Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rossana Dedola (éd.), Roberto Innocenti. La mia vita in una fiaba

Michela Toppano
Référence(s) :

Rossana Dedola (éd.), Roberto Innocenti. La mia vita in una fiaba, Pisa-Cagliari, Della Porta Editori, 2012, 93 p., 11 €

Texte intégral

1L’ouvrage de Rossana Dedola, Roberto Innocenti. La mia vita in una fiaba, publié chez Della Porta, consiste en un entretien avec l’illustrateur italien Roberto Innocenti. Ce petit livre a tout d’abord un intérêt biographique puisqu’il permet de reconstruire le parcours singulier de l’artiste.

  • 1 Dans l’ordre, voici les éditions françaises les plus récentes de ces albums : Charles Perrault, Rob (...)

2Connu par un public restreint en Italie, il est en revanche populaire au niveau international. Né en 1940, Roberto Innocenti a été profondément marqué par la deuxième guerre mondiale. Autodidacte, il est parvenu à l’illustration d’albums de jeunesse après être passé par plusieurs métiers : vendeur dans une boutique d’objets d’art et d’artisanat, dessinateur de bandes dessinées pour une maison de production romaine, graphiste. Dans les années quatre-vingt, au moment où la diffusion de l’informatique risque de mettre en péril le métier de graphiste sous ses formes traditionnelles, il est sollicité par l’illustrateur suisse Étienne Delessert pour illustrer l’un des albums de sa collection, Cenerentola (1983). Cette rencontre marque le virage définitif d’Innocenti vers le métier d’illustrateur d’albums de jeunesse et le début de la production de ses autres chefs-d’œuvres, dont la maison d’édition américaine Creative Editions détient aujourd’hui les droits. Il s’agit d’albums aux thématiques les plus variées : des albums historiques, comme Rosa bianca (1985) ou La storia di Erika (2003), concernant la période nazie et la Shoah, des relectures plus ou moins modernisées des classiques de la littérature comme Le avventure di Pinocchio (1988) de C. Collodi, Canto di Natale (1990) de Charles Dickens, Lo schiaccianoci (1996) d’E. Hoffman, Cappuccetto rosso (2012), des albums moins « narratifs », comme L’ultima spiaggia (2002)1, entièrement construit sur le principe de l’intertextualité.

3Traduites en plusieurs langues, ces œuvres font de Roberto Innocenti l’un des illustrateurs les plus connus au monde et lui ont valu plusieurs prix internationaux. Rosa bianca, dont le texte anglais a été rédigé par l’écrivain Ian Mac Ewan, a été salué comme le premier album pour la jeunesse sur la Shoah et lui a valu le Prix pour la Paix Gustav Heinemann. Grâce à l’ensemble de sa production, Innocenti a reçu en 2008 le prix Andersen.

4Au-delà de la seule reconstruction biographique, l’ouvrage propose une introduction à l’œuvre de l’illustrateur. Les commentaires de l’artiste sur ses réalisations principales fournissent au lecteur une clef pour comprendre les choix stylistiques et narratifs qui rendent si reconnaissable chacune de ses œuvres. En effet, si tous ses albums se caractérisent par une grande attention aux détails et au réalisme du dessin, certains motifs marquent d’un sceau particulier les œuvres singulières. Ainsi, c’est la volonté d’une relecture comique qui l’amène à situer l’histoire de Cendrillon dans l’Angleterre des années vingt. La dénonciation de la dégradation matérielle et morale d’une société qui se laisse aveugler par des images trompeuses le conduit à faire se promener la petite fille de Cappuccetto rosso dans une périphérie urbaine contemporaine grisâtre et dégradée. En revanche, le désir de réalisme et de valorisation de la « toscanité » distingue son Pinocchio des nombreuses illustrations précédentes qui n’ont jamais pris en compte cette caractérisation géographique. Dans L’ultima spiaggia, le pari d’un récit sans histoire ni invention, entièrement bâti sur des citations littéraires débouche sur l’atmosphère irréelle et évanescente de cet album. Le travail sur la représentation de l’espace participe à l’atmosphère et à l’interprétation de l’histoire de Rosa bianca. La gravité indicible de la Shoah proposée dans La storia di Erika l’oriente vers des décors essentiels et dépouillés. Il explique aussi les éventuelles distorsions, voire trahisons du texte de départ, imposées par la transposition du récit en images. Ainsi, pour corriger la monotonie du récit dans Lo schiaccianoci, qui serait nuisible à sa version figurative, il réduit la taille de la petite fille protagoniste de l’histoire lors de la bataille des souris, afin d’en faire une spectatrice impliquée et de rendre plus dramatique la scène.

  • 2 L’édition française est la suivante : J. Patrick Lewis, Roberto Innocenti, La maison, Paris, Gallim (...)
  • 3 Carlo Chiostri (1863-1939) est un peintre et illustrateur florentin. Il a été parmi les premiers il (...)

5L’entretien permet de relever les liens existants entre biographie et œuvres. Ainsi, l’expérience concrète de la guerre l’a poussé à revenir plusieurs fois sur la période du nazisme et du fascisme dans Rosa bianca, La storia di Erika et La casa nel tempo (2009)2, album dans lequel il a intégré des détails liés à des faits réels et des souvenirs personnels de cette époque. De même, il a privilégié les épisodes les plus sombres dans sa première édition de Le avventure di Pinocchio en se souvenant de la peur ressentie, enfant, à la lecture de Pinocchio et des images en noir et blanc de l’édition illustrée par C. Chiostri3.

6Mais cet entretien nous permet aussi de saisir une vision particulière de l’enfance et de la littérature pour l’enfance chez l’illustrateur italien. La richesse visuelle, le réalisme, l’attachement aux détails qui rendent ses dessins relativement complexes renvoient à sa conviction qu’il ne faut pas sous-estimer le plaisir que trouvent les enfants à démonter les engrenages compliqués. D’après Innocenti, c’est la simplification et non pas la complexité de l’image qui tue la curiosité de l’enfant. De ces affirmations émerge ainsi la conception d’une littérature de jeunesse ambitieuse pour un petit lecteur exigeant et curieux. Par ce réalisme, ainsi que par le refus de la recherche d’effets faciles, Innocenti affirme vouloir se placer volontairement à contrecourant du filon de la fantasy à la Harry Potter.

7Par ailleurs, Innocenti évoque la nécessité d’un art plus démocratique que celui proposé par les institutions officielles : un art de masse qui sache proposer de beaux objets tout en ne renonçant pas à la communication. L’illustration s’inscrirait parfaitement dans cette conception d’un art « intégral », à la fois accessible et exigeant, tourné vers la communication mais soucieux de l’esthétique. L’image fixe de l’illustration, opposée à l’image télévisuelle ou publicitaire, serait la seule image de qualité capable de pénétrer encore dans toutes les maisons. De cet entretien émerge clairement la personnalité d’un illustrateur à la fois engagé, soucieux de nourrir la réflexion de ses petits lecteurs, mais aussi attentif à la teneur esthétique de ses dessins.

8Ce livre souligne également les rapports difficiles de l’auteur avec le monde de l’édition des livres illustrés pour la jeunesse en Italie. En effet, après plusieurs tentatives infructueuses de s’insérer dans le panorama de la production de jeunesse, Innocenti a proposé en 1979 Rosa bianca à Emme edizioni, maison d’édition de livre de jeunesse prestigieuse et ouverte. Mais il a dû essuyer un refus de publication en raison de la violence du sujet. Ce refus est peut-être lié non seulement au caractère sensible de l’épisode raconté aux enfants mais aussi au rapport problématique de l’Italie avec la mémoire de l’époque fasciste, toujours d’actualité. Innocenti a peut-être été la victime de cette amnésie historique. Quoi qu’il en soit, ce rendez-vous manqué l’a poussé à s’orienter définitivement vers d’autres pays lorsque la chance s’est présentée. Il a donc été d’abord découvert et publié à l’étranger, où l’édition de littérature de jeunesse est plus structurée et plus prête à accepter les thématiques proposées par l’artiste. Ainsi, ses œuvres ne commencent à être publiées que tardivement en Italie, après qu’il a construit sa carrière à l’étranger. Aujourd’hui, les maisons d’éditions italiennes doivent acheter les droits à la maison d’édition américaine Creative Editions pour pouvoir publier ses albums.

9L’ouvrage de Rossana Dedalo offre en annexe des reproductions de dessins originaux bien choisies, concernant les ouvrages dont il a été question dans l’entretien. Ces images illustrent parfaitement les commentaires du texte. Ce petit livre est donc essentiellement un ouvrage de vulgarisation qui attire l’attention sur un domaine et un auteur peu explorés par la recherche académique et qui risquent d’être connus seulement par des publics très restreints. En tout cas, malgré son caractère fragmentaire, l’entretien représente une introduction réussie à Innocenti : il permet de revenir sur ses réalisations principales, de mettre en relief la spécificité et les raisons des thèmes et des choix stylistiques privilégiés par l’auteur et d’offrir un aperçu de ses relations avec le contexte éditorial italien et étranger.

Haut de page

Notes

1 Dans l’ordre, voici les éditions françaises les plus récentes de ces albums : Charles Perrault, Roberto Innocenti, Cendrillon, Paris, Grasset Jeunesse, 2001 ; Christophe Dallaz, Roberto Innocenti, Rose blanche, Paris, Les 400 Coups, 2010 ; Ruth Vander Zee, Roberto Innocenti, L’étoile d’Erika, Paris, Milan Eds, 2003 ; Carlo Collodi, Roberto Innocenti, Les aventures de Pinocchio, Paris, Gallimard Jeunesse, 2005 ; Charles Dickens, Roberto Innocenti, Un chant de Noël, Paris, Gallimard Jeunesse, 1999 ; E.T.A. Hoffmann, Roberto Innocenti, Casse-noisette, Paris, Gallimard Jeunesse, 1996 ; Aaron Frisch, Roberto Innocenti, La petite fille en rouge, Paris, Gallimard Jeunesse, 2013 ; J. Patrick Lewis, Roberto Innocenti, L’auberge de nulle part, Paris, Gallimard Jeunesse, 2002.

2 L’édition française est la suivante : J. Patrick Lewis, Roberto Innocenti, La maison, Paris, Gallimard Jeunesse, 2010.

3 Carlo Chiostri (1863-1939) est un peintre et illustrateur florentin. Il a été parmi les premiers illustrateurs de Pinocchio mais a également dessiné pour les plus importants écrivains de livres de jeunesse de l’époque tels que Vamba, Luigi Capuna, Collodi Nipote ou Tommaso Catani.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michela Toppano, « Rossana Dedola (éd.), Roberto Innocenti. La mia vita in una fiaba », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 23 février 2017. URL : http://strenae.revues.org/1034

Haut de page

Auteur

Michela Toppano

Université d’Aix-Marseille

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org