Navigation – Plan du site
Fonds d'archives et collections

Le Centre de l’illustration de la médiathèque André Malraux de Strasbourg : « À votre service ! »

Élise Canaple

Résumé

Le Centre de l’illustration de la médiathèque André Malraux de Strasbourg est une entreprise de conservation et de valorisation dédiée à l’image éditée dans une ville riche d’inspiration et de réflexion sur le sujet. Associant une collection de supports illustrés pour enfants comme adultes, un fonds précieux d’œuvres originales et de livres d’artistes, et une sélection étendue de sources secondaires, le Centre développe plusieurs axes de travail particuliers tels que les livres animés, la création locale et l’itinérance d’expositions sur le réseau de la communauté urbaine de Strasbourg.

Haut de page

Texte intégral

1Soyons honnêtes : notre objectif avoué est de vous donner envie de venir nous voir, de visiter nos expositions, de travailler sur nos collections, de trouver au Centre de l’illustration ce que vous cherchiez, voire ce que vous ne saviez pas même encore que vous cherchiez… Nous avons donc ici la ferme intention de vous caresser dans le sens du poil (même les chercheurs ont des poils !) et forcément la ballade sera un peu subjective parce que nous sommes intimement persuadés au Centre de l’illustration d’avoir le meilleur job du monde et que justement l’un des aspects de notre travail est de vous en convaincre ! Prêts pour l’aventure1 ?

Vue de la médiathèque André Malraux en 3D, image réalisée lors d’un atelier pour enfants dans le cadre de l’exposition « Jim Curious : voyage au cœur de l’océan » par les éditions 2024 (23 mai-25 août 2013) – Vue du Centre de l’illustration

©G.Gast

L’origine de la collection

  • 2 Pour un historique plus détaillé de l'origine du Centre : Élise Canaple, « Le Centre de l'illustrat (...)
  • 3 Pour en savoir plus : Marie Carpentier, L'illustration dans l'album jeunesse : étude du fonds d'alb (...)

2Le Centre de l’illustration a été ouvert en 2008, mais il germait depuis plus longtemps que cela dans les têtes, avant même que la médiathèque Malraux qui l’héberge ne soit imaginée, avant même que nous-mêmes qui y travaillons n’en ayons la moindre idée2. L’un des côtés attachants du Centre est d’être issu d’une initiative spontanée, intuitive, militante. On ne redit jamais assez l’inspiration majeure qu’a été l’Heure Joyeuse à l’échelon national pour essaimer chez les bibliothécaires la conviction de l’intérêt du livre de jeunesse, et plus particulièrement du livre illustré de jeunesse. Il y eut donc l’Heure Joyeuse, la Petite Bibliothèque Ronde, la Joie par les livres… que de jolis noms, il faut bien le dire !, mais il y a eu aussi, plus près de l’Alsace, le Relais Jeunesse du Pontiffroy à Metz, créé en 1968 et dont l’influence a été très importante pour le projet strasbourgeois3.

  • 4 Du fait, l'œuvre de conservation strasbourgeoise semble être passée totalement inaperçue du mouveme (...)
  • 5 L'influence de l'occupation allemande sur la densité du réseau d'annexes de quartiers strasbourgeoi (...)
  • 6 Voir Nic Diament, « De la littérature de jeunesse considérée comme objet patrimonial », BBF, 2004, (...)

3En Alsace, la situation est un peu atypique car il n’y a jamais eu de Centre Régional du Livre ni de fait de Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale, contrairement à des régions comme PACA ou à la Bretagne où se sont développées des actions de conservation partagée de livres pour enfants4. Par contre, à Strasbourg, il y a un réseau de lecture publique très dense et où les sections jeunesse sont particulièrement bien représentées5. Ainsi, lorsque va s’organiser la conservation de livres pour enfants, c’est sur un réseau de 11 bibliothèques municipales que l’initiative pourra dès le début se baser. Aussi le début des années 90 voit l’idée poindre chez les collègues de sections jeunesse de « sauver » des livres au moment de désherber les collections. Le but n’est alors pas encore très bien défini : auto-formation, fonds de référence pour les enseignants et les nombreux illustrateurs présents en ville grâce à l’atelier d’illustration de l’école des Arts décoratifs de Strasbourg, ou bien tout simplement intuition de l’intérêt pour l’histoire d’un support particulier en train de trouver peu à peu identité et définition : « l’album »6...

Vue d’une partie d’une partie du fonds d’albums pour enfants du Centre de l’illustration

DR

  • 7 Médiathèque Olympes de Gouges depuis 2012, et qui développe aujourd'hui deux pôles d'excellence : l (...)
  • 8 Si certaines manifestations comme Strasbulles en BD ou Schilick on Carnet pour la jeunesse, d'autre (...)

4Car c’est bien de livres illustrés qu’il va s’agir dès le début. Et avec raison au vu de l’identité de la ville ! La littérature jeunesse dans son ensemble n’a jamais véritablement été l’objet de cette « conservation partagée concentrée », il est remarquable que l’illustration ait toujours été l’axe d’intérêt de l’initiative, même à l’époque où les bibliothécaires se sont mis sans coordination particulière à envoyer leur dernier exemplaire disponible sur le réseau à la bibliothèque centrale de la rue Kuhn7. On voit bien là combien l’image fait partie de l’inconscient collectif de la ville de Strasbourg. Mais cette tendance est plus globale dans l’évolution de la production éditoriale, car c’est presque en cheval de Troie que l’album et son renouveau, se démultipliant par l’essor des bandes dessinées autant que par le développement de la recherche sur ces supports, ont pavé la renaissance du livre illustré de manière globale, vers l’avènement actuel de productions graphiques d’une complexité, d’une diversité et dans des quantités inédites. Avènement que Strasbourg incarne parfaitement : si l’on veut aujourd’hui se convaincre qu’ici, comme peut-être nulle part ailleurs, l’illustration est mise à l’honneur bien au-delà du strict domaine de l’enfance, il suffit de visiter le Musée Tomi Ungerer, explorant toutes les facettes de cet artiste, de venir assister aux diplômes de la section « illustration » de ce qui est devenue la Haute école des Arts du Rhin, ou encore de regarder la programmation des festivals et salons dédiés8.

Quelques exemples de productions locales récemment entrées dans la collection de gauche à droite : Course-Poursuite, Strasbourg, Super Combo n° 2, 2013 ; Lucille Michieli, À la chasse, Strasbourg, French Fourch, 2012 ; Super Fourbi Géant, Strasbourg, Super Fourbi, 2013.

DR

Nature de la collection

  • 9 Chiffre de 2012.
  • 10 Qui reste cependant la partie la plus importante de la collection (environ 45%).

5Aussi le choix a-t-il été fait de refléter combien l’image éditée est devenu polymorphe désormais et parmi les quelques 13 000 documents conservés9 au Centre de l’illustration, les types sont bien plus variés que la collection d’albums pour enfants originelle10. À ce jour voici ce que l’on peut trouver au Centre :

  • Un fonds de ressources en illustrations éditées diverses, que nous appelons « supports illustrés » consultables sur place comprenant :

  • albums pour enfants de fiction et documentaires

  • livres animés de fiction et documentaires

  • textes illustrés et expériences graphiques, dont graphzines

  • films d’animation

  • bandes dessinées (depuis 2011)

  • Un fonds précieux constitué d’originaux et livres d’artistes, ainsi que d’ouvrages trop anciens ou rares pour être en rayons, conservés en magasins et consultables sur demande en conditions patrimoniales

  • Un fonds de documentation sur l’illustration, empruntable, sauf mention contraire

  • 11 L'originalité de notre collection a ainsi été souligné récemment, aux côtés de celle de la biblioth (...)

6Cela dit, les axes directeurs de sélection restent inchangés depuis le début de l’initiative et concernent l’ensemble de la collection : accent sur la création locale (illustrateur, éditeur...) ; petits éditeurs, micro-édition, etc. ; prix français et internationaux ; technique remarquable, parcours éditorial atypique, etc. En outre, les livres animés ont pris une place majeure dans la collection au fil du temps : très peu acheté en bibliothèque car trop fragile, ce secteur de création a connu un boom au moment même où le Centre s’est ouvert et il a semblé capital de suivre cette tendance importante. Un travail a été mené pour développer ce pan atypique de la collection, notamment par l’achat régulier de livres animés plus anciens, étrangers et d’artistes11. De nombreux illustrateurs strasbourgeois se sont lancés dans l’animation papier depuis, nous suivons et encourageons donc leur production avec intérêt.

Deux exemples de livres animés remarquables de la collection : le livre d’artiste sérigraphié Cristal de Philippe UG, 2007 et Monsieur Champagne vous raconte... Bonaparte, par José, Mulhouse, éd. Lucos, [1950].

DR

Outils de recherches

7Un tel fonds et d’une telle diversité appelait naturellement à des entrées de recherche spécifiques. Quand les contours d’un « Centre de l’illustration » ont commencé à se dessiner, au sens d’un fonds spécialisé qualifié de « pôle d’excellence » pour la nouvelle médiathèque tête de réseau en construction, il a fallu trouver des moyens d’organiser cette collection au mieux, de lui donner des axes, un système de classement et de description propre à son objet, bref de faire notre travail de bibliothécaire au mieux ! Nos outils : cotation, catalogue, indexation, ou comment renouveler les classiques face à un objet spécifique.

Cotation

8Au Centre de l’illustration, on joue un peu avec les normes, mais toujours avec respect et pour la meilleure des raisons : la valorisation de l’illustration avant toute chose. Ce ne sont par exemple pas les trois lettres du nom de l’auteur que l’on trouvera sur nos cotes, mais celles de l’illustrateur... Cela semble évident mais dans les faits ce seul point est une révolution copernicienne en bibliothèque, où l’auteur a normalement toujours eu la préséance.

9Mais la primauté – toute naturelle – que nous donnons à l’illustrateur dans notre cotation n’est pas encore sa particularité la plus frappante, car en réalité avant de classer alphabétiquement, nous classons décennalement ! Et oui, messieurs, mesdames, nous avons l’immense honneur et avantage de vous présenter une cotation unique en son genre : la cote par décennie de première publication des images. Ce système permet de donner une vision panoramique de l’histoire de l’illustration des années 1830 aux années 2010, de manière immédiate, tangible, en incluant rééditions et fac-similés à la décennie d’origine de leurs images, la date précise étant entrée dans la notice de chaque document pour référence évidemment. Avant les années 1960, nous n’avons pas en rayons énormément d’éditions originales, mais la plupart se trouvent dans le fonds Patrimonial avec qui nous travaillons étroitement pour accompagner toute recherche. Il est vrai que l’intégralité de notre collection est en accès libre, ce qui imposait certaines limites. Considérant la masse croissante de documents, il est possible d’ailleurs que nous instaurions une rotation des fonds avec les magasins de conservation mais ça n’est pas encore le cas. Néanmoins, grâce à la cotation décennale de première publication, il est possible de visualiser une progression, une évolution de la forme comme du fonds des albums.

10Une autre particularité de la cotation des albums est la présence d’un « D » quand il s’agit d’un documentaire illustré, puisque l’on ne raconte pas le Petit Chaperon rouge comme la vie de Darwin, et celle d’un « A » lorsque l’illustrateur est né ou a été formé en Alsace. L’identification des illustrateurs « locaux » se fait ainsi au premier coup d’œil devant les étagères, avec des « nids » aux lettres « UNG » dans les années 60, 70, puis une présence de « A » plus diffuse, reflétant certes l’un des axes de conservation de la collection, mais surtout la place croissante des anciens élèves de Strasbourg dans le paysage illustratif français et européen.

11La cotation des albums est la plus poussée de la collection, les livres animés étant sobrement cotés en « LA », voire « D LA » pour les livres animés documentaires, l’illustration adulte « I », les films d’animation « AN » et les bandes dessinées « BD ». La règle des trois lettres de l’illustration prévaut pour l’ensemble de la collection, la question s’est posée pour les livres animés de coter au nom de l’ingénieur graphique, systématiquement inscrit dans la notice, mais la cohérence l’a emportée et c’est l’illustrateur qui est resté la référence de cotation.

Indexation

12Ainsi la première clé d’entrée dans la collection se trouve mentionnée sur chaque livre même et est visible dès l’étagère. Pourtant, ce n’est pas l’angle historique qui est le plus exploité dans les recherches de nos visiteurs. Nous permettons via le catalogue d’autres entrées plus pointues, qui répondent d’avantage aux types de requêtes qu’un centre spécialisé comme le nôtre peut recevoir : la recherche par nationalité de l’illustrateur, par type de document, par récompenses, ainsi que la recherche par techniques d’illustration ou d’animation. Et bien sûr, les grands classiques : recherche par titre, auteur, illustrateur, éditeur, année d’édition, langue, mot du résumé et sujet. Nous nous attarderons ici plus avant sur les requêtes spécifiques mais l’idée générale est que ce type d’indexation permet de ne pas avoir à se reposer uniquement sur la mémoire du personnel et de faire remonter des ouvrages hors des sentiers usuels de recommandation.

Étape no 1 de la recherche : accéder au parcours thématique « Centre de l’illustration » sur le portail www.mediatheques-cus.fr où se trouve l’accès au formulaire de recherche dédié.

DR

  • 12 Descripteurs de types : Abécédaires / Albums sans texte / Contes détournés / Comptines / Imagiers / (...)

13La nationalité et le type de document sont à chercher en « sujet » du formulaire, il s’agit de balises cliquables qui permettent de rebondir depuis une notice vers d’autres documents reprenant les mêmes caractéristiques. L’origine géographique des illustrateurs est entrée sous la forme « Illustrateurs : Pays », ou « Illustrateurs pour la jeunesse : Pays », afin de distinguer les illustrateurs travaillant dans le domaine jeunesse en réduisant le bruit potentiel apporté par le fonds d’illustration pour adultes ; en outre, la formulation « France : Alsace » permet de refléter la cotation et de concentrer sa recherche sur la création locale, qui est l’un des axes majeurs de la collection. Les types de documents constituent une liste fermée de descripteurs, qui sont employés au-delà de la seule collection du Centre12. Du fait, lorsque l’on clique sur ces balises de type, la recherche rebondit au-delà de notre fonds vers l’ensemble des documents concernés sur le réseau des médiathèques.

Étape n° 2 de la recherche : le formulaire et ses infinies possibilités combinatoires...

DR

14Ne sont pas cliquables l’indexation par récompenses, ni celle par technique d’illustration et d’animation, qui se recherchent en « Tous les mots » ; néanmoins leur existence était une évidence dès les prémices du Centre. Les principales récompenses faisant l’objet de requêtes sont sans surprise les prix de la Foire de Bologne, ceux de Bratislava, mais aussi d’autres prix comme ceux du Salon du livre de Namur ou encore le prix récompensant les Plus beaux livres de France.

15Un sort particulier doit être réservé à la requête technique que nous proposons, car c’est l’une de nos plus grandes fiertés et l’objet d’un soin particulier engageant recherches et analyse en amont de chaque mise en rayon de document. Nos listes de descripteurs sont une création originale, mise à jour régulièrement au fil des évolutions de l’illustration contemporaine. Pour la liste de techniques d’illustration, le vocabulaire employé reste volontairement accessible, « Gravure sur bois » ayant été préféré à « Xylogravure » par exemple. Les techniques d’animation sont entrées selon un système combinatoire, dans une tentative de réduire le bruit que des formulation telles que « système à volets » induisait en incluant tous les ouvrages comprenant le terme « système » dans leur résumé ! Pour cet exemple, la formulation sera ainsi : « LA > Animation > Volets ». Les listes de ces descripteurs sont disponibles en téléchargement sur le portail du Centre de l’illustration.

16Ainsi est-il possible de chercher en moins d’une minute tous les livres à l’aquarelle réalisés par un illustrateur tchèque dans la collection (15), combien de graphzines comportent des illustrations à base de collage (26) ou encore tous les livres en accordéon du fonds de livres animés (54)... Cela peut sembler trivial mais notre intérêt est d’être en mesure de répondre avec rapidité aux demandes les plus pointues que nous recevons. Il peut s’agir d’un enseignant se proposant de travailler l’illustration en volume avec sa classe, d’un illustrateur demandant des exemples de contes illustrés en photographie noir et blanc, ou tout simplement d’un curieux à la recherche d’un livre entrevu il y a des années : « ça parlait du Japon et c’était avec des papiers colorés... je crois ? ». Bien sûr le système n’est pas parfait, il y a parfois des imprécisions ou des oublis d’indicateurs, mais globalement il nous permet de mener à bien parmi les plus particulières des recherches dans un temps limité, mais c’est aussi le moyen pour nos usagers d’effectuer des recherches pointues depuis chez eux, afin de préparer leurs sessions de travail au mieux.

Notice pour Yong-taek KIM et Gab-bae Jun, Malgun Nal, Séoul, Sakyejul publishing, 2006.

DR

Le fonds d’œuvres originales

17Par ailleurs, ces critères de recherches peuvent s’appliquer à l’ensemble des sources primaires que nous conservons, soit non seulement le fonds de livres illustrés, mais aussi celui d’illustrations originales. Nous achetons des planches depuis 2008 or précisons d’emblée que constituer une collection de « jolies images » n’a jamais été notre but. Nous sommes avant toute chose une bibliothèque, qui se trouve avoir une petite salle d’exposition. L’acquisition d’œuvres originales par le Centre de l’illustration permet de mettre en perspective le processus créatif derrière un livre illustré, et nous traitons donc ces documents en liaison constante avec le reste de la collection.

18Il est donc rare que nous achetions une planche originale seule, nous tâchons toujours d’acquérir des documents complémentaires : croquis, recherches de personnages, chemins de fer, voire livres blancs ou maquettes. Nous faisons également l’acquisition de versions non retenues d’illustrations, ce qui permet de mettre en lumière les questionnements de l’illustrateur et le travail éditorial. L’importance grandissante du numérique dans le travail des illustrateurs nous fait nous adapter, nombre des illustrations que nous acquérons sont désormais en noir et blanc ou bien comportent des éléments corrigés à la gouache blanche, que nous pouvons mettre en parallèle avec des tirages des fichiers numériques des illustrations finalisées.

Vues des magasins de conservation présentant les pièces suivantes de gauche à droite : Lucie Brunelière, « [Hôtel de rêve] : crayonné de la cascade, le bassin », 2009 et « [Hôtel de rêve] : cascade, première chute et bassin », 2009 ; Ingrid Monchy, « [Plume et feuille] : pages 4/5 : "Il était une fois un arbre très haut, très gros, couvert de feuilles et rempli d’oiseaux " », 2001 (Plume et Feuille, Bruxelles, Casterman, 2001) ; Camille Baladi et Arnaud Roi, « [Hôtel de rêve, illustré par Lucie Brunelière] : prototype pop-up 2, avec des éléments illustrés par Lucie Brunelière » et « [Hôtel de rêve, illustré par Lucie Brunelière] : crayonné », 2009 (Lucie Brunelière, Camille Baladi et Arnaud Roi, « L’hôtel ou je rêverais de t’emmener, Jeux t’aime, Paris, Tana, 2009).

DR

19De plus, nous laissons aux illustrateurs la possibilité de nous confier un texte avec le document acquis, dans lequel ils peuvent faire le récit du processus de création derrière les images en présence. Tous n’acceptent pas de se livrer ainsi, mais pour ceux qui l’ont fait, ces textes donnent un aperçu passionnant de la cuisine de l’illustration : relations avec l’éditeur, l’auteur, le graphiste, choix stylistiques ou techniques, influences artistiques, recherches préliminaires... Ce document est remis lors de chaque consultation d’œuvre et sert de base aux livrets de nos expositions. C’est un peu comme si l’illustrateur était derrière l’épaule du visiteur, apte à donner sa propre version du document consulté.

20Ainsi l’ensemble des œuvres, en plus d’être inventorié, est présent au catalogue avec les mêmes modalités de recherches que les livres (technique, nationalité de l’illustrateur, etc.). De plus, toute pièce est consultable sur place sur simple présentation d’une carte de lecteur ou de la création d’une carte patrimoniale gratuite !

  • 13 Voir André Hincker et Philippe Specht, « Le développement de la lecture publique dans la Communauté (...)

21Ces œuvres, au-delà de la consultation sur place, nous permettent aussi de réaliser des expositions, en nos murs et à l’extérieur. En effet, le Centre de l’illustration est un outil transversal au service du réseau de lecture publique de la Communauté Urbaine de Strasbourg dans son ensemble13. De manière tout-à-fait originale, ce rayonnement a été pensé dès le début et c’est ainsi gratuitement que les expositions itinérantes du Centre, leurs illustrations originales, leurs cartels, leurs panneaux, leurs malles de livres et leurs livrets, se déplacent de bibliothèques en points lecture, leur vie se prolongeant et bénéficiant d’un public élargi. Depuis 2008, 7 expositions itinérantes ont ainsi vu le jour, explorant motifs ou techniques d’illustration. Elles sont toujours accompagnées d’un livret, relayant la parole des illustrateurs, qui est également téléchargeable sur le portail du Centre.

22Depuis quelques années, nous privilégions la co-création avec la première bibliothèque qui va accueillir l’exposition, ce qui permet de belles aventures humaines et professionnelles. De la même manière, nous avons également créé plusieurs ateliers « empruntables » par les médiathèques, mais peu à peu notre modèle se déplace vers une action de formation à la réalisation de ces ateliers dans un esprit d’échanges de pratiques avec les collègues.

23Nous proposons également dans notre espace des expositions originales, non destinées à l’itinérance. Certaines sont des invitations lancées à des illustrateurs, des collectifs ou des maisons d’édition, d’autres des créations originales comme « Noire lumière : Papiers découpés, silhouettes et théâtres d’ombres » en 2010, « Dédicace-moi un mouton » en 2011, « Mignon mais pas trop » ou encore « Un amour de Roman-Photo » en 2012. À deux reprises, nous avons aussi collaboré à travers le Club de Strasbourg à des projets européens de valorisation de l’illustration, « Animaliter » en 200814 et « Et Lettera » en 201115, nous amenant à échanger avec bonheur avec illustrateurs, éditeurs et bibliothécaires hongrois, polonais, roumains, tchèques ou espagnols.

Vue de l’exposition « Que fait la police ? » réalisée en partenariat avec la Haute École des Arts du Rhin dans le cadre du projet européen « Et Lettera » en 2011

DR

Sources secondaires et documentation

24Par ailleurs, et face à tant de sources primaires de recherches, que serait un Centre de l’illustration sans une solide collection de sources secondaires en regard ? Rien, parfaitement, nous sommes bien d’accord !
Dès la préfiguration du Centre, lorsque nous avions envoyé à la ronde un questionnaire à des illustrateurs, des médiateurs, des éditeurs, des chercheurs, ce point avait été mis en avant avec force. Cette partie du fonds a donc été pleinement basée sur les recommandations que nous avions reçues à l’époque, prônant toutes l’ouverture la plus large possible du champ. Depuis les guides juridiques jusqu’aux actes de colloques, nous explorons l’analyse de l’image et les multiples sources d’inspiration et documentation intéressant l’image.

Vue d’une partie de la collection de sources secondaires du Centre de l’illustration

DR

25Le but est de fournir tout ce qui peut mettre en perspective, élargir, approfondir, alimenter la réflexion de notre public, dans toute sa diversité. Contrairement aux sources primaires uniquement consultables sur place même si en accès libre, la vaste majorité des sources secondaires est ainsi logiquement empruntable.

26De la même manière que pour le reste de la collection, nous tâchons de permettre une recherche étendue dans cette collection grâce une indexation cliquable, mais aussi grâce au dépouillement des actes de colloques par exemple. En tant que fonds spécialisé, nous pouvons ouvrir notre spectre d’acquisitions très largement, ce qui nous permet de proposer nombre d’ouvrages et de périodiques étrangers. Par exemple, nous ne proposons pas seulement en graphisme Étapes, mais aussi Eye ou Novum. Les archives de ces revues sont évidemment conservées, la plupart depuis notre ouverture en 2008, mais nous assurons également la conservation plus ancienne comme pour La Revue des livres pour enfants depuis 1970.

27L’éclectisme est bien ici le maître mot, à l’image de l’ensemble du Centre : éclectisme de langues (français, polonais, coréen, slovaque, etc.), de niveau intellectuel (fascicules, catalogues d’exposition, thèses, etc.), et de sujets aussi tout simplement (autocollants politiques, sémiotique, etc.).

28À l’issue de cette petite visite guidée au sein de nos collections et de nos axes de réflexions, nous espérons très sincèrement vous avoir donné envie de venir à la rencontre du Centre de l’illustration, de ses livres, de ses images et de son équipe. Nous sommes au service du public, curieux comme expert, professionnel comme ébahi. Aussi n’ayez jamais la moindre hésitation à nous contacter dans vos recherches, que ce soit sur place ou à distance, que ce soit directement par mail ou via le service de questions en ligne Bibliosésame pour lequel nous assurons les réponses sur l’illustration... Bref nous sommes à votre service, Messieurs – Mesdames !

Haut de page

Notes

1 Pour tout renseignement, consulter le site du Centre : http://www.mediatheques-cus.fr/medias/medias.aspx?INSTANCE=exploitation&PORTAL_ID=erm_portal_Illusion.xml&STAXON=LEXICON_00000094&SYNCMENU=CENTREILLU ou contacter elise.canaple@strasbourg.eu

2 Pour un historique plus détaillé de l'origine du Centre : Élise Canaple, « Le Centre de l'illustration de la médiathèque André Malraux de Strasbourg : une hétérotopie en images dans le monde de la lecture publique », De traits et d'esprit : actes du colloque, Strasbourg, Haute École des Arts du Rhin, 2012.

3 Pour en savoir plus : Marie Carpentier, L'illustration dans l'album jeunesse : étude du fonds d'album du Relais littérature jeunesse de Metz, Nancy, Université Nancy 2, 2008.

4 Du fait, l'œuvre de conservation strasbourgeoise semble être passée totalement inaperçue du mouvement de formalisation et d'échange piloté par la Fédération française pour la coopération des bibliothèques telle que relayée dans les publications qui se sont succédées dans les années 2000. Voir Le livre pour la jeunesse : Patrimoine et conservation répartie, Paris, FFCB - JPL - Paris-Bibliothèques, 2001 ; L'enfance à travers le Patrimoine écrit, Paris, FFCB – DLL - Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation, 2002 ; Le livre pour la jeunesse : répartir la conservation des fonds jeunesse, enjeux et perspectives, Paris, BNF - Paris Bibliothèques - La Joie par les livres, 2005 et La conservation partagée des fonds pour la jeunesse à l'heure de la valorisation des collections, Paris, BNF - La Joie par les livres - Paris Bibliothèques, 2010.

5 L'influence de l'occupation allemande sur la densité du réseau d'annexes de quartiers strasbourgeois, ainsi que sur la création des premières sections jeunesse est un point historique méconnu mais qui mériterait plus ample recherche. Voir Chatellier, Goedel et Schmeyer, « La BMS sous l'Occupation (1940-44) », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1969, p. 54.

6 Voir Nic Diament, « De la littérature de jeunesse considérée comme objet patrimonial », BBF, 2004, n° 5, p. 65-73 et Isabelle Nières-Chevrel, « L'album, le mot, la chose », L'album : le parti-pris des images, Clermont-Ferrand, PUBP, 2012.

7 Médiathèque Olympes de Gouges depuis 2012, et qui développe aujourd'hui deux pôles d'excellence : le Conte et le Genre

8 Si certaines manifestations comme Strasbulles en BD ou Schilick on Carnet pour la jeunesse, d'autres festivals et salons comme Fous d'images, temps fort au mois de juin rassemblant autour de l'image dessinée la majorité des institutions culturelles locales, ou encore le salon Central Vapeur, organisé en décembre par l'association du même nom, ouvrent largement le champs.

9 Chiffre de 2012.

10 Qui reste cependant la partie la plus importante de la collection (environ 45%).

11 L'originalité de notre collection a ainsi été souligné récemment, aux côtés de celle de la bibliothèque Georges Pompidou de Châlons-en-Champagne, dans l'ouvrage de Jean-Charles Trebbi, L'art du pop-up du livre animé, Paris, éd. Alternatives, 2012.

12 Descripteurs de types : Abécédaires / Albums sans texte / Contes détournés / Comptines / Imagiers / Kamishibaïs / Livres à compter / Livres animés / Livres-jeux / Livres tactiles

13 Voir André Hincker et Philippe Specht, « Le développement de la lecture publique dans la Communauté urbaine de Strasbourg », BBF, 2010, n° 2, p. 38-42.

14 Anne Poidevin, Guillaume Dégé et Corinne Becquer, "Animaliter" : un projet de coopération culturelle sur l'illustration européenne dans le cadre du Club de Strasbourg, Rencontres européennes de la littérature pour la jeunesse : Tour d'Europe en 27 livres d'images, Paris, BnF, Centre nationale de la littérature pour la Jeunesse - La Joie par les livres, 2009

15 http://www.etlettera.eu/fr

Haut de page

Table des illustrations

Légende Vue de la médiathèque André Malraux en 3D, image réalisée lors d’un atelier pour enfants dans le cadre de l’exposition « Jim Curious : voyage au cœur de l’océan » par les éditions 2024 (23 mai-25 août 2013) – Vue du Centre de l’illustration
Crédits ©G.Gast
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Vue d’une partie d’une partie du fonds d’albums pour enfants du Centre de l’illustration
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Légende Quelques exemples de productions locales récemment entrées dans la collection de gauche à droite : Course-Poursuite, Strasbourg, Super Combo n° 2, 2013 ; Lucille Michieli, À la chasse, Strasbourg, French Fourch, 2012 ; Super Fourbi Géant, Strasbourg, Super Fourbi, 2013.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1011/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Deux exemples de livres animés remarquables de la collection : le livre d’artiste sérigraphié Cristal de Philippe UG, 2007 et Monsieur Champagne vous raconte... Bonaparte, par José, Mulhouse, éd. Lucos, [1950].
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1011/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Étape no 1 de la recherche : accéder au parcours thématique « Centre de l’illustration » sur le portail www.mediatheques-cus.fr où se trouve l’accès au formulaire de recherche dédié.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1011/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Étape n° 2 de la recherche : le formulaire et ses infinies possibilités combinatoires...
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1011/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Notice pour Yong-taek KIM et Gab-bae Jun, Malgun Nal, Séoul, Sakyejul publishing, 2006.
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1011/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Vues des magasins de conservation présentant les pièces suivantes de gauche à droite : Lucie Brunelière, « [Hôtel de rêve] : crayonné de la cascade, le bassin », 2009 et « [Hôtel de rêve] : cascade, première chute et bassin », 2009 ; Ingrid Monchy, « [Plume et feuille] : pages 4/5 : "Il était une fois un arbre très haut, très gros, couvert de feuilles et rempli d’oiseaux " », 2001 (Plume et Feuille, Bruxelles, Casterman, 2001) ; Camille Baladi et Arnaud Roi, « [Hôtel de rêve, illustré par Lucie Brunelière] : prototype pop-up 2, avec des éléments illustrés par Lucie Brunelière » et « [Hôtel de rêve, illustré par Lucie Brunelière] : crayonné », 2009 (Lucie Brunelière, Camille Baladi et Arnaud Roi, « L’hôtel ou je rêverais de t’emmener, Jeux t’aime, Paris, Tana, 2009).
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1011/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Vue de l’exposition « Que fait la police ? » réalisée en partenariat avec la Haute École des Arts du Rhin dans le cadre du projet européen « Et Lettera » en 2011
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1011/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Vue d’une partie de la collection de sources secondaires du Centre de l’illustration
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1011/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Canaple, « Le Centre de l’illustration de la médiathèque André Malraux de Strasbourg : « À votre service ! » », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 17 septembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1011 ; DOI : 10.4000/strenae.1011

Haut de page

Auteur

Élise Canaple

Centre de l’illustration, Médiathèque André Malraux, Strasbourg – Assistante principale de conservation

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org