Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marianne Berissi, Littérature sans mémoire : lectures d’enfance de Michel Leiris

Isabelle-Rachel Casta
Référence(s) :

Marianne Berissi, Littérature sans mémoire : lectures d’enfance de Michel Leiris, Artois Presse Université, Arras, 375 pages, 28 euros

Texte intégral

1« Le problème semble être pour Leiris de faire coïncider le temps linéaire, lié, dans l’enseignement historique à la notion de progrès, et ce désir de temps cyclique, voire immobile, seul capable de le rassurer » (p. 177).
D’entrée de jeu, Marianne Berissi se place sous le patronage prestigieux de Proust (exergue) et Gracq (introduction) ; avec de tels parrains, on ne peut qu’atteindre le meilleur !

2Les dix chapitres qui composent cet ouvrage dessinent une sorte d’anabase : il s’agit de retrouver, derrière la somme des œuvres lues pendant son enfance, la « mythographie » de l’écrivain Michel Leiris, particulièrement au travail dans l’édification autobiographique. Pourtant l’incipit a soin de souligner le caractère déceptif, souvent minoré et pour tout dire assez gratuit, de l’exercice : certes, il y a alchimie entre l’ensemble des choses lues, et la future élaboration de l’écrivain ; mais n’est-il pas vain, et même suspect, de vouloir recenser chaque page, chaque « livre » (souvent scolaire, et pas forcément littéraire) pour aboutir à une sorte de rétro-genèse conjecturale de l’œuvre faite ? M. Berissi justifie néanmoins son choix en s’autorisant de Marguerite Yourcenar (qui a entrepris d’exhumer toutes les lectures qui décidèrent de sa destinée) et en soulignant bien la particulière importance des lectures scolaires et périscolaires – autrement dit la littérature de jeunesse, même si le mot est encore inusité – dans le vécu de Leiris : « Toutes les dimensions de l’acte lexique nous semblent mises en œuvre dès les premières lectures, même si elles sont affinées par la suite […] » (p. 15).

3Avant même d’entrer dans le détail de la démonstration, soulignons qu’un des grands plaisirs que suscite la lecture de cette thèse est lié à la présence d’illustrations nombreuses (une petite trentaine de crédits), parfois très connues, parfois… moins, et qui accompagnent le propos comme une guirlande plastique et picturale, puisque ce sont ces mêmes illustrations, frontispices, gravures… qui intriguèrent et charmèrent le jeune Michel. Nous avons ainsi à la fois sous les yeux les « images configurantes » et les réflexions que l’auteur nous propose quant à leur influence (ou leur déformation) dans les écrits de Leiris. La couverture reproduit d’ailleurs une image de Macao et Cosmage, album souvent cité et sorte de « pendant » du roman Paul et Virginie, tous deux profondément enracinés dans l’imaginaire du « futur » écrivain.

  • 1 Oserais-je ici une remarque personnelle ? J’ai d’abord lu « fervent modèle »… Lapsus ?

4La progression chapitrale est évidemment très éclairante, puisque c’est sur l’Histoire que se focalisent les « années d’apprentissage » du futur écrivain. Or, le chapitre 6, « La lecture de l’Histoire, ferment modèle de l’autobiographie1 » prend bien soin de référer à Sartre, l’autre grand autobiographe de la/sa jeunesse ; tous deux brillants jeunes bourgeois, gâtés et cultivés, Jean-Paul (Poulou) et Michel partagent ce savoir commun de « classe » – aux deux sens du terme – qui servira de premier modèle et/ou de repoussoir à leurs constructions respectives : « Dans le cas de Leiris, les choses ont opéré « de biais » en quelque sorte, de la biographie à l’autobiographie, de la lecture directe à la lecture conseillée par le père » (p. 161).

5Si, dans les chapitres suivants, M. Berissi montre combien chaque ouvrage lu ou compulsé a pu guider, aider, éclairer… certains aspects de l’œuvre, en particulier la « composition » contre le « chaos » (chapitre 8), ou encore le « fourbi héroïque » du chapitre 7 comme « tuf » de La Règle du jeu, c’est bien ce sixième chapitre qui marque le plus les esprits et donne l’une des clés de lecture du corpus leirissien : « La superposition des souvenirs opère une alchimie qui parvient à restituer le paysage mnémonique tel qu’il s’est constitué au fil des lectures de textes et d’images, ce qui pour Leiris a quelque chose de rassurant » (p. 187).

6Le cheminement entrepris par M. Berissi se justifie pleinement par la mise en parallèle des progressions « scolaires » du jeune garçon, et des réinvestissements successifs de ces acquis dans l’architecture des écrits ; le dernier chapitre, intitulé « La formation du goût », opère le « portamento » nécessaire vers la maîtrise avérée du style et du projet d’écrivain, en rupture avec les figures imposées de la IIIe République, mais redevable secrètement, et jusque dans le déni, à ces chronologies bien ripolinées et à ces recueils de maximes désuètes, d’un tempérament d’artiste en train de se tremper, de se fixer : « D’où cette traque dans l’œuvre leirissienne du surgissement de l’admiration personnelle […]. Il essaie de reconstituer le scénario pour saisir et isoler ce moment de révélation, l’incandescence d’un instant vécu comme une épiphanie » (p. 332-333).

7Dès l’introduction, l’auteur a bien précisé sa « feuille de route », et elle achève ce qu’elle appelle la « bibliothèque autoportrait » (p. 332) par la rencontre avec les « classiques » (chapitre 9). Se trouve là pleinement justifiée l’énigme du titre, cette « littérature sans mémoire » que l’on peut revendiquer – Leiris préférant la musique et le théâtre à la « pure » littérature – mais qui demeure comme une aporie provocatrice puisque, nous dit M. Berissi : « il confesse un attachement indéfectible aux lectures qui l’ont conduit à l’écriture » (p. 301).

8Alors, plaisant oxymore titulaire ou revendication ontologique plus profonde ? Sans doute faut-il pour répondre reprendre le chapitre 3, dans lequel il est dit que les Contes sont à l’origine de tout, en ce qu’ils sont à la fois « source de révélations des secrets de la sexualité et surtout garants de l’accès au merveilleux » (p. 59). Du petit garçon fasciné par les supplices chinois à l’« âge d’homme », s’édifient une érotique et une heuristique, que le très bel essai de Marianne Berissi permet de mieux discerner, de mieux interpréter.

9Pour résumer les grandes qualités de cette étude littéraire, nous dirions qu’elle apporte une triple jouvence :

  • Elle permet, grâce à la très riche bibliographie finale, de redécouvrir l’œuvre de Leiris, dont l’originalité et la force ont peut-être été quelque peu mises en retrait par d’autres autobiographies, plus accessibles et/ou plus brèves (nous pensons aux Mots de Sartre bien sûr, mais aussi à Enfance, de Nathalie Sarraute… et pourquoi pas à La Place, d’Annie Ernaux).

  • Elle accompagne au plus près l’interaction entre les lectures d’enfance et le processus créatif, en saluant au passage les apports d’une école parfois décriée, mais ici fortement corrélée à la culture familiale et jamais défaillante.

  • Elle résout et ne résout pas le mystère du titre, en montrant que ce que Blanchot nomme « l’essence mystérieuse de la littérature » ne se laisse certes pas réduire à des schémas, des inspirations ou des obligations – mais supporte quand même d’être explicité et retracé.

10Un seul regret : que nulle part dans cette édition ne figure le moindre mot sur l’auteur… nous aurions aimé en savoir davantage. Quoi qu’il en soit, après cette lecture nutritive et éveillante, laissons s’éloigner l’ombre de Leiris, tout irisée des intuitions de son exégète :

  • 2 p. 351.

« Pour avoir voulu refuser ce rapport lettré au passé, Leiris s’est vu contraint de résoudre une équation insoluble dont les données continuent de le hanter […]2 »

Haut de page

Notes

1 Oserais-je ici une remarque personnelle ? J’ai d’abord lu « fervent modèle »… Lapsus ?

2 p. 351.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle-Rachel Casta, « Marianne Berissi, Littérature sans mémoire : lectures d’enfance de Michel Leiris », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://strenae.revues.org/1018

Haut de page

Auteur

Isabelle-Rachel Casta

PhD

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org