Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Introduction

Mathilde Lévêque et Anne Struve-Debeaux

Texte intégral

1En France, l’entre-deux-guerres a longtemps été perçu dans l’histoire de la littérature pour la jeunesse comme une période de déclin, peu digne d’intérêt – une sorte de passage à vide entre l’essor extraordinaire qu’a connu le genre au xixe siècle et celui qui l’a caractérisé ensuite, tout au long de la seconde moitié du xxe siècle, sous l’influence, entre autres, de l’apparition du livre de poche pour la jeunesse. Pourtant, cette réputation semble tout aussi caricaturale qu’injustifiée. Un bref survol suffit à s’en persuader : c’est, du côté de la littérature anglaise, Hugh Lofting qui publie en 1920 The Story of Doctor Dolittle, premier tome d’une suite de romans promise à un bel avenir ; c’est, en Allemagne, Erich Kästner qui, à la fin des années vingt, commence à écrire pour les enfants, créant les premiers romans allemands modernes pour la jeunesse ; c’est aussi, en France, en 1931, la naissance d’un petit éléphant nommé Babar, sous la plume de Jean de Brunhoff, et, en Belgique, sous celle d’Hergé, l’apparition d’un jeune reporter destiné à devenir célèbre dans le monde entier. L’entre-deux-guerres est donc bien plutôt une période de profondes mutations et de renouveau pour la littérature de jeunesse – une période foisonnante d’innovations et de transformations.

  • 1 Thèse sous la direction d’Anne-Marie Christin, Paris 7, 1997 (non publiée).
  • 2 Annie Renonciat (dir.), Livre, mon ami. Lectures enfantines, 1914-1954, exposition, présentée à la (...)
  • 3 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65652076
  • 4 Citons Alexandra De Lassus, Africains et Asiatiques dans la littérature de jeunesse de l’entre-deux (...)

2Les travaux pionniers d’Annie Renonciat1, de fait, ont montré le dynamisme éditorial qui s’est fait jour entre 1919 et 1931 – nous songeons plus particulièrement à sa thèse, Les livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931). Années charnières, années pionnières. Travaillant notamment à partir des catalogues d’éditeurs, Annie Renonciat a montré que la production de livres pour enfants dans les années 1920 est au croisement d’enjeux éditoriaux, économiques, commerciaux, techniques, sociaux, esthétiques : les formes de l’édition contemporaine sont déjà perceptibles dans cette période de profondes mutations. La richesse et la diversité de la production pour la jeunesse en France est parfaitement illustrée par Livre, mon ami. Lectures enfantines, 1914-1954, catalogue de l’exposition présentée à la Bibliothèque Forney en 19912, récemment numérisé par la Bibliothèque nationale de France et disponible sur le portail Gallica3. Plusieurs recherches, en France, se sont par la suite intéressées à cette période encore mal connue de la littérature pour la jeunesse4. Mais ces travaux sont souvent restés isolés, et c’est pourquoi il nous a paru nécessaire de consacrer à la production de cette époque un véritable dossier thématique, en réunissant, pour la première fois dans une publication francophone, un certain nombre de spécialistes de la littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres, afin de mettre en résonance leurs différentes approches, mais aussi de faire connaître des travaux encore inédits, dans une perspective internationale.

3Le premier volet de cet ensemble, que constitue ce numéro de Strenae, s’ouvre sur trois études nous proposant, chacune, un aperçu synthétique d’une littérature étrangère. Tout d’abord, celle de Norbert Hopster, qui, dans son introduction à Die Kinder- und Jugendliteratur in der Zeit der Weimarer Republik (Peter Lang, 2012), traduite par Hélène Boisson, dresse un panorama de la littérature enfantine sous la République de Weimar et montre comment l’image du « laboratoire de la multiplicité », utilisée par Benjamin pour caractériser l’œuvre de Brecht, peut aussi illustrer l’édition et la création littéraire qui la caractérise entre 1919 et 1933. Puis celle de Mariella Colin, consacrée la littérature enfantine italienne des années vingt : Mariella Colin y explique comment, avant que l’instauration de la dictature fasciste ne stérilise sa créativité et ne la mette au pas, cette production a, elle aussi, connu une brillante période de renouveau, avec l’émergence de nouvelles formes poétiques, et, sous l’influence de Lewis Carroll, d’un « réalisme magique » tout à fait original et novateur. Enfin, l’article de Virginie Douglas nous présente la littérature pour la jeunesse anglaise de l’entre-deux-guerres : il s’agit d’un domaine vaste et depuis longtemps solidement établi, bénéficiant d’une suprématie incontestable dans la production lié au genre – même si, durant les années 1920-1930, pris en tension entre tradition et modernité, imitation et renouveau, tout comme les littératures allemandes et italiennes –, il se trouve aussi en pleine période de transition, écartelé entre nostalgie d’un âge d’or littéraire et entrée dans la culture de masse.

4Le dossier se poursuit ensuite sur plusieurs contributions centrées sur la production française et qui nous révèlent que celle-ci, durant la période considérée, n’a pas été en reste. Ainsi, Matthieu Letourneux, s’attachant à un pan peu connu de l’histoire de la littérature pour la jeunesse, analyse l’essor des collections populaires dans notre pays, prises entre politiques éditoriales diverses, concept de sérialité et multiplication des supports – d’où l’apparition de nouveaux modes de lecture. Tandis que, parallèlement, les études de Laurent Déom et de Martine Jacques, consacrées respectivement à l’essor du roman scout et à l’écriture utopique dans L’Île Rose de Charles Vildrac, deux genres romanesques bien différents, témoignent de l’émergence, dans ce contexte éditorial en plein bouleversement, de formes littéraires tout à fait nouvelles et diverses. Un numéro consacré à l’entre-deux-guerres serait incomplet s’il n’évoquait Paul Faucher et ce Père Castor dont les innovations éditoriales, pédagogiques et esthétiques, manifestes dans la collection du « Roman des bêtes », sont présentées par Claire Delbard.

5Enfin, dans un troisième moment, sont envisagés un certain nombre d’ouvrages devenus de véritables classiques de la littérature pour la jeunesse. Car l’entre-deux-guerres a été particulièrement riche en chefs-d’œuvre dans ce domaine. Que l’on songe aux Contes du Chat perché de Marcel Aymé, dont Yvon Houssais nous livre une lecture « à contre-courant » » ; à l’œuvre encore méconnue de Léopold Chauveau, dont l’art du récit, particulièrement moderne, est analysé par Marie-Pierre Litaudon ; ou aux aventures de Gédéon, où, selon Laurence Olivier-Messonnier, se conjuguent renouveau graphique et anthropomorphisme. Que l’on songe aussi au Petit Prince, imaginé par Saint-Exupéry dès la fin des années 1930 – un récit proche, comme le suggère Fanny Déchanet-Platz, de L’Enfant de la haute mer de Supervielle, et relevant, comme lui, autant de la littérature pour enfants que de la littérature pour adultes. Ou encore – autres classiques choisissant eux aussi de bouleverser les frontières et volontiers tout à la fois ludiques et transgressifs –, aux aventures de Mary Poppins qu’évoque Valery Czerny, ou à celles du Docteur Dolittle, dont nous parle Anne Struve-Debeaux. Sans oublier un certain nombre d’ouvrages qui n’ont jamais trouvé écho dans l’édition française, comme ceux, par exemple, de Monteiro Lobato, le père de la littérature de jeunesse brésilienne, à propos duquel Tâmara Abreu livre une des toutes premières études publiées en français. La contribution d’Anatoly Tokmakov permet enfin de donner une place au théâtre soviétique pour enfants, avec les adaptations des contes de Perrault et d’Andersen par Evguény Schwartz, tandis que Cécile Pichon-Bonin livre avec A l’assaut de la 3e année du plan quinquennal ! un exemple de collusion entre art pour enfants et propagande politique.

6À dire vrai, la littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres, loin de s’être appauvrie, a des facettes si multiples qu’il est difficile de la résumer, de la caractériser, même en quelques mots : elle s’affirme comme une littérature dynamique, ambitieuse, inattendue, moderne, voire iconoclaste. Loin d’être un creux dans l’histoire littéraire, un pan vide de tout intérêt, elle se présente comme un foisonnement, un creuset d’expériences, parfois isolées, certes, mais qu’il est important de remettre en perspective les unes par rapport aux autres. Tel est l’un des objectifs de ce dossier. Qu’il puisse guider le lecteur dans ce dédale complexe, apporter des éclairages indispensables et ouvrir de nouvelles pistes dans ce vaste continent encore peu connu de la recherche.

Haut de page

Notes

1 Thèse sous la direction d’Anne-Marie Christin, Paris 7, 1997 (non publiée).

2 Annie Renonciat (dir.), Livre, mon ami. Lectures enfantines, 1914-1954, exposition, présentée à la Bibliothèque Forney du 10 septembre au 19 octobre 1991, et à la Mairie du Ve arrondissement du 19 novembre au 22 décembre 1991, Agence culturelle de Paris, 1991, 128 p.

3 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65652076

4 Citons Alexandra De Lassus, Africains et Asiatiques dans la littérature de jeunesse de l’entre-deux-guerres, Paris, L’Harmattan, 2006 ; Mariella Colin, Les enfants de Mussolini. Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeunesse sous le fascisme, Presses universitaires de Caen, 2010 ; Mathilde Lévêque, Écrire pour la jeunesse dans l’entre-deux-guerres en France et en Allemagne, PUR, 2011 ; sans oublier les travaux plus ciblés comme ceux de Michel Defourny sur le Père Castor (publiés par les Amis du Père Castor) ou d’Isabelle Nières-Chevrel sur Babar (entre autres : « Jean de Brunhoff : inventer Babar, inventer l’espace », La Revue des livres pour enfants, n° 191, février 2000, p. 109-120) et plus généralement sur la production pour la jeunesse à la fin des années 1930 (« Et, s’il le faut, nous enverrons Babar en ambassadeur », 1939 dans les lettres et les arts. Essais offerts à Yves Chevrel (dir. Danièle Chauvin et Pierre Brunel) PUF, 2001, p.327-336.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Lévêque et Anne Struve-Debeaux, « Introduction », Strenæ [En ligne], 6 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://strenae.revues.org/1043 ; DOI : 10.4000/strenae.1043

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org