Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Isabelle Dubois-Brinkmann, Au royaume des petits princes : le papier peint pour chambre d’enfant

Annie Renonciat
Référence(s) :

Isabelle Dubois-Brinkmann, Au royaume des petits princes : le papier peint pour chambre d’enfant, Rixheim, Musée du papier peint, 2012, 70 p.

Texte intégral

  • 1 Musée du papier peint - La Commanderie, 28 rue Zuber, 68170 Rixheim (commune de l'agglomération de (...)
  • 2 Le département des papiers peints du musée des Arts décoratifs à Paris conserve également un fonds (...)
  • 3 Il était une fois… L’enfant et le tissu imprimé de 1750 à nos jours, Musée de l’impression sur étof (...)

1Le musée du papier peint de Rixheim en Haute-Alsace1 conserve les collections les plus importantes de France dans le domaine, couvrant toute l’histoire du papier peint2. Ses expositions annuelles visent à mettre en lumière et à approfondir tel ou tel aspect de la production et des techniques de cet art décoratif, du xviiie siècle à nos jours. C’est ainsi qu’il a présenté d’octobre 2011 à décembre 2012 une exposition intitulée : Au royaume des petits princes : le papier peint pour chambre d’enfant, conçue par Isabelle Dubois-Brinkmann, conservatrice, en collaboration avec Philippe de Fabry, directeur du musée, et Cécile Vaxelaire, assistante à la conservation. Une abondante sélection de papiers peints issus du musée, majoritairement français et anglais, mais également allemands, belges et hollandais, révélait au public une production quasiment inconnue des Français, depuis son émergence à la fin du xixe siècle jusqu’à la période contemporaine. Cet évènement était couplé avec une autre manifestation, tout aussi remarquable pour qui s’intéresse à la culture matérielle de l’enfance, au musée de l’impression sur étoffes à Mulhouse, sur « L’enfant et le tissu imprimé de 1750 à nos jours », qui fera l’objet d’un autre compte-rendu3.

  • 4 Isabelle Dubois-Brinkmann, Au royaume des petits princes : le papier peint pour chambre d’enfant, R (...)

2Grâce à son abondante illustration, le catalogue rédigé par Isabelle Dubois-Brinkmann conserve la mémoire de cette exposition, dont il reproduit le parcours chronologique en six séquences : « le décor de la nursery au xixe siècle » ; « artistes et décorateurs de l’art nouveau » ; « la nouvelle esthétique de l’entre-deux-guerres ; « les trente glorieuses » ; « des années 1970 aux années 1990 » ; « l’aube du xxie siècle »4. S’appuyant sur les travaux des spécialistes de l’histoire de l’enfant, de la chambre d’enfant et de l’image pour enfants, il observe, sous ce triple éclairage, les évolutions des thématiques et de l’esthétique des papiers présentés. L’examen des thèmes met en évidence les liens de ces papiers peints avec la littérature de jeunesse, qui se nouent dès les années 1870 en Grande-Bretagne, notamment autour des images de Walter Crane et Kate Greenaway (p. 19-24). Il révèle aussi la prégnance, tout au long de la période considérée, des activités et objets du quotidien dans le décor de la chambre d’enfant : aux scènes familiales et scolaires, jeux et jouets, spectacles de cirque et de pantomine, présents dès le xixe siècle en France (p. 24-27), succèdent les personnages graphiques issus des albums et des bandes dessinées, comme Bécassine et les animaux de Benjamin Rabier, ou Winnie l’ourson en Angleterre, rejoints par Mickey dès les années 1930 (p. 34-39). À l’aube du xxie siècle, à côté de ces héros de dessins animés, de bandes dessinées, de jeux vidéo de plus en plus nombreux depuis la seconde guerre mondiale, « les gammes de papiers peints pour jeunes comportent de nombreuses allusions à la culture urbaine : graffs, électro, bmx, raves, tous ces motifs s’accompagnant souvent de slogans en anglais » (p. 14 et 57-60). Selon Isabelle Dubois-Brinkmann, on note toutefois sur toute la période « la permanence de certaines notions comme, par exemple, le clivage fille-garçon. » (p. 14). Sur le plan esthétique, l’auteur souligne une relative pauvreté graphique, qui serait caractéristique du papier peint pour enfants, peut-être due à des considérations économiques (le papier peint doit être changé au fur et à mesure de la croissance de l’enfant) et aussi à l’idée, qui s’impose à la fin du xixe siècle, que « l’image pour enfants doit être simple dans sa composition pour être compréhensible et ne pas agresser » (p. 63). Cette fresque brossée sur environ 130 ans conduit aussi l’auteur à la conclusion que le papier peint posé dans la nursery « reflète à chaque époque le statut de l’enfant dans la société et au sein de la famille », et qu’il « témoigne de la perception qu’a l’adulte de l’enfant, souvent imprégnée d’ailleurs du souvenir qu’a l’adulte de sa propre enfance » (p. 63). En conséquence, « longtemps les motifs reflètent davantage la vision de l’enfance, les goûts, le niveau de vie, mais aussi les ambitions éducatives et les valeurs morales des parents ». Les choses changent seulement à partir des années 1970 avec « la capacité nouvelle de l’enfant [et particulièrement de l’adolescent] à choisir lui-même le décor de sa chambre » (p. 50-52), voire à colorier lui-même son papier (p. 15-16). L’apparition de papiers peints pour bébé dans les années 1990 achève la segmentation de la production qui couvre désormais tous les âges, depuis le nourrisson jusqu’au jeune adulte.

3Ce catalogue s’adressant à un public large, les chercheurs n’y trouveront pas de précisions sur les fabricants et les dessinateurs de ces papiers peints, ou sur les modalités, pratiques et juridiques, de la création des modèles. Les questions relatives à la production, son ampleur et sa diffusion, ne sont pas non plus abordées. Étant donné la nouveauté du sujet, dont témoigne la bibliographie en fin de volume, réduite à six ouvrages comportant un chapitre sur le domaine (p. 68), le travail s’est légitimement concentré sur le défrichage du champ, la documentation des papiers, l’étude iconographique et la périodisation des évolutions thématiques et esthétiques. Les références bibliographiques en marge du texte apportent des pistes complémentaires. Un regret : l’absence d’indications sur les archives disponibles susceptibles de nourrir les recherches ultérieures. Comme le précise Isabelle Dubois-Brinkmann, il s’agit d’une « première tentative de synthèse d’un sujet vaste ». Nos travaux sur les livres et objets culturels de l’enfance y trouveront assurément matière à réfléchir et à progresser, dans une fructueuse et amicale collaboration avec nos collègues des musées.

Haut de page

Notes

1 Musée du papier peint - La Commanderie, 28 rue Zuber, 68170 Rixheim (commune de l'agglomération de Mulhouse).

2 Le département des papiers peints du musée des Arts décoratifs à Paris conserve également un fonds considérable. La bibliothèque Forney à Paris possède aussi des richesses dans le domaine.

3 Il était une fois… L’enfant et le tissu imprimé de 1750 à nos jours, Musée de l’impression sur étoffes, Mulhouse, 10 nov. 2011-14 octobre 2012. Catalogue par Isabelle Dubois-Brinkmann, Jacqueline Jacqué, Jean François Keller, Anne-Rose Bringel, I.D. L’édition, 2011, 175 p.

4 Isabelle Dubois-Brinkmann, Au royaume des petits princes : le papier peint pour chambre d’enfant, Rixheim, Musée du papier peint, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Renonciat, « Isabelle Dubois-Brinkmann, Au royaume des petits princes : le papier peint pour chambre d’enfant », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://strenae.revues.org/1016

Haut de page

Auteur

Annie Renonciat

École normale supérieure de Lyon, Musée national de l’Éducation/CNDP, Rouen

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org