrifie aucun personnage, n’en laisse aucun au bord de la route ; à chacun(e) sa tâche, comme l’explique, bien placidement, Paulina à sa suivante Madge : « Nous autres femmes, qui ne cherchons pas la raison physique des choses, nous devons ne pas désespérer là où des hommes instruits désespéreraient peut-être. C’est une grâce d’état.25 ».

15Malgré le timing haletant des derniers chapitres, où l’arche fond presque en temps réel sous nos yeux (de lecteurs) et sous leurs pieds (de personnages), c’est aussi à une odyssée du cœur et de l’âme que Verne nous convie, une plongée initiatique dans le feu et la glace, comme lors de certains rites maçonniques. Le déchaînement des éléments n’est rien, s’il ne concourt pas à faire surgir en nous les forces spirituelles que seul le danger peut révéler…

Séparer pour unir, se perdre et se trouver

  • 26 Dans « jaspEr hobsON », il y a d’ailleurs disséminées comme dans un cryptogramme les lettres nécess (...)
  • 27 « Tous ces braves gens s’entendaient parfaitement entre eux […] » PDF, p. 193.
  • 28 « — C’est à cause de la paie, mon lieutenant, […] En effet, ces hommes, on s’en souvient, avaient d (...)

16Sur son arche fragile et menacée, Hobson préserve un Monde, et toutes ses composantes : humaines, animales, végétales. Le fait que les trois règnes coexistent jusqu’au bout, que les ours prédateurs se muent en ours sauveurs (la jeune Esquimaude est miraculeusement sauvée par l’un de ces plantigrades) et que les races, les conditions sociales, les nationalités, les… sexes s’effacent devant le péril commun renforce la possibilité d’une lecture « diluvienne»26 du roman : il faut réapprendre aux hommes à forger un « kosmos koïnos », un monde commun27, qui ne soit pas la simple addition des « kosmos idios », des appétits et opportunités offerts par l’exploration marchande du grand nord canadien ; il faut retrouver la spiritualité, au risque de tout perdre – en se rendant compte que ce « tout » n’est rien. Une jolie variation en est précisée autour du « degré » d’élévation du pôle où se situe – « croit se situer » serait plus exact – l’île Victoria : selon la position du fort en deçà ou au-delà du 70e parallèle, la solde perçue par les soldats est plus ou moins importante ; c’est bien évidemment la première conséquence « mineure » de la dérive incontrôlée de l’île… mais elle suscite une inquiétude presque comique28 chez les « simples » qui entourent le couple solaire Paulina-Jasper : le commun des mortels ne les pas encore rejoints dans l’élévation… de l’âme !

17La multiplication et l’aggravation des épreuves vont souder, avec un angélisme presque suspect, la petite communauté autour de ses « guides », avec tous les attendus de l’expérience « in vivo » que revêt cette catastrophe tellurique : la menace est double en effet, à la fois synchronique (l’île diminue en densité, elle s’amenuise d’elle-même) et diachronique (elle est emportée à travers l’espace glacé sans possibilité de résistance) ; l’anéantissement vient donc et du dedans et du dehors, dans un conjungo terrifiant que conjurera pourtant la trilogie des vertus humaines : la science triomphante en la personne de Black, l’autorité et la discipline incarnées par Hobson et enfin, la grâce et la spiritualité de Paulina (redoublée d’ailleurs par cette « autre elle-même » un peu moins accomplie qu’est sa suivante Madge).

  • 29 « C’étaient trois bons ménage, fort unis, qu’il eût été cruel de séparer. » PDF, p. 145.
  • 30 « Quant aux trois femmes mariées, Mrs. Mac Nap s’occupait de son baby (sic) qui venait à merveille  (...)
  • 31 PDF, p. 136.

18Exactement comme sur l’Arche vétérotestamentaire, des couples29 (les Joliffe, les Mac Nap et les Raë) ont pris place, ce qui évite de justesse à notre phalanstère de se transformer en couvent ! Mais non : la sexualité existe, certes légale et reproductive, puisqu’elle est réservée aux couples mariés qui « s’accroissent » (un, en tout cas30) lors de l’odyssée blanche. Le respect d’une vie privée « maritale » pose d’ailleurs nombre de problèmes à l’honorable Hobson, qui doit aussi composer avec la pudeur des un(e)s et des autres : « […] une salle unique, que tout l’équipage, officiers et matelots, habite en commun. Mais Jasper Hobson ne pouvait agir ainsi, pour diverses raisons qu’il est aisé de comprendre31. »

  • 32 « Elle ressemblait si bien à cette île Victoria qui marchait sans aucunement trahir sa marche ! » P (...)
  • 33 PDF, p. 504.
  • 34 PDF, p. 484.
  • 35 PDF, p. 494.

19Il n’en demeure pas moins que l’île s’appelle « Victoria »… plus pour son sens latin que pour ses connotations anglophiles, mais comment ne pas songer au rapprochement entre la réserve « victorienne » de Paulina et le statut de « glaçon » de l’île dont tous disent qu’elle lui ressemble32 ? Au fur et à mesure que la glace fond, les sentiments de Paulina s’affirment et se « réchauffent », jusqu’à précisément « fondre en larmes » dans les bras de Madge : « Mrs Paulina Barnett sanglotait ! Son cœur débordait. Des larmes s’échappaient de ses yeux33. » Cependant, il faudra une circonstance extrême pour qu’elle s’abandonne à Jasper Hobson : ensevelie par une avalanche et privée de sentiment, elle est sauvée in extremis par l’homme qui l’aime : « Ils avaient des victimes à sauver, et parmi eux, cette courageuse et bien-aimée femme34, […] ». « Il avait enfin trouvé celle qu’il cherchait, […] La voyageuse était comme morte. Le lieutenant Hobson la prit dans ses bras, il la porta près de l’ouverture35 […] ».

  • 36 Christian Chelebourg, Jules Verne, l’œil et le ventre : une poétique du sujet. Bibliothèque des Let (...)
  • 37 À ce propos, écoutons encore Christian Chelebourg : « Points communs des motifs du mariage contrain (...)
  • 38 « Sa démarche, il faut l’avouer, était tant soit peu masculine, et toute sa personne respirait moin (...)
  • 39 «  Il n’y a qu’une chose au monde que je ne t’aurais pas pardonnée, ma fille, répondit Madge. C’eût (...)

20On peut à cet égard se souvenir d’un autre « roman glacial » de Jules Verne, d’ailleurs assez largement postérieur à notre Pays des fourrures (1873) : Le Sphinx des glaces (1897), tellement éloquemment psychanalytique qu’à son propos Christian Chelebourg note : « Fusil phallique, coït meurtrier ! Arthur Gordon Pym est mort d’avoir traversé le « rideau blanc », cet hymen, mort d’avoir défloré le sphinx. La glace, dans tout cela, dit la victorienne froideur de l’épouse vierge36. ». Victoria, victorienne… Paulina est veuve, pas vierge37, mais elle est bizarrement plusieurs fois présentée comme… un peu masculine38 – ce qui peut passer pour une thématisation euphémisée d’une « re-virginisation ». Son intimité avec Madge ne souffre naturellement aucune ambiguïté, leur rapport évoquant le lien mère-fille39 plus que tout autre engagement ; symétriquement, l’esquimaude Kalumah s’attache passionnément à elle, en inversant cette fois les rôles : c’est elle la « fille », et Paulina la « mère » : les nations civilisées ne sont-elles pas de toute façon aux yeux de Verne les « mères » bienveillantes et fermes des « bons sauvages » qui peuplent les Voyages extraordinaires ?

  • 40 Ibidem.

21Lorsqu’elle s’effondre enfin devant l’inéluctable mort qui guette l’arche déliquescente, Paulina redevient pleinement « femme », c’est à dire geignarde, s’il faut en croire l’auteur : « La femme venait de reparaître un instant dans cette nature virile40 […] ». Tout est fait, on le voit, pour atténuer l’aura sexuelle de Paulina, pour éloigner autant que faire se peut le spectre de la séduction, de l’ « innamoramento », qui même au sein de la plus froide des contrées froides pourrait encore introduire l’entropie du désir, le désordre de l’aimantation… comme si l’arrachement originel à la terre ferme ne suffisait pas ! Comme si la fuite et l’effondrement perpétuel auxquels est soumis le fort Espérance ne recelait pas assez de périls et d’émotion, et de promesse de défaite et de perte… Pourtant, noyée ou ensevelie, c’est toujours à Jasper Hobson que Paulina doit son salut. Le « glaçon » fond, dans tous les sens du terme. La catastrophe peut aussi déboucher sur une Renaissance, car Dieu n’est pas absent du continent arctique.

22Il s’agit d’un Dieu « quaker » plus que catholique flamboyant, le Dieu des sœurs Brontë plus que celui de Paul Claudel ! Mais il n’abandonne jamais ses « enfants », et du début à la fin assure une « continuité providentielle » qu’Hobson et Paulina se plaisent à rappeler ; évoqué au commencement de l’errance :

  • 41 PDF, p. 281.

[…]et maintenant un des grands courants arctiques l’entraîne !…
— Où ? demanda le sergent Long.
— Où il plaira à Dieu ! », répondit Jasper Hobson41,

  • 42 PDF, p. 543.
  • 43 PDF, p. 397.
  • 44 « […] à notre arrivée, la presqu’île tenait encore par son isthme flexible au continent américain. (...)

23il « accueille » à sa façon les voyageurs sauvés « in extremis » par Thomas Black : « Puis les naufragés débarquaient, tombaient à genoux et remerciaient le Ciel de leur miraculeuse délivrance42. ». À l’épicentre de la catastrophe, c’est encore Paulina qui s’en remet à la divine Providence : « En tout cas, que la volonté de Dieu s’accomplisse43 ! » Il faut remarquer également que les âmes fortes protègent les plus faibles du désespoir en se taisant… ce qui est à la fois généreux, condescendant et… complètement ridicule : tout le monde a compris, et depuis longtemps, ce qui s’est passé, mais les « faibles » ont la grande sagesse de laisser les « forts » jouer à les préserver d’une vérité terrible, ce qui distrait les uns et les autres dans leur commune misère ! La catastrophe est d’ailleurs racontée comme pourrait l’être un accouchement particulièrement terrifiant, et la rupture de l’« isthme » évoque ouvertement la césure du cordon ombilical44 ; il faut « séparer » Victoria de la terre ferme, pour que chacun, dans la tourmente, se découvre à soi et aux autres ; la plus grande des « victoires » n’est donc pas aux yeux de Verne d’édifier une énième factorerie, mais de triompher de l’égoïsme et du repli sur soi, en s’éprouvant, dans des conditions extrêmes qui secouent autant le corps que l’âme.

  • 45 PDF, p. 11.

24Races et nationalités, très symboliques, participent de cet effort de reconfiguration : Paulina est anglaise, tout comme Thomas Black (Rule Britannia !), mais Hobson est irlandais, et Madge « une Ecossaise des anciens temps, qu’un Caleb eût pu épouser sans déroger45. » Cette mention est particulièrement importante, car elle ne perd jamais espoir, étant plus « archaïque », plus « magique » encore que le britannique pragmatisme paulinien ! Après cette rapide évocation du Royaume « Uni » (encore que dans les années 1860, le mouvement fenian commence à faire parler de lui…), il faut également noter le nuancier des appartenances qui rend extrêmement bigarré le peuplement de l’île : Joliffe a épousé une Canadienne, John Raë une Indienne… Quant à Kalumah l’Esquimaude, elle brave mille morts pour rejoindre celle qu’elle aime inconditionnellement : Paulina Barnett. La presqu’île est bien une « hétérotopie », un lieu à côté des autres lieux, où l’isolat oblige à l’entente de tous, pour la sauvegarde de chacun. N’oublions pas l’épique rencontre avec le « Français » (en fait, un Canadien français), censé incarner l’esprit de légèreté, de fantaisie, de modernité aussi, puisqu’il annonce sans ambages le futur déclin de l’Angleterre au profit de l’Amérique :

  • 46 PDF, p. 119-121.

[…]ce sont les pas d’une personne qui danse ! » […]
— Ce n’est certainement point un Esquimau, dit le lieutenant.
— Ni un Indien ! s’écria le caporal Joliffe.
— Non ! C’est un Français ! » dit tranquillement le sergent Long.
Et de l’avis de tous, il n’y avait qu’un Français qui eût été capable de danser en un tel point du globe46 !

25C’est sur ce « saltus » salvateur et incongru, à l’aphélie du champ notionnel de la catastrophe, que nous quitterons l’exemplaire communauté du fort Espérance, gardant intact son message : il n’est en ce monde aucune autre arche inexpugnable, si ce n’est le cœur de l’Homme ; celui qui l’oublie se condamne à errer éternellement, dans des contrées glaciales qui ne sont pas uniquement celles de la mer Arctique…

26La Science, le Commerce, l’Exploration… on ne peut nier la dimension légèrement « archétypale » de nos héros au début du roman ; Verne en sourit d’ailleurs le premier… Mais il leur fourbit bientôt un tel catalogue d’épreuves que l’humanité complexe de chacun se fait jour, et que l’errance physique et métaphysique à laquelle l’auteur les contraint désorbite les certitudes et fait fondre les stéréotypies. Roman d’initiation, roman d’apprentissage ? pas tout à fait ; Paulina et Jasper n’apprennent rien d’eux-mêmes qu’ils ne soupçonnaient déjà, mais ils se révèlent à la lumière blafarde de l’hyperborée. Aux charmes équivoques de l’exploration, succède l’aventure humaine dense et poignante, où corps et décors fusionnent dans les spasmes et les secousses des cataclysmes successifs.

27C’est pourquoi, entre glace et feu, nous laisserons les derniers mots à Christian Chelebourg, qui exprime parfaitement la « candide complexité » des mondes verniens :

  • 47 Christian Chelebourg, op. cit., p. 27.

Des blancs sur les cartes, tant de côtes à tracer, de points à relever… Les « Voyages extraordinaires » en sont pleins, de ces espaces inconnus, offerts en pâture aux plus audacieux explorateurs : pôle Nord, pôle Sud, Grande Forêt, cœur de l’Afrique, centre de la Terre… Points Suprêmes ou lieux sacrés, il s’agit chaque fois de terrae incognitae, d’étendues vierges où peut en paix se déployer l’imagination de l’auteur47.

Haut de page

Notes

1 « Jamais ils n’avaient rencontré de territoire aussi giboyeux. Ils en étaient à la fois très surpris et très satisfaits. Les martres, les rennes, les lièvres, les caribous, les renards, les hermines venaient au-devant des coups de fusils. », Jules Verne, Le Pays des Fourrures, Hachette, Paris, 1966, p. 251-253. C’est nous qui soulignons. Ou encore : « On tua des aigles à tête blanche, énormes oiseaux au cri strident, des faucons-pêcheurs […] puis des oies de neige, d’une blancheur admirable, des bernacles sauvages […], des canards à tête rouge et à poitrine noire, des corneilles cendrées, […] des eiders, des macreuses […]. Plusieurs centaines de ces oiseaux furent tués pendant ces quinze premiers jours […]. », op. cit., p. 115.
Toutes les références à ce roman étant tirées de cette édition, nous coderons désormais PDF.

2 On songe non seulement à l’étonnant Hector Servadac où une comète emporte la Provence (!), mais aussi à tous les romans des « mondes séparés » (Une ville flottante, L’Ile à hélice, L’Ile mystérieuse, L’Archipel en feu) où le naturel et le technique s’épousent bizarrement pour rendre mobile ce qui devrait rester fixe (ou inversement). Comme on ne joue pas impunément avec la Création, le résultat s’enfonce généralement dans l’abîme, à la surface duquel surnagent sains et saufs quelques gentils Robinson(s).

3 PDF, p. 321.

4 « Jasper Hobson, par galanterie pour la voyageuse, donna à ce petit cours d’eau le nom de Paulina-river, et au petit port le nom de port Barnett, ce dont la voyageuse se montra enchantée. », PDF, p. 125.

5 Encore qu’en fait de lions (bibliques), il faille mieux parler d’ours (polaires)…

6 PDF, p. 105. Une seconde carte, p. 477, montre plus précisément le littoral de la mer de Behring, pour illustrer l’implacable dérive du fort Espérance…

7 PDF, p. 1.

8 Le capitaine Craventy informe par exemple Paulina Barnett de ses conjectures « géopolitiques » : « Probablement, dans un temps assez rapproché, la Russie cédera ses possessions américaines au gouvernement des États-Unis. » (PDF, p. 13). Aussitôt, une note infrapaginale commente cette assertion : « Et, en effet, cette prévision du capitaine Craventy s’est réalisée depuis ».

9 PDF, p. 144.

10 PDF, p. 482.

11 PDF, p. 484.

12 PDF, p. 497.

13 PDF, p. 524.

14 À la fin de tant de souffrances et d’intimité partagées, ils se quittent en se… serrant la main ! « Quant au lieutenant Hobson, qui avait conçu pour Mrs. Paulina Barnett une affection si sincère, ce fut le cœur bien gros qu’il lui donna la dernière poignée de main. — Est-ce qu’il est possible que nous ne revoyions pas un jour ? dit-il. », PDF, p. 545. Plus victorien, on meurt ! À moins qu’une légère touche d’auto-parodie… ?

15 « Quant aux courageux et dévoués Esquimaux, après avoir reçu flegmatiquement les affectueux remerciements du lieutenant et de sa compagne, ils n’avaient même pas voulu venir au fort. », PDF, p. 98-99.

16 PDF, p. 94-95.

17 « Ce brave homme était aimé de tous, et sa mémoire fut honorée des plus vifs regrets. », PDF, p.97. On peut rêver plus lyrique comme déploration funèbre…

18 « Elle n’hésita pas. Son kayak était là, cette frêle embarcation sur laquelle elle avait plus d’une fois bravé les tempêtes de la mer Arctique […] la pagaie à la main, elle s’aventura dans les ténèbres. » (PDF, p. 384-385).

19 La plupart des romans de Jules Verne sont d’ailleurs recommandés par les bibliothèques chrétiennes, à côté de Bossuet, Chateaubriand, la comtesse de Ségur ou… Paul Féval, comme peut l’attester un exemple entre mille : le Catalogue de la bibliothèque des familles située au parloir des sœurs de Saint-Joseph, Ajaccio, J. Pompéani, 1883, BNF, 8° Q.728. Mais nous reviendrons sur les aspects apologétiques du Pays des Fourrures, assez complexes selon nous.

20 PDF, p. 19.

21 PDF, p. 545.

22 «Mrs. Paulina Barnett, saisissant alors un des pistolets passés à la ceinture de Jasper Hobson […] le déchargea dans la gueule ouverte de l’animal.» PDF, p. 236.

23 Elle a bien du mérite, car comme le rappelle, mi-figue mi-raisin, notre auteur : « […] quelques savants ont plus ou moins plaisamment regardé les Esquimaux comme « une espèce intermédiaire entre l’homme et le veau marin ». PDF, p.209.

24 « […] et la presqu’île s’était faite île, mais île errante et vagabonde que, depuis trois mois, les courants entraînaient sur l’océan Arctique ! Oui ! ce n’était qu’un glaçon qui emportait ainsi le fort Espérance et ses habitants ! » PDF, p. 273.

25 PDF, p. 368.

26 Dans « jaspEr hobsON », il y a d’ailleurs disséminées comme dans un cryptogramme les lettres nécessaires pour écrire « Noé » ; cette circonstance peut être par ailleurs fortuite, mais elle retient l’attention.

27 « Tous ces braves gens s’entendaient parfaitement entre eux […] » PDF, p. 193.

28 « — C’est à cause de la paie, mon lieutenant, […] En effet, ces hommes, on s’en souvient, avaient droit à une solde plus élevée, s’ils parvenaient à s’établir sur le 70è parallèle ou au-dessus. […] — Ce n’est pas que l’on tienne à l’argent, mais c’est ce maudit argent qui nous tient. » PDF, p. 276.

29 « C’étaient trois bons ménage, fort unis, qu’il eût été cruel de séparer. » PDF, p. 145.

30 « Quant aux trois femmes mariées, Mrs. Mac Nap s’occupait de son baby (sic) qui venait à merveille […] » PDF, p. 192.

31 PDF, p. 136.

32 « Elle ressemblait si bien à cette île Victoria qui marchait sans aucunement trahir sa marche ! » PDF, p. 321.

33 PDF, p. 504.

34 PDF, p. 484.

35 PDF, p. 494.

36 Christian Chelebourg, Jules Verne, l’œil et le ventre : une poétique du sujet. Bibliothèque des Lettres modernes, n°41, Minard, Paris, 1999, p. 89.

37 À ce propos, écoutons encore Christian Chelebourg : « Points communs des motifs du mariage contraint et du veuvage symbolique, la prohibition de l’hymen et la substitution de la mort à l’amour constituent quant à eux le cœur imaginaire du complexe. », op. cit., p. 98.

38 « Sa démarche, il faut l’avouer, était tant soit peu masculine, et toute sa personne respirait moins la grâce que la force morale. », PDF, p. 10. Ou bien encore : « Elle réunissait en elle toutes les grâces d’une femme, toutes ses bontés jointes à l’énergie morale d’un homme : […] », PDF, p. 195. On notera une légère contradiction entre les deux citations : faut-il voir dans la seconde, plus laudative, les effets de la raréfaction des objets de désir ?

39 «  Il n’y a qu’une chose au monde que je ne t’aurais pas pardonnée, ma fille, répondit Madge. C’eût été une mort que je n’eusse pas partagée avec toi ! », PDF p. 504.

40 Ibidem.

41 PDF, p. 281.

42 PDF, p. 543.

43 PDF, p. 397.

44 « […] à notre arrivée, la presqu’île tenait encore par son isthme flexible au continent américain. […] la rupture a été produite par le tremblement de terre, […] Le tremblement de terre a brisé le lien qui rattachait la presqu’île au continent, et nous sommes bien réellement emportés sur une île flottante. » PDF, p. 283.

45 PDF, p. 11.

46 PDF, p. 119-121.

47 Christian Chelebourg, op. cit., p. 27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle-Rachel Casta, « Entre glace et feu : l’arche fracassée du Pays des Fourrure », Strenæ [En ligne], 6 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://strenae.revues.org/1123 ; DOI : 10.4000/strenae.1123

Haut de page

Auteur

Isabelle-Rachel Casta

Ph D
Université d’Artois, Laboratoire Textes et Cultures

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org