Navigation – Plan du site
Varia

Transmettre mai 68 : construction et paradoxes de l’idéal révolutionnaire à travers l’album jeunesse contemporain

Clémentine Beauvais

Résumé

Cet article présente une analyse de l’idéal révolutionnaire français tel qu’il apparaît dans deux albums contemporains, destinés aux enfants, qui relatent de façon semi-historique les événements de mai 1968 : Véro en mai, de Pascale Bouchié et Yvan Pommaux, et Tous en grève ! Tous en rêve ! d’Alain Serres et Pef, tous deux publiés en 2008. Par le prisme de l’album jeunesse apparaît une vision historiciste de la nation française, ainsi qu’une représentation organique de la révolution qui la fait s’apparenter à un processus naturel, usant largement pour cela de la figure symbolique de l’enfant. Cette analyse s’accompagne d’une réflexion sur le statut ambigu de l’autorité adulte dans de telles œuvres, dont la vocation pédagogique affirmée se double d’un questionnement latent quant à la légitimité du pouvoir en place.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

révolution, album, politique

Géographique :

France

Chronologique :

mai 68
Haut de page

Texte intégral

1L’ordre sociopolitique construit et reconstruit à travers la littérature jeunesse est habituellement conservateur : ce type de texte se situe au carrefour d’un souci pédagogique d’intégration de l’enfant à un contrat social préexistant et d’un élancement artistique encadré par l’édition pour la jeunesse et le système éducatif. Qu’elles soient ou non modérées par un adulte co-lecteur, nombre d’œuvres destinées à la jeunesse participent à l’interpellation du jeune lecteur et futur citoyen comme toujours-déjà soumis à une distribution des pouvoirs visant à se perpétuer.

  • 1 Pascal Bouchié et Yvan Pommaux, Véro en mai, Paris, L’École des loisirs, 2008.
  • 2 Alain Serres et Pef, Tous en grève ! Tous en rêve !, Paris, Rue du monde, 2008.

2Mais certains livres destinés à la jeunesse échappent à la tendance conservatrice qui sous-tend le médium, présentant une vision activiste et réformatrice du potentiel des jeunes lecteurs dans l’arène politique. Cet article examine deux albums pour enfants démontrant une telle logique : Véro en mai1, d’Yvan Pommaux et Pascale Bouchié, et Tous en grève ! Tous en rêve !2, d’Alain Serres et Pef. Ces deux albums très riches, publiés en 2008, célèbrent l’anniversaire des quarante ans de « mai 68 » en transmettant son héritage aux adultes de 2050 – mais aussi en le remettant en mémoire, non sans nostalgie, à leurs parents et grands-parents co-lecteurs. Faisant se correspondre la domination de l’adulte sur l’enfant avec celle de l’État sur le peuple, ces textes semi-narratifs, semi-informatifs construisent une vision de la nation française dont le paradoxe ultime s’exprime dans l’oxymore de « tradition révolutionnaire ».

3S’épanouissant dans le symbole problématique d’un adulte au pouvoir se remémorant une jeunesse contestataire, quelle vision de la relation entre adulte et enfant, mais aussi entre État et citoyen, ces albums proposent-ils ? On s’attachera, dans un premier temps, à montrer la tendance historiciste développée iconographiquement et linguistiquement dans ces albums, et leur construction d’une nation française en constante perfectibilité. Nous verrons ensuite que cette conception inscrit l’héritage révolutionnaire dans le corps de l’enfant, naturalisant l’élan contestataire pour mieux le normaliser. Mais ce mouvement à la fois générationnel et politique est au service, malgré les intentions de ses instigateurs, d’une tentative de légitimation du pouvoir en place : et c’est ce paradoxe de l’adulte à la fois libertaire et liberticide qui fait construire dans un complexe rapport de force une nation par son enfance. Iconographie d’une nation perfectible

Le pouvoir fédérateur de l’image

  • 3 Benedict Anderson, Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Lond (...)
  • 4 Evelyn Azripe & Morag Styles, Children Reading Picturebooks : Interpreting Visual Texts, Londres, R (...)

4Le sentiment d’appartenance à une nation se construit et se déploie dans l’imagination. Pour créer la « camaraderie horizontale » que développe Benedict Anderson3, qui garantit la fédération d’individus pourtant inconnus les uns des autres en un même sentiment national, une imagerie d’icônes communes s’échafaude, conditionnant le rapport à la nation par le biais de l’image. La recherche en littérature pour la jeunesse trouve rarement sa place dans les études sociologiques ou historiques lorsqu’il est question de la construction du sentiment national ; pourtant, irréductible produit culturel et pédagogique, le livre jeunesse capture, en amont de tout apprentissage conscient de rituels sociaux et politiques, l’imagination d’une catégorie d’êtres humains d’une grande intelligence visuelle4, pour qui l’icône et le mythe sont les puissants vecteurs d’une « réalité » en construction.

  • 5 “We first construct pictures of the world and then we step inside the frames.” Salman Rushdie, Imag (...)

5Le rôle fondateur de l’image dans la construction d’un sentiment national commun s’allie à l’idée que le récit fictionnel programme et préfigure nos réponses au monde. Pour citer Salman Rushdie, « nous construisons d’abord des images du monde, et puis nous entrons dans les cadres5 ». Loin de constituer le simple reflet d’une société dont la pensée postmoderne a exposé l’intangibilité, la littérature fait partie des influences qui en forment et en déforment le tissu, à travers les subjectivités qu’elle atteint. En littérature jeunesse, cette influence est capitale. L’iconographie fédératrice de l’esprit révolutionnaire français, répétée et redistribuée à un très jeune public, assure la transmission et la réactualisation constante d’un idéal contestataire ; et réciproquement, la dimension transformative de cet idéal révolutionnaire se trouve personnifiée par l’enfant. La Liberté guidant le peuple (1831) synthétise cette double dynamique : la composition visuelle déployée par Delacroix place le jeune garçon au pistolet dans l’ombre protectrice de Marianne, assimilant l’élan populaire à l’énergie libertaire de l’enfant (que Victor Hugo reprendra pour créer Gavroche). Utiliser l’icône de l’enfant comme symbole de la révolution, mais aussi comme vecteur du conditionnement des générations futures à la contestation sociale : c’est cette stratégie qui anime les livres jeunesse dont il est ici question.

6De la composition mythique et mille fois reproduite de Delacroix, retenons le contexte historique – les premières grandes barricades parisiennes dans la révolte contre Charles X – et les éléments visuels les plus frappants : le drapeau brandi ; la foule ; la jeunesse ; l’opposition armée. Véro et Tous en grève, pour relater les barricades de mai 68, proposent chacun une référence intericonique à Delacroix, et l’incluent dans un patchwork d’autres influences picturales plus contemporaines. S’inspirant du langage graphique des affiches de mai 68, Pef crée ainsi une dominante de silhouettes rouges et noires sur fond blanc qui modernise le mythe et l’ancre dans une identité visuelle d’idéologie anarchiste, attirant le regard du lecteur sur le visage souriant et plus haut placé que tous les autres d’un Gavroche contemporain sur les épaules de son père ouvrier, porte-drapeau de la foule.

Image 1 : Couverture, Tous en grève! Tous en rêve !

© Pef, Rue du Monde 2008

7L’adulte familier de ces codes, et qui a peut-être vécu cette époque, laissera ces références intericoniques informer et pimenter sa lecture. Mais ces albums ayant pour ambition de s’adresser à de tout jeunes lecteurs probablement ignorants des « événements », on ne peut interpréter ces références intericoniques comme on le ferait pour une œuvre destinée à un public adulte. Dans la littérature pour enfants, la jeunesse du lecteur et donc sa relative inexpérience culturelle impliquent que la majeure partie des références historiques, intertextuelles ou intericoniques précède, et donc conditionne, le regard de l’enfant quant à l’œuvre de référence. Autrement dit – et notamment à présent que Delacroix ne figure plus sur les billets de banque – il est prévisible que l’enfant-lecteur de Tous en grève ou Véro ne rencontre La Liberté guidant le peuple qu’après en avoir saisi l’héritage et les codes – savamment réorchestrés – dans le livre jeunesse. Surimposant à Delacroix un imaginaire bien différent de l’original, il n’est pas naïf d’envisager qu’il aborde, plus tard, les barricades de 1831 et la longue histoire révolutionnaire française à travers le filtre de ces narrations de jeunesse. En un mouvement éducatif typique de l’acquisition imprévisible mais codifiée d’un sentiment national, ces textes de jeunesse contribuent à la fluidification des contextes historiques, circonstances sociopolitiques et évolutions culturelles pour faire émerger, dans l’imaginaire collectif hérité de l’enfance, un idéal révolutionnaire français bricolé, détemporalisé et hautement séducteur.

Une vision historiciste de la révolution à la française

8Cet idéal révolutionnaire rendu pérenne par sa réactualisation à travers la littérature de jeunesse tire son pouvoir de sa dimension narrative, qui réorganise les événements chaotiques et leur attribue une signification. Les faits historiques décousus et au dénouement incertain gagnent ainsi, a posteriori, une téléologie. Ce n’est pas un élan historique, mais historiciste, qui anime Tous en grève et Véro, s’attachant notamment à décrire une époque à travers une famille. Tous en grève, publié par la maison d’édition (très politisée) Rue du Monde, appartient à la collection « Histoire de l’Histoire », confirmant la confusion à outrance du général et du particulier dans le récit dit « historique ». Ce phénomène, dont l’adulte-lecteur est (on l’espère) conscient lorsqu’il se plonge dans un tel imaginaire, est idéologiquement problématique lorsqu’il s’applique à l’enfant-lecteur pour qui, là encore, la narration du sociopolitique par l’individuel contribue à la confusion des degrés de réalité des faits « historiques » dont on raconte la succession.

9Les deux albums jouent ainsi sur un mélange permanent de l’informatif et du fictionnel, très typique dans le récit historique pour la jeunesse. Si Tous en grève entretient, par une mise en page appropriée, une distance physique entre photographies d’époque aux légendes instructives et récit fictif personnalisé de la vie du jeune héros Martin, Véro rend les limites entre vérité historique et vérité fictive beaucoup plus floues. En bon exemple d’album jeunesse dit postmoderne, l’individu dans Véro en mai est visuellement et verbalement fragmenté : il est l’habitant à la fois constructeur et constructif d’un monde-puzzle, composé à la fois d’informations « factuelles » et d’anecdotes personnelles. L’album reflète et célèbre ce désordre, divisant aléatoirement les longues double-pages à l’italienne en des mosaïques de textes et d’images. Comme l’illustre cette demi-page tirée du début de l’album, Histoire et histoire se trouvent graphiquement et verbalement presque indissociées.

Image 2: Présentation de Véro, Véro en mai

©Yvan Pommaux, L’École des Loisirs 2008

10L’histoire de la petite fille est de fait si bien tissée au travers des éléments informatifs – cartes géographiques, reproductions de couvertures de magazines, encarts documentaires – que ceux-ci ont eux-mêmes un rôle à jouer dans le développement de son personnage. Et vice-versa : Véro est également un prétexte pour la présentation de ces « faits ». La naissance même de la petite fille est l’occasion de rappeler le contexte sociohistorique du moment. La vignette informative qui nous apprend que le Tchad était, en 1960, une colonie française, n’apporte pas un renseignement superflu : elle est interne au développement de l’histoire fictive au cœur de « l’Histoire ». Le style graphique d’Yvan Pommaux se marie parfaitement à ce souci de réalisme sans négliger la situation de fictionnalité. La ligne claire, associée à un usage minime d’effets d’ombres, ancre l’album dans la tradition de la bande-dessinée franco-belge, laissant présager une aventure pleine de rebondissements ; tandis que le rendu minutieux et réaliste des détails des décors et des vêtements y appose le sceau d’une véracité historique revendiquée. On notera, dans cette double-page comme ailleurs, que le lettrage de certaines légendes informatives (« Le Tchad devient une république indépendante ») est identique à celui des phylactères, confondant davantage le factuel et le fictionnel. L’effet est saisissant : l’album nous expose à une « overdose » d’images et de textes de toutes natures. Il semble donner « trop » d’informations ; l’œil du lecteur, de double-page en double-page, cherche en vain une gouttière vide où se reposer. L’album, en d’autres termes, force le lecteur à devenir le consommateur glouton d’images et de mots, transmettant une vision de la « réalité » des années 60 comme période d’excès et de stimulation constante.

11Tous en grève ! Tous en rêve ! emploie des procédés graphiques et un mélange du fictionnel et de l’informatif tout à fait différents. Assumant une stylisation très forte des personnages, qui identifie immédiatement le livre comme destiné à la jeunesse, Pef use, sans effets d’ombres ni de hachures, d’aplats de couleurs vives qui ne rencontrent pas toujours, et dépassent parfois les lignes de contour des personnages et des décors. Larges et probablement tracés au pinceau plutôt qu’à la plume, souvent non clos, ces contours à l’encre noire sont fluides et courbes, conférant un fort dynamisme aux événements dépeints et, essentiellement, soulignant leur caractère d’ébauche, littéralement et figurativement. Mais Pef a également recours, dans cet album, à un second style illustratif : entre les pages de « récit » visuel viennent parfois s’immiscer des pastiches d’affiches de l’époque, en une ou deux couleurs, typiques des procédés de sérigraphie d’alors et faisant référence à l’œuvre anonyme, de masse, de l’Atelier populaire des Beaux-Arts et de celui des Arts déco (l’un de ces ateliers est d’ailleurs représenté dans une vignette de Véro). Aucun commentaire n’accompagne ces affiches, qui ne sont pas mentionnées dans le texte, enjoignant le lecteur à imaginer lui-même leur importance dans le déroulement de l’histoire. Ces affiches constituent, la plupart du temps, davantage un hommage qu’une réactualisation : Pef s’inscrit dans l’identité graphique des affiches originales sans chercher à jouer sur leurs codes. Une exception notable cependant : l’une d’entre elles, ayant pour fond la silhouette, en rouge, du général de Gaulle, clame « Travailler moins, gagner plus, vivre enfin. » Cette référence évidente, une année après son élection, à la présidence de Nicolas Sarkozy – on peut estimer que ce slogan est connu, en 2008, à la fois de l’enfant et de l’adulte lecteurs – ancre fermement l’album dans l’univers politique et social de 2008, et lui confère ouvertement un statut de pamphlet qui n’était jusque-là qu’implicite.

12Enfin, il existe dans le livre une troisième identité graphique : celle du matériel « informatif » donné au bas de presque chaque page de l’album, où l’on trouve de petites photographies en noir et blanc des événements, accompagnées d’une légende en italique. C’est dans ces encarts, séparés de l’histoire de Martin comme pour mettre en exergue, contrairement à Véro, qu’il s’agit là de faits réels, que la tension entre neutralité et idéologie, omniprésente dans les deux albums, se fait la plus évidente. Superficiellement objectives, les légendes sont en réalité fortement partisanes. Sans surprise quand on connaît l’œuvre d’Alain Serres, elles déroulent une idéologie politique très à gauche, que l’adulte lecteur peut reconnaître à la première lecture mais dont il faut se demander si elle apparaît aussi clairement à l’enfant à qui le livre est destiné. Ainsi l’on trouve (p. 10), la photographie et la légende suivantes.

Image 3: Tous en grève! Tous en rêve !

© Pef, Rue du Monde 2008

13L’intérêt particulier de ce court texte réside dans l’usage, excessif et assez maladroit, de la forme passive pour qualifier les actes perpétrés « sur » les étudiants. Tandis que quelque chose de violent leur arrive, ce sont les CRS qui sont les sujets de l’action violente. La responsabilité des « véhicules renversés et incendiés » et des « jets de pavés » est magiquement éludée, tandis que le matraquage des manifestants est clairement attribué aux CRS. La photographie vient renforcer ces impressions, et son impact est augmenté par le reste de la double-page. On y trouve en effet davantage de détails quant à la vulnérabilité des manifestants et à la violence des CRS, émanant de la partie « fictionnelle » du récit. Martin, le narrateur, explique ainsi : « J’ai vu des CRS casqués frapper des filles et des garçons sans casque ». Autant de « preuves » qu’il s’agit d’un combat entre David et Goliath, et qui en appelle au sentiment d’injustice du jeune lecteur sous couvert de vérité historique.

14Tous ces discours entremêlés contribuent, malgré la démarcation plus claire dans Tous en grève ! que dans Véro, à la confusion entre discours fictionnel et discours informatif, entre caricature et photographie, dans la description des événements. Des procédés plus communs, enfin, comme l’usage du présent et d’un narrateur intradiégétique, renforcent dans les deux albums l’impression d’immédiateté du discours et réduisent la distance perçue entre personnage et lecteur – et donc entre époque révolue et époque présente – favorisant d’autant plus l’actualisation et la détemporalisation du mythe révolutionnaire.

  • 6 André Burguière, « D’une barricade à l’autre : Paris Août 1944 – Paris Mai 1968 », dans La Revue To (...)

15Cette stratégie crée une illusion de véracité historique quand il n’est question ici que d’une vérité mémorielle sujette (d’autant plus qu’il s’agit d’un événement contemporain des auteurs) à une sélection à la fois consciente et inconsciente du transmissible. André Burguière6, dans son analyse des barricades parisiennes, note l’influence non pas de la Résistance mais de l’iconographie des révolutions du xixe siècle (dont Delacroix) sur les soixante-huitards : « Dans les barricades ils renouent avec une mémoire collective plus profonde et plus mythique de l’insurrection parisienne ». Reprenant le concept de synthèse républicaine développé par Maurice Agulhon, Burguière insiste sur le caractère uchronique de cette « mémoire à éclipse », qui sélectionne ses souvenirs pour en évacuer d’autres. Si 1831 perdure dans la mémoire collective de la tradition révolutionnaire française, les émeutes de la faim de 1832 en sont absentes, annihilées par un processus de « censure collective ». Cette mémoire à éclipse conditionne fatalement la transmission de l’histoire révolutionnaire française comme systématiquement progressiste et animée d’une téléologie presque mystique. À travers cette histoire mémorielle épaulée par des œuvres telles que Véro et Tous en grève, on fabrique le récit d’une nation en constante perfectibilité, que les révolutions viennent, chroniquement, aiguiller un peu plus vers une ultime et hypothétique complétude. Mes recherches sur les récits historiques pour la jeunesse fortement politisés indiquent que cet élan historiciste est tout à fait commun dans ce type de texte, animant le texte et l’histoire d’une même dimension téléologique.

  • 7 Michel Wlassikoff, Mai 68  : L’affiche en héritage, Paris, Alternatives, 2008, p. 35.

16Cette dimension est notamment visible à la fin de chacun des deux albums. Choisir où, quand et comment clore un récit est une décision narrative hautement idéologique, notamment dans le livre de jeunesse qui offre conventionnellement des dénouements « fermés », que l’on estime – peut-être à tort – plus stabilisants pour l’enfant-lecteur. Véro s’achève sur l’image romantique d’un Neil Armstrong philosophant sur l’avenir du monde, observant la Terre depuis la Lune. Mais les pages de garde qui encadrent le récit de Véro sont constituées d’un collage de slogans de mai 68 qui « débordent » de la page. Le récit de mai 68 est terminé, mais l’enfant-lecteur prêt à refermer le livre est invité à considérer ses revendications comme étant toujours d’actualité. Tous en grève est encore plus prescriptif, confirmant alors que l’histoire s’achève la nécessité cyclique de la tradition révolutionnaire française. Pef use d’une composition graphique au caractère utopique affirmé, évoquant la lancée d’un boulet de canon où des visages rieurs regardent vers le futur, clamant « Un autre mois de mai reviendra, continuons le combat ». Cette affiche, par son esprit et son graphisme, se rapproche des créations de juin 1968 qui clamaient « Nous irons jusqu’au bout » et « continuons le combat » ; de nombreux exemples figurent dans l’ouvrage de Michel Wlassikoff7. L’enfant-lecteur est incité à célébrer le mouvement de synthèse républicaine qui le rapproche d’une époque où, peut-être, le « combat » sera enfin terminé. C’est un dénouement non seulement ouvert mais qui résiste fortement à toute fermeture que nous offrent Pef et Serres, célébrant et encourageant un recours chronique à la révolte pour le progrès.

17Ces deux albums s’inscrivent donc dans un modèle historiciste et progressiste pour lequel l’impulsion révolutionnaire de la nation française permet une marche permanente vers l’émancipation. Pour renforcer la transmission intergénérationnelle de ce modèle téléologique, les albums ont recours à des représentations sélectives et mythifiées des événements. Ils opèrent uchroniquement, faisant se converger en un même idéal révolutionnaire présent, passé et futur. Mais si cet idéal est déjà présent dans la perception collective de la nation française, ces albums le réitèrent et le développent d’une manière spécifique à la littérature jeunesse, comme nous allons l’examiner à présent, en nous concentrant particulièrement sur l’image de l’enfant.

La révolution comme évolution : un héritage organique

La rébellion inscrite dans le corps de l’enfant

18Le paratexte des deux albums promet l’examen de la même prémisse : suivre l’évolution d’un enfant dans un contexte historique de révolution. La quatrième de couverture de Véro affirme ainsi : « Tout a été dit sur ce mois-là de cette année-là. Qui n’a pas donné son opinion ? Par quels yeux ne l’a-t-on pas vu ? Ceux d’un chat, d’un oiseau ? D’un enfant ! C’est d’un enfant, de son regard, dont nous avons besoin. » La quatrième de couverture de Tous en grève offre un point de vue similaire : « Si ce printemps-là fut exceptionnel dans l’histoire du pays, mai 68 restera surtout, pour Martin, un incroyable événement dans sa vie d’enfant… » Véro et Martin sont les enfants de la révolution, leur évolution physique intrinsèquement liée à celle du pays. Ce choix a pour effet de naturaliser, et donc de normaliser, l’élan révolutionnaire. La croissance organique de l’enfant – ses joies, ses caprices, ses révoltes adolescentes – se trouve connectée à celle de la nation. En se reconnaissant dans le jeune héros du livre et donc dans la nation qui le reflète et le contient, l’enfant-lecteur est invité à envisager son développement individuel comme apparenté à celui de la société qui l’entoure. L’élan révolutionnaire, si intimement attaché au corps de l’enfant, est naturalisé, devenant une composante apparemment indéfectible de l’histoire française.

19Puisque les événements de mai 68 se déroulent évidemment sur une très courte période, les deux albums ont recours à des stratégies presque identiques pour distribuer sur plusieurs personnages les stades de développement correspondant à la « croissance » imaginée de la nation. C’est le grand frère adolescent de Véro, Vincent, et la grande sœur adolescente de Martin, Nina, qui sont érigés en emblèmes de la jeunesse étudiante révolutionnaire. Leurs désobéissances, leurs éclats de voix et leurs premières relations amoureuses viennent parachever le portrait de deux individus en pleine transformation, reflétant dans la chair le mouvement de contestation d’une nation que l’on est invité à considérer comme en train de traverser une crise d’adolescence. Très politisés, Nina et Vincent ont une approche au moins partiellement rationnelle des événements. Martin et Véro, plus jeunes, sont acteurs-spectateurs du changement, incarnant la force idéaliste et imaginative de la révolution. Ils apprennent, là encore en cohésion parfaite avec la nation, à rejeter d’anciens modèles d’autorité – à l’échelle individuelle, leurs parents ; à l’échelle nationale, l’État, en la personne du général de Gaulle. S’émancipant des principes qui correspondent à ces autorités, ils grandissent en même temps que la nation. Le message est limpide mais intelligemment orchestré : le progrès politique est assimilable à la croissance naturelle de l’enfant. La nation française, comme un enfant qui grandit, s’est libérée en 1968 des restrictions d’un État paternaliste pour s’élever, dans l’idéalisme et la contestation, vers une conception plus libre et plus mûre de la société. Martin, Véro, Nina et Vincent ne sont pas seulement des agents de cette révolution : ils l’ont littéralement dans la peau.
Notons que cette perception de la révolution comme évolution naturelle – des contestations sociales comme maturation de la nation – est peut-être un lointain descendant d’un certain discours sur l’histoire de France. Ernest Renan personnifie ainsi la Révolution française :

  • 8 Ernest Renan, L’Avenir de la science, Paris, Nabu, [1890] 2010, p. 25.

La révolution française est le premier essai de l’humanité pour prendre ses propres rênes et se diriger elle-même. C’est l’avènement de la réflexion dans le gouvernement de l’humanité. C’est le moment correspondant à celui où l’enfant, conduit jusque là par les instincts spontanés, le caprice et la volonté des autres, se pose en personne libre, morale et responsable de ses actes […] La vraie histoire de France commence à 898.

20Aujourd’hui dépassée dans les milieux universitaires, il est possible d’envisager que cette puissante métaphore soit encore exprimée par le truchement de la littérature et culture populaire – ici, la littérature de jeunesse. Utilisée au pied de la lettre, elle entrelace, dans l’esprit de l’enfant-lecteur, le sentiment personnel et le sentiment national.

Rites de passage

21Les étapes de l’initiation de l’enfant correspondent alors à celle d’une nation se désengageant peu à peu d’un État autoritaire. Le fil rouge de Tous en grève est l’appétit de Martin, fils de cheminot, pour la moutarde forte. Ce condiment typiquement français devient le symbole d’un caractère actif et peu accommodant que Martin observe chez son père et ses collègues lorsqu’il est invité à participer à leur première grande manifestation pendant la période de grève : « Je me demande si tous les cheminots mangent de la moutarde extra-forte. En juillet, j’aurai douze ans. Peut-être que j’en mangerai aussi » (p. 9). Le premier juillet, alors que s’achève la grève, il se voit en effet offrir pour son anniversaire un pot de moutarde. Entretemps, la vie de Martin a radicalement changé : « Je sais que ce printemps restera avec moi pour longtemps. Ma première manif, mon premier journal. La première fois que j’ai dit un gros mot devant ma mère. Premier mensonge, première moutarde… Première victoire » (p. 39). D’événement intimement lié à la croissance morphologique de l’enfant, mai 68 acquiert aussi le statut de rite initiatique. La capacité du jeune Martin à manger de la moutarde extra-forte vient symboliser à la fois son ancrage dans un certain terroir français, et son goût tout juste acquis à un mode de vie féroce mais gratifiant lorsqu’il est maîtrisé. Passer mai 68 à manifester au côté des ouvriers en grève arme l’esprit critique et la ténacité de Martin, et lui enseigne à rejeter la fadeur et la facilité de « l’ancien monde ».

  • 9 Roland Barthes, Le Bruissement de la langue, Paris, Seuil, 1984, p. 190.

22Véro met similairement en scène des personnages, dans un décor des années soixante minutieusement reconstitué, traversant des rites de passage qui viennent se confondre avec ceux de la nation. L’album crée pour ce faire de multiples pyramides d’autorité contestées une à une pour mieux ébranler l’édifice socioculturel et politique dans lequel toutes ces hiérarchies viennent s’imbriquer. On voit ainsi se succéder les querelles internes dans le microcosme de la famille, où Vincent et Véro apprennent à désobéir à leurs parents ; à l’école, où les maîtresses après mai 68 défient les conventions en portant des pantalons, et filles et garçons se mélangent ; dans la barre HLM où vivent les Robin, et où les jeunes regagnent le pouvoir en écrivant des slogans sur les murs. Le premier grand acte de désobéissance de Vincent coïncide avec sa première manifestation étudiante à Paris, où il est légèrement blessé par un CRS. Véro raconte : « La révolution atteint la maison. Vincent a disparu ! Papa lui avait interdit de participer aux manifestations… » (p. 37). Véro et son père trouvent sur un mur un graffiti laissé par Vincent : « Il est interdit d’interdire ». On se souvient de l’analyse par Roland Barthes de l’inscription murale comme paradigme de la parole sauvage, contestataire, à la fois élaboration et expression de l’événement, dont s’emparent en 1968 les étudiants « frustrés de parole9 ». Par cette libération par la parole, la rébellion individuelle contre des figures familiales ou scolaires d’autorité se confond avec la rébellion nationale contre l’État. À travers Véro et Vincent, c’est la nation française qui rencontre ces rites de passage. Et l’enfant-lecteur confronté à cette connexion intime entre personnage et nation se voit intégré à une communauté imaginaire puissamment séduisante, car elle joue sur une série de motifs structurels et symboliques magnifiés par le mode choisi – celui du livre pour la jeunesse.

  • 10 Roberta Seelinger Trites, Disturbing the Universe : Power and Repression in Adolescent Literature, (...)

23Suivant le modèle ancien, et presque inaltérable en littérature pour enfants, du Bildungsroman, ces albums proposent également une investigation du processus d’intégration du jeune citoyen dans une société marquée par une distribution inégale du pouvoir, suivant souvent un modèle sociopolitique et culturel attribuable à l’hégémonie de l’idéologie capitaliste. Selon la catégorisation influente de Roberta Seelinger Trites10, cela fait de ces deux albums des œuvres paradoxalement typiques du livre pour adolescents (Entwicklungsroman), davantage traversé par une réflexion sociopolitique que par une quête identitaire individuelle. Les interrogations du jeune protagoniste dans ce type d’œuvres, et sa résistance à intégrer l’organisation sociale en place, témoignent d’un souci permanent – hérité sans doute de la critique marxiste – de se dégager d’une pédagogie classique visant à reproduire les structures de pouvoir. À la place, ces livres expriment une critique politique latente en dénonçant la nécessité, pour le citoyen en puissance, de se conformer à un strict contrat social orchestré par le monde adulte. Mais cette critique est ambiguë, car dans l’interaction via le livre entre ses créateurs et ses lecteurs, elle s’inscrit, comme nous allons l’examiner, dans un mode d’élocution intrinsèquement éducatif offrant un précaire équilibre de pouvoirs.

Paradoxes de la transmission : l’adulte entre autorité et libertarisme

24Dans les deux livres, un personnage en particulier est érigé en archétype de l’adulte autoritaire et liberticide : le CRS. On a vu, plus haut, la présentation des CRS par Tous en grève ! comme unique source de violence lors des manifestations. Cette figure récurrente dans les deux albums devient le symbole facile non seulement de la violence de l’État, mais aussi de celle de l’adulte. Sans visages, silencieux et raides, les CRS de Pef et de Pommaux deviennent l’incarnation de ces deux autorités auxquelles les « jeunes » livrent un combat justifiable. Cette incarnation repose sur un grand nombre de références intericoniques et intertextuelles qui font du CRS un écran de projection pour la haine et la fascination du lecteur. Les traitements graphiques multiples du CRS par Pef et Pommaux, comme la galerie suivante l’illustre, reposent sur une intericonicité permanente visant à présenter cet archétype comme autorité parentale et gouvernementale excessive, tentant de réintégrer en lui le corps de l’enfant qu’il refuse de voir grandir.

  • 11 Voir Michel Wlassikoff, op. cit., p. 14.

25Pef et Pommaux sont tous deux fortement inspirés, dans leur représentation des CRS, par une affiche de l’Atelier populaire devenue célèbre, attribuée à Jacques Carelman11, montrant en contre-plongée un CRS sans regard, pourvu d’un bouclier. Mais d’autres références émergent. La vision qu’a Pommaux du CRS dans cette superposition postmoderne d’images est celle d’une armée menaçante, sans visage, disproportionnellement grande, flottant au-dessus des bâtiments haussmanniens iconiques de Paris.

Image 4: Les barricades, Véro en mai

©Yvan Pommaux, L’École des Loisirs 2008

26Leurs boucliers en forme de soucoupe volante, leur apparence robotique se réfèrent à une imagerie cinématographique et de comics américains de l’époque, évoquant des invasions extra-terrestres destructrices formées de soldats incapables d’émotions, qui suivent les ordres sans les remettre en question. La raideur robotique des CRS dans toutes les représentations illustrées contraste d’ailleurs fortement avec la photographie présentée plus tôt dans Tous en grève ! (p. 10), où l’on voit clairement que les CRS ont en réalité la souplesse de corps humains « normaux ». Par contraste, l’enfant ou adolescent de la manifestation est sublimé : il n’est plus un simple protestataire, mais un défenseur de la nation attaquée. La figure du CRS apparaît plus tard dans un cauchemar de Véro, mélangeant codes du film noir et du film d’horreur en une culmination fantasmatique de leur impact visuel.

Image 5: Cauchemar, Véro en mai

©Yvan Pommaux, L’École des Loisirs 2008

27L’affiche de Pef, en noir, blanc et rouge ajoute à la mythification du CRS comme anthropophage et infanticide. Entre ogre et Kronos, cette figure qui, potentiellement, tue (et mange ?) ses propres enfants (et armée d’une matraque remarquablement phallique), vient faire se rejoindre entre propagande anarchiste et monde du conte de fées l’autorité parentale et l’autorité de l’État. C’est la force mécanique et répressive d’un monde adulte qui refuse le changement, et tente par tous les moyens d’empêcher ses enfants – ses citoyens – de grandir.

Image 6 : CRS Attention, Tous en grève! Tous en rêve !

©Pef, Rue du Monde 2008

28Ainsi les changements culturels et sociaux des « événements » deviennent au travers ces deux livres de jeunesse l’expression d’un soulèvement des nouvelles générations contre les anciennes pour rétablir un ordre naturel : contre une autorité parentale répressive, qui refuse à ses enfants le processus « biologique » de croissance, le jeune manifestant est tout à fait en droit de se rebeller. Véro est peuplé de slogans faisant allusion à ce renouveau organique : sur la couverture, derrière Véro, on peut lire « Le vieux monde est derrière », et les étudiants occupant l’université annoncent : « Profs, vous êtes vieux – votre culture est vieille » (p. 26). Graphiquement, l’album propose un bond en avant, du passé au présent, constamment préoccupé par le dépassement d’obstacles – depuis la couverture où l’héroïne saute, pour ainsi dire, hors du livre, jusqu’au fameux grand pas pour l’humanité effectué par Armstrong. Cette représentation de la transmission générationnelle en tant que force d’opposition, qui sous-tend la tradition révolutionnaire de ces albums et la vision historiciste qui y est associée, est fondamentalement et idéologiquement très paradoxale. La nation française y est définie à un public d’enfants comme un cycle de révolutions réformatrices et rénovatrices : l’enfant-lecteur est encouragé à s’y percevoir comme acteur futur de la future transformation ; mais aussi, logiquement, dans un avenir plus lointain, comme un agent du « nouveau » Vieux Monde lui-même à dépasser.

  • 12 Christiane Connan-Pintado, « Alain Serres, « Rue du Monde » : Ou comment concilier engagement et pr (...)

29Encore plus problématique, le statut des adultes créateurs et médiateurs de ces œuvres (qui, pour un événement aussi récent que mai 68, ont pu avoir vécu cette époque), qui trouvent dans ces narrations leur autorité à la fois temporairement légitimée, et brusquement contestée. Légitimée, car l’invitation faite à l’enfant par les adultes dans ces livres est de contempler le monde bien meilleur fabriqué par « leur » révolution. La dédicace de Véro s’adresse ainsi aux « enfants de 1968 » (ironiquement, désormais retraités) qui ont conseillé l’auteur et l’illustrateur. Le terme est aussi présent chez Pef et Serres, qui clament que l’héritage de mai 68 est « Un esprit de liberté qui est toujours bien vivant au-delà de la génération des « enfants de 1968 » » (p. 39). Difficile de ne pas détecter dans ces affirmations paratextuelles une certaine autosatisfaction de la part de l’adulte qui établit et reconfirme dans cette vision rêvée de 1968 la validité de sa domination actuelle. Il est évident que c’est en partie sur ce sentiment de nostalgie que repose la vente, savamment synchronisée, de ces albums. Comme un « album photo » de jeunesse, l’adulte co-lecteur peut montrer à l’enfant (ou, plus probablement, petit-enfant), non sans regret peut-être, à quelles « aventures » il a participé, de près ou de loin, lorsqu’il était lui-même enfant ou adolescent. La mythification de ces « aventures » lui est livrée clefs-en-main. La date de la sortie de ces albums, l’année du quarantième anniversaire de mai 68, signale aussi un désir d’entrer dans le débat qui entoure ces commémorations. Alain Serres, à en croire l’analyse de son œuvre éditoriale et littéraire par Christiane Connan-Pintado12, profite à l’envi des anniversaires et commémorations de grands événements historiques pour faire l’éducation culturelle et politique du jeune lecteur ; mais celui de mai 68 se prête particulièrement bien au double lectorat de l’enfant et de l’adulte. En s’adressant aux sentiments de l’adulte lecteur, en emplissant les livres de références à « sa » révolution, les deux albums, à des degrés divers, s’opposent aux plus jeunes commentateurs qui n’ont pas connu mai 68 et pourraient tenter de désacraliser les « événements ».

30Mais a contrario, en naturalisant et en célébrant la révolte, l’adulte de ces albums glorifie aussi le contre-pouvoir, tolérant, voire encourageant les actions violentes contre les instances régulatrices. Les deux albums ont notamment recours à la déshumanisation des forces de l’ordre pour normaliser l’opposition d’un peuple qui, au contraire, est humanisé et personnalisé à outrance. Que veut dire l’adulte à l’enfant dans cet amalgame d’assertion d’autorité et d’incitation à la désobéissance ? C’est dans cette contradiction que s’élabore le rôle si problématique de l’adulte en littérature pour la jeunesse, tantôt oppresseur, tantôt conseiller ; à la fois désireux de développer chez le jeune citoyen une approche activiste, potentiellement contestataire de la politique, et craintif, si elle aboutit, de s’y trouver dépassé, menacé, voire déboulonné par une « nouvelle génération » qui pourrait bien être aussi active que quarante ans plus tôt.

  • 13 Perry Nodelman, The Hidden Adult : Defining Children’s Literature, Baltimore, John Hopkins Universi (...)

31En recréant un idéal de nation française basé sur la révolution, et en l’inscrivant dans le corps de l’individu, l’« adulte caché » dans le livre jeunesse13 justifie son propre règne, mais se confère des pieds d’argile. Les nostalgiques « enfants de 1968 », autrefois anti-hégémoniques, sont à présent sur le point de quitter la vie professionnelle, et donc la scène politique et économique, s’ils ne l’ont déjà fait. Ce sont désormais les « vieux » dont les jeunes protagonistes des deux albums se rient. Véritables odes à la consommation emblématique des Trente Glorieuses, les deux albums en célèbrent l’insouciance et le plaisir gratuit mais omettent d’en mentionner l’héritage. Ajoutant à tout cela l’injonction faite à la « génération Y » de s’inscrire dans une lignée révolutionnaire, les « enfants de 1968 » pourraient bien donner à ceux de 2008 le bâton pour se faire battre. Cette tendance artistique et pédagogique à deux visages – l’autoritaire et le libertaire – est représentative d’un très grand nombre de livres pour enfants, mais les ouvrages les plus politisés, comme Véro et Tous en grève !, en sont l’incarnation ultime : celle où l’on lit, en filigrane, le récit d’un adulte tourmenté par l’approche nécessaire d’un remplacement par l’enfant auquel il s’adresse, et néanmoins poussé à lui en enseigner les arcanes.

32Au-delà du statut ambigu de l’adulte dans les rapports générationnels esquissés par ces albums, quelle est la conception de la nation qui en ressort ? Encore une fois, elle ne peut qu’être difficile, voire impossible, tant elle est rendue instable par l’oxymore de « tradition révolutionnaire » qui habite les deux récits. Si la nation française est définie par le changement, quelle stabilité peut-on y trouver ? La fragilité de l’état de grâce que narrent ces deux albums reflète la complexité pour l’individu de les utiliser pour s’ancrer dans un idéal fixe et palpable de la nation auquel il appartient. Si ces albums inculquent un certain sens de l’identité révolutionnaire française, c’est parce qu’ils présentent mai 68 comme idéal de nation ; parce que le débordement jubilatoire des « événements », fortement exagéré, offre une accroche émotionnelle aisée à l’adulte nostalgique et à l’enfant-lecteur poussé à l’acte. Mais au-delà de cette parenthèse au pouvoir narratif incontestable, si l’identification du futur citoyen à sa nation passe par une valorisation permanente de l’irrévérence et l’éphémère, il est difficile d’imaginer comment des subjectivités en formation, et en proie à une multiplicité d’influences bien supérieure à celles de 1968, peuvent trouver dans cet « idéal transitoire » un sentiment de camaraderie horizontale.

33Quarante ans après des « événements » dont la portée politique reste finalement très controversée, Véro en mai et Tous en grève ! Tous en rêve ! réinterprètent et recontextualisent un idéal de contestation politique, culturelle et générationnelle de mai 68 pour construire un sentiment national français artificiellement basé sur un recours cyclique à la révolution. Invitant les jeunes lecteurs à une lecture critique du pouvoir politique et du système social en place, mais aussi de leurs parents, ils leur font miroiter le mythe d’une nation en constante perfectibilité, une « communauté imaginée » dont le conflit générationnel est l’ingrédient de choix. Mais cet idéal est, pour l’adulte « caché » dans le livre, un numéro de funambule, et il sort tantôt renforcé, tantôt déséquilibré, de cet exercice littéraire et éducatif. Les deux albums décrivent un idéal de libération tout aussi précaire, presque opprimant par sa nécessité, et noyant potentiellement le débat démocratique dans la révélation d’une impulsion « nationale », quasi instinctive, à la rébellion.

Haut de page

Notes

1 Pascal Bouchié et Yvan Pommaux, Véro en mai, Paris, L’École des loisirs, 2008.

2 Alain Serres et Pef, Tous en grève ! Tous en rêve !, Paris, Rue du monde, 2008.

3 Benedict Anderson, Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso, 1983.

4 Evelyn Azripe & Morag Styles, Children Reading Picturebooks : Interpreting Visual Texts, Londres, Routledge, 2002.

5 “We first construct pictures of the world and then we step inside the frames.” Salman Rushdie, Imaginary Homelands, Londres, Granta, 1991, p. 377-378.

6 André Burguière, « D’une barricade à l’autre : Paris Août 1944 – Paris Mai 1968 », dans La Revue Tocqueville, vol. XXX no2, 2009.

7 Michel Wlassikoff, Mai 68  : L’affiche en héritage, Paris, Alternatives, 2008, p. 35.

8 Ernest Renan, L’Avenir de la science, Paris, Nabu, [1890] 2010, p. 25.

9 Roland Barthes, Le Bruissement de la langue, Paris, Seuil, 1984, p. 190.

10 Roberta Seelinger Trites, Disturbing the Universe : Power and Repression in Adolescent Literature, Iowa City, University of Iowa Press, 2000.

11 Voir Michel Wlassikoff, op. cit., p. 14.

12 Christiane Connan-Pintado, « Alain Serres, « Rue du Monde » : Ou comment concilier engagement et projet esthétique », dans Contre l’innocence : Esthétique de l’engagement en littérature de jeunesse, B. Benert et P. Clermont (éd.), Francfort, Peter Lang, 2011, p. 119-139.

13 Perry Nodelman, The Hidden Adult : Defining Children’s Literature, Baltimore, John Hopkins University Press, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Image 1 : Couverture, Tous en grève! Tous en rêve !
Crédits © Pef, Rue du Monde 2008
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1006/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Image 2: Présentation de Véro, Véro en mai
Crédits ©Yvan Pommaux, L’École des Loisirs 2008
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1006/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Image 3: Tous en grève! Tous en rêve !
Crédits © Pef, Rue du Monde 2008
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1006/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Image 4: Les barricades, Véro en mai
Crédits ©Yvan Pommaux, L’École des Loisirs 2008
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1006/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Image 5: Cauchemar, Véro en mai
Crédits ©Yvan Pommaux, L’École des Loisirs 2008
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1006/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Image 6 : CRS Attention, Tous en grève! Tous en rêve !
Crédits ©Pef, Rue du Monde 2008
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1006/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Beauvais, « Transmettre mai 68 : construction et paradoxes de l’idéal révolutionnaire à travers l’album jeunesse contemporain », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://strenae.revues.org/1006 ; DOI : 10.4000/strenae.1006

Haut de page

Auteur

Clémentine Beauvais

Université de Cambridge (Royaume-Uni)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org