Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Le roman scout dans les années trente et le chronotope du « grand jeu »

Laurent Déom

Résumé

Alors que les premiers romans scouts en français sont publiés dans le courant des années 1910, les années 1930 constituent une période décisive pour ce type de production : certaines collections s’y consacrent alors essentiellement, contribuant à une structuration du champ de l’édition scoute. Ce développement va de pair avec l’augmentation considérable du nombre de scouts en France, spécialement au sein de l’association des Scouts de France, dont certains responsables s’illustrent dans l’écriture littéraire. C’est le cas de Jacques Michel, dont le premier roman, L’Aventure du roi de Torla, montre à quel point les préoccupations pédagogiques des Scouts de France peuvent trouver un écho dans la littérature romanesque. Cette proximité se manifeste dans un certain nombre de discours explicites, mais aussi dans certains phénomènes poétiques, par exemple ce que l’on peut appeler le chronotope du « grand jeu ». Loin de se cantonner à l’œuvre de Jacques Michel, ce chronotope tient une place importante au sein de la production romanesque développée dans la mouvance des Scouts de France au cours des années trente (on peut penser aux premiers romans de Serge Dalens ou de Jean-Louis Foncine notamment), au point qu’il apparaît comme l’un des traits caractéristiques des romans scouts paradigmatiques. Si ceux-ci ont connu à cette époque le succès que l’on sait, c’est peut-être, entre autres raisons, parce qu’ils figurent parmi les rares œuvres de littérature de jeunesse françaises, qui, dans l’entre-deux-guerres, fassent usage de ce chronotope qui mêle dépaysement, liberté et discret encadrement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 S’agit-il d’un genre littéraire à proprement parler ? La réponse ne va pas de soi. En 1992, la revu (...)

1Dans les années trente, le roman scout en français a déjà vingt ans. On considère en effet que les premiers titres appartenant à cette catégorie datent de 1913 : Les Aventures de trois boy-scouts d’Arnould Galopin, Les Trois Boy-Scouts de Jean de La Hire, Le Défi d’un boy-scout du colonel Royet et Jack l’éclaireur de Paul Zimmermann. Cependant, la production se révèle clairsemée dans les premières années, puisque l’on compte moins de vingt-cinq romans publiés entre 1913 et 1930. En réalité, la véritable vogue des romans scouts attendra l’après seconde guerre mondiale pour se manifester, avec plus de cent-cinquante titres parus de 1945 à 1955. Toutefois, cette abondance est précédée, au cours des années trente, par une première vague, qui, quoique plus modeste, est significative : près de soixante-quinze romans scouts en français sont publiés entre 1930 et 1939, soit deux fois moins qu’après 1944, mais trois fois plus que depuis 1913. Par rapport aux vingt premières années de production, outre ces données quantitatives, la décennie de 1930 se caractérise par trois évolutions notables, la première ayant trait à l’édition, la seconde aux auteurs et la troisième aux récits eux-mêmes. De cette façon se dessinent les contours d’un roman scout paradigmatique qui, sans éclipser les autres tendances de ce genre littéraire1, présente une certaine originalité dans la production éditoriale française de cette époque.

2Au cours des deux premières décennies de son existence, le roman scout en français est publié soit par des éditeurs généralistes ou populaires, soit dans des collections destinées à la jeunesse, soit encore dans des collections orientées vers l’aventure et le voyage : Les Aventures de trois boy-scouts d’Arnould Galopin paraissent chez Albin Michel et la plupart des romans scouts de Jean de La Hire (Les Trois Boy-Scouts, L’As des boy-scouts, Le Grand Match de quatre enfants autour du monde, Le Million des scouts, Les Grandes Aventures d’un boy-scout) chez Ferenczi ; la collection « Les Livres roses pour la jeunesse » de Larousse accueille Jack l’éclaireur de Paul Zimmermann, Nos amis les Anglais de Charles Guyon, Deux Boy-Scouts à Paris de Jean de La Hire, tandis que Le Cirque Piccolo de Magdeleine du Genestoux trouve place dans « La Bibliothèque rose illustrée » de Hachette, et que Quatre Scouts dans les Balkans de Henri Darblin est accueilli dans la collection « Horizons » de Desclée de Brouwer ; enfin, Le Défi d’un boy-scout du colonel Royet est publié dans le Journal des voyages, et Éclaireurs robinsons, du même auteur, dans la série « Aventures et voyages » de la collection « Le Livre national », éditée par Tallandier, chez qui paraissent également Cœurs héroïques de Gem Moriaud (collection « À travers l’univers »), La Marque des deux tigres de Jean de La Hire (collection « Voyages lointains. Aventures étranges ») et Les Trois Globe-Trotters de Léon Groc et Pierre Laude (série « Grandes aventures et Voyages excentriques » de la collection « Le Livre national »). Malgré les différences qui apparaissent dans leurs œuvres, les auteurs de cette première période se ressemblent au moins sur deux points : d’une part, le roman scout ne représente qu’une partie, parfois minime, de leur production ; d’autre part, ils ne paraissent pas avoir participé eux-mêmes directement au scoutisme tel qu’il se met en place en France à cette époque. Dans un certain nombre de cas, le scout n’apparaît chez eux que comme un personnage qui permet de renouveler superficiellement une intrigue aventureuse maintes fois éprouvée.

  • 2 Ainsi, Tallandier restera actif dans le domaine du roman scout, en publiant en 1930 Les Compagnons (...)
  • 3 Vers 1934 est lancée par Desclée de Brouwer la collection « Belle humeur », qui accueillera plusieu (...)
  • 4 À propos de la place du feu de camp dans le scoutisme, voir Louis V. M. Fontaine, La Mémoire du sco (...)
  • 5 D’autres romans, non scouts, y ont été publiés précédemment.
  • 6 Voir Philippe Laneyrie, Les Scouts de France. L’évolution du mouvement des origines aux années quat (...)
  • 7 Voir Raymond Perrin, Un siècle de fictions pour les 8 à 15 ans (1901-2000) à travers les romans, le (...)

3La production scoute des années trente est tout autre. Sur le plan éditorial, d’abord, bien que l’on retrouve certains éditeurs de la période précédente2, et quelques autres qui leur sont comparables3, ces années se caractérisent par l’apparition de collections spécialement dévolues au scoutisme. La première d’entre elles est « Le Feu de camp », lancée par Gigord en 1933, et dont le nom fait référence à l’un des motifs caractéristiques de l’imaginaire scout4. On y trouve en 1933 Piarrès le contrebandier de Gaëtan Bernoville, Le Foulard de satin ainsi que Les Trois Pierres de Vérez de Jacques Michel, en 1934 L’Affaire Cachalot du même Jacques Michel, et en 1935 Raa la buse de Guy de Larigaudie. Le motif du feu est également évoqué par la collection « Fleur rouge » (expression utilisée par Rudyard Kipling dans Jungle Book pour désigner le feu) ainsi que par les éditions La Flamme, où elle est publiée sans doute à partir de 1934. Y paraissent un certain nombre de pièces de théâtre, mais aussi des textes narratifs : La Mirifique Histoire d’Ours gourmand et d’Estomac d’autruche de Jacques-Olivier Grandjouan (1934), Au grand vent et Forêts légendaires de Jean Droit (1935), ainsi que Tournants dangereux de Pierre Coumély (1937). Enfin, aux éditions Alsatia, la collection « Signe de piste », dont le nom fait lui aussi référence à l’univers du scoutisme, et dont le premier roman scout5, publié en 1937, est Le Bracelet de vermeil de Serge Dalens ; on y trouve aussi, en 1938, La Bande des Ayacks de Jean-Louis Foncine, Le Mystère du Lac de Laffrey de Pierre Fuval et Le Tigre et sa panthère de Guy de Larigaudie, suivis, en 1939, de La Châsse de Saint-Agapit de Michel Bouts, du Prince Éric de Serge Dalens et de Quatre de la Gazelle de Roland Denis. Avec Serge Dalens et Jean-Louis Foncine, « Signe de piste » compte dans son catalogue deux auteurs majeurs du roman scout en français6, et elle deviendra elle-même la collection la plus importante pour ce genre littéraire7. Si certaines de ces collections – et en particulier « Signe de piste » – accueillent parfois des ouvrages sans rapport avec le scoutisme, leur nom même ne laisse aucun doute quant à la mouvance dans laquelle elles se situent : elles esquissent une dynamique d’institutionnalisation de la production littéraire scoute. Pour être complet, précisons que cette tendance ne date pas exactement des années trente, puisque, d’une part, le premier roman scout à être explicitement désigné comme tel (La Rude Nuit de Kervizel de Pierre Delsuc), paraît chez Spes en 1927, et que, d’autre part, une « Collection du Scout » existe déjà, chez Alexis Redier, en 1929 au moins (mais elle ne semble pas avoir accueilli beaucoup de romans scouts) : en matière de périodisation, les bornes des décennies suivent rarement les règles de l’arithmétique…

  • 8 Voir Jean-Jacques Gauthé, Le Scoutisme en France. Inventaire de la bibliographie et des sources, Mo (...)
  • 9 Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (xixe-xxe s (...)
  • 10 Pierre Kergomard et Pierre François, Les Éclaireurs de France de 1911 à 1951, s.l., Éclaireuses et (...)
  • 11 Philippe Laneyrie, Les Scouts de France, op. cit., p. 68.
  • 12 Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France, op. cit., (...)
  • 13 Philippe Laneyrie, Les Scouts de France, op. cit., p. 86.
  • 14 Louis V. M. Fontaine, La Mémoire du scoutisme, op. cit., p. 151.
  • 15 Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France, op. cit., (...)

4Cette structuration du champ de l’édition scoute va de pair avec le développement des mouvements scouts en France. Sans entrer dans le détail de cette histoire, que l’on trouvera déjà exposée ailleurs8, rappelons que le scoutisme est fondé en 1907 en Grande-Bretagne par Robert Baden-Powell et qu’il commence à être expérimenté en France en 1910 par le pasteur Georges Gallienne, puis en 1911 par Georges Bertier. De ces premières expériences naîtront deux associations, l’une laïque, les Éclaireurs de France, l’autre confessionnelle (protestante), les Éclaireurs unionistes. Alors que dix troupes d’unionistes sont créées en 1911, elles sont déjà 110 en 1914, comptant environ 3 000 éclaireurs9. Quant aux Éclaireurs de France, ils sont déjà près de 10 000 membres actifs en 191410. À la veille de la première guerre mondiale, qui coïncide avec le début de la première période de l’édition des romans scouts en français, les éclaireurs sont au nombre de 13 000 environ. Alors que des tentatives de scoutisme existaient également du côté catholique depuis 1911, ce n’est qu’en 1920 qu’est créée la Fédération nationale des Scouts de France, qui a pour ambition d’adapter la méthode de Baden-Powell à l’intention de la jeunesse catholique. Les effectifs des Scouts de France croissent rapidement : 3 000 membres en 1922, 8 000 en 1926, 24 000 en 193011, 51 000 en 193612, 72 000 en 193913. Si l’on ajoute à ce contingent environ 12 000 Éclaireurs unionistes en 193914 et le même nombre d’Éclaireurs de France en 194015, on obtient un total de 96 000 membres, toutes associations confondues, à l’aube de la seconde guerre mondiale, soit plus de sept fois plus que vingt-cinq ans auparavant. D’un strict point de vue numérique, il n’est pas difficile d’apercevoir que le public potentiellement intéressé par ce type de production s’est accru d’autant (sans compter les membres des associations féminines et les sympathisants, forcément plus nombreux en 1940 qu’en 1913), ce qui suffit à expliquer l’intérêt manifesté par certains éditeurs à l’égard des œuvres littéraires mettant en scène des scouts.

  • 16 Christian Guérin, L’Utopie Scouts de France. Histoire d’une identité collective, catholique et soci (...)
  • 17 Ibid., p. 173.
  • 18 Louis V. M. Fontaine, La Mémoire du scoutisme, op. cit., p. 235.
  • 19 André Noël, quant à lui, publiera Patrouilles dans la nuit (1944) et Aux bois peureux (1945) dans l (...)

5Quoiqu’il ne soit évidemment pas dépourvu d’intentions commerciales, cet intérêt ne s’y réduit pas forcément. En effet, un certain nombre d’éditeurs s’impliquent également, d’une manière plus ou moins directe et active, dans l’un ou l’autre mouvement scout. La collection « Fleur rouge » illustre parfaitement ce phénomène, puisqu’elle est publiée par La Flamme, maison d’édition des Éclaireurs unionistes. Il en va de même pour la « Collection du scout » d’Alexis Redier, ce dernier ayant la responsabilité de l’impression du journal Le Scout de France16, organe officiel de la Fédération nationale des Scouts de France. Ces liens immédiats ne se vérifient pas pour les deux collections scoutes les plus significatives des années trente, « Le Feu de camp » et « Signe de piste » : la première est publiée par Gigord, la seconde par Alsatia, qui n’entretiennent aucune relation structurelle directe avec le scoutisme. Cependant, dans un cas comme dans l’autre, un lien personnel existe entre le mouvement scout et la maison d’édition. Ainsi, les fondateurs de la collection « Le Feu de camp », en 1933, sont André Noël et Maurice de Lansaye. Or, l’un est commissaire de la branche « Extension » (qui accueille des scouts handicapés) des Scouts de France17, tandis que l’autre, qui créera en 1935 la collection « Signe de piste », est directeur de la revue Le Scout de France (de 1928 à 1935) de même que responsable des camps-école (chargés de la formation des chefs) régionaux18. C’est dire si tous deux occupent dans l’organigramme de l’association des Scouts de France une place qui leur confère une responsabilité pédagogique certaine. Toutefois, ce n’est pas seulement à titre de responsables scouts qu’ils dirigent une collection littéraire, du moins en ce qui concerne Maurice de Lansaye. En effet, au moment où il lance « Le Feu de camp », il a déjà lui-même publié, sous le pseudonyme de Jacques Michel, un roman scout, L’Aventure du roi de Torla (Gigord, 1931)19.

  • 20 « Telle est rapidement la trame du Bracelet de vermeil, première des six aventures du Prince Éric r (...)
  • 21 Gérard Genette, Seuils [1987], Paris, Éditions du Seuil, 2002, Points, p. 224-227.
  • 22 Étant entendu que l’on réduit ici à une dimension unique l’action de l’un et celle de l’autre, alor (...)

6Peut-être aurait-on oublié L’Aventure du roi de Torla si ce roman n’avait été réédité par Elor en 1999 et, surtout, s’il n’avait influencé certains traits du cycle du Prince Éric de Serge Dalens, tenu parfois pour l’archétype du roman scout20 : plusieurs années avant Dalens, Michel met en scène un jeune monarque orphelin aux prises avec des conseillers félons, qui doit son salut à l’intervention de scouts qui deviennent ses amis. Nous n’étudierons pas ce livre dans les détails, mais nous attacherons surtout à son avant-propos, lieu stratégique, surtout pour un écrivain dont le récit met en scène le mouvement scout dans lequel il joue lui-même un rôle pédagogique : la préface est le lieu idéal du commentaire explicite, de la « déclaration d’intention21 » à propos du récit qu’elle précède, donc, dans le cas qui nous occupe, le lieu de la transition entre la mission idéologique du pédagogue et la fonction narrative du romancier22. Pour l’essentiel, l’avant-propos de L’Aventure du roi de Torla se focalise sur la question de l’enchantement et du merveilleux :

  • 23 Scouts de moins de douze ans.
  • 24 Scouts de plus de dix-sept ans.
  • 25 Jacques Michel, L’Aventure du roi de Torla [1931], Paris, J. de Gigord, 1947, Le Feu de camp, p. 5- (...)

Aux contes de fée, nous avons pris le côté merveilleux, dont nous ne pouvions nous passer, et nous l’avons condensé, pour faciliter notre tâche, en un personnage : l’Enchanteur Sylvain. […] “Un enchanteur ? diront les Scouts de treize ans, c’est bon pour les Louveteaux[23] !” […] Mais ce qui est bon pour les Louveteaux peut aussi l’être pour vous, grands amis lecteurs, Scouts ou… Routiers[24]. Vous ne refusez pas, nous semble-t-il, à votre vie ardente, aventureuse même, la large part de l’enchantement des choses de la nature, dont vous remerciez Dieu. Si donc […] vous admettez l’enchantement […], nous refuserez-vous le droit d’en montrer l’enchanteur ? Sous le nom de Sylvain, le tout puissant génie de la forêt, il vous est loisible d’évoquer la Providence, et cela, soyez-en sûrs, ne contrarie en rien l’intention de l’auteur25.

  • 26  « Providence », dans Dictionnaire de l’Académie française, 8e édition [1932-1935], en ligne, http: (...)
  • 27 Ibid.
  • 28 Jacques Michel, L’Aventure du roi de Torla, op. cit., p. 13.

7Cet extrait de la préface – il s’agit en fait de sa plus grande part – est révélateur non seulement de l’usage que l’auteur se propose de faire du merveilleux, mais encore de la manière dont il envisage la création littéraire. Notons d’abord que Jacques Michel s’adresse à des lecteurs dont il considère qu’ils appartiennent au mouvement scout. Selon le raisonnement de l’auteur, l’enchantement que recèle la vie scoute est suscité par les « choses de la nature », qui elles-mêmes procèdent de Dieu. Toutefois, c’est l’enchanteur Sylvain, et non Dieu, que Jacques Michel présente dans son avant-propos, alors que, dans un ouvrage destiné en priorité à des Scouts de France, il lui était loisible d’écrire une préface ouvertement catéchétique ou apologétique. Certes, il admet que l’on puisse reconnaître derrière Sylvain le dessein de la Providence, mais il faut se rendre compte de ce que cette déclaration a d’ambigu. En effet, le terme « providence », si l’on en croit la huitième édition du Dictionnaire de l’Académie française (qui est pratiquement contemporaine [1932-1935] de l’écriture du roman de Jacques Michel), « désigne spécialement la Suprême sagesse par laquelle Dieu conduit toutes choses26 », ce qui semble être le cas dans l’avant-propos de L’Aventure du roi de Torla, ainsi que l’atteste l’usage de la majuscule initiale. Néanmoins, ce mot renvoie aussi à une acception qui, quoique vieillie, est répertoriée par le dictionnaire : « Sagesse qui prévoit et qui pourvoit27. » Or, Sylvain incarne effectivement, au sein du roman, ce type de sagesse. Parce qu’il veut distraire, enseigner et protéger son filleul, le roi de Torla, l’enchanteur a imaginé un plan : « Pour l’exécuter, j’ai été jusqu’en France, hier, et j’ai soufflé à deux jeunes garçons qui seront demain mes auxiliaires, l’idée de venir passer une semaine au Royaume de Torla. Ces garçons, ce sont des scouts28… » C’est en fonction de cette prévision que l’histoire se déroulera, comme le montre la fin du récit :

  • 29 Ibid., p. 186-187.

[…] Sylvain parut au milieu d’eux et le génie de la forêt expliqua les faits merveilleux dont il était l’invisible ordonnateur :
— Comme le vent pousse la feuille à son gré lorsqu’il l’a détachée de l’arbre, ainsi j’ai poussé chacun de vous dans le chemin que je lui avais tracé. […]
Tout s’expliquait, maintenant, le plus clairement du monde29.

  • 30 Voir Christian Guérin, L’Utopie Scouts de France, op. cit., p. 164-166.

8« Invisible ordonnateur », Sylvain peut bien être une incarnation de la Providence, qui règle le cours du monde selon ses desseins, mais il peut être aussi un équivalent de celui qui règle l’histoire selon ses prévisions, c’est-à-dire de l’auteur. Il est d’ailleurs d’autant plus proche de celui-ci qu’il en est la créature : Sylvain est présenté comme le produit de la condensation du merveilleux dont Jacques Michel ne pouvait se passer pour élaborer son roman. Dans cette perspective, c’est l’auteur lui-même qui, de manière rétroactive, peut être considéré comme un enchanteur, et cela à plusieurs égards : parce qu’il est le créateur d’un personnage qui enchante d’autres personnages dans la diégèse, parce qu’il est l’auteur d’un récit qui enchantera peut-être les lecteurs, mais aussi parce qu’il joue un rôle actif dans un mouvement qui, à l’époque même où il écrit son roman, place l’enchantement au cœur d’un dispositif pédagogique qui utilise le jeu total30 pour modéliser le garçon.

  • 31 Ibid., p. 157.

9Le début des années trente apparaît en effet comme un moment crucial pour les Scouts de France – un « tournant31 », écrit Christian Guérin –, notamment en raison de la publication de Plein jeu, un manuel destiné aux chefs éclaireurs. L’auteur de cet ouvrage, Pierre Delsuc, en plus d’exercer des responsabilités dans le mouvement (il est, depuis 1925, commissaire de district de l’Ouest de Paris), peut être considéré comme le premier romancier scout dûment estampillé : en 1927, les éditions Spes ont publié, dans leur collection « Des fleurs et des fruits », sa Rude nuit de Kervizel, qui porte, pour la première fois dans la production littéraire francophone, le sous-titre « roman scout ». Dans Plein jeu, Delsuc développe la question du jeu scout, qu’il présente non comme une activité ponctuelle et facultative, mais comme un moteur pédagogique puissant, capable de pénétrer l’imaginaire de l’adolescent et de le configurer en fonction des idéaux du scoutisme. Le chef scout est donc invité à se muer en organisateur de l’imaginaire, et est encouragé pour ce faire à user d’artifices narratifs :

  • 32 Pierre Delsuc, Plein jeu [1930] suivi de Patrouilles en action, Fontenay-sous-bois, Éditions de l’O (...)

Quand un Scoutmestre veut faire jouer sa troupe, il la rassemble et expose d’abord une situation fictive qui servira de thème général. C’est une aventure qui emprunte son attrait et sa couleur aux circonstances qui lui servent de cadre :
« … Alors les Indiens ont rampé silencieusement le long des chariots des chercheurs d’or… »
Puis il explique la règle précise. Il fait passer dans la réalité tangible l’épisode qu’il vient d’évoquer32.

10Ainsi entendu, le jeu scout selon Delsuc relève, du moins dans sa phase introductive, de la rhétorique : le chef habile usera des ressources de l’inventio (l’inspiration fictionnelle), de la dispositio (entendue ici comme syntaxe fictionnelle) et de l’elocutio (la mise en discours) pour créer une intrigue capable de susciter l’enthousiasme des scouts. Ce sont ces mêmes ressources qu’exploite Jacques Michel dans L’Aventure du roi de Torla, en attribuant chacune d’entre elles à une instance différente : l’elocutio au narrateur, la dispositio au personnage de Sylvain, l’inventio à l’auteur, qui récapitule en définitive l’ensemble de ces instances. L’écrivain et le chef scout usent ainsi des mêmes moyens, et le roman se trouve au plus près des préceptes pédagogiques – à moins que ce ne soit l’inverse, et que la configuration pédagogique des Scouts de France de ces années-là ne procède d’une intuition puissamment fictionnelle et littéraire : Delsuc, romancier, n’a-t-il pas écrit La Rude Nuit de Kervizel avant que de publier, en pédagogue, Plein jeu ?

11Sur le plan de la poétique du récit, cette coïncidence du roman scout avec une orientation pédagogique particulière se manifeste par un certain nombre de caractères dont l’un des plus remarquables est celui du chronotope. Celui-ci apparaît déjà en filigrane dans les conseils que prodigue Delsuc aux fins de captiver le scout par le jeu :

  • 33 Ibid., p. 25.

Proposons-lui un cadre de vie qui lui plaise tellement qu’il l’identifie avec sa vie secrète. Du même coup la source de ses enthousiasmes deviendra accessible.
Offrons-lui ce monde dont il rêve. Donnons-lui cet univers à sa taille où il se mouvra en liberté. L’opération présentera d’autant moins de risques que nous nous arrangerons pour le contrôler invisiblement. Ou mieux : ayons des moyens de contrôle, mais n’en usons que le moins possible ; faisons confiance au garçon car il le mérite dans la plupart des cas et, par ailleurs, nous sommes malhabiles à gouverner cet univers33.

  • 34 Jacques Michel, L’Aventure du roi de Torla, op. cit., p. 6.
  • 35 « Mais la fatigue de l’étape mit du coton dans les oreilles des garçons et ils ne tardèrent pas à d (...)
  • 36 Ibid., p. 9.
  • 37 « Libres ? oui et non : ils ont un Chef, plusieurs même, et ils leur obéissent… Mais ils sont heure (...)
  • 38 Un chronotope qui vaut pour le roman de même que pour les jeux réels ou encore pour les représentat (...)

12Delsuc n’évoque pas explicitement le chronotope mais le « cadre de vie », le « monde » et l’« univers » qu’il mentionne peuvent lui être assimilés, comme en témoigne d’ailleurs la citation, reproduite plus haut, où il est question d’Indiens et de chercheurs d’or : la constitution de la sphère ludique ne passe pas seulement par la fictionnalisation de l’espace, elle dépend aussi, dans un certain nombre de cas du moins, de la fictionnalisation du temps. C’est ce que montre la fin de l’avant-propos de Jacques Michel : « Voici donc : l’Aventure du Roi de Torla, telle qu’elle se déroula dans un pays inconnu, au mystérieux carrefour du passé et de l’avenir, au temps des enchanteurs et des Scouts34… » L’espace et le temps semblent être ceux, indéterminés, du conte, en adéquation avec l’enchantement dont il est question tout au long de la préface, de même qu’avec ce rêve que le jeu, selon Delsuc, a pour mission de rejoindre. On ne s’étonnera pas, dès lors, que l’enchanteur Sylvain apparaisse, dans le premier chapitre du roman, lorsque les scouts viennent de s’endormir35, de l’autre côté d’un poste-frontière qu’ils viennent de passer36 – autant de zones limites, donc de possibilités de brouillage entre le monde réel et l’univers fantasmé. Le chronotope de ce roman est ainsi établi sur une défamiliarisation – mais une défamiliarisation partielle : le monde réel n’est jamais loin, puisque c’est lui qui sert de base à l’établissement de l’univers de la fiction. Toutefois, ce processus serait mal compris s’il était envisagé sans le mouvement de circonscription qui va de pair avec lui : L’Aventure du roi de Torla ne se joue pas dans un espace sans bornes, mais au sein d’une principauté délimitée, quoique inconnue ; de même, elle ne se déroule pas dans un temps indéterminé, mais au « carrefour du passé et de l’avenir », qui, pour être mystérieux, n’en est pas moins précisément désigné. Ajoutons à cela que l’action elle-même est canalisée d’une part par Sylvain, d’autre part par la loi scoute, mais qu’une certaine forme de liberté collective existe dans ce cadre37, et nous obtiendrons ce que nous pourrions appeler le chronotope du « grand jeu »38 (même si les récits ne racontent parfois aucun jeu à proprement parler), compte tenu de la définition que Huizinga donne du jeu :

  • 39 Johan Huizinga, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu [1938], Paris, Gallimard, 1951, L (...)

Sous l’angle de la forme, on peut […], en bref, définir le jeu comme une action libre, sentie comme “fictive” et située en dehors de la vie courante, capable néanmoins d’absorber totalement le joueur ; […] qui s’accomplit en un temps et dans un espace expressément circonscrits, se déroule avec ordre selon des règles données, et suscite dans la vie des relations de groupes s’entourant volontiers de mystère ou accentuant par le déguisement leur étrangeté vis-à-vis du monde habituel39.

  • 40 Voir notamment Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1978, Bibliothèq (...)
  • 41 Toutefois, l’action collective cède le pas, dans Le Bracelet de vermeil, à l’action duelle d’Éric e (...)

13Avec pour espace un territoire marginal, mais délimité, avec pour temps un mélange d’époques qui rompt avec la stricte contemporanéité, tous deux accueillant l’action d’adolescents à la liberté discrètement régulée par les adultes et par la loi spécifique qu’ils représentent, le chronotope du « grand jeu » constitue probablement l’une des caractéristiques les plus significatives d’une certaine production romanesque développée dans la mouvance des Scouts de France des années trente. L’on comprend mieux, dès lors, que ces ouvrages apparaissent, aujourd’hui encore, comme paradigmatiques, et soient même considérés parfois comme des romans scouts génériques, puisque, selon Bakhtine, le chronotope est un élément constitutif du genre littéraire40. Ainsi en va-t-il, en particulier, mais sans exclusive, des récits de Serge Dalens et de Jean-Louis Foncine (qui tous deux furent chefs scouts, Dalens comme assistant du chef de troupe à Nancy vers 1930, Foncine comme assistant du chef de troupe à Paris en 1930, puis comme chef de troupe au milieu des années trente), dans lesquels la présence du chronotope est avérée : un temps intermédiaire, entre contemporanéité et traces du passé, un espace délimité, mais à l’écart (le domaine du château de Birkenwald dans Le Bracelet de vermeil, la principauté de Swedenborg dans Le Prince Éric, le « Pays perdu » dans La Bande des Ayacks), où se déploie pour des adolescents en groupe une action libre, mais canalisée par les adultes (chef de troupe et aumônier dans Le Bracelet de vermeil41, ambassadeur de France dans Le Prince Éric, journalistes – dont un chef scout – dans La Bande des Ayacks), dans l’observance, plus ou moins explicite, de la loi scoute.

  • 42 Jean Perrot, « L’édition pour la jeunesse de l’écrit aux écrans », dans Pascal Fouché (dir.), L’Édi (...)
  • 43 Ibid., p. 35.
  • 44 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire. Introduction à l’archétypologie gé (...)
  • 45 Virginie Douglas, « Territoire et histoire collective des bandes d’enfants du roman britannique pou (...)
  • 46 Ibid., p. 126.
  • 47 « […] non seulement la collection “Signe de piste” des Éditions Alsatia de 1937 à 1950, puis de 195 (...)

14Il reste à envisager, pour conclure, la place occupée par ces œuvres dans l’ensemble de la production romanesque en français pour les adolescents au cours des années trente. Selon Jean Perrot, « l’érosion du prestige du roman scolaire s’est effectuée d’abord sous l’influence du cinéma et du roman scout42 », ce dernier devant son succès à « l’offre de dépaysement de la lecture de plaisir43 ». Il ne faut toutefois pas penser que ces romans soient les seuls à offrir le dépaysement dans l’entre-deux-guerres. Charles Vildrac, dans L’Île rose, pour ne citer que cet exemple fameux, présente une île qui permet au jeune lecteur de s’évader de son quotidien. Cependant, hormis le fait que cet ouvrage, édité en 1924, appartient à la décennie précédente, le chronotope sur lequel il est établi n’est pas celui du « grand jeu » : certes, l’espace-temps paradisiaque est proche, à bien des égards, de celui-ci, mais il n’est guère ouvert à l’aventure, préférant les structures « mystiques » de l’imaginaire nocturne, pour reprendre la terminologie de Gilbert Durand44, à celles, « synthétiques », qui voient l’action faire irruption dans un univers censément stable. En fait, le chronotope du « grand jeu » et l’action qu’il détermine ne paraissent guère représentés, en dehors de certains romans scouts, dans la littérature de jeunesse française de l’entre-deux-guerres. Du côté anglo-saxon, en revanche, Virginie Douglas a montré que certains romans britanniques mettant en scène des bandes d’enfants partageaient « un espace à la marge, l’enracinement, l’inscription dans la géographie ou dans l’histoire45 », et pouvaient se mouvoir librement, « en marge de la société adulte46 ». Un certain nombre de récits de bandes prennent la forme de ce que l’on appelle parfois les holiday stories, dont l’un des auteurs les plus représentatifs est sans doute Arthur Ransome, avec Swallows and Amazons (dont le premier tome paraît en 1930), dont les points communs avec les romans scouts mériteraient d’être relevés systématiquement. Or, pour des raisons qu’il reste à élucider, nous ne connaissons pas d’équivalent français des holiday stories à cette époque (alors qu’elles seront nombreuses après guerre, notamment à partir de 1955 avec la traduction en français du Club des Cinq d’Enid Blyton). En outre, il ne semble pas que l’action des personnages de ces récits soit soumise à un corpus de règles institutionnalisé comme celui que l’on observe dans les romans scouts. Aussi, si ces romans scouts, et en particulier ceux de la collection « Signe de piste », connurent le succès que l’on sait47, au-delà même du public qu’ils visaient initialement, c’est, entre autres, parce qu’ils occupent dans la production littéraire de ces années une place laissée vacante, celle d’une littérature qui, combinant pédagogie et divertissement, utilise un chronotope spécifique pour mettre en scène l’action, paradoxalement libre et régulée à la fois, de jeunes en quête d’aventure et d’enchantement.

Haut de page

Notes

1 S’agit-il d’un genre littéraire à proprement parler ? La réponse ne va pas de soi. En 1992, la revue Janus bifrons (Nancy, Presses universitaires de Nancy) a consacré au roman scout un numéro intitulé : Le Roman scout (1927-1962) : un genre littéraire ? Bien que les articles publiés à cette occasion aient incontestablement permis que progresse la réflexion à ce sujet, celle-ci mériterait sans aucun doute d’être prolongée.

2 Ainsi, Tallandier restera actif dans le domaine du roman scout, en publiant en 1930 Les Compagnons de la fleur bleue de Marcel Idiers dans la série « Grandes aventures et voyages excentriques », et surtout les récits de Robert Jean-Boulan dans la collection « Le Livre d’aventures » : Feux de camp, La Patrouille des lions, Le Clan de la mort, Trois Scouts marins… en 1937, Camp-Volant et Le Chant du Jamboree en 1938.

3 Vers 1934 est lancée par Desclée de Brouwer la collection « Belle humeur », qui accueillera plusieurs romans scouts, en particulier ceux du père Albert Hublet : Frais minois (1932), Les Deux Amis et Têtes folles et Cœurs d’or (1934), Leurs âmes (1936), La Flamme qui dévore (1937), Essences de lumière et Parole de scout (1938).

4 À propos de la place du feu de camp dans le scoutisme, voir Louis V. M. Fontaine, La Mémoire du scoutisme. Dictionnaire des hommes, des thèmes et des idées, s.l., Publications L.F., 1999, p. 173-175.

5 D’autres romans, non scouts, y ont été publiés précédemment.

6 Voir Philippe Laneyrie, Les Scouts de France. L’évolution du mouvement des origines aux années quatre-vingt, Paris, Éditions du Cerf, 1985, Histoire, p. 441.

7 Voir Raymond Perrin, Un siècle de fictions pour les 8 à 15 ans (1901-2000) à travers les romans, les contes, les albums et les publications pour la jeunesse, édition revue, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 104.

8 Voir Jean-Jacques Gauthé, Le Scoutisme en France. Inventaire de la bibliographie et des sources, Montpellier, Université Paul Valéry, 1997.

9 Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (xixe-xxe siècle), Paris, Éditions du Cerf, 1999, Histoire, p. 178.

10 Pierre Kergomard et Pierre François, Les Éclaireurs de France de 1911 à 1951, s.l., Éclaireuses et éclaireurs de France, 1983, p. 39.

11 Philippe Laneyrie, Les Scouts de France, op. cit., p. 68.

12 Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France, op. cit., p. 187.

13 Philippe Laneyrie, Les Scouts de France, op. cit., p. 86.

14 Louis V. M. Fontaine, La Mémoire du scoutisme, op. cit., p. 151.

15 Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France, op. cit., p. 180.

16 Christian Guérin, L’Utopie Scouts de France. Histoire d’une identité collective, catholique et sociale (1920-1995), Paris, Fayard, 1997, Pour une Histoire du xxe siècle, p. 502.

17 Ibid., p. 173.

18 Louis V. M. Fontaine, La Mémoire du scoutisme, op. cit., p. 235.

19 André Noël, quant à lui, publiera Patrouilles dans la nuit (1944) et Aux bois peureux (1945) dans la collection « Heures joyeuses » (aux Éditions de l’Amitié et G.-T. Rageot).

20 « Telle est rapidement la trame du Bracelet de vermeil, première des six aventures du Prince Éric racontées par Serge Dalens et illustrées par Pierre Joubert, publiée pour la première fois dans la collection « Signe de piste » et devenue l’une des principales références du roman scout. » (Sandra Pizzo, Les Petits Soldats du Christ, Paris, Desclée de Brouwer, 2001, p. 56.) « Si l’on en croit les témoignages, le Prince Éric, est le héros de la “littérature scoute”. » (Amélie de Turckheim et Dolorès Gonzalez, Scouts toujours !, Paris, Bayard, 1995, p. 178.) Précisons que c’est Jacques Michel qui accueille Serge Dalens au « Signe de piste » et qui préface son premier roman, Le Bracelet de vermeil.

21 Gérard Genette, Seuils [1987], Paris, Éditions du Seuil, 2002, Points, p. 224-227.

22 Étant entendu que l’on réduit ici à une dimension unique l’action de l’un et celle de l’autre, alors que, dans les faits, elles ne s’y limitent évidemment pas.

23 Scouts de moins de douze ans.

24 Scouts de plus de dix-sept ans.

25 Jacques Michel, L’Aventure du roi de Torla [1931], Paris, J. de Gigord, 1947, Le Feu de camp, p. 5-6.

26  « Providence », dans Dictionnaire de l’Académie française, 8e édition [1932-1935], en ligne, http://atilf.atilf.fr/academie.htm (consulté le 22 février 2013).

27 Ibid.

28 Jacques Michel, L’Aventure du roi de Torla, op. cit., p. 13.

29 Ibid., p. 186-187.

30 Voir Christian Guérin, L’Utopie Scouts de France, op. cit., p. 164-166.

31 Ibid., p. 157.

32 Pierre Delsuc, Plein jeu [1930] suivi de Patrouilles en action, Fontenay-sous-bois, Éditions de l’Orme rond, 1985, p. 14.

33 Ibid., p. 25.

34 Jacques Michel, L’Aventure du roi de Torla, op. cit., p. 6.

35 « Mais la fatigue de l’étape mit du coton dans les oreilles des garçons et ils ne tardèrent pas à dormir. [§] La lune monta bientôt au-dessus de la croupe dentelée » — et Sylvain apparaît (ibid., p. 11-12).

36 Ibid., p. 9.

37 « Libres ? oui et non : ils ont un Chef, plusieurs même, et ils leur obéissent… Mais ils sont heureux quand même !… » (Ibid., p. 135.)

38 Un chronotope qui vaut pour le roman de même que pour les jeux réels ou encore pour les représentations dramatiques, dont on trouve plus d’une trace dans L’Aventure du roi de Torla — mais c’est là un sujet qui nous entraînerait trop loin dans le cadre de cet article.

39 Johan Huizinga, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu [1938], Paris, Gallimard, 1951, Les Essais, p. 34-35.

40 Voir notamment Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1978, Bibliothèque des idées, p. 391.

41 Toutefois, l’action collective cède le pas, dans Le Bracelet de vermeil, à l’action duelle d’Éric et de Christian, qui confère à ce roman un statut particulier – non seulement au cours de ces années-là, mais dans l’ensemble de la production romanesque scoute.

42 Jean Perrot, « L’édition pour la jeunesse de l’écrit aux écrans », dans Pascal Fouché (dir.), L’Édition française depuis 1945, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 1998, p. 232.

43 Ibid., p. 35.

44 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire. Introduction à l’archétypologie générale [1969], Paris, Dunod, 2002, 536 p.

45 Virginie Douglas, « Territoire et histoire collective des bandes d’enfants du roman britannique pour la jeunesse », Cahiers Robinson, n° 30, 2011, p. 125-126.

46 Ibid., p. 126.

47 « […] non seulement la collection “Signe de piste” des Éditions Alsatia de 1937 à 1950, puis de 1950 à 1970, mais encore la collection “Jamboree” des Éditions Spès [sic] en 1952, ont atteint rapidement de très gros tirages : les livres de S. Dalens […] et de J.-L. Foncine dépassaient les 100 000 exemplaires en 1956, alors que Tatiana Rageot donnait 50 000 exemplaires comme chiffre de vente du meilleur titre de la collection “Heures Joyeuses” des Éditions de l’Amitié G.T. Rageot », observe Jean Perrot (« L’édition pour la jeunesse de l’écrit aux écrans », op. cit., p. 232-233).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Déom, « Le roman scout dans les années trente et le chronotope du « grand jeu » », Strenæ [En ligne], 6 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1072 ; DOI : 10.4000/strenae.1072

Haut de page

Auteur

Laurent Déom

Université Charles de Gaulle – Lille 3
Laboratoire Alithila (Analyses littéraires et Histoire de la langue)

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org