Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Norbert Hopster (Hg.), Die Kinder- und Jugendliteratur in der Zeit der Weimarer Republik

Mathilde Lévêque
Référence(s) :

Norbert Hopster (Hg.), Die Kinder- und Jugendliteratur in der Zeit der Weimarer Republik, Frankfurt am Main u.a.: Lang, (Kinder- und Jugendkultur, literatur und –medien; 74), 126 €, 1014 p.

Texte intégral

1Entreprendre un compte rendu synthétique de l’imposant ouvrage dirigé par Norbert Hopster pose d’emblée deux défis : le premier est lié à l’ampleur de l’ouvrage qui, en deux volumes et plus de mille pages, dresse un tableau détaillé et varié de la littérature pour enfants écrite et publiée en Allemagne entre 1918/1919 et 1933. Le second défi est consubstantiel au point de vue qui est le mien, celui d’une chercheuse française, travaillant dans un contexte scientifique où la littérature allemande pour la jeunesse est un champ presque totalement inconnu. C’est dire si l’ouvrage de Norbert Hopster, riche de vingt-six contributions, représente un outil neuf, fondamental et passionnant pour la recherche française mais sans doute aussi internationale. Ce compte rendu de lecture est donc placé dans une réception essentiellement française, qui ne peut que faire preuve de modestie face à un tel ouvrage. Si la recherche en littérature d’enfance et de jeunesse portant sur les années 1920 et 1930 n’est pas une nouveauté en Allemagne, il convient de préciser que ce domaine est encore peu exploré en France ; un prochain dossier de la revue Strenae est en cours de préparation.

2Les deux volumes représentent le résultat d’un travail de plusieurs années, mené entre 2007 et 2009, et ils parviennent à proposer une véritable somme, une totalité présentant à la fois la synthèse des travaux précédents, des perspectives nouvelles et une revendication de la diversité des approches. L’introduction de Nobert Hopster se place ainsi sous la notion de « Vielseitigkeit » (notion difficile à traduire en français, à la fois diversité, variété, complexité d’un objet à plusieurs faces), en référence à l’ouvrage dirigé par Petra Josting et Walter Fähnders, „Laboratorium Vielseitigkeit“. Zur Literatur der Weimarer Republik (Aisthetis Verlag, 2005), qui abordait pour une part la littérature d’enfance et de jeunesse. La pluralité inhérente à la « Vielseitigkeit » pourrait être le revers de l’entreprise menée par cet ouvrage, dont la richesse serait mise en péril par un risque d’éclatement, de dispersion et d’éparpillement. L’introduction de Norbert Hopster problématise avec beaucoup de rigueur l’ensemble de l’ouvrage en faisant de la « Vielseitigkeit » et de ses écueils le centre de son propos. Car non seulement la littérature allemande pour la jeunesse publiée au cours de la République de Weimar est plurielle, mais elle ne peut être envisagée sans la prise en compte de la littérature publiée avant les années 1918/1919. En ce sens, l’époque de Weimar ne se distingue pas par une rupture radicale en matière de littérature d’enfance et de jeunesse, tant les rééditions sont nombreuses, de Johanna Spyri à Waldemar Bonsels, en passant par Karl May ou le chanoine Schmid. Il s’agit bien d’étudier non pas la littérature d’une époque mais la littérature à cette époque. La littérature de guerre, la littérature coloniale ou la littérature pour jeunes filles sont autant d’indices d’une continuité réelle avec le xixe siècle et l’époque wilhelmienne, continuité qui se poursuit après 1933 dans le contexte du nazisme. Norbert Hopster fait de cette continuité un élément même de la « Vielseitigkeit », au même titre que la séparation nette des littératures genrées et que les liens avec le contexte socio-historique. C’est dans ce contexte qu’apparaissent en effet des tendances nouvelles, telles les littératures socialiste et communiste, qui cherchent à représenter de façon réaliste le quotidien des enfants et des adolescents. Une nouvelle tendance se dessine également dans l’importance croissante que les éditeurs accordent aux traductions, en particulier anglo-saxonnes (l’Amérique fascine) et scandinaves (les livres français traduits en allemand ne représentent alors que 6,4% du marché).

3Une autre spécificité de la « Vielseitigkeit » de la République de Weimar réside dans l’apparition de nouveaux modes d’écriture pour l’enfance et la jeunesse, qui ont pu être qualifiés de « modernes », notamment par Birte Tost (Moderne und Modernisierung in der Kinder-und Jugendliteratur der Weimarer Republik, Peter Lang, 2005). Cette modernité n’est pas seulement thématique (la métropole, grande ville moderne, peut être traitée en des termes réactionnaires) et la distance critique, insiste Norbert Hopster, ne suffit pas. Sont posés plusieurs critères de définition, comme la situation du récit, moteur narratif stratégique et non simple cadre sans signification propre, la mobilité de personnages qui ne sont pas des stéréotypes figés, le texte comme déploiement et non prétexte d’une intention délibérée de l’auteur. La modernité d’un texte se juge enfin à la prise de distance rendue possible pour le lecteur par rapport à ses propres attentes ou présupposés, créant un écart et un jeu où le lecteur peut modifier son rapport au texte et être amené à réfléchir par lui-même. Dans cette perspective, plusieurs romans plus ou moins célèbres, mis en avant par Birte Tost, peuvent être cités : Emil und die Detektive (1929) d’Erich Kästner, Peter Stoll : ein Kinderleben (1925) de Carl Dantz, Heini Jermann (1929) de Anni Geiger-Gogs, Kai aus der Kiste (1927) de Wolf Durian, Nickelmann erlebt Berlin (1930) de Tami Oelfkens, Hannelore erlebt die Großstadt (1932) de Clara Hohraths ou encore Lusch wird eine Persönlichkeit (1932) de Lotte Arnheim. Le présent ouvrage étend la question de la modernité à d’autres formes littéraires comme le théâtre pour enfants et les spectacles de marionnettes, formes traditionnelles et populaires dont le renouveau est au cœur de débats des années 1920. La poésie se développe également, de même que l’album, qui commence à montrer les prémices d’une modernité esthétique permise par l’avancée des techniques et par une volonté de rupture avec le livre d’images traditionnel et conservateur. Le sport, qui participe par exemple à la modification des personnages féminins, et les techniques, qui s’inscrivent dans une croyance dans le progrès et inaugurent les premiers récits de science-fiction (citons Hans Dominik), sont d’autres manifestations de cette modernité aux multiples facettes.

4À côté de cette production, il faut également tenir compte de toute une partie de la littérature de jeunesse qui reste fortement marquée par le fait que la première guerre mondiale et les conséquences de la défaite n’ont pas été surmontées, par la montée des courants antidémocratiques et par l’espoir irrationnel d’un renouveau de l’Allemagne et d’un nouveau « Reich ». À ces facteurs s’ajoute celui du « retard » (« Verspätetheit »), concept historique analysé par Rudolf Plessners (Die verspätete Nation, 1935, ouvrage publié en exil) : la littérature d’enfance et de jeunesse souffrirait d’un retard par rapport à celles d’autres pays. Permanence d’une représentation petite-bourgeoise de l’enfance, dans la tradition du « Biedermeier », de conceptions pédagogiques dépassées, absence de thématiques s’intéressant aux problèmes réels des adolescents (notamment la sexualité), marginalité des livres réalistes traitant de la vie ouvrière et des mutations de la famille, la littérature de jeunesse de la République de Weimar peut être considérée, dans son ensemble, comme une littérature en retard sur ses voisins scandinaves en particulier. En ce sens, selon Norbert Hopster, 1933 ne représente pas une rupture forte, malgré les conséquences indéniables des persécutions nazies sur de nombreux auteurs : la majeure partie de la littérature de jeunesse continue d’être présente sur le marché éditorial après 1933, des rééditions sont également présentes après 1945.

5Multiplicité des formes, des genres, des regards critiques, des analyses et des tendances, la « Vielseitigkeit » ne se réduit pas à une ambivalence entre renouveau ou tradition, mais est synonyme d’une grande complexité, dont cet ouvrage rend compte de façon exemplaire. Sans céder à la facilité des raccourcis ou des résumés, chaque chapitre offre des analyses précises et très documentées touchant aux études de genres (le livre pour filles, la littérature d’aventures et de voyage), aux études historiques et coloniales (la place de la guerre, la littérature coloniale pour l’enfance et la jeunesse), aux études de transferts et de traductions (que traduire, pour qui et pourquoi), aux questions politiques et idéologiques (la littérature socialiste, la littérature juive, la littérature national-socialiste), aux questions d’édition et de création, entre modernité et tradition (du livre d’images au conte, en passant par la poésie, le théâtre, la presse et les nouveaux médias), sans négliger les débats théoriques parfois très animés qui se manifestent notamment dans les milieux pédagogiques. Preuve évidente – mais est-il encore nécessaire de le prouver ? – que la littérature d’enfance et de jeunesse s’inscrit par essence dans une interdisciplinarité et un croisement des études littéraires, historiques, esthétiques, médiatiques et culturelles. Loin d’être un champ clos, elle ne peut faire l’économie de cette pluralité de regards.

6La richesse du recueil se voit enfin complétée par des dossiers iconographiques présents à la fin de chaque volume, illustrant les différents chapitres, mettant en lumière des ouvrages parfois très célèbres, mais aussi d’autres moins connus et souvent peu accessibles. Sur ce point également, la pluralité des facettes n’est pas un vain mot, tant la diversité esthétique et graphique est frappante. On appréciera enfin les références bibliographiques qui accompagnent chaque chapitre et les références placées en fin d’introduction qui, sans être exhaustives, posent les principales balises de ce champ de recherches.

7Il serait donc à souhaiter que ces deux volumes devinssent l’objet d’une traduction, si ce n’est intégrale, tout au moins partielle, afin de faire tomber une barrière linguistique encore présente mais qui ne demeure pas infranchissable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Lévêque, « Norbert Hopster (Hg.), Die Kinder- und Jugendliteratur in der Zeit der Weimarer Republik », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://strenae.revues.org/1020

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org