Navigation – Plan du site
Dossier thématique

De la parodie à la recréation poétique : la réinvention du récit d’aventure scientifique dans l’œuvre de Hugh Lofting

Anne Struve-Debeaux

Résumé

Puisant son inspiration dans les récits de voyages scientifiques qui ont foisonné au xviiie et xixe siècles, et plus particulièrement dans l’œuvre de Jules Verne, la série des « Docteur Dolittle » de Hugh Lofting témoigne cependant d’une constante mise à distance du modèle dont elle s’inspire – un modèle qu’elle ne cesse de réinventer à sa manière, par l’humour et la fantaisie, et qui, par là même, lui permet d’exprimer toute la complexité des années de l’entre-deux-guerres, partagées entre confiance et pessimisme, en même temps que la poésie d’un universel personnel, hanté par la nostalgie.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

États-Unis, Grande-Bretagne
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On trouvera la liste de ces ouvrages et la mention de leur édition originale en annexe de cet artic (...)
  • 2 « Money is a nuisance […] We'd all be much better off if it had never been invented. » (L’argent es (...)

1Parus entre 1920 et 1948, les douze volumes qui composent la série des « Docteur Dolittle »1 de Hugh Lofting nous content l’histoire d’un médecin anglais du début du xixe siècle qui, lassé de soigner les hommes, et devenu naturaliste, ne s’occupe plus que des animaux. De livre en livre, un même lieu leur sert d’ancrage : la maison du Docteur, que l’auteur situe à la limite d’un petit port anglais, au milieu d’un grand jardin entouré de hauts murs – le plus souvent, c’est là que tout commence et que tout finit. Mais en même temps, ces récits n’en laissent pas moins une place essentielle, aussi, au mouvement, nous entraînant tour à tour en Afrique noire, dans la campagne anglaise, au large des côtes brésiliennes, ou sur la lune…. Car leur héros se déplace beaucoup, soit qu’il lui faille se mettre en quête de spécimens rares, soit qu’il doive trouver de toute urgence de quoi subvenir à ses besoins2. Et il est indéniable que, par bien des aspects, en dépit de leur prédilection bien anglaise pour le « home, sweet home », ils s’inscrivent aussi dans la continuité des récits d’aventures et de voyages qui ont fait rêver les siècles précédents. Ils en reprennent en partie l’héritage, tout en le renouvelant et en le réinventant, dans le contexte d’une situation historique tout autre – celle de l’entre-deux-guerres –, et selon un imaginaire et une fantaisie qui leur sont propres.

Un modèle : le roman d’aventure scientifique

2Bon nombre des topoi attendus de la littérature d’aventures et de voyages alimentent en effet les récits de Hugh Lofting. L’on y retrouve les péripéties convenues que sont la poursuite, le combat, l’emprisonnement ou l’évasion… Mais aussi des voyages en mer, accompagnés de tempêtes et de naufrages, de découvertes de contrées inconnues et de peuplades sauvages, par exemple dans The Story of Doctor Dolittle et The Voyages of Doctor Dolittle ; ou des voyages en roulotte – comme dans Doctor Dolittle’s Circus et Doctor Dolittle’s Caravan, où le Docteur parcourt l’Angleterre en exhibant ses animaux les plus extraordinaires – dont son fameux « tiremi-tiretoi » (pushmepullyu), le seul animal au monde ayant deux têtes.

  • 3 « This young fellow Charles Darwin that people are talking about so much now – he’s a Cambridge gra (...)

3Mais plus particulièrement, à l’intérieur de cet ensemble générique, c’est à la tradition du récit de voyage scientifique que Hugh Lofting puise sans aucun doute en priorité. L’on peut songer ainsi, parmi les innombrables récits d’exploration géographique et naturaliste qui ont fleuri aux xviiie et xixe siècles, tant en France qu’en Angleterre, à The Voyage of the Beagle de Darwin – le Docteur Dolittle, qui est censé être un contemporain du célèbre naturaliste anglais, cite explicitement le nom de celui-ci dans The Voyages of Doctor Dolittle, dont l’histoire se situe très précisément en 1839, date de la publication du récit de Darwin : « ce jeune Darwin dont on parle tant en ce moment, et qui est diplômé de Cambridge3 », dit le Docteur.

4Mais on peut songer aussi et surtout, du côté de la fiction romanesque, à l’œuvre de Jules Verne, à laquelle, à l’évidence, Hugh Lofting doit une grande part de son inspiration. On sait que les romans de Jules Verne ont connu un regain de popularité dans les années 1920-1930. Mais il faut se souvenir que Hugh Lofting avait aussi certainement toutes les raisons de s’y intéresser, lui qui, avant de se consacrer entièrement à l’écriture, a exercé durant plusieurs années le métier d’ingénieur civil et possédait, de ce fait, une formation scientifique et technique approfondie.

  • 4 De fait, ce n’est qu’à la faveur de l’explosion d’un astéroïde que les aventuriers de Jules Verne d (...)

5Cette influence de l’œuvre de Jules Verne se révèle de multiples façons. Elle est d’abord perceptible dans le choix du personnage principal, qui, comme les savants de Jules Verne, est un original passionné par l’étude de la nature, doublé d’un explorateur intrépide. Mais elle se reconnaît aussi dans les aventures mêmes qui nous sont contées. Tantôt de manière diffuse, dans la reprise d’un certain nombre de sujets de prédilection de la fiction vernienne – tels que les îles inexplorées, les volcans, le voyage au pôle, ou l’observation du ciel. Tantôt de manière plus précise, au travers de scènes ou de situations directement empruntées à Jules Verne et, en quelque sorte, « recyclées ». Par exemple dans The Voyages of Doctor Dolittle, où le Docteur non seulement traverse la mer des Sargasses et croise des icebergs scintillant de mille feux, à l’instar du capitaine Nemo, mais aussi, comme lui, part à la découverte des grands fonds sous-marins dans un habitacle transparent. Ou dans Doctor Dolittle in the Moon, où l’on assiste à l’envol du Docteur dans l’espace, puis à sa découverte, tout comme le savant Barbicane et ses acolytes, d’océans et de forêts immenses du côté de la face cachée de la lune – à cette différence près, cependant, que Hugh Lofting n’hésite pas à débarquer son personnage sur le sol lunaire quand Jules Verne, lui, préfère faire tourner les siens à distance, tout autour du satellite4.

6À quoi il faut ajouter, sans doute, renforçant encore la proximité entre les deux œuvres, un même intérêt, perceptible dans l’une comme dans l’autre, pour les théories darwiniennes, en même temps qu’un désir très semblable de remonter l’évolution des espèces en direction des origines.

  • 5 « Je me reporte aux époques bibliques de la création, bien avant la naissance de l’homme, lorsque l (...)
  • 6 « I do remember my grandmother saying that in those days before there was a Moon the world had no e (...)

7On se souvient de la découverte, sous terre, par les personnages de Voyage au centre de la terre, de tout un univers disparu, peuplé de monstres terrifiants et de vestiges d’humanoïdes géants. Et des rêveries du jeune Axel sur les créatures les plus primitives – mollusques, crustacés, poissons, reptiles –, qui ont précédé l’apparition de l’homme5. Or, les aventures du Docteur Dolittle, de même, sont elles aussi constamment hantées par les origines du monde et les créatures gigantesques qui y vivaient. Ce sont des romans qui ne font pas que conter des histoires, mais aussi une recherche – une quête d’un passé archaïque révolu. C’est ainsi que dans The Voyages of Doctor Dolittle, on voit le héros s’efforcer d’apprendre la langue des mollusques, parce que, dit-il, pouvoir parler leur langue, ce serait « apprendre l’histoire la plus ancienne du monde » – avant de se mettre en quête d’un escargot de mer géant venu du fond des âges, le dernier de son espèce, détenteur d’un savoir extraordinaire. Tandis que dans Doctor Dolittle’s Garden, il revient au singe Chee-Chee de révéler au Docteur ce que fut le monde « il y a des millions d’années », « en ces temps où il n’y avait pas de lune » – la capacité du Docteur à pouvoir converser avec les animaux lui permettant, là encore, d’avoir accès à des souvenirs totalement effacés de la mémoire des hommes et de plonger dans le passé le plus lointain : « […] je me souviens que ma grand-mère disait qu’en ces temps où il n’y avait pas de lune une multitude de créatures absolument gigantesques parcourait le monde et que l’homme avait bien du mal à survivre6 », lui explique Chee-Chee, avant de se lancer dans une longue évocation de la vie sur terre en cette époque immémoriale. On peut aussi évoquer Doctor Dolittle in the Moon, où l’aventure lunaire, continûment sous-tendue par le souvenir des propos tenus par Chee-Chee dans le volume précédent, finit par se doubler d’un fabuleux retour à la préhistoire et aux premiers temps de la création.

8Il existe ainsi bien des échos entre l’œuvre de Hugh Lofting et celle de Jules Verne, et, sans aucun doute, un véritable rapport de filiation de l’une à l’autre.

9Mais en même temps, en dépit de tout ce qui les apparente à la fiction vernienne, il est indéniable aussi que les récits de Hugh Lofting sont d’une tout autre nature que le modèle dont ils s’inspirent. Ils en reprennent les grands stéréotypes, mais ils ne cessent aussi de les réinterpréter et de les transformer pour mieux, en définitive, les détourner. Car nous avons affaire à des textes volontiers subversifs, comme en témoigne la mise à distance constante, qui s’y observe, entre humour et haute fantaisie, de ce qui constitue le premier matériau de la fiction vernienne : la Science.

Le détournement parodique

10On note en effet que Hugh Lofting, à la différence de Jules Verne, fait le choix d’un univers que l’on pourrait qualifier de « préindustriel ». Totalement dépourvu de machine et ne connaissant ni l’électricité, ni même, semble-t-il, la vapeur. Le plus souvent, le Docteur ne se déplace qu’à pied, en voiture hippomobile ou en bateau à voile. Mais s’il lui faut, pour explorer le fond des océans, ou bien se rendre sur la lune, quelque autre moyen de transport plus adapté, nul besoin d’engins de haute technologie : c’est la nature même qui se charge de lui fournir son véhicule, en lui envoyant une créature géante, surgie dont ne sait où, et qui, sans peine, l’emporte jusqu’à destination.

  • 7 Ibid., p. 306 et 308.

11C’est ainsi qu’il atteint la lune monté sur un gigantesque papillon de nuit – manœuvré habilement au moyen de ses antennes7. Et que son voyage sous les mers se fait à l’intérieur de la coquille d’un immense escargot de mer – un escargot qui, bien que beaucoup moins sophistiqué que le Nautilus, ne s’en avère pas moins, en définitive, tout à fait commode et sûr :

  • 8 « Inside the spacious shell, the snail’s wide back was extremely comfortable to sit and lounge on – (...)

L’intérieur de la coquille était spacieux, et le large dos de l’escargot, extrêmement confortable. On pouvait s’y asseoir, s’y étendre – beaucoup mieux que sur un sofa, une fois que l’on s’était accoutumé à son humidité un peu visqueuse. […] Mais comment notre mollusque géant parvenait-il à ne pas se perdre dans cet univers immense et obscur ? C’était pour nous un grand mystère. John Dolittle lui demanda par quels moyens il naviguait – comment il pouvait être sûr d’être sur la bonne route – celle menant à la rivière de Puddleby. Et ce que l’escargot lui répondit le passionna tellement que, n’ayant plus de papier, il déchira la doublure de son précieux chapeau, pour la couvrir de notes8.

12En outre, on note aussi, à plusieurs reprises, dans l’œuvre de Hugh Lofting, une remise en cause du savoir scientifique – tel que le conçoit l’Occident, c’est-à-dire rationalisant. Par le biais de certains de ses personnages, qui, chacun à leur manière, vont susciter une forme d’interrogation sur son appréhension du monde ou sa crédibilité.

13C’est le Docteur, qui n’admire rien tant que la science intuitive et empirique des peuples primitifs et tient son ami Longue Flèche, un Indien qu’il a rencontré au large des côtes du Brésil, pour le plus grand des naturalistes :

  • 9 « My gracious, what a wonder he was ! The greatest scientist of them all. And the big wigs up in Lo (...)

Bonté divine, quel savant prodigieux il était ! Le plus grand de tous ! Et dire que tous les gros bonnets de Londres, la Royal Society, le Musée d’Histoire naturelle et tout le reste connaissent à peine son nom9 !

14C’est Tommy Stubbins, qui au moment de raconter les aventures qu’il a vécues sur la lune aux côtés du Docteur, préfère puiser dans ses souvenirs plutôt que dans ses carnets de notes scientifiques, et écrire pour le lecteur ordinaire – « the general reader » –, plutôt que pour le savant :

  • 10 « It is true I made many notes for the Doctor, books full of them. But that information was nearly (...)

Bien sûr, j’ai pris beaucoup de notes pour le Docteur, des cahiers entiers de notes. Mais ces données sont toutes de nature très scientifique. Et je sens que je devrais raconter mon histoire moins pour le savant que pour le lecteur ordinaire10.

15Et c’est encore Polynesia, la vieille dame perroquet, et Bumpo, le prince africain, qui, tous deux pourvus d’un savoir scolaire pour le moins approximatif, fournissent, par leurs confusions et leurs inexactitudes, autant d’occasions, non seulement de jouer avec les mots, mais aussi de tourner en dérision le sérieux du monde scientifique.

16On le voit dans le passage de The Voyages of Doctor Dolittle, où Polynesia, ne se souvenant plus précisément de la ville où étudie Bumpo, affirme qu’il se trouve à « Bullford » :

  • 11 « “Bullford ! ― Bullford !” muttered the Doctor. “I never heard of the place – Oh, you mean Oxford. (...)

— Bullford ! Bullford ! marmonna le Docteur. Je n’ai jamais entendu parler de cet endroit-là. Oh, tu veux dire Oxford !
— Oui, c’est ça — Oxford, dit Polynesia. Je savais bien qu’il y avait des bovins dans l’histoire. Oxford — c’est bien ça11 ».

17Ressurgit alors, de façon burlesque, la signification étymologique du nom « Oxford », que l’usage a oubliée : « Gué des bœufs ». Ou encore dans l’épisode de ce récit, où Bumpo, à sa façon, commente l’explication, donnée au Docteur par un groupe de marsouins, de ce qui fait flotter l’île où il a échoué :

  • 12 « “By the way, do you happen to know how this island came to be a floating island ? At least half o (...)

— […] À propos, sauriez-vous par hasard comment cette île est devenue flottante ? [demanda le Docteur] J’ai remarqué que la moitié, au moins, est formée de roches. C’est très étrange qu’elle puisse flotter !
— C’est un cas tout à fait inhabituel, répondirent les marsouins. Mais très simple à expliquer. À l’origine, c’était une région montagneuse de l’Amérique du Sud, en surplomb au-dessus de l’océan – une sorte d’appendice, si vous voulez. Mais il y a des milliers d’années, au moment des grandes glaciations, elle s’est détachée du continent ; et, bizarrement, au moment où elle est tombée, l’intérieur, qui était creux, s’est rempli d’air. On ne voit qu’une petite moitié de l’île : la plus grande partie est sous l’eau. Et au-dessus, au milieu, il y a comme une énorme chambre à air en pierre, juste sous les montagnes. C’est pourquoi l’île flotte.
— Oh ! s’exclama Bumpo, quel phénomètre particurieux !
— Absolument, acquiesça le Docteur. Il faut que je le note12.

18Un passage où, là encore, le jeu linguistique suscité par les connaissances quelque peu confuses du personnage joue un rôle décisif dans la dérision du savoir scientifique : les mots valises de Bumpo venant couronner l’explication fournie d’un curieux jargon, qui tout à la fois en exhibe le caractère parfaitement compréhensible et complètement loufoque.

19L’œuvre de Hugh Lofting se déploie ainsi tout entière, à rebours de la fiction vernienne, dans un univers en marge du réel scientifique. Et non pas seulement : comme on le voit aux exemples que nous venons d’évoquer, dans un univers délivré, aussi, du même coup, de tout ancrage dans le réel comme de tout souci de maintenir une quelconque vraisemblance ou quelconque rationalité. Ce sont des récits qui font le choix, radical, d’une ouverture à toutes les libertés, toutes les fantaisies.

L’exploration d’un autre monde

  • 13 L’Encyclopaedia Britannica définit ainsi le nonsense verse : « humorous or whimsical verse that dif (...)

20Ce choix inscrit sans aucun doute les récits de Hugh Lofting dans la continuité de toute une tradition de la littérature anglaise – et plus particulièrement de la littérature enfantine – se fondant sur le nonsense : cette « folie pour la folie », pour reprendre l’expression de Gilbert Keith Chesterton, multipliant les jeux de mots, les idées farfelues, et les situations tout à la fois invraisemblables et comiques. Il ne faut pas oublier que la créativité de Hugh Lofting s’est aussi exercée dans le domaine du nonsense verse, avec la publication, en 1924, d’un recueil de petits poèmes farfelus, Porridge poetry13.

  • 14 Cette remise en cause du monde moderne ne passe d’ailleurs pas seulement, chez Hugh Lofting, par ce (...)

21Mais ce traitement distancié que subit le savoir scientifique dans la série des Docteur Dolittle ne peut se comprendre aussi qu’en référence à l’époque qui l’a vue naître. Car comment, dans les années 1920-1930, continuer de rêver la science comme au temps de Jules Verne – dans un monde dévasté par la première guerre mondiale, et sous l’emprise tout à la fois d’une crise économique, sociale et morale majeure et d’une nouvelle montée des périls ? Sous leur légèreté apparente et leur humour, ces récits participent étroitement du désenchantement qui a marqué, là aussi sous une apparente insouciante, les années de l’entre-deux-guerres : des années où, tout en entrant de plein pied dans la modernité scientifique, l’on ne pouvait qu’en percevoir intensément les insuffisances et les dangers, et douter de l’absolue supériorité de la science14.

22Cependant, plus profondément, une autre raison doit être encore évoquée, pour comprendre ce que recouvre le renouvellement du récit d’aventures scientifiques dans l’œuvre de Hugh Lofting. Car si chez cet écrivain s’opère volontiers un brouillage du discours scientifique en même temps que du principe de raison, c’est aussi, en définitive, pour mieux laisser place à ce qui seul l’intéresse : l’exploration d’un autre monde, régi par d’autres lois. Ses récits procèdent d’un mouvement évident de réinvention, qui leur donne leur véritable raison d’être – réinvention du modèle littéraire dont ils s’inspirent, mais aussi de la réalité.

  • 15 Voir Irène Smith, A History of the Newbery and Caldecott Medals, New York, The Viking Press, p. 109 (...)

23Nous savons, par une des rares confidences de l’auteur, les conditions qui ont présidé à la genèse du Docteur Dolittle : Hugh Lofting a en effet confié à un journaliste, lors d’une conférence tenue en 1923, que c’est durant la première guerre mondiale que lui est venue l’idée de son personnage, sur le front même, tandis qu’il regardait les chevaux et les mules des régiments blessés et agonisant sous le feu des combats – précisant qu’il avait voulu, ce sont ses propres mots, « faire pour eux ce qui n’était pas fait, et ne pouvait être fait dans la vie réelle15. »

24Il s’agit sans aucun doute d’un propos essentiel, éclairant de manière significative l’expérience traumatisante qui a poussé Hugh Lofting à écrire ses récits, en même temps que la charge compensatrice dont a été investi son personnage principal. Ce médecin décidant de ne plus soigner les hommes pour se consacrer aux animaux, et capable de communiquer avec eux, plus qu’un nouvel avatar de la figure du savant génial et quelque peu excentrique, est surtout et avant tout une incarnation de la volonté qui a été celle de l’écrivain, à rebours d’une réalité vouée à la violence et à l’hostilité, de recréer un monde nouveau, plus heureux.

25C’est ce qui explique que la première caractéristique dont Hugh Lofting ait doté le personnage du Docteur Dolittle soit une extraordinaire capacité linguistique. Décrit comme un polyglotte hors pair, et capable de parler non seulement la plupart des langues humaines mais aussi toutes sortes de langues animales, voire de converser – à partir du récit Doctor Dolittle in the Moon – avec les arbres et les fleurs, ce personnage est bien au centre d’un univers totalement différent, tout entier fondé, par-delà les différences, sur les liens et les échanges.

26Mais c’est ce qui permet aussi de comprendre ce qui, fréquemment, autour du Docteur Dolittle, associe à la résolution d’une situation initiale malheureuse – injustice, conflit, violence – la quête d’une meilleure communication. Par exemple, dans Doctor Dolittle’s Post Office, où le Docteur après avoir chassé des Blancs esclavagistes d’un royaume d’Afrique, vient aider à la construction d’un bureau de poste – bureau, d’ailleurs, qui finit par servir aux animaux aussi bien qu’aux hommes. Ou dans The Voyages of Doctor Dolittle, où après une bataille mémorable, l’on assiste à la rédaction, sur l’instigation du Docteur, d’un contrat de paix destiné à éviter tout conflit à venir. Un épisode qui, lui aussi, montre que le pouvoir d’apaisement du Docteur tient bien autant à sa capacité de restaurer la communication, dans un monde soumis aux divisions et à la violence, qu’à l’exercice de son art.

27Il faut noter d’ailleurs, à ce sujet, une évolution dans l’œuvre de Hugh Lofting. Car si les premiers récits, parus au début des années vingt, semblent encore confiants dans les possibilités d’une harmonie sur terre, pour peu qu’on aide les créatures terrestre à y parvenir, il est évident qu’à partir du Doctor Dolittle’s Garden et du Doctor Dolittle in the Moon, parus en 1927 et 1928, le doute finit par l’emporter largement sur l’espoir. Dans Doctor Dolittle’s Garden, une abeille, dont la colonie réside sur le champ de bataille de Bunkerloo, évoque ainsi son expérience de la violence foncière des hommes :

  • 16 « For hours they would shoot off evil-smelling gunpowder, blowing some of the trees right out of th (...)

Ils tiraient pendant des heures – la poudre de fusil avait une odeur horrible ! –, arrachant des arbres, détruisant d’innombrables essaims d’abeilles […] Et ensuite, quand ils avaient bien combattu, ils repartaient, laissant sur le sol des centaines de cadavres d’hommes et de chevaux, qui, après quelques jours, empestaient terriblement – pire encore que la poudre de fusil.
Et cela ne semblait jamais rien résoudre. Parce qu’après une année ou deux, ils étaient de nouveau là, pour une autre bataille16 […].

28Tandis que dans Doctor Dolittle in the Moon s’impose définitivement le constat que s’il peut exister un univers préservé de toute agressivité et de toute destruction, ce ne peut être que très loin, hors de ce monde. Et en une contrée, sans doute, plus imaginaire que réelle.

29Une contrée relevant, pour une part de l’utopie politique : la lune que découvre le Docteur est tout entière gouvernée par un « Conseil » suprême tout-puissant, dont la première mission est de garantir la coexistence harmonieuse des espèces – l’on songe bien sûr à la grande tentative d’organisation mondiale qu’a été, dans l’entre-deux-guerres, la SDN, à laquelle il fournit comme une sorte de pendant imaginaire plus parfait :

  • 17 « This was apparently a committee or general government made up of members from both the Animal and (...)

C’était, semble-il, une administration publique, ou bien un comité, constitué de membres à la fois du royaume animal et du royaume végétal. Son principal objectif était de réguler la vie sur la lune de manière à ce qu’il n’y ait plus de guerre. Par exemple, si une espèce d’arbuste voulait étendre son espace sur un territoire déjà occupé – disons, par des joncs –, il lui était interdit d’en expulser son voisin avant que l’affaire n’ait été soumise au Conseil 17 […].

30Mais relevant aussi de l’utopie de l’artiste, emblématique de la transformation que peut faire subir à la réalité l’imagination créatrice – dans l’épreuve de la division et de la séparation, et jusqu’au plus profond de la solitude et du désespoir.

31En témoigne la rencontre que fait le Docteur, sur la lune, de l’artiste Otho Bludge, « the Moon Man » : un homme préhistorique installé là depuis le jour très ancien où un terrible cataclysme est venu arracher la lune à la terre, l’emportant avec lui, et qui y mène une existence solitaire, tout entière vouée à la fois à son art et au maintien de l’harmonie du monde dont il est, depuis des millénaires, l’unique souverain.

32Avec une seule obsession : survivre. Et un unique souvenir conservé du monde des hommes : le bracelet qu’un jour lui a remis une jeune fille, et qui, peu à peu, s’est incorporé à la chair de son poignet.

33Nous touchons là, sans doute, à la motivation la plus profonde de l’œuvre de Hugh Lofting. Si les aventures du Docteur Dolittle se plaisent à détourner et réinventer le roman d’aventure scientifique, c’est pour mieux lui substituer, en définitive, un contre-modèle d’une toute autre nature : transmuant, inversant l’avancée virile et conquérante de l’aventure en une quête de l’harmonie originelle perdue – rêvée comme l’espace d’une entente heureuse entre les différents règnes de la nature, en même temps que d’une unité retrouvée entre l’homme et l’humanité – et le lieu même, dans la conscience irrémédiable de la perte, de la création poétique et artistique, seule capable de la reconstruire – ne serait-ce que de manière illusoire – et momentanément. L’œuvre de Hugh Lofting a le goût des paradis perdus.

Haut de page

Annexe

1. La série des « Docteur Dolittle »

The Story of Doctor Dolittle, New York, Frederick A. Stokes Company, 1920.

The Voyages of Doctor Dolittle, New York, Frederick A. Stokes Company, 1922.

Doctor Dolittle’s Post Office, New York, Frederick A. Stokes Company, 1923.

Doctor Dolittle’s Circus, New York, Frederick A. Stokes Company, 1924.

Doctor Dolittle’s Zoo, New York, Frederick A. Stokes Company, 1925.

Doctor Dolittle’s Caravan, New York, Frederick A. Stokes Company, 1926.

Doctor Dolittle’s Garden, New York, Frederick A. Stokes Company, 1927.

Doctor Dolittle in the Moon, New York, Frederick A. Stokes Company, 1928.

Doctor Dolittle’s Return, New York, Frederick A. Stokes Company, 1933.

Doctor Dolittle and the Secret Lake, Philadelphia, J.B. Lippincott Company, 1948.

Doctor Dolittle and the Green Canary, Philadelphia, J.B. Lippincott Company, 1950.

Doctor Dolittle’s Puddleby Adventures, Philadelphia, J.B. Lippincott Company, 1952.

2. Récits traduits en français

The Story of Doctor Dolittle : publié sous le titre L’Histoire du Docteur Dolittle en 1931 aux éditions Albin Michel. Retraduit et publié dans une version abrégée sous le titre L’Extravagant Docteur Dolittle pour la « Bibliothèque rose » des éditions Hachette en 1968. Retraduit intégralement sous le titre L’Histoire du Docteur Dolittle aux éditions Flammarion en 1979.

The Voyages of Doctor Dolittle : publié en France sous le titre Les Voyages du Docteur Dolittle en 1935 aux éditions Albin Michel. Retraduit et publié dans une version abrégée dans la collection « Idéal- Bibliothèque » des éditions Hachette en 1968. Retraduit intégralement aux éditions Flammarion en 1979. Retraduit intégralement aux Éditions Ipagine en 2012 (version mp3, 2013).

Doctor Dolittle’s Post Office : publié en France sous le titre La Poste du Docteur Dolittle, en 1933 aux éditions Albin Michel.

Doctor Dolittle’s Circus : publié dans une version abrégée sous le titre Le Cirque du Docteur Dolittle dans la collection « Idéal- Bibliothèque » des éditions Hachette en 1967, puis dans la « Bibliothèque rose » en 1968.

Haut de page

Notes

1 On trouvera la liste de ces ouvrages et la mention de leur édition originale en annexe de cet article.

2 « Money is a nuisance […] We'd all be much better off if it had never been invented. » (L’argent est un ennui […] On aurait mieux fait de ne jamais l’inventer), a l’habitude de dire le Docteur Dolittle, à qui l’argent fait souvent cruellement défaut. Voir The Story of Doctor Dolittle, Ishi Press, New York / Tokyo, 2010, p. 24. Toutes les citations traduites en français dans cet article le sont par nous-même.

3 « This young fellow Charles Darwin that people are talking about so much now – he’s a Cambridge graduate », The Voyages of Doctor Dolittle, Hong Kong, Forgotten Books, p. 71. La traduction française de cette citation renvoie à Les Voyages du Docteur Dolittle, traduction et notes par Anne Struve-Debeaux, Paris, éditions Ipagine, 2012, p. 62.

4 De fait, ce n’est qu’à la faveur de l’explosion d’un astéroïde que les aventuriers de Jules Verne découvrent fugitivement la partie invisible de la lune : « Des milliers de fragments lumineux allumaient et rayaient l’espace de leurs feux. […] La lumière qui saturait l’éther se développait avec une incomparable intensité, car ces astéroïdes la dispersaient en tous sens. À un certain moment, elle fut tellement vive, que Michel, entraînant vers sa vitre Barbicane et Nicholl, s’écria : « L’invisible Lune, visible enfin ! » Et tous trois, à travers un effluve lumineux de quelques secondes, entrevirent ce disque mystérieux que l’œil de l’homme apercevait pour la première fois. Que distinguèrent-ils à cette distance qu’ils ne pouvaient évaluer ? Quelques bandes allongées sur le disque, de véritables nuages formés dans un milieu atmosphérique très restreint, duquel émergeaient non seulement toutes les montagnes, mais aussi les reliefs de médiocre importance, ces cirques, ces cratères béants capricieusement disposés, tels qu’ils existent à la surface visible. Puis des espaces immenses, non plus des plaines arides, mais des mers véritables, des océans largement distribués, qui réfléchissaient sur leur miroir liquide toute cette magie éblouissante des feux de l’espace. Enfin, à la surface des continents, de vastes masses sombres, telles qu’apparaîtraient des forêts immenses sous la rapide illumination d’un éclair... » (Autour de la lune, Paris, Le Livre de poche, p. 166-168)

5 « Je me reporte aux époques bibliques de la création, bien avant la naissance de l’homme, lorsque la terre incomplète ne pouvait lui suffire encore. Mon rêve alors devance l’apparition des êtres animés. Les mammifères disparaissent, puis les oiseaux, puis les reptiles de l’époque secondaire, et enfin les poissons, les crustacés, les mollusques, les articulés. […] », Voyage au centre de la terre, Paris, Le Livre de poche, p. 216. Et de même : « Je cherche à me rappeler les instincts particuliers à ces animaux antédiluviens de l’époque secondaire, qui, succédant aux mollusques, aux crustacés et aux poissons, précédèrent l’apparition des mammifères sur le globe. […] », Ibid., p. 220.

6 « I do remember my grandmother saying that in those days before there was a Moon the world had no end of perfectly enormous creatures running about it and that Man had a terribly hard time to survive. », Doctor Dolittle’s Garden, Philadelphie, J.B. Lippincott Company, 1927, p. 225.

7 Ibid., p. 306 et 308.

8 « Inside the spacious shell, the snail’s wide back was extremely comfortable to sit and lounge on – better than a sofa, when you once got accustomed to the damp and clammy feeling of it. […] How our giant shellfish found his way across that vast and gloomy world was a great puzzle to us. John Dolittle asked him by what means he navigated – how he knew he was on the right road to Puddleby River. And what the snail said in reply got the Doctor so excited, that having no paper left, he tore out the lining of his precious hat and covered it with notes. », The Voyages of Doctor Dolittle, op. cit., p. 359-362. Pour la traduction française : Les Voyages du Docteur Dolittle, op.cit., p. 280-283.

9 « My gracious, what a wonder he was ! The greatest scientist of them all. And the big wigs up in London, the Royal Society, The Natural History Museum and the rest, they hardly know his name ! », Doctor Dolittle’s Garden, op.cit., p. 182.

10 « It is true I made many notes for the Doctor, books full of them. But that information was nearly all of a highly scientific kind. And I feel that I should tell the story here not for the scientist so much as for the general reader. », Doctor Dolittle in the Moon, Philadelphie, J.B. Lippincott Company, 1928, p. 1.

11 « “Bullford ! ― Bullford !” muttered the Doctor. “I never heard of the place – Oh, you mean Oxford.”/ “Yes, that’s the place – Oxford”, said Polynesia », The Voyages of Doctor Dolittle, op. cit., p.35-36. Pour la traduction française : Les Voyages du Docteur Dolittle, op.cit., p. 34-35.

12 « “By the way, do you happen to know how this island came to be a floating island ? At least half of it, I notice, is made of stone. It is very odd that it floats at all, isn’t it ?”/ “It is unusual,”they said.“But the explanation is quite simple. It used to be a mountainous part of South America – an overhanging part – sort of an awkward corner, you might say. Way back in the glacial days, thousands of years ago, it broke off from the mainland ; and by some curious accident the inside of it, which is hollow, got filled with air as it fell into the ocean. You can only see less than half of the island : the bigger half is under water. And in the middle of it, underneath, is a huge rock air-chamber, running right up inside the mountains. And that’s what keeps it floating.”/ “What a pecurious phenometer !” said Bumpo. / “It is indeed,”said the Doctor.“I must make a note of that. […]”», The Voyages of Doctor Dolittle, op. cit., p. 273. Pour la traduction française : Les Voyages du Docteur Dolittle, op.cit., p. 215-216.

13 L’Encyclopaedia Britannica définit ainsi le nonsense verse : « humorous or whimsical verse that differs from other comic verse in its resistance to any rational or allegorical interpretation. Though it often makes use of coined, meaningless words, it is unlike the ritualistic gibberish of children’s counting-out rhymes in that it makes these words sound purposeful. » (« Vers plein d’humour ou fantasque qui diffère des autres vers comiques par sa résistance à toute interprétation raisonnable ou allégorique. Bien qu'il se serve souvent de mots inventés et vides de sens, il ne ressemble pas au charabia rituel des comptines, parce qu’il confère à ces mots l’apparence d’un contenu déterminé. »)

14 Cette remise en cause du monde moderne ne passe d’ailleurs pas seulement, chez Hugh Lofting, par ce détournement des codes et des stéréotypes du récit d’aventures scientifiques, que donnent à lire ses récits, et la dérision du savoir scientifique à laquelle ils procèdent par l’invraisemblance et l’humour : comme certains passages le montrent, elle se traduit aussi par l’émergence d’un discours que l’on dirait aujourd’hui « écologique », soucieux des rapports de l’homme et de la nature et de la préservation de l’environnement – et coïncidant, de fait, avec les débuts de l’écologie dans les premières décennies du xxe siècle. Voir, par exemple, les propos du Docteur Dolittle concernant le pôle nord et les ours polaires dans The Voyages of Doctor Dolittle, op. cit., p. 138-139. Pour la traduction française : Les Voyages du Docteur Dolittle, op.cit., p. 111-112.

15 Voir Irène Smith, A History of the Newbery and Caldecott Medals, New York, The Viking Press, p. 109 : « At the 1923 conference, after Hugh Lofting had accepted the second Newbery Medal, Mr. R.R. Bowker asked him how Doctor Dolittle originated. Lofting said that at the front during the First World War he had been so impressed by the behavior of horses and mules under fire that he invented the little doctor to do for them what was no and could not be done in real life » (Lors de la conférence de 1923, après que Hugh Lofting eut reçu la médaille Newbery, M. R.R. Bowler lui demanda comment l’idée du Docteur Dolittle lui était venue. Hugh Lofting répondit que, pendant la première guerre mondiale, alors qu’il se trouvait sur le front, il avait été si ému par les comportements des chevaux et des mules pris sous les tirs des combattants qu’il avait inventé le petit docteur, afin de faire pour eux ce qui n’était pas fait, et ne pouvait être fait dans la vie réelle.)

16 « For hours they would shoot off evil-smelling gunpowder, blowing some of the trees right out of the ground by the roots and destroying simply no end of wasps’ nests […] Then, after they had fought for hours, they would go away again, leaving hundreds of dead men and horses on the ground which smelt terribly after a few days – even worse than the gunpowder. », Doctor Dolittle’s Garden, op.cit., p. 109-110.

17 « This was apparently a committee or general government made up of members from both the Animal and Vegetable Kingdoms. Its main purpose was to regulate life on the Moon in such a way that there should be no more warfare. For example, if a certain kind of shrub wanted more room for expansion, and the territory it wished to take over was already occupied by, we’ll say, bulrushes, it was not allowed to thrust out its neighbor without first submitting the case to the Council. », Doctor Dolittle in the Moon, op.cit., p. 186.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Struve-Debeaux, « De la parodie à la recréation poétique : la réinvention du récit d’aventure scientifique dans l’œuvre de Hugh Lofting », Strenæ [En ligne], 6 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://strenae.revues.org/1109 ; DOI : 10.4000/strenae.1109

Haut de page

Auteur

Anne Struve-Debeaux

Université Paris Ouest
CSLF

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org