Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Monteiro Lobato, le maître des livres pour enfants au Brésil (1920-1945)

Tâmara Abreu

Résumé

Monteiro Lobato (1882-1948), dont le nom est presque inconnu en France, est pourtant sans conteste la figure dominante de la littérature pour la jeunesse brésilienne de l’entre-deux-guerres et l’un des pères fondateurs de ce champ littéraire. À travers un parcours de la vie, de l’engagement et de l’œuvre pour enfants de Lobato, cet article propose de faire connaître cet auteur incontournable de la littérature et de la culture brésilienne, en s’interrogeant sur les raisons de écho si limité, voire inexistant en France.

Haut de page

Texte intégral

1Une comparaison rapide entre les moteurs de recherche, en France et au Brésil, suffit pour mettre en lumière l’immense lacune que représente José Bento Monteiro Lobato (1882-1948) dans les sources d’information françaises. Il s’agit pourtant d’un auteur incontournable de la littérature pour enfants au Brésil. Un chercheur français qui s’intéresserait à cet écrivain et à son œuvre se verrait vite limité dans ses recherches : à titre d’exemple, le Guide de Littérature pour la Jeunesse de Marc Soriano (dans les éditions de 1959, 1975 et 2002) en donne un aperçu aussi injuste que faux, en affirmant :

  • 1 Marc Soriano, Guide de littérature pour la jeunesse, Paris, Flammarion, 1975, p. 203.

Les artisans du livre pour enfants regardent du côté de l’étranger et estiment que leur propre littérature est faible et que tout, ou presque tout, reste à faire. Au Brésil, après la première guerre mondiale, Lobato traduit les chefs-d’œuvre étrangers de la littérature pour enfants et les accommode à l’usage des enfants de son pays [...]. Tout se passe comme si les écrivains autochtones avaient des difficultés à s’affirmer, à trouver un ton spécifique1.

  • 2 Le seul chercheur à mentionner Lobato est Alain Choppin, dans son article « Le manuel scolaire, une (...)

2Il peut sembler frappant qu’une telle affirmation, si éloignée de la réalité, ait été transmise depuis de nombreuses années sans que des corrections aient pu y être apportées. Lobato et son œuvre sont donc en France l’objet d’une ignorance et d’une méconnaissance presque totales2.

3Si Soriano n’a pas tort d’aborder les problèmes des pays dits « en voie de développement » comme le Brésil de l’entre-deux-guerres (taux élevé d’analphabétisme, quantité médiocre de ses bibliothèques), il semble toutefois montrer l’inexistence d’une littérature pour la jeunesse brésilienne, plus proche du xixe siècle, quand les enfants brésiliens n’avaient à leur disposition que des traductions de classiques étrangers. Avant 1920, il est vrai que la littérature nationale brésilienne pour enfants est encore balbutiante : citons Olavo Bilac, dont les poésies eurent un grand succès, les contes de Adelina Lopes Vieira et de Júlia Lopes de Almeida. Les auteurs sont peu nombreux, à peine une dizaine, et seuls les livres de lecture scolaire se développent réellement. Mais ce que l’on peut reprocher au Guide de Soriano est de transmettre l’idée fausse d’un Lobato qui ne serait qu’un simple traducteur, s’efforçant d’adapter les œuvres étrangères pour les enfants de son pays, conduisant à penser qu’il n’y aurait aucune production originale en matière de livres pour enfants. De fait, les regards français semblent s’être détournés d’un pays qui, depuis les années 1920, avait réussi la modernisation de sa littérature pour la jeunesse, qui a connu un grand essor éditorial au cours des années 1930 et dont Monteiro Lobato est la figure prépondérante.

En guise de présentation biographique

  • 3 Monteiro Lobato, A Barca de Gleyre: 40 anos de correspondência literária entre Monteiro Lobato e Go (...)

4Si, pour un public brésilien, le nom seul de Lobato le dispense de tout développement, il ne semble pas inutile d’ébaucher, pour des lecteurs francophones, une rapide biographie de celui qui se nommait lui-même, dans sa correspondance avec son ami Godofredo Rangel, l’« Andersen brésilien3 ».

Photographie de Monteiro Lobato [Archives familiales Monteiro Lobato]

DR

  • 4 Mais il a fallu plusieurs décennies pour que les citoyens afro-brésiliens ainsi que leurs descendan (...)

5José Bento Monteiro Lobato est né en 1882 dans la petite ville de Taubaté, située dans la vallée du fleuve Paraíba à l’état de São Paulo. Le Brésil n’avait alors pas encore banni l’esclavage de son système économique de production, ce qui n’aura lieu officiellement que six ans plus tard4. Fils de parents d’une condition moyenne – son père est propriétaire d’une plantation de café – aîné de trois enfants dont deux filles, « Juca » (son surnom dans la famille) mène une enfance heureuse et pleine de petites aventures aux environs de la maison familiale. Si ses parents ne disposent pas de ressources très importantes, il bénéficie cependant de l’appui d’un aïeul riche, le Vicomte de Tremembé, ce qui lui permet de s’épanouir en fréquentant un environnement assez confortable. Il convient de rappeler qu’au tournant des xixe et xxe siècles, la ville de Taubaté vit une période d’ascension et d’expansion économique, qualifiée de « cycle du café », dont la production a été le grand moteur de l’économie brésilienne jusque dans les années 1920. Ainsi, socialisé dans un milieu rural qui ne parlait que de progrès, habitant d’une ville qui était le plus important pôle producteur de café du Brésil, enfant d’une famille très affectueuse et en ayant des liens de sang avec des puissants barons du café, Monteiro Lobato est né sous des auspices favorables. Enfant, Lobato passe les jours de fête et toutes ses vacances à la prospère ferme du « Buquira », propriété de son grand-père maternel : il y découvre la collection du Journal des Voyages et l’œuvre de Jules Verne, qui ont profondément marqué sa mémoire. Lobato est ainsi un garçon qui grandit entre l’érudit et le populaire, en écoutant les histoires de la tradition orale africaine racontées par les femmes esclaves qui s’occupent des services domestiques et des enfants, et en fréquentant en même temps la bibliothèque internationale de son oncle – dont les œuvres le fascinent.

  • 5 En français : « petite ferme du pic jaune ».
  • 6 Il existe sur ce sujet une thèse de doctorat, par, José Roberto Whitaker Penteado Filho : Os filhos (...)

6Toute la diversité de ces univers fréquentés par Lobato dans son enfance et sa jeunesse semble représentée au Sítio do Picapau Amarelo5. Le Sítio est une espèce de Pays des Merveilles ou de Neverland tropical, qui a profondément marqué l’esprit de trois générations de Brésiliens6. Tout ce qui, dans l’œuvre de Lobato, relève d’une imagination fertile vient probablement de ce temps passé entre des histoires diverses issues de sources orales mais aussi imprimées, entre des livres historiques ou scientifiques et des récits de la mémoire africaine, entre la protection de la maison du Vicomte et la nature farouche qui l’entourait. La rivière qui serpente parmi les arbres du terrain potager situé derrière la propriété familiale, où sont cultivés les « jaboticaba », petits arbres fruitiers, a sans doute inspiré l’inoubliable « Royaume des Eaux Claires » et son portail magique, que traversent les personnages dans les moments les plus féeriques du Sitio.

Un homme d’action, une vie de combat

  • 7 En 1916, Lobato écrit un article critiquant l’influence européenne présente dans la peinture de la (...)

7Monteiro Lobato est une de ces figures dont il est difficile de parler de façon concise : il a en effet été à la fois l’éditeur qui a créé l’industrie moderne du livre au Brésil et l’homme qui a inlassablement travaillé à populariser le livre dans son pays dans les années vingt et trente, en diminuant le coût de production et le prix de vente. Il a été le citoyen qui s’est battu contre les présidents au pouvoir (notamment Artur Bernardes et Getúlio Vargas) à travers des lettres publiques, des rapports, des manifestes et des articles de presse, revendiquant, entre bien d’autres campagnes menées au long de sa vie, la réduction des taux de l’impôt sur le papier à imprimer et d’autres bénéfices pour la culture d’un pays où tout était à faire en matière d’édition. Lobato est donc une personnalité forte, entreprenante, polémique. Homme de lettres et d’affaires, admirateur des sciences et du modèle de progrès économique américain, Lobato a exercé aussi un poste diplomatique en tant qu’attaché commercial de l’Ambassade du Brésil aux États-Unis de 1927 à 1931. Audacieux, irrévérent, il fait preuve d’un esprit ouvert et d’une pensée parfois contradictoire mais toujours transparente et d’une rare franchise. Dessinateur et peintre à ses heures perdues, amateur d’art, habitué des ateliers et des expositions, l’écrivain n’hésite pas à critiquer les artistes brésiliens qui arrivaient d’Europe pleins de « ismes » (cubisme, dadaïsme, futurisme, surréalisme) en faisant un art d’esthétique européenne qui selon lui n’avait rien à voir avec les motifs nationaux. Ces provocations adressées aux enfants de l’élite qui imitaient Paris, sa prise de position contre toute expression d’art qui n’était pas nationale, lui ont attiré la haine et le mépris des peintres et des poètes modernistes à partir de 19167 en faisant de Lobato un nom exclu des manuels d’histoire littéraire, un écrivain banni du canon de la littérature brésilienne – même s’il reste sans conteste le grand nom de l’histoire de la littérature pour enfants au xxe siècle.

8En 1917, Monteiro Lobato entreprend la première enquête anthropologique du Brésil, pour le journal O Estado de São Paulo : il envoie des questionnaires demandant à tout Brésilien, du Nord au Sud, des informations sur l’existence et la description détaillée des caractéristiques du « Saci-Pererê ». Les lettres reçues par le journal le décrivent ainsi : le « Saci » est un jeune garçon noir, unijambiste, habillé d’un short rouge, portant sur la tête un bonnet rouge aux pouvoirs magiques et en fumant une pipe ; un polisson au corps maigre et très agile, un rire extravagant, un esprit de la forêt qui en connaît tous les secrets. Son nom vient de la langue Tupi (sa’si) et veut dire « être magique », mais désigne aussi un oiseau des forêts brésiliennes, le « matinta-pereira » (tapera naevia). Que saurait-on de plus sur le saci ? Ce petit diable apparaît lorsqu’on ne s’y attend pas pour commettre de petites cruautés contre les gens ou les animaux. Ses petits plaisirs sont de confondre, effrayer, agacer, ou bien railler des autres avant de disparaître comme par magie. Aussi décrit comme un enfant malin et espiègle, mais qui n’est pas tout à fait pervers, le saci est un mythe issu du croisement des cultures indigène, portugaise et africaine, et sans doute de l’une des figures les plus connues du folklore brésilien. C’est précisément à la suite de l’enquête lancée par Lobato sur cette figure populaire, dont les réponses seront publiées en 19178, qu’est créé l’album O Sacy en 1922, l’un des livres les plus connus de Lobato, celui qui a le plus influencé la représentation de ce mythe chez les enfants brésiliens jusqu’à présent9.

Couverture de O Sacy (1921) [Archives Biblioteca Monteiro Lobato]

DR

  • 10 Du côté français, les impressions de Cendrars à propos de son aventure brésilienne ont été consigné (...)

9L’année suivante, en 1918, l’écrivain entre en campagne à côté de médecins-hygiénistes : ils exigent une politique publique d’action hygiénique au Brésil à fin d’éradiquer le paludisme. Directeur et propriétaire de la Revista do Brasil entre1918 et 1925, la plus importante revue de culture fréquentée par l’intelligentsia brésilienne, Monteiro Lobato est alors la clef de voûte du système littéraire dans lequel il est inscrit : il est le premier éditeur à ouvrir les portes de la Revista do Brasil et de la Companhia Graphico-Editora Monteiro Lobato aux jeunes modernistes qui participeraient à la « Semana de Arte Moderna » de 1922, notamment le jeune Oswald de Andrade, figure emblématique du mouvement moderniste brésilien à côté de Mário de Andrade. C’est Oswald de Andrade lui-même qui suggère en 1923 à l’industriel et mécène Paulo Prado d’inviter son ami Blaise Cendrars à venir au Brésil, ce qui a lieu en février 192410. Cendrars restera six mois au Brésil sous les auspices de Paulo Prado, qui dirige la Revista do Brasil avec Lobato de 1923 à 1925.

  • 11 Urupês est le titre de l’article publié le 23 décembre 1914 à la page 6 du journal O Estado de São (...)
  • 12 Nom désignant les métis descendant des Européens blancs et des Amérindiens.

10L’édition brésilienne n’offrant pas à ses débuts un marché d’illustrateurs, Lobato fait appel, pour les couvertures et les illustrations des livres publiés et imprimés sous la marque « Monteiro Lobato » (éditeur et imprimeur), à des artistes issus de la presse et des ateliers, comme la jeune peintre cubiste Tarsila do Amaral. Lobato est considéré à ce titre comme un éditeur d’avant-garde, le premier à moderniser l’aspect visuel des livres en valorisant la dimension graphique des imprimés. Lobato a construit également sa notoriété comme auteur d’articles de presse, depuis ses années d’étudiant (1898-1902) à la Faculté de Droit du Largo de São Francisco à São Paulo, qui formait l’élite du pays ; il est devenu célèbre dans tout le Brésil pour avoir créé, dans un article de 1914 intitulé « Urupês11 », la représentation synthétique de l’homme rural brésilien, le « Jeca Tatu ». À travers cette figure emblématique, l’écrivain dénonce la situation dégradante du « Jeca », du « caboclo12 » brésilien qui, méprisé par les gouvernements, travaille pour les planteurs de café dans les pires conditions de salubrité et d’existence. Tandis qu’en Europe la Grande Guerre fait ses énormes ravages, au Brésil l’analphabétisme condamne quatre-vingt-dix pour cent de la population à l’exclusion sociale, sans compter les maladies endémiques telles que le paupérisme, le paludisme et la fièvre jaune. La force du Jeca Tatu apporte à son créateur un vrai succès national.

11Lobato n’est toutefois pas le seul de sa génération à œuvrer en faveur de la construction d’une nation brésilienne : il fait partie d’un groupe d’intellectuels qui suit attentivement les pas de sa Première République (1889-1930), dans un moment bouleversé où le Brésil est en train de prendre conscience de lui-même, où son caractère et ses propres spécificités sont l’objet de débats et de discussions. Dans les journaux de la capitale du Brésil aux années 1920, à côté des informations nationales et internationales, sont publiés des articles d’opinion portant le débat public autour de questions majeures comme le concept de nation, de race, la question du métissage et une grande quête d’identité nationale, posant les bases de discussions plus substantielles après 1930, en particulier avec les travaux de Gilberto Freyre, Caio Prado Júnior et Sérgio Buarque de Hollanda. Ces mêmes journaux publient alors des contes et des romans-feuilletons.

  • 13 Cette dernière bataille, la plus longue de toutes, lui vaut une arrestation le 20 mars 1941 et une (...)
  • 14 Monteiro Lobato, O Escândalo do Petróleo, São Paulo, Cia Editora Nacional, 1936.
  • 15 Monteiro Lobato, O Poço do Visconde, São Paulo, Cia Editora Nacional, 1937.
  • 16 Depuis 2010, une intense polémique partage l’opinion publique brésilienne parmi des militants des m (...)
  • 17 Une partie considérable de cette correspondance se trouve à l’Instituto de Estudos Brasileiros de l (...)

12L’écriture pour enfants de Lobato s’inscrit ainsi toujours en parallèle avec son engagement pour son pays. À titre d’exemple, son obstination à réclamer la permission gouvernementale pour la prospection et la création d’une industrie pétrolière13se traduit dans un ouvrage pour adultes, O escândalo do petróleo14 (Le scandale du pétrole, 1936) mais aussi dans un livres pour enfants, paru à la même époque, O Poço do Visconde15 (Le puits du Vicomte, 1937). À cette époque, le Brésil était client et dépendant des États-Unis pour l’acquisition de pétrole, ce qui a mené Lobato à se lancer avec acharnement dans des actions de tous côtés, des voyages, des études et recherches en équipe, des investissements et des aventures de tout ordre pour la première prospection pétrolière du sol brésilien. Le projet de Monteiro Lobato ne se limite donc pas à la Revista do Brasil ou à la maison d’édition qu’il a possédée, ni même à sa présence permanente dans les discussions véhiculées par la presse. Ses livres, dont une partie est destinée au public adulte et une autre partie au public enfantin, sont devenus le moyen par lequel il sait se faire entendre : la littérature devient son arme principale dans sa lutte pour voir le Brésil devenir un pays autonome et riche. Pourtant, accusé de communiste au cours de sa vie, plus récemment de racisme16, ayant perdu plusieurs batailles, accumulant quelques faillites de ses maisons d’édition, Monteiro Lobato a été mal compris par les modernistes, mal vu par les politiques, critiqué par l’Église. Il n’en a pas moins été un écrivain profondément aimé des enfants, comme en atteste la correspondance fidèle avec ses nombreux petits lecteurs : les enfants y partagent leurs émotions les plus profondes de lecteurs et ils ont même le privilège de critiquer et donner des suggestions pour les prochains livres, car l’auteur les accepte et répond à toutes les lettres assidûment17.

L’invisibilité d’un géant

  • 18 Collection de livres pour enfants originaires de dizaines de pays différents, en exposition permane (...)

13Il est curieux qu’un écrivain de la portée de Monteiro Lobato, dont l’œuvre est toujours étudiée, et qui est considéré comme le grand classique de la littérature enfantine brésilienne dans l’entre-deux-guerres, soit resté presque inconnu de la plupart des éditeurs, bibliothécaires et chercheurs francophones qui se penchent sur ce champ. Il figure pourtant depuis 1929 dans la Bibliothèque Internationale de la Jeunesse du BIE18, son œuvre a été traduite à partir de cette même décennie en onze langues et, actuellement, la Bibliothèque Internationale de la Jeunesse de Munich compte encore quatre-vingts titres dans son catalogue. Si l’Associação Brasileira de Educação collabore avec l’enquête organisée par le BIE en envoyant à Genève une centaine de titres brésiliens entre 1929 et 1930, et si le Ministério da Educação e Saúde fait de même pour la nouvelle enquête que le BIE lui adresse en 1938, tout cela n’en diminue nullement l’invisibilité du Brésil en France, et en particulier de l’œuvre de Lobato, pendant une longue période de l’histoire du livre pour l’enfance.

  • 19 La production pour adultes de Lobato compte une vingtaine d'œuvres, sans compter les traductions, u (...)

14Entre 1920 et 1948, Lobato compose 33 œuvres pour la jeunesse19 et publie 27 traductions et adaptations de la littérature mondiale, parmi lesquelles les contes de Perrault, d’Andersen et des frères Grimm,

Couverture de Contos de Grimm (1932) [Archives privées – Tâmara Abreu]

DR

  • 20 Monteiro Lobato, A tempestade, São Paulo, Companhia Graphico-Editora Monteiro Lobato, 1925.

15les fables d’Ésope et de La Fontaine, les deux Alice de Lewis Carroll (Alice in Wonderland et Through the Looking-glass), le Peter Pan de J. M. Barrie, le Pinocchio de Collodi, le Robinson de Daniel Defoe, le Gulliver de Jonathan Swift. Il traduit également Mark Twain, Rudyard Kipling, Eleanor Porter et E. Rice Burroughs et il adapte La Tempête de Shakespeare, dans une collection pour la jeunesse appelée le « Shakespeare des garçons20 ». Il faut compter également avec des récits tirés de la mythologie grecque dont les héros se mélangent aux habitants du Sitio do Picapau Amarelo pour vivre des aventures dans O Minotauro (1939) et Os Doze Trabalhos de Hércules (1944). Mentionnons enfin un Cervantès pour les petits, dans le magistral Dom Quixote das Crianças (Don Quichotte des enfants), paru en 1936.

Couverture de Dom Quixote das crianças (1936) [Archives Iconographia]

DR

16Si certaines histoires, comme celles des contes de fées issus de la tradition populaire européenne, ne constituaient pas de nouveauté pour la petite communauté d’enfants lecteurs du Brésil, Lobato a par ailleurs très bien compris la nécessité de les renouveler. Les traductions du xixᵉ siècle étaient assez difficiles à saisir pour les jeunes lecteurs, étant souvent rédigées en portugais du Portugal, dans un style trop soutenu voire affecté. Les versions signées par Lobato ont été donc très bien reçues par un public avide de clarté de langage et d’accent brésilien dans les histoires de la tradition européenne. Les statistiques annuelles du marché de l’édition au niveau national, publiées entre 1937 et 1945 par les frères Pongetti dans l’Annuario Brasileiro de Literatura, indiquent ainsi que :

  • 21 Sergio Miceli, Intelectuais à brasileira, São Paulo, Companhia das Letras, 2001, p. 78.

Monteiro Lobato a été le plus grand bestseller de 1937, avec 1,2 million d’exemplaires de livres et de traductions sous sa responsabilité, c’est-à-dire, plus de la moitié des 2,3 millions d’exemplaires imprimés par la Companhia Editora Nacional (C.E.N.) et sa succursale, l’Editora Civilização Brasileira. Tel chiffre correspond à pratiquement un tiers de la production totale brésilienne cette année-là21.

17Il faut aussi mentionner que même auparavant, l’année 1934 est encore plus étonnante si l’on analyse l’ensemble de sa production littéraire pour enfants.

Année

Titres inédits

Titres réédités

Total de titres

Tirage

1931

4

0

4

22.000

1932

3

2

5

31.000

1933

5

2

7

68.000

1934

4

9

13

132.500

1935

3

5

8

87.000

1936

2

4

6

47.000

1937

4

6

10

90.000

1938

0

9

9

62.000

1939

2

7

9

64.000

1940

1

10

11

84.000

  • 22 Ce même tableau a été publié originellement dans la thèse de doctorat de Tâmara C. S. Abreu, O livr (...)

Production de livres pour enfants de Lobato 1931-194022

  • 23 Fonds Monteiro Lobato déposé au CEDAE (Centro de Documentação Alexandre Eulálio), IEL (Instituto de (...)
  • 24 Le website du projet a mis à la disposition des visiteurs ou chercheurs une grande partie des résul (...)

18Les données présentées ci-dessus sont le résultat de recherches historiques dans des sources primaires : catalogues et fiches d’édition originelles des archives de la maison CEN, correspondance entre l’éditeur et l’auteur appartenant au Fonds Monteiro Lobato23, tableau du mouvement d’éditions de la CEN, produit par des chercheurs du projet Monteiro Lobato e outros modernismos brasileiros mené à l’UNICAMP24. Puisque les archives présentent un certain nombre d’imprécisions ou de lacunes dans les informations fournies par les sources consultées, il convient de souligner que, pour un très petit nombre de titres dont les chiffres n’ont pas été correctement enregistrés dans une année spécifique, il a été possible de les inférer à travers l’analyse comparative des moyennes de tirage de l’imprimeur pour les autres livres de Lobato dans la même période et pour le même titre au cours de la décennie.

Paul Faucher et Monteiro Lobato : un rendez-vous manqué

  • 25 Instituto Nacional de Estudos Pedagógicos, branche fondamentale du Ministère de l’Éducation créé en (...)
  • 26 Vers 1940, le gouvernement interdit História do Mundo para as Crianças dans les écoles de São Paulo (...)

19L’auteur qui a vendu dans l’année 1937 1,2 million de livres et de traductions aurait-il pu passer inaperçu des correspondants et interlocuteurs brésiliens de Paul Faucher ? De fait, il n’en est rien : Rubens Borba de Moraes et Lourenço Filho, connaissant très bien et de longue date le travail de Lobato, reçoivent entre 1937 et 1940 des lettres de Paul Faucher avec un choix d’albums du Père Castor. Faucher leur demande leur avis à propos de ces albums et leur demande également de diffuser son travail et son œuvre au Brésil, au nom de l’esprit de collaboration internationale préconisé par le mouvement de l’Éducation Nouvelle. Rubens Borba de Moraes est le chef de la division des bibliothèques publiques de São Paulo, tandis que Lourenço Filho est un pédagogue célèbre, collègue de Ferrière, Bovet et Claparède, directeur de l’INEP25 et directeur de la collection « Bibliotheca Infantil » à la maison d’édition Melhoramentos. Ils se montrent dans leurs réponses très intéressés par la nouveauté éditoriale et pédagogique des albums du Père Castor, mais cet intérêt ne se concrétise pas. Les interlocuteurs de Faucher au Brésil ne le mettront jamais en contact avec les éditeurs du pays ni avec son contemporain Lobato pour un possible échange d’idées ou d’intérêts de traduction. Ainsi, les littératures enfantines française et brésilienne de l’entre-deux-guerres ne se sont jamais rencontrées pour un possible dialogue. Paul Faucher ne trouve donc pas d’espace au Brésil dans les années trente et quarante : il s’agit à l’époque d’un pays dont le marché de livres pour enfants est contraint par une politique culturelle conservatrice, sous la menace de censures et de prohibitions. Pour mieux comprendre le contexte, il faut tenir compte du régime politique très particulier connu sous le nom de Estado Novo (1937-1945) et qui s’inscrit dans la période plus large de l’histoire politique brésilienne appélée Era Vargas (1930-1945). L’entre-deux-guerres au Brésil est un temps de suppression des libertés politiques, de dictature, de totalitarisme, de sympathie pour les idées fascistes, d’anti-communisme, de censure. Les militaires ont alors des postes politiques stratégiques, l’église catholique joue un rôle assez important dans la politique et dans la presse, tous alignés sous la main autoritaire de Gétulio Vargas. Le 25 novembre 1935 est décrété un état de siège exceptionnel dont l’application a été exceptionnellement prorogée quatre fois (chacune durant quatre-vingt-dix jours) par l’Assemblée Nationale. La société n’a pas été épargnée des techniques de manipulation de l’opinion publique ou de manipulation de masse dans la presse, où toute divergence du système était taxée de communisme, anarchisme, désordre, danger, crime. Tous les services, produits et objets culturels destinés à l’enfance sont donc contrôlés par l’État, et le système littéraire dont font partie les livres pour enfants est alors soumis en grande partie aux enjeux politiques du Ministère dirigé par Gustavo Capanema, pendant le mandat dictatorial du président Vargas. Peut-être un éditeur ou intellectuel libéral brésilien aurait-il ouvert les portes pour les albums novateurs de Faucher, mais les préoccupations du Ministère de l’Éducation de l’ère Vargas sont de surveiller tous les biens culturels destinés à l’enfance et donc de repousser tout ce qui pourrait contribuer à la liberté des esprits. Dans le cas spécifique de la littérature enfantine, une Commission de Littérature Enfantine (CLI) est ainsi créé en 1936 au Ministère de l’Éducation pour analyser les livres pour enfants et en juger les mérites selon les critères de la moralité chrétienne catholique, du respect des institutions et des autorités, de l’éveil du bon comportement chez l’enfant. Tout le reste est taxé de « communisme », banni et chassé des livres pour enfants. Les livres dépourvus de l’enseignement moral jugé adéquat sont déconseillés dans les listes officielles, dénigrés dans les journaux, voire interdits dans les bibliothèques scolaires et exclus des catalogues26. La CLI n’a duré que deux ans (1936-1938) mais elle a pu rassembler sept personnalités (écrivains, poètes et pédagogues) qui, sous des tampons et des papiers timbrés, ont produit des rapports officiels à propos de la littérature enfantine en langue portugaise. Les listes de lectures conseillées et publiées dans des journaux comportaient toujours des titres de Lobato, mais il s’agissait exclusivement de récits merveilleux, d’aventures ou de traductions et adaptations de fables et de contes classiques, œuvres jugées apparemment inoffensives. Les titres de l’auteur ayant rapport aux contenus scolaires et aux sciences ont été en revanche mis à l’écart des recommandations : l’astronomie de Viagem ao Céu (Voyage au ciel, 1932),

Couverture de Viagem ao Céu (1945) [Archives Iconographia]

DR

20l’histoire de História do Mundo para crianças (Histoire du monde pour les enfants, 1933),

Couverture de História do Mundo para as Crianças (1933) [Archives Editora Nacional-IBEP]

DR

21la grammaire de Emilia no País da Gramática (Emília au Pays de la Grammaire, 1934),

Couverture de Emília no País da Gramática (1934) [Archives Biblioteca Monteiro Lobato]

DR

  • 27 La plus grande bataille des intellectuels de l’éducation au Brésil à cette décennie a été justement (...)

22l’histoire de História das Invenções (Histoire des inventions, 1935), la mathématique de Aritmética da Emilia (L’Arithmétique d’Emília, 1935), la géographie de Geografia de D. Benta (La Géographie de Madame Benta, 1935), la géologie de O Poço do Visconde (Le puits du Vicomte, 1937), la physique et l’astronomie de Serões de Dona Benta (Les soirées de Madame Benta, 1937). Dans un projet littéraire qui ne devait rien à un projet pédagogique, où le merveilleux fusionnait avec la réalité, ces œuvres dénuées de toute figure d’autorité prônent la curiosité de l’enfant, l’indépendance d’esprit, le goût du savoir, le regard critique, la liberté d’expression, la démocratie, le progrès scientifique, les droits des femmes, les régimes démocratiques, autant d’affronts à l’école publique brésilienne telle que la souhaitait l’Estado Novo. Certes, les livres de Lobato étaient mal vus par les défenseurs de cet enseignement confessionnel catholique27, très ancré dans la morale conservatrice et autoritaire, qui n’admet ni questions, ni opposition, résistance aucune.

  • 28 Cecília Meireles (1901-1964), célèbre poète, professeur, catholique et journaliste brésilienne, a n (...)

23En tant qu’écrivain qui ne sous-estime pas l’intelligence de son lecteur, Lobato est accusé d’inciter au non-respect des institutions, de diffuser des idées communistes, anticléricales, de produire une littérature nocive à l’enfance, dans la mesure où elle met en œuvre l’autonomie et l’esprit critique de l’enfant, au détriment de la soumission aveugle. L’excès d’irrévérence et d’audace d’Emília, la célèbre poupée imaginée par Lobato, gênent aussi certains éducateurs, comme Cecília Meireles28, qui jugent les façons de parler et d’agir de la poupée comme un très mauvais exemple pour les enfants. Emília est pourtant la figure préférée des lecteurs, enfants et adultes, parmi tous ses personnages de l’univers lobatien – les lettres en attestent largement.

24Certains livres de Lobato sont donc considérés comme subversifs au milieu des années trente : dans des aventures fantastiques dont les protagonistes sont des enfants se glissent des critiques de la politique et de l’économie brésilienne, des gouvernements de nature fasciste, de l’Église. La poupée, philosophe, pose aux adultes des questions profondes, parfois gênantes, ou tantôt drôles et bêtes. L’écriture de Lobato se caractérise également par un langage vivant et très clair, mis à la portée des lecteurs, dans des récits où des enfants très actifs, aimant les défis, construisent des objets, recherchent, essaient, apprennent des choses par leur propre expérience, et réfléchissent pour trouver des solutions à leurs problèmes. En ce sens, on peut considérer Monteiro Lobato est comme une sorte d’équivalent de Paul Faucher pour le Brésil, dans la mesure où ils expriment une même vision de l’enfant : un être actif par sa nature, un individu pourvu d’imagination et d’idées qui doit se développer en liberté. Les chiffres de vente de leurs livres et albums prouvent la réussite de chacun dans son pays et nous mènent à penser que leur mise en relation aurait pu être une évidence. Pourtant, entre les deux créateurs, le rendez-vous a bien été manqué, en grande partie en raison d’un contexte politique inadéquat. L’œuvre de Lobato est ainsi restée inconnue et méconnue en France.
Mais quelle est donc cette œuvre ? Parmi une production vaste, on choisira de se concentrer sur l’un des récits les plus représentatifs de l’ensemble de l’œuvre.

Le Sítio do Picapau Amarelo et ses personnages

25En 1920 paraît A Menina do Narizinho Arrebitado (La fille au petit nez en trompette), un récit en 43 pages imprimées en format 22 x 29 cm, reliées dans un album cartonné et richement illustré en couleurs par Voltolino.

Couverture de A Menina do Narizinho Arrebitado (1920) [Fonds Monteiro Lobato –Archives CEDAE – UNICAMP]

DR

26Il s’agit du tout premier livre pour enfants de Monteiro Lobato, qui donne naissance à la plupart des éléments et des personnages qui font partie de la saga du Sítio do Picapau Amarelo (petite ferme du pic jaune). Dans la maison de la « petite ferme du pic jaune » habite une vieille dame très cultivée qui s’appelle Dona Benta. Sa compagnie quotidienne est une dame noire surnommée affectivement Tia (tante) Nastácia. Celle-ci fait la cuisine, le ménage et s’occupe des petits animaux de la ferme (poules, cochons). Avec les deux dames, les seules adultes du groupe, habite Narizinho (petit nez), une petite fille brune aux yeux noirs, orpheline, qui habite depuis toujours chez sa grand-mère, Dona Benta (Madame Benta). C’est une petite fille aimable et très intelligente. Narizinho a sept ans et une poupée faite de morceaux d’étoffe et aux yeux brodés de fil, Emília. Un jour de promenade avec Narizinho au Royaume des Eaux-Claires, un monde sous-marin où vivent un prince écaillé et toutes sortes de créatures fantastiques, la poupée avale une pilule parlante et devient une créature au statut de personne, tout en gardant sa forme de poupée. Intelligente, débrouillarde, irrévérente, drôle, Emília est pleine de volonté et d’opinions propres. C’est une personnalité libre qui dit toujours ce qu’elle pense : tantôt des choses très raisonnables, tantôt des bêtises, mais toujours d’adorables bêtises.

Couverture de Reinações de Narizinho (1931) [Archives Editora Nacional-IBEP]

DR

27Chaque année, le petit-fils de Dona Benta, Pedrinho (petit Pedro), âgé de dix ans, vient passer les vacances scolaires dans le Sítio. Garçon courageux et explorateur, amateur des sciences et des inventions, Pedrinho écoute avec grand intérêt les histoires racontées par Dona Benta. Il aime la pêche, la chasse, mais il aime surtout discuter et apprendre des choses avec le sage et savant Visconde de Sabugosa, un épi de maïs au statut de créature pensante, académique, solennelle, formel, très sage mais un peu ridicule, comme si pointait une petite vengeance de l’auteur contre les académiciens et les titres de noblesse qui ont toujours indigné Lobato. Dans le « Sitio » se trouve aussi une petite maison où habite Tio (oncle) Barnabé, un vieux noir descendant d’esclaves qui apprend à Pedrinho à capturer des « sacis » au milieu de la forêt et d’autres secrets de la tradition populaire africaine. Mentionnons encore un cochon gourmand qui porte le titre de Marquis, le Marquês de Rabicó (« rabicó » est un adjectif qui s’applique aux animaux dépourvus de queue ou qui n’ont qu’un petit bout de queue) et que la poupée Emília va épouser, désirant devenir marquise par pure vanité.

Couverture de O Marquês de Rabicó (1922) [Archives Biblioteca Nacional]

DR

28Après ce mariage imaginaire, Emília se repent et divorce de son mari (soulignons que nous sommes dans les années vingt, où le divorce n’est pas une pratique courante). D’autres personnages comme un âne parlant, un rhinocéros grammairien (Quindim) seront ajoutés au fur et à mesure que Lobato développe son monde merveilleux à chaque nouvelle histoire.

  • 29 On se rapporte ici à l’emprisonnement de l’éducatrice féministe Armanda Álvaro Alberto en 1936.
  • 30 Dans A Reforma da Natureza (La réforme de la nature), publié en 1941.
  • 31 Dans A Chave do tamanho (La clef de la taille), publié en 1942.

29Il faut également tenir compte du fait que le narrateur et les personnages de Lobato, au moyen de métaphores, d’ironies, et surtout d’humour avec une pincée de nonsense, laissent entrevoir un parallèle entre les situations vécues au Sítio et au Brésil. Même si la sagesse et l’âge de la grand-mère de Narizinho et de Pedrinho inspirent à tous le respect dans Sítio do Picapau Amarelo, cet espace est représenté comme une république où le chef se met à l’écoute de l’enfant et des autres créatures qui y vivent, en accueillant leurs opinions ou leurs critiques, en proposant des plébiscites pour résoudre des questions polémiques dans un contexte de forte répression politique et de censure à l’extérieur des murs de la fiction. Ce chef est Madame Benta, une femme raisonnable et très cultivée, qui n’a pas de mari, dont la pensée est moderne et le discours libéral. Or, un tel personnage féminin, qui connaît très bien l’histoire, la philosophie, les sciences naturelles et la politique, n’est pas un type ordinaire dans ces années où toute position considérée comme autonome ou féministe était punie avec violence et détention29. Enfin, les habitants du « Sítio » reçoivent parfois des visites illustres : le Petit Chaperon Rouge, Blanche Neige, Cendrillon, Hansel et Gretel, le Chat Botté, le Petit Poucet, Félix le chat, le Baron de Münchausen, La Fontaine, l’oiseau Rokh des Mille et une Nuits, Aladin, Ali Baba, Schéhérazade, Barbe Bleue et bien d’autres. Mais c’est surtout la puissante poudre de perlimpinpin qui, dès qu’ils l’aspirent en imaginant où ils veulent aller, transporte les personnages un peu partout : ils partent pour des voyages fantastiques au Pays des Merveilles, au Pays des Fables, ils se lancent à la découverte des mythes grecs en se rendant sur place, ils voyagent dans l’espace pour rencontrer saint Georges de Lydda sur la lune et jouer à glisser sur les anneaux de Saturne, ils se rendent même en Europe en 1941 pour participer à une rencontre de chefs d’État : Lobato prophétise et mélange curieusement des éléments représentant deux événements historiques qui auront lieu quelques années plus tard : la Conférence de la Paix (1945) et le Tribunal de Nuremberg (1946)30. En 1942 paraît également un livre fondamental : à Berlin, Emília parle en tête-à-tête avec Hitler en lui disant d’arrêter cette grande bêtise qu’est la guerre31. Il s’agit là d’un des moments les plus célèbres et les plus inoubliables pour les lecteurs de l’œuvre lobatienne. On ne peut pas s’abstenir d’en faire la citation, même si elle est trop longue. La traduction est de notre responsabilité.

Couverture de A Chave do tamanho (1954) [Archives privées – Coll. Chico Homem de Melo]

DR

  • 32 Monteiro Lobato, A Chave do tamanho, In Obras Completas, São Paulo, Brasiliense, 1977, vol. 6, p. 1 (...)

 — Nouveau bombardement à Londres, mamie. Des centaines d’avions survolent la ville. Un colosse de bombes. Des quartiers entiers ravagés. Plusieurs incendies. Un tas de morts.
Le visage de Madame Benta est devenu sombre. A chaque fois qu’elle se mettait à penser à la guerre, elle devenait si triste que Petit Nez courait pour s’asseoir sur ses genoux à fin de lui remonter le moral.
— Ne vous en faites pas, mamie. La chose s’est passée à Londres, très loin d’ici.
— Ce n’est pas comme ça pas, ma chérie. L’humanité forme un seul corps. Chaque pays en est un membre, comme chaque doigt, chaque ongle, chaque main, chaque bras ou jambe fait partie de notre corps. Une bombe qui tombe sur une maison de Londres et y tue une mamie comme moi, et tue une petite-fille comme toi ou laisse un Petit Pierre anglais estropié, cela me fait aussi mal que si c’était ici. C’est une perversité si monstrueuse de bombarder des innocents, que j’ai peur de ne plus supporter longtemps l’horreur de cette guerre. J’ai envie de mourir. Depuis que l’immense disgrâce a commencé, je ne fais autre chose que penser à la souffrance de tant de millions d’innocents. Mon cœur se remplit du chagrin de toutes les grands-mères et mères distantes qui pleurent le meurtre de leurs pauvres enfants et petits-enfants.
Cette tristesse de Madame Benta envahissait la ferme du pic jaune, jadis si gai et joyeux. Et c’est justement cette tristesse de Madame Benta qui conduisit Emília à planifier la plus extraordinaire aventure qu’il n’y a jamais eu dans le monde. Emília s’est juré qu’elle ferait cesser la guerre et elle a accompli son vœu — par contre elle a presque fait disparaître toute l’humanité32.

30Emília en conclut qu’il doit exister une « Maison des Clefs » avec des milliers de clefs capables de régler toutes les choses de ce monde. Elle se dit que quelqu’un a ouvert la porte de la guerre et qu’il fallait la fermer pour arrêter la guerre. Mais comment retrouver la clef ? Elle décide de prendre une pincée du poudre de perlimpinpin pour voler jusqu’à la fin du monde et découvrir la « Maison des Clefs ». Après avoir trouvé la clef de la taille, Emília réduit la taille de tous les êtres humains à une taille quarante fois moindre que leur taille originelle. La poupée et le Vicomte de Sabugosa (le sage et scientifique épi de maïs) se rendent donc à Berlin pour voir au plus près les résultats de cette fabuleuse miniaturisation de l’humanité provoquée par le tour de clef d’Emilia. Toutes les maisons sont ouvertes et désertes, il ne reste dans la ville que des chiens et des chats. En passant devant le Palais du Reichstag, le Vicomte lui dit :

  • 33 Op.cit, p. 227-228.

 — Ici habitait le dictateur qui a mené le monde entier à la plus grande des guerres et qui ravageait des villes et des villes avec ses avions, et coulait les navires avec ses sous-marins, et tuait des milliers et des milliers d’hommes avec ses canons et ses mitrailleuses – l’homme le plus puissant qu’il n’y a jamais eu. Et tout cela pourquoi ? Parce qu’il avait huit palmes et demi de hauteur. Aussitôt qu’il a été réduit à quatre centimètres, tout son pouvoir s’est évaporé. […]
— Ah, si on arrivait à le retrouver ! a soupiré Emília.
— Qui sait ? Il est possible qu’il soit encore dans ce palais.
Le Vicomte monta les escaliers et entra. Dans d’immenses salons déserts, le sol était jonché de petits tas d’uniformes. Ici et là, un chat ou un chien vagabond. Le silence était impressionnant. Le Vicomte eut l’idée de secouer un des petits tas d’uniforme et il vit glisser par la manche un insecte blond, nu, tout mort. L’étoffe s’était entassée maladroitement sur lui ; l’insecte, ne pouvant pas s’échapper, était mort étouffé. En examinant les poches de la chemise, le Vicomte trouva la carte d’identité du décédé. C’était un grand général, célèbre pour les destructions faites en Pologne. Emília s’est mise à regarder cette petite chose que le Vicomte tenait dans l’air par un seul pied.
— Extraordinaire ! dit-elle. Cette simple petite chose a été l’une des terreurs du monde, justement parce qu’il était doté de taille. Je vois bien, Vicomte, que la taille des hommes était la pire chose au monde et j’ai très bien fait de l’abolir33. […]

31En parcourant les salles, ils trouvent des « Aryens » effrayés et cachés dans des trous, derrière la plinthe ou sous les meubles. Et quand finalement ils reconnaissent Hitler à sa moustache, le discours d’Emília ne l’épargne pas :

  • 34 Op.cit., p. 228-229. Toute la citation, dans l’original :

Monsieur, dit-elle, j’ai l’honneur de vous présenter Son Excellence le Vicomte de Sabugosa, le maïs parlant de la ferme de Madame Benta. Et aussi je me présente moi-même frau Emília von Rabicó. Nous sommes venus pour une observation de l’Europe et le hasard nous a fait tomber sur cette Allemagne, Excellence. Mais je suis étonnée de ce que je vois. Je croyais trouver le grand arsenal des dictatures, lançant des coups de canon et jetant du feu, et pourtant ce que je vois dans le propre palais du Grand Dictateur ce sont des petits tas d’uniformes vides et des Aryens en forme d’insectes, timides, tout nus, cachés dans les coins et trous. Qu’est-ce qui s’est passé, Excellence ?
Pour une toute petite créature de quatre centimètres, un « maïs » haut de deux palmes comme le Vicomte était à un formidable géant. Rien de plus naturel, donc, que le Grand Dictateur se recroquevillât complètement, incapable de dire un seul mot.
— N’ayez pas peur, Excellence. Le Vicomte est le plus grand géant du monde mais il est aussi du maïs – un végétal extrêmement doux. En outre c’est un grand sage – aujourd’hui le plus grand sage du monde. Et il n’est pas juif, non, Excellence. N’ayez pas peur. Le Vicomte est Aryennissime. Quand il était dans la plantation de maïs qui est son berceau, le vent soufflait sur ses beaux cheveux blond argenté. (…) Je suis arrivée jusqu’ici pour vous dire une seule chose – que la Taille est chose morte. Et celui qui a fait disparaître la Taille, je le connais, et je sais aussi que cette personne est la seule qui peut restituer de nouveau aux hommes l’ancienne et chère Taille – cette taille méchante, car sans elle les hommes n’auraient pas été aussi mauvais, des faiseurs de guerres, des incendiaires de villes, des couleurs de navires, des bourreaux de Juifs. Mais ce mystérieux quelqu’un ne redonnera la Taille perdue que si vous lui assurez que vous ferez la paix, et que si vous vous débarrassez des terribles armes que vous accumulez depuis si longtemps. C’est seulement alors que vous vivrez en paix et harmonie avec le monde comme le font les fourmis et les abeilles. Si la Taille revient et si tout retrouve son état d’origine, je veux une vie nouvelle, sans guerre, sans haines, sans meurtres, sans armes, vous me comprenez bien ? Et si par hasard certains futurs grands de ce monde ne tenaient pas parole, la punition serait terrible. Vous savez laquelle ? Ce tel « quelqu’un » descend la clef une fois pour toutes et la Taille restera réduite à zéro. Au lieu de quatre centimètres, tels que Son Excellence a aujourd’hui, vous passerez à quatre millimètres ou moins et vous serez dévoré même par les mouches et les pouces. Vous comprenez ?
Bien sûr qu’il comprenait. Qui ne comprendrait pas un langage clair comme l’eau de roche34 ?

32Après une grande consultation et un vote à la petite ferme du pic jaune, Emília est obligée de restituer à l’humanité sa taille initiale, quoiqu’à contrecœur. Lobato a alors conscience que la guerre n’allait pas se terminer, mais entre 1941 et 1942, il publie trois livres où la guerre est décrite comme terminée ou en passe de l’être. Ces trois œuvres ont pour thème la guerre, la science et le besoin de « réformer » l’homme et le monde : A reforma da natureza (La réforme de la nature) de 1941, O espanto das gentes (L’étonnement des gens) de 1941 et A chave do tamanho (La clé de la taille) de 1942. Ces années sont sombres au Brésil et dans le monde, mais aussi dans la vie privée de l’écrivain : Lobato a perdu son fils Guilherme en 1939, a été emprisonné en 1941, et a perdu son autre fils Edgar en 1943. Les nouvelles qui arrivaient de l’Europe, ajoutées aux événements difficiles de sa vie personnelle, ont fait de ses lettres et de ses livres pour enfants un lieu d’expression de cette tristesse des dernières années de sa vie, de son pessimisme et en même temps de l’espoir d’un monde meilleur.

33Au lendemain de la seconde guerre mondiale, Monteiro Lobato aurait peut-être pu trouver sa place dans l’édition pour la jeunesse en France, comme les montrent les efforts de sa traductrice auprès d’un certain nombre d’éditeurs.

Lettre de la traductrice Lucie Carr (le 17 janvier 1947) [Fonds Monteiro Lobato - CEDAE - UNICAMP]

Verso de la lettre de la traductrice Lucie Carr (le 17 janvier 1947) [Fonds Monteiro Lobato - CEDAE - UNICAMP]

  • 35 Ces lettres sont datées entre 1944 et 1947. Toutes les lettres de cette traductrice ont été consult (...)

34Si cette traductrice, Lucie Marion Carr, avait pu mener à bien sa négociation avec les éditeurs français en 1947, peut-être Lobato aurait-il été un nom connu en France. Les lettres échangées avec l’auteur montrent qu’elle avait déjà traduit deux titres, mais c’est le Saci qui a le plus intéressé les éditeurs français35. Selon Lucie Marion Carr, ces éditeurs voulaient publier un Saci en album pour Noël, mais la question des illustrations a retardé le projet. Lobato est malheureusement mort l’année suivante et ces traductions n’ont jamais vu le jour. Il reste à souhaiter que ce rendez-vous manqué ne soit pas définitif et que les lecteurs français, jeunes ou moins jeunes, puissent enfin connaître cet auteur fondamental de la littérature brésilienne de l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Notes

1 Marc Soriano, Guide de littérature pour la jeunesse, Paris, Flammarion, 1975, p. 203.

2 Le seul chercheur à mentionner Lobato est Alain Choppin, dans son article « Le manuel scolaire, une fausse évidence historique » (p.33), Histoire de l’éducation [En ligne] 117 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 01 janvier 2013. URL : http://histoire-education.revues.org/565 ; DOI : 10.4000/histoire-education.565. Malgré quelques imprécisions dans les informations véhiculées (éditeur et titres), c’est la première fois qu’on en parle en termes réalistes.

3 Monteiro Lobato, A Barca de Gleyre: 40 anos de correspondência literária entre Monteiro Lobato e Godofredo Rangel, 7ª ed., São Paulo, Brasiliense, 1956.

4 Mais il a fallu plusieurs décennies pour que les citoyens afro-brésiliens ainsi que leurs descendants, bénéficiaires, les uns et les autres, de ce changement de statut, aient le respect des anciens seigneurs et participent librement à la vie sociale, en s’appropriant leur espace légitime dans une société en pleine mutation.

5 En français : « petite ferme du pic jaune ».

6 Il existe sur ce sujet une thèse de doctorat, par, José Roberto Whitaker Penteado Filho : Os filhos de Lobato: o imaginário infantil na ideologia do adulto, Rio de Janeiro, Qualitymark/Dunya Editora, 1997.

7 En 1916, Lobato écrit un article critiquant l’influence européenne présente dans la peinture de la jeune artiste moderniste Anita Malfatti lors de son exposition. L’article polémique a été intitulé « Paranoia ou mistificação » et il est depuis cité régulièrement par tous ceux qui connaissent l’histoire des débuts du mouvement moderniste brésilien. Cet épisode lui a conféré l’image d’un esprit rétrograde aux idées conservatrices en matière d’art, ce qui est pourtant refuté dans la thèse de Tadeu Chiarelli, Um Jeca nos vernissages brasileiros, São Paulo, Edusp, 1995.

8 Monteiro Lobato, O Sacy-Pererê: resultado de um inquérito, São Paulo, Seção de Obras de O Estado de S. Paulo, 1918.

9 Au Brésil, le projet de loi nº 2.762, de 2003, a institué le « Jour du Saci » le 31 octobre afin de stimuler les actions culturelles d’origine populaire et brésilienne (contre l’excès de fêtes Halloween dans les écoles). On ajoute encore que toutes les écoles primaires du Brésil fêtent la semaine du folklore au mois d’août où sont organisées toutes sortes d’activités artistiques et littéraires autour de la figure (parmi d’autres) du saci-pererê.

10 Du côté français, les impressions de Cendrars à propos de son aventure brésilienne ont été consignées dans ses carnets et publiées dans son Feuilles de Route (Paris, Au sans pareil, 1924). Du côté brésilien, tout l’historique de ce séjour est sorti des sources primaires des archives pour figurer sur les pages du livre de Alexandre Eulálio, A aventura brasileira de Blaise Cendrars: ensaio, cronologia, filme ... 2a edição revista e ampliada por Carlos Augusto Calil, São Paulo, Edusp, Fapesp, 2001.

11 Urupês est le titre de l’article publié le 23 décembre 1914 à la page 6 du journal O Estado de São Paulo. Ce même titre sera repris par Lobato dans le premier livre de sa plume (des contes), publié en 1918 par sa propre maison d’édition. Le mot « urupê » vient du Tupi (uru’pe), le terme voulant dire un certain type de champignon (polyporus sanguineus) très commun au Brésil.

12 Nom désignant les métis descendant des Européens blancs et des Amérindiens.

13 Cette dernière bataille, la plus longue de toutes, lui vaut une arrestation le 20 mars 1941 et une condamnation à six mois d’emprisonnement, par ordre du Président dictateur Getúlio Vargas. La population et les intellectuels ont alors manifesté publiquement contre la détention de l’écrivain. Trois mois après, Vargas a accordé une grâce que Lobato a d’abord refusée, mais à 59 ans, abattu moralement, malade, le rebelle a fini par se laisser convaincre par les arguments de ses intimes qu’il valait mieux sortir de prison et arrêter le combat.

14 Monteiro Lobato, O Escândalo do Petróleo, São Paulo, Cia Editora Nacional, 1936.

15 Monteiro Lobato, O Poço do Visconde, São Paulo, Cia Editora Nacional, 1937.

16 Depuis 2010, une intense polémique partage l’opinion publique brésilienne parmi des militants des mouvements noirs qui se battent pour la promotion de l’égalité raciale, des instituteurs, des professeurs, des intellectuels et des académiciens, dans un débat à propos du livre Caçadas de Pedrinho (Les chasses de Petit Pierre) de Monteiro Lobato. L’œuvre a été dénoncée au Conselho Nacional de Educação du Ministère de l’Education comme étant porteuse d’un discours raciste dans certains passages véhiculant des préjugés et des stéréotypes, par des mots ou expressions insultantes contre les noirs, surtout en ce qui concerne le personnage Tia Nastácia (la Tante Nastácia). Ana Maria Machado (prix Andersen 2000), directrice de l’Academia Brasileira de Letras, ainsi que d’autres écrivains et spécialistes de la littérature ont protesté contre les critiques faites à l’œuvre lobatienne. Les discours se radicalisent au fil du temps, la discussion a changé de figure et le futur de ce classique de la littérature enfantine dans les bibliothèques scolaires dépend maintenant de la décision du Supremo Tribunal Federal. Loin de s’accorder entre eux, les organismes pour l’égalité raciale, les pédagogues et les littéraires voient la question sous des angles très différents, selon les opinions publiées dans 84 articles de journaux et de revues en dix-neuf mois entre septembre 2010 et mars 2012 (d’après la recherche de João Feres Júnior et al.) Pour plus de détails, voir : João Feres Júnior et al. Monteiro Lobato e o Politicamente Correto. DADOS – Revista de Ciências Sociais, Rio de Janeiro, vol. 56, no 1, 2013, pp. 69 a 108. http://gemaa.iesp.uerj.br/files/Monteiro_Lobato_e_o_politicamente_correto.pdf

17 Une partie considérable de cette correspondance se trouve à l’Instituto de Estudos Brasileiros de l’Universidade de São Paulo (USP), précisément dans l’Arquivo Raul Andrada e Silva. La correspondance entre l'écrivain et ses jeunes lecteurs a fait l'objet de la thèse de doctorat de Raquel Afonso da Silva. Entre livros e leituras : um estudo de cartas de leitores. Thèse (en Théorie et Histoire littéraire), Universidade Estadual de Campinas (UNICAMP), Campinas-SP, 2009.

18 Collection de livres pour enfants originaires de dizaines de pays différents, en exposition permanente au Bureau International d’Education (BIE) à Genève. Cette collection a eu quelques expositions spéciales (comme celle de l’été de 1929) qui étaient accompagnées de la publication d’une bibliographie commentée sous la forme de rapport-catalogue bilingue français-anglais.

19 La production pour adultes de Lobato compte une vingtaine d'œuvres, sans compter les traductions, une cinquantaine jusqu’en 1945.

20 Monteiro Lobato, A tempestade, São Paulo, Companhia Graphico-Editora Monteiro Lobato, 1925.

21 Sergio Miceli, Intelectuais à brasileira, São Paulo, Companhia das Letras, 2001, p. 78.

22 Ce même tableau a été publié originellement dans la thèse de doctorat de Tâmara C. S. Abreu, O livro para crianças em tempos de Escola Nova: Monteiro Lobato & Paul Faucher. Thèse (en Théorie et Histoire littéraire). Instituto de Estudos da Linguagem, Universidade Estadual de Campinas (UNICAMP), Campinas-SP, 2010.

23 Fonds Monteiro Lobato déposé au CEDAE (Centro de Documentação Alexandre Eulálio), IEL (Instituto de Estudos da Linguagem), UNICAMP (Universidade Estadual de Campinas).

24 Le website du projet a mis à la disposition des visiteurs ou chercheurs une grande partie des résultats de recherche du groupe dans le cadre de ce grand projet thématique dirigé par Marisa Lajolo et financé par la Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado de São Paulo (FAPESP). Voir : http://www.unicamp.br/iel/monteirolobato/

25 Instituto Nacional de Estudos Pedagógicos, branche fondamentale du Ministère de l’Éducation créé en 1938 et dirigé par Lourenço Filho du 2 août 1938 à janvier 1946.

26 Vers 1940, le gouvernement interdit História do Mundo para as Crianças dans les écoles de São Paulo, Vargas ordonne la destruction de tous les exemplaires de l’adaptation Peter Pan faite par Lobato dix ans avant. La prohibition de certains livres de Lobato dans les bibliothèques des écoles catholiques du Brésil a été accompagnée d’un acte de foi où les livres de Lobato ont été brûlés en place publique à Rio de Janeiro. Pendant ces années, des intellectuels et des écrivains supposés communistes ont été arrêtés par la police de l’Estado Novo et mis en prison tels que Graciliano Ramos (en 1936) et Jorge Amado (en 1936 et en 1938). Ce dernier était le seul qui était un vrai membre militant du parti communiste lors des arrestations.

27 La plus grande bataille des intellectuels de l’éducation au Brésil à cette décennie a été justement entre les intellectuels catholiques et les intellectuels laïcs, c’est-à-dire, entre ceux qui voulaient l’enseignement religieux (catholique) à l’école et ceux qui défendaient une école laïque.

28 Cecília Meireles (1901-1964), célèbre poète, professeur, catholique et journaliste brésilienne, a néanmoins reconnu le talent de Lobato, dans une lettre envoyée à l’éducateur Fernando de Azevedo le 9 novembre 1932. Cette lettre dans laquelle elle parle des livres de Lobato a été mentionnée dans plusieurs travaux de recherche. Pour plus de détails, voir Neves (org.), Lôbo et Mignot, Cecília Meireles : A poética da educação. Rio de Janeiro, Editora PUC-Rio ; São Paulo, edições Loyola, 2001.

29 On se rapporte ici à l’emprisonnement de l’éducatrice féministe Armanda Álvaro Alberto en 1936.

30 Dans A Reforma da Natureza (La réforme de la nature), publié en 1941.

31 Dans A Chave do tamanho (La clef de la taille), publié en 1942.

32 Monteiro Lobato, A Chave do tamanho, In Obras Completas, São Paulo, Brasiliense, 1977, vol. 6, p. 174-175.

33 Op.cit, p. 227-228.

34 Op.cit., p. 228-229. Toute la citation, dans l’original :

Novo bombardeio de Londres, vovó. Centenas de aviões voaram sobre a cidade. Um colosso de bombas. Quarteirões inteiros destruídos. Inúmeros incêndios. Mortos à beca.
O rosto de Dona Benta sombreou. Sempre que punha o pensamento na guerra ficava tão triste que Narizinho corria a sentar-se em seu colo para animá-la.
— Não fique assim, vovó. A coisa foi em Londres, muito longe daqui.
— Não há tal, minha filha. A humanidade forma um corpo só. Cada país é um membro desse corpo, como cada dedo, cada unha, cada mão, cada braço ou perna faz parte do nosso corpo. Uma bomba que cai numa casa de Londres e mata uma vovó de lá, como eu, e fere uma netinha como você ou deixa aleijado um Pedrinho de lá, me dói tanto como se caísse aqui. É uma perversidade tão monstruosa, isso de bombardear inocentes, que tenho medo de não suportar por muito tempo o horror desta guerra. Vem-me vontade de morrer. Desde que a imensa desgraça começou não faço outra coisa senão pensar no sofrimento de tantos milhões de inocentes. Meu coração anda cheio da dor de todas as avós e mães distantes, que choram a matança de seus pobres filhos e netinhos.
Aquela tristeza de Dona Benta andava a anoitecer o Sítio do Picapau, outrora tão alegre e feliz. E foi justamente essa tristeza que levou Emília a planejar e realizar a mais tremenda aventura que ainda houve no mundo. Emília jurara consigo mesma que daria cabo da guerra e cumpriu o juramento – mas por um triz não acabou também com a humanidade inteira. […]
— Aqui morava o ditador que levou o mundo inteiro à maior das guerras, e destruía cidades e mais cidades com os seus aviões, e afundava os navios com os seus submarinos, e matava milhares e milhares de homens com os seus canhões e as suas metralhadoras – o homem mais poderoso que jamais existiu. Tudo isso por quê? Porque tinha oito palmos e meio de altura. Assim que foi reduzido a quatro centímetros, todo o seu poder evaporou-se. [...]
— Ah, se conseguíssemos encontrá-lo! – suspirou Emília.
— Quem sabe? É possível que ainda esteja dentro deste palácio. O Visconde subiu as escadarias e entrou. Enormes salões desertos, com o chão coalhado de montinhos de farda. Aqui e ali, um gato ou cachorro vagabundo. O silêncio era impressionante. O Visconde lembrou-se de sacudir um dos montinhos de farda e viu cair pela manga um inseto louro, nu, mortíssimo. O pano amontoara-se de mau jeito em cima dele; o inseto, que não pudera sair, morrera abafado. Examinando os bolsos da blusa, o Visconde encontrou a carteira de identificação do falecido. Era um grande general, famoso pelas destruições feitas na Polônia. Emília ficou a olhar para aquela tripinha que o Visconde erguia no ar por um pé.
— Extraordinário! – disse ela. – Esta simples tripinha foi um dos terrores do mundo, só porque era dotado de tamanho. Estou vendo, Visconde, que o tamanho dos homens era realmente a pior coisa que havia — e fiz muito bem de acabar com ele.
[...]
— Meu senhor — disse ela — tenho a honra de apresentar a Vossa Excelência o Visconde de Sabugosa, o milho falante lá do sítio de Dona Benta. E também me apresento a mim mesma — frau Emília, Marquesa von Rabicó. Viemos dar uma vista dolhos pelas Europas e o acaso nos largou nesta Alemanha de Vossa Excelência. Mas estou admirada do que vejo. Esperei encontrar o grande arsenal das ditaduras dando tiros de canhão e espirrando fogo, e o que no próprio palácio do Grande Ditador eu vejo são montinhos de farda vazia e arianos insetiformes, tímidos, nus, escondidos pelos cantos e vãos e frestas. Que foi que aconteceu, Excelência?
Para uma criaturinha de quatro centímetros, um "milho" como o Visconde, de dois palmos de altura, equivalia a um formidável gigante. Nada mais natural, pois, que o Grande Ditador se encolhesse todo, sem ânimo de soltar uma só palavra. Mas Emília o sossegou.
— Não se assuste, Excelência. O Visconde é o maior gigante do mundo, mas também é milho — um vegetal extremamente pacato. Além disso é um grande sábio — hoje o maior sábio do mundo. E não é judeu, não, Excelência. Não tenha medo. O Visconde é arianíssimo.
Quando esteve no milharal que foi o seu berço, o vento dava na sua linda cabeleira louro-platina.(...) Pois bem, Excelência. Cheguei até cá para dizer uma coisa só — que o Tamanho morreu. E quem acabou com o Tamanho eu sei quem foi, e sei também que essa pessoa é a única que pode novamente restituir aos homens o antigo e querido tamanho — aquele tamanho malvado, porque se não fosse ele os homens não teriam sido maus como foram, fazedores de guerras, incendiadores de cidades, afundadores de navios, judiadores de judeus. Mas esse misterioso alguém só restaurará o tamanho perdido se tiver a certeza de que Vossa Excelência vai fazer a paz, e botar fora todas as horrendas armas que andou amontoando, e desse momento em diante viverá na mesma paz e harmonia com o mundo em que vivem as formigas e abelhas. Se o Tamanho voltar e tudo ficar como estava, quero vida nova, sem guerras, sem ódios, sem matanças, sem armas, está entendendo? E se por acaso algum dos futuros poderosos romper o trato, o castigo será terrível. Sabe qual será o castigo? O tal "alguém" desce a chave duma vez, e o Tamanho fica reduzido a zero. Em vez de 4 centímetros, como Vossa Excelência tem hoje, passara a ter 4 milímetros, ou menos, e será devorado até pelas moscas e pulgas. Está entendendo?
Claro que ele estava entendendo. Quem não entenderia uma linguagem tão pão pão queijo queijo como aquela?

35 Ces lettres sont datées entre 1944 et 1947. Toutes les lettres de cette traductrice ont été consultées aux archives de la Biblioteca Infantil Municipal Monteiro Lobato, à São Paulo. Malgré les tentatives pour trouver des informations plus précises à propos de l’identité de ces éditeurs lors de notre période de recherches doctorales en France, cela n’a pas été possible. Aucun document ne nous a offert de piste sur l’identité de ces éditeurs, mais le temps était court et les tâches abondantes dans les Archives du Père Castor. C’est sans doute une recherche qui reste à faire.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photographie de Monteiro Lobato [Archives familiales Monteiro Lobato]
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Couverture de O Sacy (1921) [Archives Biblioteca Monteiro Lobato]
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1115/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Couverture de Contos de Grimm (1932) [Archives privées – Tâmara Abreu]
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1115/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Couverture de Dom Quixote das crianças (1936) [Archives Iconographia]
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1115/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Légende Couverture de Viagem ao Céu (1945) [Archives Iconographia]
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1115/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Légende Couverture de História do Mundo para as Crianças (1933) [Archives Editora Nacional-IBEP]
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1115/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Couverture de Emília no País da Gramática (1934) [Archives Biblioteca Monteiro Lobato]
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1115/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Couverture de A Menina do Narizinho Arrebitado (1920) [Fonds Monteiro Lobato –Archives CEDAE – UNICAMP]
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1115/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Couverture de Reinações de Narizinho (1931) [Archives Editora Nacional-IBEP]
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1115/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Couverture de O Marquês de Rabicó (1922) [Archives Biblioteca Nacional]
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1115/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Couverture de A Chave do tamanho (1954) [Archives privées – Coll. Chico Homem de Melo]
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1115/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Légende Lettre de la traductrice Lucie Carr (le 17 janvier 1947) [Fonds Monteiro Lobato - CEDAE - UNICAMP]
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1115/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Verso de la lettre de la traductrice Lucie Carr (le 17 janvier 1947) [Fonds Monteiro Lobato - CEDAE - UNICAMP]
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1115/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tâmara Abreu, « Monteiro Lobato, le maître des livres pour enfants au Brésil (1920-1945) », Strenæ [En ligne], 6 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://strenae.revues.org/1115 ; DOI : 10.4000/strenae.1115

Haut de page

Auteur

Tâmara Abreu

Universidade Federal do Rio Grande do Norte (UFRN)
Centro de Ciências Humanas, Letras e Artes (CCHLA)

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org