Navigation – Plan du site
Dossier thématique

L’Île rose et La Colonie de Charles Vildrac : le modèle utopique en question dans la littérature pour la jeunesse des années vingt

Martine Jacques

Résumé

En 1924 paraît aux éditions Tolmer, à destination des enfants, un texte inédit de Charles Vildrac, intitulé L’Île rose. Il s’agit d’une utopie, parfois proche de la robinsonnade, qui sera suivie de La Colonie en 1930 : ces deux textes proposent une réécriture critique des topiques du genre. Le poète et dramaturge qu’était jusqu’alors Vildrac devient ainsi une sorte d’intercesseur privilégié entre l’enfant et un véritable imaginaire politique, qui depuis le xvie siècle s’est incarné l’utopie narrative. Au cœur des préoccupations poétiques et politiques de l’auteur, la topique de l’utopie insulaire est déployée dans ces deux romans pour la jeunesse avec talent et complexité. Nourris d’un imaginaire personnel très attaché à l’utopie, ces deux romans revivifient tout en les mettant en cause les archétypes du genre, et travaillent de manière critique le mythe utopique façonné par les générations précédentes. C’est ainsi que ces récits illustrés participent pleinement, au cours des années vingt des innovations et transformations esthétiques, poétiques, graphiques, mais aussi idéologiques que porte la littérature pour la jeunesse de l’entre-deux guerres.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charles Vildrac, L’Île rose, Paris, Tolmer, 1924.
  • 2 Charles Vildrac, La Colonie, Paris, Albin Michel, 1930.
  • 3 Charles Vildrac, Livre d’amour suivi de Premiers vers, Paris, Le Temps des cerises, Seghers, 2005, (...)

1En 1924 paraît aux éditions Tolmer, à destination des enfants, un texte inédit du poète unanimiste Charles Vildrac, intitulé L’Île rose1. Il est illustré par Edy-Legrand, l’artiste-peintre qui a signé, juste après la première guerre mondiale, en 1919, une riche utopie écologiste avant l’heure ainsi qu’un des plus beaux albums pour la jeunesse jusque-là publiés, Macao et Cosmage ou l’expérience du bonheur. Si ce livre a eu un succès plus critique que populaire, il a cependant révolutionné les codes de l’album en inscrivant pleinement ce dernier dans les choix esthétiques de son temps et en considérant l’enfant comme un lecteur digne des plus belles attentions de l’auteur, capable de créativité et d’intelligence du texte, et non comme le simple consommateur d’une littérature à l’esthétique démonstrative et simplificatrice. C’est dans cette même optique que se situe L’Île rose, premier texte à destination des enfants rédigé par Charles Vildrac sur les encouragements de son ami peintre qui en propose une magnifique illustration. Le jeune lecteur peut découvrir dans ce bref roman une utopie, parfois proche de la robinsonnade, qui sera suivie de La Colonie2 en 1930. Ces deux récits proposent une réécriture critique des topiques du genre. Vildrac prolonge ainsi sous des formes renouvelées une pratique poétique qu’il avait jusque-là destinée aux adultes. Chef de file des Unanimistes de l’Abbaye, aimé et célébré de Jammes, Verhaeren, Max Jacob ou André Suarez, à qui Paul Éluard vouera toujours une profonde admiration, il se lance à cette occasion dans l’aventure d’un texte pour enfants ; lui qui n’a cessé de célébrer l’esprit d’enfance dans son Livre d’Amour par exemple publié en 19103 expérimente une littérature où cet esprit d’enfance, fait d’émerveillement sensible et de simplicité expressive, serait partagé par l’auteur et ses lecteurs.

  • 4 À propos de ce genre, on consultera avec profit C.G.T. Garnier (éd.), Voyages imaginaires, romanesq (...)
  • 5 Charles Vildrac, L’Île rose, op.cit., p.94.
  • 6 Voir Mathilde Lévêque, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux guerres, (...)

2Par cet ouvrage, le poète se fait l’intercesseur privilégié entre l’enfant et un véritable imaginaire politique et poétique qui, depuis la Renaissance au moins, s’est incarné dans ce genre qu’on nommait encore au xviiie siècle « les voyages imaginaires4 ». En effet, le voyage auquel le petit écolier du faubourg Saint-Antoine, Tifernand, sera convié par l’Enchanteur, double magique de l’écrivain, est bien un voyage imaginaire en ce qu’il s’inscrit dans une riche et longue intertextualité. L’utopie insulaire s’enrichit d’un nouvel avatar autour de ce « Pays du Soleil » cette « île qui est marquée seulement sur les rares cartes géographiques qui soient tout à fait complètes5 » et qui évoque toutes les « Utopia », « Cité du Soleil » et autres « Îles inconnues » de l’histoire littéraire. C’est en se reportant à l’ensemble de la tradition utopique que l’on peut mesurer la richesse intertextuelle ainsi que l’originalité et la portée de ces récits pour la jeunesse. Ces derniers ne se limitent en effet pas à reprendre la tradition des robinsonnades pour enfants du siècle précédent, genre initié par J.H. Campe à la fin du xviiie siècle puis largement diffusé par le succès du Robinson Suisse de J.D. Wyss en 1812, engouement qui fut à l’origine de nombreuses réécritures. Vildrac ne se dégage pas totalement de cette tradition prolifique et souvent très conventionnelle mais la modifie considérablement6 : l’imaginaire utopique tel qu’il s’incarne dans L’Île rose et dans La Colonie croise une tradition littéraire solide et variée mettant en scène des ambitions, des rêves et des interrogations qui sont par ailleurs propres à cet auteur.

  • 7 Voir en particulier F. Marcoin, « Charles Vildrac ou l’utopie », La Revue des livres pour enfants, (...)

3C’est pourquoi Vildrac lui-même peut être considéré comme synonyme d’Utopie7 : sa vie est constituée d’une succession de tentations utopiques souvent mises en échec. C’est peut-être essentiellement de cette expérience paradoxale de l’Utopie que naissent ses récits destinés à la jeunesse qui s’inscrivent dans une tradition motivée et signifiante tout en proposant des renouvellements essentiels voire de réelles ruptures génériques.

Le désir utopique chez Vildrac : formes et sens

  • 8 Georges Bouquet, Pierre Menanteau, Charles Vildrac, Paris, Seghers, coll. Poètes d’aujourd’hui, 195 (...)
  • 9 Voir l’analyse d’Anne-Marie Drouin-Hans, Éducation et utopies, Paris, Vrin, 2004, p. 17 : « De fait (...)

4L’Utopie ou le désir utopique semblent marquer Charles Vildrac depuis son enfance ; son père incarne tragiquement cette tentation puisque, communard, Henri Messager fut exilé en cage vers la Nouvelle-Calédonie où il demeura plusieurs années avant de rentrer en France et d’y épouser en 1880 Mélanie Descorps, une institutrice tout aussi convaincue que lui d’un idéal républicain et laïque. Ne murmure-t-on pas dans le quartier où ils vivent qu’elle s’est mariée en bonnet phrygien rouge8 ! C’est ainsi qu’utopie politique et utopie éducative semblent bien être les deux fées qui se sont penchées sur le berceau de Charles Vildrac. Lui-même est sans cesse travaillé par ce désir utopique sous des formes diverses dont la plus connue est son expérience au sein de l’Abbaye, le phalanstère poétique cofondé avec Georges Duhamel. Ce désir utopique ne disparaît pas avec la rapide dissolution du groupe et ne cesse de jalonner et tarauder son existence aussi bien que son œuvre. Trois traits caractéristiques de la tentation utopique sont présents chez Vildrac, dans sa vie et sa pensée : d’une part le goût pour le voyage, l’exploration, la découverte de terres inédites au sens propre ou figuré, sans lequel ne peut naître l’aventure utopique ; d’autre part la réflexion permanente sur le politique, le collectif, le rapport complexe entre individu et communauté, sans quoi l’utopie n’a pas de sens ; enfin le souci constant chez l’écrivain de lier et de rendre cohérents, utopie, poétique et soin éducatif comme ce fut le cas depuis les origines même du genre. Au xvie siècle déjà, le programme éducatif de Gargantua à Pantagruel n’était-il pas envoyé d’Utopie9 ?

  • 10 Georges Bouquet, Pierre Menanteau, Charles Vildrac, op.cit., p.20.
  • 11 Ibid., p.38.

5Les auteurs de la monographie consacrée à Vildrac dans la collection Seghers en font état : dans les années 1920, il voyage jusqu’au Japon et en URSS afin de rencontrer des cultures et des expériences sociales et politiques inédites en Europe10. Un peu plus tôt, dans une première fiction, il avait déjà rêvé d’un Pèlerinage d’Art en Orient où des artistes se rendraient en Orient tels de nouveaux trouvères, allant de ville en ville et offrant leur art au public pour trouver les ressources nécessaires à la poursuite du voyage11. À cet Orient plus ou moins lointain qui s’offre surtout comme un rêve, s’ajoute un pays de cœur, un « paysage intérieur » où l’on se sent vivre pleinement : chez Vildrac, il est méditerranéen, au cœur du berceau des cultures occidentales, paradis de soleil et de palmes ; le poète a rêvé de préparer l’École coloniale de Tunis, il est l’un des premiers à découvrir la Côte d’Azur et l’île Rose évoque irrésistiblement Porquerolles. Ainsi se constitue un mouvement double entre la vie et le récit, le voyage et l’utopie, le désir fantasmatique quasi infantile et le texte pour enfants.

  • 12 Charles Vildrac, L’Île rose, op.cit, p. 8.

6À ce désir de voyage et de paysages pour lui synonyme de soleil et de bonheur, se mêle inextricablement le rêve d’une aventure collective et politique, dans la mesure où cette dernière ferait sens par et pour la communauté humaine. La biographie de Vildrac nous apprend que, dès l’enfance, il fonde avec quelques camarades une société nommée « Le Quatuor Universel » qui n’est pas sans évoquer les jeux initiaux du récit de L’Île Rose où l’on voit Tifernand et ses amis construire une maison de pavés pour cinq habitants seulement12, première amorce du motif narratif de l’utopie avant même le début du récit sur l’île. Ce rêve prend ensuite forme dans l’expérience de l’Abbaye menée à Créteil au bord de la Marne de 1906 à 1908, expérience de vie collective et autonome entre poètes unanimistes et artistes, dont Vildrac est à l’origine avec son beau-frère Georges Duhamel. Mais la tentative utopique se heurte assez vite aux contraintes économiques et humaines et finit par échouer trois ans à peine après sa création. Vildrac en résume pourtant encore le sens dans son Livre d’Amour publié en 1910 :

7Et nous essaierons d’ouvrir tous les yeux
Et de greffer l’amour au cœur des hommes […]

  • 13 Charles Vildrac, Livre d’amour suivi de Premiers vers, op.cit., p. 173-174.

Car en vérité nous serons utiles
Autant que celui qui sème ou bâtit13

8Après la fin de cette utopie effective, dont Vildrac a semblé porter le deuil continu jusqu’à sa mort, la tentation utopique demeure et prend d’autres formes. Un temps, Vildrac semble la retrouver réalisée dans l’URSS qu’il visite au cours d’un voyage, dont il rend compte dans Russie Neuve, publié en 1937, et dont il ne veut retenir que l’image d’un parfait laboratoire pédagogique. Sous sa plume, l’expérience éducative bolchevique devient une utopie éducative efficiente qui réaliserait le rêve de la création d’un enfant heureux, autonome, curieux et épanoui. Bien sûr, le texte peut aujourd’hui nous sembler très naïf, voire aveugle au vu de ce que nous savons de l’URSS des années trente, mais il nous montre une réalité qui est celle que l’auteur a observée ou cru observer ; il nous renseigne en tout cas sur les ambitions de l’utopie scolaire telle que la conçoit Charles Vildrac. Ce qu’il veut, c’est une éducation qui respecte les petits. Il est fasciné par les formes littéraires nouvelles qu’implique cette approche différente de l’enfance et il consacre tout un long paragraphe à la littérature russe préscolaire dont il fait l’éloge. Le musée des livres pour enfants au fonctionnement largement interactif le fascine car il est le meilleur exemple d’un programme ainsi résumé :

  • 14 Charles Vildrac, Russie neuve, Paris, Emile-Paul frères, 1937, p. 62.

Tout le système de l’éducation actuelle est basé sur le respect de l’enfant, sur la confiance qu’on lui accorde, confiance que l’on souligne en toute occasion et dont il est soucieux de se montrer digne. On lui laisse des initiatives, c’est-à-dire des responsabilités. En lui témoignant qu’on le considère comme une personne raisonnable, dont on attend des actes conscients, on dégage les éléments les plus précieux de sa personnalité pour en favoriser ensuite l’essor14.

  • 15 Cité par Georges Bouquet, Pierre Menanteau, Charles Vildrac, op.cit., p. 55.

9Voilà résumé l’exact programme de L’Ile rose et plus encore de La Colonie.
Désormais, le programme utopique de Vildrac se voit davantage associé à ces démarches éducatives et symboliques qui font confiance à l’instinct et la nature de l’enfant. Elles ne se réaliseront réellement que dans la littérature et par la littérature car la langue elle-même devient la véritable nature généreuse et sans bornes, l’île rose des mots : « L’opulence du langage français est telle qu’il a continuellement des bontés, qu’il accorde continuellement des faveurs15. »

Le modèle utopique dans les deux romans : jeux d’intertextualité

10Cette utopie littéraire va prendre forme dans le double projet de L’Île rose et de La Colonie. Dans le premier texte, un enfant, Tifernand, par la grâce d’un richissime bienfaiteur surnommé l’Enchanteur, se retrouve sur une île méditerranéenne où s’épanouit une utopie éducative. Mais loin de sa famille, et inquiet pour sa mère malade, il tente d’en partir afin de retrouver les siens et manque de mourir noyé. Sa famille le rejoint le temps des vacances. Le second texte résout cette tension d’une manière très convenue en faisant séjourner définitivement sur l’île la famille de Tifernand qui sera avec lui confrontée à la nécessité de travailler pour maintenir l’existence de cette île utopique, à la suite de la ruine de M. Vincent, le mécène. Ces deux romans illustrés par l’ami Edy-Legrand (par ailleurs rompu à l’illustration de récits de voyages) s’inscrivent dans une tradition utopique dont la fréquence en littérature pour la jeunesse peut et doit s’expliquer. Elle se manifeste d’abord par les multiples réseaux intertextuels mis en œuvre.

  • 16 Charles Vildrac, L’Île rose, op.cit., pp. 19-20. « — On n’en sait rien si ça existe, les enchanteur (...)
  • 17 Ibid., p. 122-123. « — Dis donc, Tifernand, lui proposa l’institutrice, lorsqu’ils se retrouvèrent (...)

11L’auteur n’hésite pas en effet à se rattacher à des traditions antérieures à celles du genre proprement dit : en faisant appel à la figure de l’enchanteur Merlin, tel qu’il apparaît sur les images à lire qui font rêver Tifernand16, il mêle la culture populaire de son jeune héros à ses propres références lettrées. Surtout, il inscrit son récit dans une intertextualité riche et ancienne qui associe magie et voyage, quête et découverte (en l’occurrence celle d’un Graal qui serait synonyme d’un bonheur sans tache). L’Odyssée même (et peut-être surtout sa réécriture fénelonienne dans le Télémaque) est convoquée, notamment lorsque l’enfant se rend compte qu’émerveillé par la découverte de l’île, comme les compagnons d’Ulysse auprès des Lotophages, il en a oublié le temps et ses proches et ne souhaite plus s’en revenir17.

  • 18 Voir Éric Fougère, Escales en littérature insulaire, Paris, L’Harmattan, 2004, p.107-108.
  • 19 Jean-Rudolph Wyss, Le Nouveau Robinson suisse, traduit, corrigé et mis au courant de la science par (...)
  • 20 Ibid., p. 61.

12Outre ces lointaines références textuelles évoquées ponctuellement, plus évidemment, ce sont les utopies et les robinsonnades qui forment l’architecture générale du texte : comme pour les récits utopiques, la trame narrative de L’Île rose repose sur le déplacement et la découverte d’un univers cohérent et fermé sur lui-même quand La Colonie, par l’exploitation du milieu qu’elle décrit en détails, se rapproche davantage de l’esthétique de la robinsonnade. On retrouve là le genre de l’utopie insulaire, croisé avec celui de la pastorale et soutenu par l’architexte qu’a constitué le roman de Defoe. Ce genre a eu, on le sait, un succès prodigieux au cours du xixe siècle. Sa popularité l’a amené à des déclinaisons variées, Robinsons suisses, anglais, féminins, enfantins mais aussi à des récits parodiques comme chez Jules Verne, et surtout à beaucoup d’affadissements18. Ce que J. Carrière résume à propos du Nouveau Robinson suisse repris par Stahl et Muller en le décrivant comme un texte fascinant pour l’enfant même s’il s’agit d’« une œuvre bourrée de clichés, de bondieuseries auprès desquelles Bernardin de Saint-Pierre paraît janséniste […] » et contenant « des personnages sans grand relief dont la dévotion la plus niaise le dispute à une philosophie sentencieuse qui donnerait à l’enfant le moins imaginatif l’envie de devenir un voyou19 ». La Colonie d’ailleurs, bien plus que L’Île rose, n’est pas exempte de ce défaut de moralisme, même s’il apparaît sous une forme laïcisée. On y retrouve, comme dans ces robinsonnades, l’idée d’une île généreuse, propre à être exploitée à condition que ses occupants sachent faire preuve d’ingéniosité et de courage, courage qui doit être éprouvé pour être efficace. C’est ce que l’on retrouve dans le motif de l’ouragan destructeur dans la seconde partie de La Colonie, motif déjà présent dans Robinson Crusoé et dans L’Île inconnue de Grivel, ouvrage publié en 1787 par un physiocrate, où un couple va reproduire, grâce à son intelligente et courageuse exploitation des richesses de la terre, l’évolution globale de l’humanité. Premier texte, selon E. Fougère, à transformer la solitude de la robinsonnade classique en expérience collective et l’épreuve en accès au bonheur dans une société civile heureuse et modélisante20.

13À ces modèles s’ajoute l’ombre tutélaire de Jules Verne, auteur de Seconde Patrie ou de Deux ans de vacances mais surtout créateur du Capitaine Nemo. Il est aisé, en effet, de voir dans M. Vincent un double aseptisé du personnage principal de 20 000 Lieues sous les mers et de L’Île Mystérieuse : comme lui, l’homme intervient d’abord sans se montrer pour réparer le petit malheur de la bouteille de rhum brisée que Tifernand doit aller acheter pour sa mère malade. Lorsqu’il accueille Tifernand dans son avion, il lui fait le récit de son passé douloureux d’homme qui a perdu le droit de voir ses enfants à la suite d’un divorce dû à ses négligences, tout comme Nemo racontait sa vie de proscrit depuis le Nautilus. Mais là où Nemo était avant tout un paria politique, l’Enchanteur est d’abord victime d’un conflit social en homme divorcé qui ne revoit plus ses enfants, puni pour sa course immodérée au profit. Plus tard dans le récit, le personnage de l’Enchanteur, manipulateur et exclusif, n’est pas sans traits inquiétants ni ambiguïtés qui font penser à la figure ambivalente de Nemo. Le monde vernien n’est jamais très loin, même si ces échos ne parviennent que sous une forme adoucie voire affaiblie.

Usages et fonctions du modèle utopique dans le récit pour la jeunesse

14Les sources intertextuelles sont riches dans ces deux textes pour la jeunesse ; elles rendent compte d’architextes fondateurs et s’inscrivent dans une quête personnelle de l’auteur qui rejoint le cadre d’une tradition significative. Si l’utopie et la robinsonnade sont en effet aussi nombreuses dans la littérature enfantine des années 1920 et 1930, c’est qu’elles possèdent des caractères propres à séduire l’imaginaire des jeunes lecteurs.

  • 21 Frank Lestringant, Le livre des îles, Atlas et récits insulaires de la Genèse à Jules Verne, Genève (...)
  • 22 Éric Fougère, Escales en littérature insulaire, op.cit., p.67.

15Tout d’abord, comme le remarque Frank Lestringant, « l’île peut constituer le modèle réduit d’un continent, voire de la terre entière ou du cosmos21 ». Le choix de l’île, par la miniaturisation de l’espace qu’il implique, fait alors écho à un désir d’appropriation, de relation proportionnée ainsi que d’observation attentive et centrée sur le détail qui est propre au jeune lecteur et qu’on retrouve dans bien d’autres genres littéraires destinés à la jeunesse. En outre, comme le fait remarquer Éric Fougère, les îles sont une forme fragmentée voire fractale de l’univers22, qui flatte aussi le goût aussi de la transposition et de la métamorphose chez l’enfant. Vildrac enfant n’échappe d’ailleurs pas à la règle : sa première tentative d’écriture sous le pseudonyme de Wildrake n’est-il pas un « Tous les cinq – Aux bons copains de l’Intrépide », qui est déjà un récit insulaire illustré ?

  • 23 Frank Lestringant, Le livre des îles, Atlas et récits insulaires de la Genèse à Jules Verne, op.cit(...)
  • 24 Ibid.

16À cela s’ajoute, dans le récit utopique insulaire, la possibilité de présenter un monde sinon toujours rassurant, du moins cohérent et fondé sur une ligne directrice qui rassure l’enfant. Lestringant voit dans ce choix esthétique, présent dès la fin du xviie siècle dans le récit pour adulte, « le passage de l’île-monde à l’île-paradigme ou île-monogramme de contenu simple23 ». Chez Vildrac, l’île rose, après avoir, dans un premier temps, permis découverte et expérimentation, devient bien dans La Colonie cet « allégorème24 » qui fixe le bonheur dans le travail raisonné et autonome d’une nature qui se donne à qui sait s’en saisir : on comprend mieux pourquoi la littérature pour enfants encore (et peut-être toujours) tentée par la morale et la didactique s’empare avec joie d’un chronotope qui facilite grandement l’usage allégorique des lieux.

  • 25 Marthe Robert, Roman des origines et origines du roman, Paris, Gallimard, 1987. (1ère éd. franç. Pa (...)

17Ainsi orientées vers un pédagogisme encyclopédique et politique, l’utopie et la robinsonnade se proposent aussi comme le reflet d’un processus de maturation psychologique dont Marthe Robert a largement rendu compte dans Roman des origines et origines du roman25 et qu’on retrouve parfaitement incarné dans l’évolution du personnage de Tifernand, auquel l’enfant lecteur peut s’identifier. Cette évolution ne pourra se faire qu’au-delà d’une figure paternelle œdipienne représentée chez Vildrac par l’Enchanteur, dont le rôle ne cesse de diminuer dans La Colonie, où il se trouve étrangement malade lorsqu’il faut, pour ses compagnons, se remobiliser après la tempête : c’est en trouvant leurs ressources par eux-mêmes et grâce à leur accession au principe de réalité qu’ils y parviendront.

  • 26 Michel Tournier, « Jules Verne ou le génie de la géographie » dans Les Vertes lectures, Paris, Flam (...)

18Au-delà de cette interprétation analytique, on peut enfin penser avec Michel Tournier26 que l’enfant préfère à la noirceur de l’histoire et du temps, la potentialité heureuse (du moins pour le conquérant) que représente l’espace à conquérir : tourné vers son expérience du monde, l’enfant trouverait dans la littérature insulaire un espace d’inscription de son désir de puissance plus efficace et plus jouissif qu’il ne le serait dans tout autre roman d’aventures. On peut ici penser à cette atmosphère de liberté créatrice qu’apportent également les dessins d’Edy-Legrand dont l’interaction avec le texte mériterait une étude complète.

19Charles Vildrac semble bien conscient de ces divers enjeux : c’est pourquoi il inscrit ses récits dans une réelle continuité architextuelle et respecte le schéma narratif global de l’utopie ainsi que son exaltation des valeurs formatives, éducatives et politiques au sens large du terme. L’île est un espace globalement clos surtout dans le premier récit, espace qui impose son rythme et sa cohérence et qui exige de ses habitants un parfait respect de règles jugées suffisamment sages pour qu’elles soient naturellement respectées.

La mise en cause du modèle utopique

20Toutefois, dans L’Île rose et La Colonie, ce schéma n’est pas totalement repris et il est au moins discuté. L’originalité de l’œuvre de Vildrac se constitue dans ces interstices génériques, si l’on suit les théories de R. Jauss selon laquelle une œuvre échappe à la médiocrité et au stéréotype en bousculant les codes génériques auxquels elle se réfère et en modifiant ainsi l’horizon d’attente du lecteur. Les innovations politiques, idéologiques et esthétiques du texte sont réelles et modifient considérablement le sens de l’architexte.

  • 27 Charles Vildrac, L’Île rose, op.cit., p. 88.
  • 28 Ibid., p. 104.
  • 29 Ibid, p. 111.

21À la suite de Jules Verne, sous une forme moins fantasmatique, Vildrac n’hésite pas à faire appel aux techniques modernes : l’avion qui le conduit au pays du Soleil en est la forme la plus frappante. Il permet de voir autrement le monde, d’« offrir un spectacle merveilleux et incompréhensible27 » et fait en ce sens œuvre poétique. La ville de Marseille28, le petit train sur l’île29 sont également une source d’émerveillement, tout comme la modernité chez Verhaeren. Cette confiance dans la technè se retrouve sous une forme plus agricole dans le second tome mais elle n’est pourtant pas illimitée et ne tourne pas à l’hybris technique : conscient d’avoir dans La Colonie largement insisté sur le pouvoir de la technique humaine, Vildrac se sent obligé de rééquilibrer son discours en l’ouvrant sur des préoccupations qu’on pourrait qualifier d’écologistes et qui rejoignent celles de son illustrateur Edy-Legrand. Dans son ultime discours, M. Vincent en appelle à la modération et réfute le modèle du libéralisme cher à Mandeville :

  • 30 Charles Vildrac, La Colonie, p. 247-248.

Il est évident que nous pourrions maintenant comme on dit, donner de l’extension à notre affaire […] A quoi bon ? […] nous deviendrions des hommes d’affaires riches d’argent et pauvres de liberté. Je parle de la liberté d’esprit autant que des loisirs. Ah ! mes chers enfants, le monde entier souffre de trop produire. Les hommes ne savent plus que travailler et faire travailler les autres pour gagner de l’argent et acheter quantité d’objets inutiles. Ils semblent avoir pris pour modèles les abeilles qui s’épuisent à butiner beaucoup plus de miel qu’il ne leur est nécessaire (même quand l’homme ne s’en empare pas) ; les abeilles qui mènent une existence absurde30 […]

  • 31 Ibid., p. 107.

22À ce rapport technique et mercantile au monde, Vildrac en préfère un second centré sur le plaisir, la joie, la liberté, incarnés symboliquement dans l’image de jeunes gens pieds nus dans leurs espadrilles, loin des lourds godillots enfantins du monde réel31. Ce regard poétique sur le monde se manifeste aussi dans le choix de ne pas se limiter à un discours théorique moral propre au genre utopique mais à préférer investir le récit de longues descriptions bucoliques, ou encore de chansons qui sont ici source de décalage poétique et d’humour absurde incarné par le personnage de M. Lucas, instituteur chargé des Grands et toujours prêt à pousser la chansonnette. Certes, la chanson fait partie des répertoires classiques de l’enfance mais ici, elle s’inscrit plutôt dans une esthétique voire une politique propres à la littérature des années 1920 et 1930. Cette dernière a en effet aimé intégrer des textes de chansons populaires donnant une certaine plurivocité à ses récits, introduisant un dialogisme complexe qui trouvera sa forme parfaite dans le Berlin Alexanderplatz d’Alfred Döblin en 1929. Sans aller aussi loin, cette présence poétique de la chanson est cependant suffisamment constante dans les deux textes de Vildrac pour constituer un trait esthétique signifiant. Cette forme semble s’adresser directement à l’enfant, encore proche du monde des comptines ; elle constitue un indice du désir profond de l’auteur de s’adresser à l’enfant sous une forme naturelle et heureuse. C’est aussi pour cette la raison qu’il garde quelques marques énonciatives dans son récit afin de renforcer le dialogisme du texte.

  • 32 Ibid., p. 199.
  • 33 Reproduit dans Charles Vildrac, écrire pour l’enfant : exposition organisée par la Bibliothèque mun (...)

23Il prend aussi soin, à l’inverse de toute la tradition des robinsonnades, où les enfants ne sont que de petits adultes en miniatures, de garder des traits d’enfance à ses héros. Tifernand s’enfuit pour rejoindre sa mère qu’il sait malade mais lorsque la tempête se fait trop forte, il pleure et l’appelle comme un enfant véritable32. C’est ainsi que le jeune lecteur peut mesurer la véritable force de la tempête. Vildrac, en effet, a toujours fait l’éloge dans ses discours de la position d’enfance comme lieu privilégié d’un regard poétique sur le monde et c’est bien pour cela qu’il cite Walt Whitman dans ses discours33. Dans ce qu’il veut établir de complicité avec son jeune lecteur, il cherche aussi la source de sa propre poésie et s’éloigne alors des canons esthétiques du genre utopique bien davantage rhétorique que poétique, davantage soucieux d’une structure narrative signifiante que de ces procédures poétiques, souvent réduites à une dimension symbolique minimale.

  • 34 Charles Vildrac, L’Île rose, op.cit. , p. 222.
  • 35 Charles Vildrac, La Colonie, p. 248.

24Cette poésie si intime se retrouve au cœur même des œuvres, dans le choix d’un regard unique et vrai sur l’enfance et ses sentiments, regard parfois incompatible avec les conventions du genre utopique, en tout cas susceptible d’en montrer les points aveugles. Chez Vildrac, l’Enchanteur utopique est aussi ambigu que son nom. L’enchantement peut désigner un moment de bonheur mais aussi une prise de possession magique d’autrui. Ses motivations (comme la jalousie qu’il manifeste lorsque Tifernand baptise son petit navire du nom de sa jeune sœur) et plus encore ses procédés (mensonges, rétention de cadeaux ou d’informations pour l’éloigner de sa famille) sont bien souvent négatifs : ils conduisent Tifernand à risquer la mort pour retrouver les siens. L’enfant ne veut pas céder à l’exigence totalitaire de l’utopie qui veut que l’on se dépouille du vieil homme qui est en soi. De même, Tifernand n’oublie le monde extérieur que très provisoirement et n’accepte jamais vraiment l’idée que l’utopie soit réservée à quelques-uns, condition pourtant inhérente à son avènement : « Il y a, soupire brusquement l’enfant, que c’est trop beau ici, qu’on est trop heureux ici pour pouvoir en profiter tout seul34. » Vildrac, conscient de cette face noire de l’utopie, semble chercher des solutions narratives : contre toutes les règles, il fait venir la famille du héros, et accepte même sa petite sœur, seule fille du groupe. Peu à peu, il ouvre l’île sur le monde extérieur. Dans La Colonie, poussée par la nécessité, la communauté vend et achète sur le continent, à Marseille, lieu suffisamment précis pour que l’on quitte l’espace utopique. Les échanges se multiplient, amenant aussi le mal et le vol à travers les figures patibulaires mais surtout ridicules des marins corses. Dans cet épisode, le jeune Tifernand joue le rôle de Jim Hawkins : comme lui, il surprend une conversation entre les bien modestes pirates que constituent ces piètres voleurs et c’est lui qui donne l’alerte. On quitte alors les rivages de l’utopie pour arriver à ceux du roman d’aventure dont l’archétype demeure L’Île au trésor. C’est enfin ce que recommande l’Enchanteur au terme du roman : comme un parent, il semble accepter que ses enfants partent, il espère les faire voyager car, dit-il, « dans quelques années, l’île Rose vous semblera trop petite et ne vous suffira plus35. »

25Charles Vildrac use d’un modèle utopique, dont il maîtrise parfaitement les enjeux et les codes : c’est pourquoi il peut les pervertir pour les mettre en question voire les détruire. L’utopie vildraquienne est ainsi minée car elle ne peut être heureuse qu’en sortant de son statut d’utopie. En devenant une colonie (pénitentiaire ? colonialiste ?), l’île cesse d’être rose et court le risque de constituer un espace enfermé par le didactisme et la morale : il est temps de partir ailleurs, telle est la conclusion de Vildrac, qui désormais arpentera le réel de ses livres scolaires ou par l’imaginaire animalier, mais jamais plus ne reviendra en territoire utopique. Au bout du compte, l’utopie littéraire n’est guère plus satisfaisante que ne l’étaient les tentatives utopiques au sein du monde réel. C’est une étape nécessaire mais insuffisante. Vildrac remet ainsi profondément en cause le genre tel qu’il avait été incarné, tout au long du siècle précédent, dans les grands succès de la littérature pour la jeunesse. Ses deux récits illustrés participent ainsi pleinement de ces innovations et transformations idéologiques qui ont marqué la littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Charles Georges, Thomas Garnier (éd.), Voyages imaginaires, romanesques, merveilleux, allégoriques, amusants, comiques et critiques, suivis des Songes et visons et des Romans cabalistiques, À Amsterdam , MDCCLXXXVII.

Charles Vildrac, L’Ile rose, Paris, Tolmer, 1924.

Charles Vildrac, La Colonie, Paris, Albin Michel, 1930.

Charles Vildrac, Russie neuve, Paris, Emile-Paul frères, 1937.

Charles Vildrac, Livre d’amour suivi de Premiers vers, Paris, Le Temps des cerises, Seghers, coll. « Poésie d’abord », préf. De Laurence Campa, rééd. 2005.

Jean-Rudolph Wyss, Le Nouveau Robinson suisse, traduit, corrigé et mis au courant de la science par P.J.Stahl et E. Muller, Paris, Ramsay/ J.J. Pauvert, 1990, préf. de J. Carrière, p. I. (Reproduction en fac-similé de Paris, J. Hetzel, 1868).

Ouvrages et articles critiques

Utopie et voyages imaginaires :

Yann Gaillard, Suppléments au voyage de La Pérouse : essai sur les voyages imaginaires et autres au dix-huitième siècle, Paris, Klimé, 1980.

Marthe Robert, Roman des origines et origines du roman, Paris, Gallimard, 1987.

Jean-Michel Racault, L’utopie narrative en France et en Angleterre 1675-1761, Oxford, The Voltaire Foundation, 1991.

Frank Lestringant, Le livre des îles, Atlas et récits insulaires de la Genèse à Jules Verne, Genève, Droz, 2002.

Anne-Marie Drouin-Hans, Éducation et utopies, Paris, Vrin, 2004.

Éric Fougère, Escales en littérature insulaire, Paris, L’Harmattan, 2004.

Michel Tournier, « Jules Verne ou le génie de la géographie » dans Les vertes Lectures, Paris, Flammarion, 2006.

Alberto Beretta Anguissola, Ombres de l’Utopie. Essai sur les Voyages Imaginaires du xvie au xviiie siècle, Paris, Honoré Champion, 2011.

Vildrac :

Georges Bouquet, Pierre Menanteau, Charles Vildrac, Paris, Seghers, coll. Poètes d’aujourd’hui, 1959.

Francis Marcoin, « Charles Vildrac ou l’utopie », La Revue des livres pour enfants, Automne 1991, p. 41-50.

Charles Vildrac, écrire pour l’enfant : exposition organisée par la Bibliothèque municipale l’Heure joyeuse, Paris 18 septembre – 29décembre 2001, Paris, Fédération française de coopération entre bibliothèques, Bibliothèque municipale de l’Heure joyeuse, 2001.

Mathilde Lévêque, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux guerres, Rennes, P.U.R., 2011.

Haut de page

Notes

1 Charles Vildrac, L’Île rose, Paris, Tolmer, 1924.

2 Charles Vildrac, La Colonie, Paris, Albin Michel, 1930.

3 Charles Vildrac, Livre d’amour suivi de Premiers vers, Paris, Le Temps des cerises, Seghers, 2005, coll. Poésie d’abord, préf. Laurence Campa, rééd. 2005.

4 À propos de ce genre, on consultera avec profit C.G.T. Garnier (éd.), Voyages imaginaires, romanesques, merveilleux, allégoriques, amusants, comiques et critiques, suivis des Songes et visons et des Romans cabalistiques, A Amsterdam , MDCCLXXXVII ainsi que les quelques ouvrages critiques qui sont consacrés à cette somme d’une trentaine de volumes et à la notion de « voyage imaginaire ». Yann Gaillard, Suppléments au voyage de La Pérouse : essai sur les voyages imaginaires et autres au dix-huitième siècle, Paris, Klimé, 1980 ; Jean-Michel Racault, L’utopie narrative en France et en Angleterre 1675-1761, Oxford, The Voltaire Foundation, 1991 ; Alberto Beretta Anguissola, Ombres de l’Utopie. Essai sur les Voyages Imaginaires du xvie au xviiie siècle, Paris, Honoré Champion, 2011.

5 Charles Vildrac, L’Île rose, op.cit., p.94.

6 Voir Mathilde Lévêque, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux guerres, Rennes, P.U.R., 2011, p.275 : « Enfance réelle ou enfance rêvée, enfance vécue ou enfance imaginée, l’enfance est le lieu privilégié de l’utopie. Plus précisément, au cours de l’entre-deux-guerres, l’écriture utopique apparaît comme une des modalités du renouvellement du récit pour la jeunesse, notamment à travers le motif classique de l’île, repris et revisité ».

7 Voir en particulier F. Marcoin, « Charles Vildrac ou l’utopie », La Revue des livres pour enfants, Automne 1991, p.41-50. L’auteur de l’article conclut pour sa part : « avec Vildrac, plus généralement, le roman explore dans leurs diversités les relations du petit d’homme dans son milieu, dans des rêveries qui font alterner la trivialité du quotidien et de l’enchantement d’une utopie. Ce qui fait écrire et lire, c’est sans doute cela, l’idée que sans l’utopie ce petit ne deviendra pas un homme et que sans elle encore, plus tard, il cessera d’être cet homme. » (p. 50).

8 Georges Bouquet, Pierre Menanteau, Charles Vildrac, Paris, Seghers, coll. Poètes d’aujourd’hui, 1959, p. 24-25.

9 Voir l’analyse d’Anne-Marie Drouin-Hans, Éducation et utopies, Paris, Vrin, 2004, p. 17 : « De fait, la rencontre entre éducation et utopie est aussi ancienne que l’utopie elle-même. L’éducation est une des composantes essentielles des utopies : vouloir créer un homme nouveau, vouloir décrire un monde heureux, suppose une éducation de qualité, différente, radicalement, des modèles existants. Symétriquement l’éducation est une démarche prospective, qui demande que l’on croie à un projet dont on ne tient pas tous les éléments, qui travaille sur du virtuel (l’adulte que sera l’enfant que l’on éduque), et qui conduit à rêver d’un progrès tant des méthodes que des résultats. »

10 Georges Bouquet, Pierre Menanteau, Charles Vildrac, op.cit., p.20.

11 Ibid., p.38.

12 Charles Vildrac, L’Île rose, op.cit, p. 8.

13 Charles Vildrac, Livre d’amour suivi de Premiers vers, op.cit., p. 173-174.

14 Charles Vildrac, Russie neuve, Paris, Emile-Paul frères, 1937, p. 62.

15 Cité par Georges Bouquet, Pierre Menanteau, Charles Vildrac, op.cit., p. 55.

16 Charles Vildrac, L’Île rose, op.cit., pp. 19-20. « — On n’en sait rien si ça existe, les enchanteurs, dit Tifernand ; toi, Larivière, tu parles des magiciens, des types qui font des tours à la fête du boulevard Richard-Lenoir. Mais les enchanteurs, dans les histoires, ils font les mêmes choses que les fées ; c’est les maris des fées si tu veux ; j’en ai un sur une image à lire. On l’appelle le Grand Enchanteur Merlin. Il change un fromage en château et une vieille reine en crapaud ; une autre fois, il envoie dans la lune un gosse qui voulait y aller. C’est pourquoi je dis qu’un enchanteur pourrait bien nous envoyer au bord de la mer ! Pour ce que ça lui couterait !... Les fées, ça existait autrefois, conclut Rirette ; et les enchanteurs aussi. »

17 Ibid., p. 122-123. « — Dis donc, Tifernand, lui proposa l’institutrice, lorsqu’ils se retrouvèrent devant le pélican, si tu envoyais une dépêche à tes parents pour leur dire que tu es bien arrivé ? - Oh ! oui, répondit vivement l’enfant, qui rougit de s’apercevoir que, depuis son arrivée, il n’avait pas encore eu le temps de penser aux siens. »

18 Voir Éric Fougère, Escales en littérature insulaire, Paris, L’Harmattan, 2004, p.107-108.

19 Jean-Rudolph Wyss, Le Nouveau Robinson suisse, traduit, corrigé et mis au courant de la science par P.J.Stahl et E. Muller, Paris, Ramsay/ J.J. Pauvert, 1990, préf. J. Carrière, p. I. (Reproduction en fac-similé de Paris, J. Hetzel, 1868).

20 Ibid., p. 61.

21 Frank Lestringant, Le livre des îles, Atlas et récits insulaires de la Genèse à Jules Verne, Genève, Droz, 2002, p. 331.

22 Éric Fougère, Escales en littérature insulaire, op.cit., p.67.

23 Frank Lestringant, Le livre des îles, Atlas et récits insulaires de la Genèse à Jules Verne, op.cit., p. 333.

24 Ibid.

25 Marthe Robert, Roman des origines et origines du roman, Paris, Gallimard, 1987. (1ère éd. franç. Paris, Grasset, 1972).

26 Michel Tournier, « Jules Verne ou le génie de la géographie » dans Les Vertes lectures, Paris, Flammarion, 2006, p. 53-69.

27 Charles Vildrac, L’Île rose, op.cit., p. 88.

28 Ibid., p. 104.

29 Ibid, p. 111.

30 Charles Vildrac, La Colonie, p. 247-248.

31 Ibid., p. 107.

32 Ibid., p. 199.

33 Reproduit dans Charles Vildrac, écrire pour l’enfant : exposition organisée par la Bibliothèque municipale l’Heure joyeuse, Paris 18 septembre-29décembre 2001, Paris, Fédération française de coopération entre bibliothèques, Bibliothèque municipale de l’Heure joyeuse, 2001, p. 11.

34 Charles Vildrac, L’Île rose, op.cit. , p. 222.

35 Charles Vildrac, La Colonie, p. 248.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Jacques, « L’Île rose et La Colonie de Charles Vildrac : le modèle utopique en question dans la littérature pour la jeunesse des années vingt », Strenæ [En ligne], 6 | 2013, mis en ligne le 12 janvier 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1075 ; DOI : 10.4000/strenae.1075

Haut de page

Auteur

Martine Jacques

Université de Bourgogne
CPTC-EA 4178

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org