Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marie Pérouse-Battelo, Edwige Keller-Rahbé, Les représentations du xviie siècle dans la littérature pour la jeunesse contemporaine : patrimoine, symbolique, imaginaire

Anne Coudreuse
Référence(s) :

Marie Pérouse-Battelo, Edwige Keller-Rahbé, Les représentations du xviie siècle dans la littérature pour la jeunesse contemporaine : patrimoine, symbolique, imaginaire, Papers on French Seventeenth Century Literature, vol. XXXIX, n° 77, 2012, Rainer Zaiser ed. (Gunter Narr Verlag Tübingen), 366 pages

Texte intégral

1Le xviie siècle est à la mode dans la littérature de jeunesse contemporaine. Cette vogue du xviie siècle dans la littérature de jeunesse explique pourquoi le Groupe Renaissance et Âge classique de l’Université Lumière Lyon 2 a organisé en mai 2011 un colloque sur ce sujet, réunissant écrivains, bibliothécaires et universitaires, spécialistes de littérature de jeunesse ou dix-septiémistes. Ce sont les actes de ce colloque qui sont publiés dans cette livraison de la revue Papers on French Seventeenth Century Literature, car ce phénomène éditorial constitue un fait d’histoire culturelle dont l’analyse présente un grand intérêt, au-delà des cercles des chercheurs en littérature de jeunesse. On peut donner comme exemples la série des Colombes du Roi-Soleil d’Anne-Marie Desplat-Duc, mais aussi les romans d’Annie Jay (Complot à Versailles, etc.), ceux d’Annie Pietri, d’Anne-Sophie Silvestre, de Florence Thinard, d’Arthur Ténor (Sabotages en série à Versailles), ou de Yves Heurté (Le Forban magnifique) et d’Alain Surget (Pavillon noir) pour les romans de piraterie auxquels Matthieu Freyheit consacre une réflexion très stimulante sur « l’histoire parallèle d’un Siècle d’or ».

2Cet engouement éditorial s’explique par les liens privilégiés de ces romans historiques avec la culture institutionnelle : ils conjuguent aux yeux des parents et des adultes prescripteurs de lecture les deux critères essentiels du « bien lire » en littérature de jeunesse, en permettant à la fois une lecture utile à visée pédagogique et une lecture futile de divertissement. Ces romans constituent en effet une excellente introduction aux programmes d’histoire, mais aussi aux auteurs et textes patrimoniaux. On comprend mieux ainsi le succès de Louison et Monsieur Molière de Marie-Chritine Helgerson, ou du livre de Denis Kerbraz, Du petit Poquelin au grand Molière. Dans un article passionnant Laurent Thirouin analyse la façon dont Tartuffe est « raconté aux enfants ». La complexité de la pièce est sans doute aplatie dans les romans de son corpus, ainsi que la question délicate des dévots et des fanatiques qui prête à de nombreux contresens ou anachronismes. Mais la pièce peut servir d’« outil idéologique », de « caution littéraire » pour penser les tensions de notre époque, c’est ce qui est « la marque que l’œuvre reste vivante ». En cela, l’écrivain pour la jeunesse est un « passeur », à qui doivent en succéder d’autres.

3Sur les sujets religieux, l’article d’Yves Krumenacker est passionnant ; il analyse la « mémoire du protestantisme » dans ces romans historiques pour la jeunesse. Il s’agit d’un corpus très limité dans l’ensemble de la production (7 livres), et l’histoire des protestants y est présentée de façon « partielle et partiale » : « c’est […] la révocation de l’édit de Nantes, avec les mesures qui l’annoncent, les persécutions, les dragonnades et l’exil vers les pays du Refuge qui est le thème principal de ces récits. […] Il n’y a rien sur la période plus tranquille de la fin du règne d’Henri IV, de celui de Louis XIII ou des débuts de celui de Louis XIV […]. Il est vrai que les périodes de tranquillité sont moins propices aux romans d’aventure ». Les protestants sont présentés comme des victimes de l’intolérance, sans que soient détaillés les principes ni le contenu de leur foi. Ce sont des héros de la liberté de conscience, ce qui constitue un anachronisme car cela caractérise plutôt le xviiie e siècle. La leçon donnée à la faveur d’inexactitudes chronologiques et d’exagérations est une idéologie de la tolérance et de l’acceptation des différences, à laquelle on ne peut que souscrire, non sans regretter, d’un point de vue historique, que « cela masque l’attachement de beaucoup d’hommes et de femmes du xviie siècle à des affirmations doctrinales précises ».

4Ce xviie siècle représenté dans les romans pour la jeunesse est surtout celui de Louis XIV et de Versailles, « doté d’un extraordinaire potentiel romanesque avec ses décors féériques, ses fêtes ininterrompues, ses intrigues de palais et ses galanteries ». Les favorites intriguent autour du roi, comme Madame de Montespan, systématiquement associée aux affaires de sorcellerie et d’empoisonnement, comme le montre Anne-Marie Mercier-Faivre, en analysant la manière dont l’affaire des poisons (1679-1981) est traitée dans ces romans, ce qui fait apparaître « deux visages de la sorcière ».

5Les sources des auteurs sont autant les mémorialistes ou les épistolières du temps : Saint-Simon, Madame de Caylus, Madame de Sévigné, la princesse Palatine, à qui Marie-Laurentine Caëtano consacre un travail documenté et fin, en montrant notamment comment les romans qui tournent autour de cette femme « tolérante et moderne » permettent d’aborder la question taboue de l’homosexualité de Monsieur. Mais les romanciers du xixe siècle, comme Dumas, Gautier ou Féval, jouent également un rôle essentiel dans la transmission de ce patrimoine aux auteurs contemporains. Dorothée Lintner suggère que bien des ouvrages du corpus portent à la fois la trace des romans de cape et d’épées du xixe siècle, mais aussi celle des romans comiques du xviie siècle. Pour Claudine Nédelec, qui analyse la série De Cape et de Crocs, il s’agit d’un univers fidèle « dans l’esprit » à un xviie siècle « à la fois baroque et burlesque/grotesque, ou plutôt héroï-comique ».

6Les romans analysés dans ce colloque constituent un corpus « genré » : les auteurs sont en majorité des femmes, qui imaginent des personnages féminins pour de jeunes lectrices. Il s’agit donc aussi d’une « fabrique du féminin », comme le montre Christine Mongenot dans un article brillant, Dominique Picco s’intéressant pour sa part à « l’éducation des enfants du Grand Siècle au prisme de la littérature de jeunesse contemporaine ». On sera sensible également à l’humour de Bertrand Ferrier. Pour lui le xviie siècle est réduit dans ce corpus à « une représentation rudimentaire fondée sur des stéréotypes-sens ». Par ce terme, il entend « la capacité incantatoire de formules choc, dont la seule mention permet de faire l’économie d’un approfondissement scientifique ou d’une exactitude historique ». Analysant les Colombes du Roi-Soleil, il montre que le roman, en cela révélateur de la littérature contemporaine pour la jeunesse est l’objet d’une « scolarisation » (inscription manifeste dans une logique pédagogique définie) et d’une « éditorialisation » (inscription dans une logique commerciale précise), ce qui entraîne une reconstruction du xviie siècle. Il se montre très critique devant un tel formatage : « dans cette perspective, plus qu’une analyse historique, qui traquerait les erreurs de l’auteur, ou littéraire, qui pointerait les caractéristiques stylistiques d’une série qui n’en demande pas tant, Les Colombes méritent bien une analyse éditoriale, et pourquoi pas dès le collège ? Il ne s’agit surtout pas d’interdire de lire ce soap vaguement historique, sous prétexte d’une supposée faiblesse littéraire ou historique, mais de s’appuyer sur l’adhésion rencontrée par de tels romans pour inciter leurs admiratrices à comprendre comment on arrive à leur donner envie de lire semblables fadaises ». Les questions de politique éditoriale sont également au centre de l’article de Jocelyn Royé sur la couverture de ces romans. Cette perspective complète très bien l’analyse d’Anna Arzoumanov sur la « fiction linguistique » d’un « parler xviie siècle » dans deux romans d’Anne-Marie Desplat-Duc. Elle s’intéresse aux archaïsmes civilisationnels, à la langue soutenue, aux paléologismes (préférer à son équivalent moderne un signifiant ancien, définitivement disparu, autrement dit un « mot mort » : las pour hélas, souvenance pour souvenir, etc.), à la réactivation de sens ancien, et aux archaïsmes syntaxiques, pour montrer, dans un travail rigoureux sur des exemples, que ces romans constituent « une bonne porte d’entrée dans la littérature du xviie siècle ».

7Les réflexions d’auteures intervenant sous leurs deux « casquettes » d’universitaires et d’écrivains pour la jeunesse sont passionnantes. Marie-Hélène Routisseau revient ainsi sur son roman Oublie-nous où elle s’interroge sur la notion moderne de « devoir de mémoire ». Évoquant la Désobéissance de Pyrame, objet d’une commande sur le thème de la civilité qui la passionne par ailleurs dans sa réflexion sur l’éducation et le xviie siècle, Hélène Merlin-Kajman se livre à un exercice d’auto-analyse particulièrement réussi et séduisant sur la « transmission de la littérature » qui n’est pas qu’une affaire de « patrimoine » ni de passé révolu, et qui « associerait ce qu’on veut parfois opposer : d’abord, du plaisir immédiat ; des connaissances d’histoire littéraire ; une méthodologie précise, rigoureuse, voire formaliste ; et un horizon de questions morales très concrètes ». Ce militantisme intelligent constitue un des plus beaux aspects de ce volume collectif très intéressant qui croise les regards et les perspectives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Coudreuse, « Marie Pérouse-Battelo, Edwige Keller-Rahbé, Les représentations du xviie siècle dans la littérature pour la jeunesse contemporaine : patrimoine, symbolique, imaginaire », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1029

Haut de page

Auteur

Anne Coudreuse

Université Paris 13. CENEL – Pléiade

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org