Navigation – Plan du site
Varia

Relire Maïa l’abeille aujourd’hui

Un essai de lecture intertextuelle ou le vol de Maïa à travers le monde des textes1
Mathilde Lévêque

Texte intégral

  • 1 D'après le titre de l'ouvrage de Harald Weiß Der Flug der Biene Maja durch die Welt der Medien. Buc (...)
  • 2 Waldemar Bonsels, Die Biene Maja und ihre Abenteuer, Berlin & Leipzig, Schuster & Loeffler, 1912.
  • 3 Waldemar Bonsels, Maïa l'abeille et ses aventures, traduit de l'allemand par G. Maury, Paris, Libra (...)
  • 4 Une première adaptation cinématographique du roman de Bonsels a été créée en 1926 : « Die Biene Maj (...)
  • 5 Wolfgang Krischke, « 100 Jahre Biene Maja Auch eine deutsche Bildungsgeschichte », FAZ, 28 juin 201 (...)

1Le personnage de Maïa l’abeille est essentiellement connu aujourd’hui grâce à la série télévisée d’animation japonaise réalisée en 1975, résultat d’une coproduction entre le Japon, l’Autriche et l’Allemagne et diffusée en France à partir de 1978. À partir de septembre 2012, une nouvelle production de 78 épisodes en 3D est diffusée par TF1. Ces séries télévisées ont largement éclipsé l’œuvre dont elles sont issues, le roman de Waldemar Bonsels, paru en 1912, sous le titre Die Biene Maja und ihre Abenteuer2, traduit et publié en France en 1926 par la Librairie Stock Delamain et Boutelleau3. Relire Maïa l’abeille aujourd’hui, c’est progresser au rebours d’un transfert médiatique courant en littérature pour la jeunesse, c’est remonter à la source d’un objet culturel qui n’a gardé que peu de liens avec son modèle4. Relire Maïa l’abeille ne consiste toutefois nullement en une étude du transfert du roman vers la série d’animation, encore moins en une analyse des différences ou des points communs entre les deux productions. Il s’agit d’envisager le roman comme une œuvre littéraire à part entière qui, si elle n’est plus guère lue aujourd’hui, n’en fut pas moins l’un des best-sellers de la littérature allemande du début des années 1920. Dans un article publié par la Frankfurter Allgemeine Zeitung à l’occasion du centenaire du roman, Wolfgang Krischke rappelle que, « dans la première moitié du xxe siècle, Maïa l’abeille fait partie des livres les plus lus en Allemagne, aux côtés des Buddenbrooks de Thomas Mann et de À l’Ouest rien de nouveau de Remarque5. » Traduit dans une quarantaine de langues, le roman est fortement lié à la personnalité de son auteur qui, après une certaine notoriété, est aujourd’hui peu connu mais reste très controversé, notamment en raison de ses prises de position antisémites et de son attitude sous le IIIe Reich.

  • 6 Isabelle Nières-Chevrel, « Relire Heidi aujourd’hui », Strenæ [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le (...)

2Fils d’un médecin et pharmacien, Waldemar Bonsels (1881-1952) abandonne ses études à 17 ans et quitte la maison familiale pour voyager à travers l’Europe. De retour en Allemagne, âgé de 20 ans, il travaille pour un imprimeur de Karlsruhe tout en suivant une formation de négociant pour les missions : en 1903, une mission de Bâle l’envoie en Inde, qu’il quitte un an plus tard, marquant son désaccord envers le comportement des colons européens. Installé à Munich, il fonde sa propre maison d’édition, qui ferme en 1912. Ses premiers livres, Die Biene Maja (1912) et Indienfahrt (1916) font de lui un auteur à succès. Pendant la première guerre mondiale, Bonsels est correspondant de guerre sur le front Est. En 1925, il prend part à une expédition cinématographique en Amazonie, confirmant ainsi un goût pour les voyages et l’exotisme que traduit son œuvre littéraire. La recherche d’indépendance et de liberté que Bonsels manifeste dès son adolescence n’est pas sans rappeler le personnage de Maïa, petite abeille curieuse, impatiente de sortir de la ruche et de connaître le vaste monde. En effet, Maïa l’abeille est avant tout un roman d’apprentissage, dans la tradition du « Bildungsroman » allemand, largement repris en littérature pour la jeunesse : le roman de Johanna Spyri, Heidis Lehr-und Wanderjahre (1881) marque explicitement par le choix de son titre un lien avec l’œuvre fondatrice de Goethe, Wilhelm Meisters Lehr-und Wanderjahre (1795-1796), ainsi que l’a signalé Isabelle Nières-Chevrel6. Relire Maïa l’abeille peut se concevoir sous le mode d’une lecture intertextuelle de l’ouvrage qui fond plusieurs modèles romanesques du xixe siècle, créant une œuvre à la fois composite et cohérente. Cette relecture pourra peut-être tenter de démêler l’apparent paradoxe d’un roman reflétant avec force conviction les valeurs bourgeoises de la société wilhelmienne, et néanmoins choisi pour être l’emblème d’une collection française revendiquant sa « modernité » dans le domaine du roman pour enfants.

Un roman d’apprentissage et d’errance

3À peine née, la petite abeille manifeste un esprit critique et une impatience inhabituelle, ce qui provoque l’étonnement de Cassandre, chargée de l’éducation des jeunes abeilles :

  • 7 Waldemar Bonsels, Maïa l'abeille et ses aventures, traduction de G. Maury, Paris, Stock, Collection (...)

« Cassandre la regarda d’un air inquiet, mais ne répondit pas tout de suite : elle s’étonnait que l’enfant trouvât si vite quelque chose à critiquer […] « Il faut que tu apprennes à attendre, petite, dit-elle. J’ai déjà élevé, ce printemps, plusieurs centaines de jeunes abeilles, et je les ai instruites en vue de leur première sortie, mais je n’en ai encore rencontré aucune qui se soit montrée aussi effrontée7. »

  • 8 Op.cit., p. 10.

4Impatiente, effrontée, mais aussi curieuse, Maïa est présentée comme un tout jeune enfant : « Maïa rougit et fourra deux doigts de sa minuscule menotte dans sa bouche8. » Le geste enfantin, aussitôt réprimandé par Cassandre (« Oh ! c’est une chose qui ne se fait pas »), manifeste dès les premières pages du roman une perspective anthropomorphique très marquée, indiquant d’emblée qu’il s’agit moins d’un récit fondé sur l’observation des insectes que d’un conte à portée symbolique ou poétique, construit sur des modèles esthétiques précis. Maïa apparaît ainsi nettement comme une forme dérivée du personnage traditionnel du roman de formation, le « Bildungsroman », dont elle a toutes les caractéristiques : le vagabondage de Maïa doit la conduire à former son identité pour mieux trouver sa place dans la société. Selon le modèle du roman de formation, tel qu’il s’est élaboré à la fin du xviiie siècle, cette éducation sociale suppose un héros jeune, libre, guidé par son bon sens, parcourant le monde en l’absence de toute contrainte, autant de caractéristiques réunies dans le personnage de Maïa. Dès le premier envol, le retour à la ruche n’est pas envisageable :

  • 9 Op.cit., p. 17.

« Je ne puis pas revenir, je ne puis penser à rien d’autre qu’au soleil […] C’est mille fois plus beau ici, dehors, dans le vaste monde, que dans la sombre cité des abeilles, soupira-t-elle. Jamais plus je ne retournerai là-bas, pour porter du miel ou préparer de la cire. Non, il ne peut plus en être question. Je veux voir et parcourir le monde fleuri9. »

5Le voyage, selon l’esthétique du roman de formation, est un apprentissage à la fois intérieur et extérieur, au terme duquel le héros revient chez lui, revoit ses erreurs et les épreuves qu’il a surmontées, pour enfin trouver sa place dans la communauté et y participer activement. Tel est bien le parcours de Maïa tout au long du roman : sortie de la ruche, Maïa décide de ne plus y retourner, s’émerveille des beautés de la nature, apprend à connaître ses dangers, rencontre des insectes sympathiques ou cruels, frôle la mort à deux reprises, pour finalement rentrer à la ruche, prévenir de l’attaque des frelons et sauver la communauté qui l’accepte de nouveau.

  • 10 Waldemar Bonsels, Die Biene Maja und ihre Abenteuer [1912], München, Deutsche Verlags-Anstalt, 2007 (...)
  • 11 Maïa l'abeille, p. 10.

6Héroïne d’un roman de formation, Maïa se caractérise par sa marginalité : elle ne ressemble pas aux autres jeunes abeilles, elle est une exception dans l’ordre répétitif des naissances de la ruche, allant à l’encontre de la nature. Pour reprendre le terme de Cassandre, elle est une « Ausnahmenatur10 ». La traduction française, en choisissant l’expression de « nature exceptionnelle11 », apporte une connotation positive absente du terme allemand. Si « Ausnahme » signifie bien « exception », le mot relève davantage du contexte de la marginalité, voire de l’erreur. Maïa est remarquable en tant qu’elle représente une déviation par rapport à la norme. Cette marginalité est comme renforcée par les circonstances de la naissance de Maïa : elle naît au moment où éclate une révolte à l’intérieur de la ruche, entraînant un bouleversement de l’organisation habituelle et une effervescence inaccoutumée :

  • 12 op.cit., p. 7-8.

« Cela se passait en des jours très agités, car un soulèvement, que la reine ne parvenait pas à maîtriser, venait d’éclater. […] la chaleur et l’encombrement étaient presque insupportables. Maïa voyait les abeilles passer sans arrêt devant elle ; la bousculade était si grande que parfois elles grimpaient les unes sur les autres, tandis que d’autres tournoyaient massées en boule12. »

7Un faux bourdon explique à Cassandre : « On n’évitera pas le désastre […] L’essaim des révolutionnaires quittera la ville. Ils ont déjà élu une nouvelle reine. » Le désastre trouve également son écho dans le nom même de l’abeille qui est chargée de la toute première éducation de Maïa, née sous des auspices peu favorables.

8Née dans le désastre et la désorganisation d’une société, Maïa ne saurait correspondre au modèle exposé par Cassandre :

  • 13 op.cit, p. 10-11.

« La première règle qu’une jeune abeille doive observer […] est celle-ci : chacune, en tout ce qu’elle pense et fait, doit ressembler aux autres et penser au bien de toutes. C’est étant donné le régime que nous avons reconnu pour le meilleur depuis des temps immémoriaux et qui s’est toujours le mieux maintenu, l’unique fondement sur lequel est basée la prospérité de notre État13. »

  • 14 op.cit., p. 11.
  • 15 op.cit., p. 17.

9D’emblée, le comportement de l’individu est associé à la survie du groupe et à un principe d’organisation politique. Pourtant Cassandre, dont le nom ne semble pas avoir été choisi par hasard, prévoit rapidement la suite des événements : « Tu tourneras mal, soupira-t-elle, je le vois dès maintenant14. » La jeune abeille reconnaît qu’elle n’a pas sa place dans cet ordre immuable : « Je ne suis pas comme les autres abeilles : mon cœur est fait pour la joie et les surprises, pour les émotions et les aventures15. »

  • 16 Karl Höfftes, Wandervogel, révolte contre l'esprit bourgeois, Saint-Etienne, Forez, A.C.E., 2001, p (...)
  • 17 op.cit., p. 41.
  • 18 Lisa Tetzner (1894 - 1963) est notamment l'auteur de Hans Urian, reprise du Jean-sans-Pain de Paul (...)

10Maïa est en ce sens un personnage essentiellement romanesque : sa marginalité et son désir d’aventures sont les conditions indispensables pour que le roman se mette en marche, pour que le récit progresse. Chaque chapitre du roman s’organise peu ou prou autour de rencontres et de découvertes successives : « La maison rose de Peppi » (chapitre 2), « L’étang de la forêt et ses habitants » (chapitre 3), « Iffi et Kurt » (chapitre 4), « La sauterelle » (chapitre 5), « Puck » (chapitre 6), « Maïa prisonnière de l’araignée » (chapitre 7), « La punaise et le papillon » (chapitre 8), « La lutte d’Hannibal avec l’homme » (chapitre 9), « Les merveilles de la nuit » (chapitre 10), « La course de l’elfe » (chapitre 11), « Le poète Aloïs Sept-Points » (chapitre 12). Le retour à la ruche marque la fin du roman : Maïa ayant trouvé sa place dans l’ordre social qu’elle refusait avant son voyage et ses aventures, le roman touche à son terme. L’écriture romanesque, selon un principe emprunté aux stéréotypes du roman d’aventures, suppose transgression de la loi et la découverte passe par l’errance : au topos du roman d’apprentissage vient s’adjoindre l’esthétique des romans de vagabondage, contemporains de Bonsels, courant littéraire en relation étroite avec les mouvements des « Wandervögel ». À l’origine, le mouvement des « Wandervögel » (littéralement, « les oiseaux migrateurs »), créé à Steglitz au tout début du xxe siècle, a pour objectif de canaliser, par l’organisation de randonnées dans toutes les régions de l’Allemagne, l’opposition naissante de la jeunesse à la société wilhelmienne et « sa révolte contre les rigidités, la froideur et l’insensibilité face aux richesses de la Vie16 ». Il s’agit de créer un espace de liberté pour la jeunesse, dans une société « perçue comme sclérosée et répressive17 ». Les frontières à l’intérieur de l’Allemagne étaient tombées depuis peu et le remaniement politique orchestré par Bismarck entraîne un sentiment de libération : l’Allemagne est vaste et on peut désormais la parcourir de long en large, à pied, à cheval ou en train, sans rencontrer d’obstacles. Au mouvement libre de la marche correspond pour les « Wandervögel » une volonté de se détacher des contraintes et des normes sociales, dans un sentiment romantique et révolutionnaire. Les qualités prônées par le mouvement sont le don de soi, l’altruisme, la camaraderie et la témérité. Politique, le mouvement est aussi culturel : son nom, inspiré d’un Lied composé par Otto Roquette (1824-1896), « Ihr Wandervögel in der Luft... », est le signe d’une redécouverte du Lied populaire. Les « Wandervögel », dans toutes les régions d’Allemagne, arrivent dans les villages avec des marionnettes en bois, montent des pièces de théâtre, chantent et dansent sur les places publiques. Lisa Tetzner, écrivain pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres18, a commencé sa carrière de conteuse en participant à ces randonnées, influencée par l’éditeur Eugen Diederichs. En 1919, au cours d’une de ses randonnées en Thüringe, elle rencontre Kurt Kläber, militant communiste, écrivain de la classe ouvrière, qu’elle épousera quelques années plus tard : sous le pseudonyme de Kurt Held, il est l’auteur de Die rote Zora und ihre Bande (1941), qui compte parmi les classiques allemands pour la jeunesse. Rapidement divisé, le mouvement des « Wandervögel » se scinde en plusieurs tendances, nationaliste, chrétienne, sociale, voire bouddhiste. Après la première guerre mondiale, où plusieurs milliers de Wandervögel sont tombés, le mouvement d’origine, rebelle mais rêveur, se politise davantage, encadrant une jeunesse profondément désillusionnée et traumatisée par l’expérience du front et des tranchées. Le mouvement montant des Jeunesses hitlériennes, qui reprend certaines idées et pratiques des « Wandervögel », se présente comme un concurrent, puis, selon les courants, comme un adversaire ou comme mouvement attractif. À partir de 1933, les Jeunesses hitlériennes deviennent le seul encadrement possible de la jeunesse et les fédérations Wandervögel sont dissoutes et interdites.

  • 19 Dans un autre registre, Le grand Meaulnes d'Alain-Fournier, qui paraît en 1913 soit un an après la (...)

11À ce courant aux ramifications complexes correspond toute une littérature que Bonsels, dont le parcours personnel n’est pas sans évoquer l’errance et le vagabondage, ne peut ignorer19. Maïa, à sa façon, est elle aussi un « oiseau migrateur », découvrant avec émerveillement les beautés et les trésors de la nature, dans un élan de libération par rapport au carcan de la société qui s’apparente à la vitalité des « Wandervögel » sillonnant les routes et les chemins d’Allemagne. À la fin du premier chapitre, Maïa revendique le voyage comme une rupture avec le groupe et une revendication de sa liberté :

  • 20 Maïa l'abeille, p. 17-18.

« Jamais plus je ne retournerai là-bas, pour porter du miel ou préparer de la cire. Non, il ne peut plus en être question. Je veux voir et parcourir le monde fleuri. Je ne suis pas comme les autres abeilles : mon cœur est fait pour la joie et les surprises, pour les émotions et les aventures. Je ne crains aucun danger. N’ai-je pas de la force, et du courage, et un aiguillon ? »
Elle rit de fierté et de joie et aspira une profonde gorgée de suc hors du calice de la tulipe.
« Exquis, pensa-t-elle, c’est vraiment délicieux de vivre20. »

  • 21 op.cit., p. 16

12Le goût exquis du suc est directement mis en relation avec le goût de la liberté et de la vie : l’errance de Maïa est un appel aux sens et au plaisir des sensations : découvrant le plaisir de voler, Maïa est « ivre de plaisir, de soleil et de joie de vivre21 ». Voler semble représenter le plaisir suprême :

  • 22 op. cit., p. 31.

« Elle descendit, pleine de joie, jusqu’au ras de la surface et put alors se voir voler dans le miroir de l’eau ; elle aperçut ses ailes claires qui reluisaient comme du cristal […] elle vit briller dans l’eau la belle couleur dorée de son corps. « C’est vraiment un délice de voler ainsi sur une surface liquide », s’écria-t-elle avec allégresse22. ».

13« Que c’est délicieux de vivre », répète souvent la petite abeille (chapitre 1, fin ; chapitre 9, fin). Le terme français « délice » unit dans un même mot deux termes allemands, « herrlich » et « Wonne », qui renvoient respectivement à l’émotion provoquée par un spectacle splendide et magnifique et au sentiment de joie profonde d’un individu : la traduction française apporte une connotation sensible, voire olfactive supplémentaire par rapport au texte original.

14Le vagabondage émerveillé de Maïa est provoqué par la curiosité du personnage tout autant que par un impérieux désir de liberté. Au détour d’un chapitre, Bonsels prend soin d’expliquer que le refus des normes sociales, loin d’être un défaut, n’est pas incompatible avec la raison :

  • 23 op. cit., p. 124-125.

« Parmi les animaux comme parmi les hommes, il arrive que des caractères particuliers ne puissent pas s’adapter aux habitudes de tous, et il faut être prudent et y regarder à deux fois avant de juger une de ces natures-là. Il ne s’agit pas toujours chez elles de paresse ou de caprice ; la plupart du temps, derrière ce désir de liberté, se cache une profonde aspiration vers quelque chose de plus élevé et de meilleur que ce que peut offrir la vie quotidienne, et souvent de jeunes insubordonnés sont devenus des hommes sages et expérimentés, ou des femmes sensées et bonnes23. »

  • 24 op.cit., p. 206.

15Se placer en marge de la société, manifester son désir de liberté et de découvertes ne sont pas synonymes de désordre ni d’anarchie, encore moins d’individualisme ou d’égoïsme. La lecture de Maïa l’abeille est aussi une invitation à ne pas se fier aux apparences et à comprendre que l’insubordination apparente est un passage ou une étape vers un but plus élevé de remise en cause positive de l’ordre établi. La jeunesse, sur le modèle des « Wandervögel », est conçue comme un processus de révolte individuelle, pour aboutir à un âge adulte raisonné, au service du bien commun. Conseillère de la reine, Maïa, devenue adulte, met son expérience au service de la communauté et de l’État : « On dit que son activité fut très bienfaisante et profitable à la cité, qu’elle acquit une grande autorité, et qu’elle fut aimée de son peuple24. »

Un apprentissage de jeune fille ?

16Le schéma romanesque du « Bildungsroman » et l’esthétique des « Wandervögel » ne sont toutefois pas les seuls modèles de Maïa l’abeille. Le roman, publié en 1912, est également à mettre en rapport avec un autre type de roman de formation, plus spécifique de la littérature pour la jeunesse allemande de la fin du xixe siècle, le « Backfischroman ». Le terme de « Backfisch », très vieilli, désigne littéralement un poisson encore trop petit pour être cuisiné et que l’on remet à l’eau (selon l’anglais « back »). Métaphoriquement, le terme désigne une jeune fille adolescente, qui n’est plus une enfant mais pas encore une adulte ; on doit la création de ce genre littéraire et sa dénomination au roman de Clementine Helm, Backfischchen’s Leiden und Freuden (1863), l’un des premiers romans d’amour pour jeunes filles, grand succès à son époque. Littérature pour jeunes filles, le « Backfischroman » met en scène le développement d’une jeune fille devenant une jeune femme, dans des milieux le plus souvent bourgeois et conservateurs. Héroïne féminine, passant de l’enfance à l’âge adulte, Maïa n’est pas sans évoquer ces personnages de jeunes filles et notamment la plus célèbre d’entre elles, créée par Emmy von Rhoden dans son roman Der Trotzkopf : Eine Pensionsgeschichte für erwachsene Mädchen (1885). Le succès de ce genre littéraire, très vif à l’époque où Bonsels écrit Maïa l’abeille, permet d’envisager un rapport possible entre le récit des aventures de la petite abeille et celui décrivant les années d’adolescence d’une héroïne cherchant sa place dans une société aux valeurs traditionnelles et conservatrices. Dans le roman d’Emmy von Rhoden, la jeune fille, surnommée « Trotzkopf » (littéralement « mauvaise tête »), manifeste au début du récit un caractère querelleur, indocile et obstiné. Le séjour au pensionnat, les rencontres, expériences et apprentissages permettront peu à peu à la jeune fille d’adopter une attitude raisonnée, sage et réfléchie, en conformité avec les attentes de son milieu social. Maïa serait en quelque sorte une version animalière de Der Trotzkopf : désobéissante, elle choisit de braver les dangers plutôt que d’obéir aux recommandations et aux conseils de Cassandre. Conformément au stéréotype de la « Backfisch », Maïa se comporte avec une naïveté charmante et naturelle, comme le montrent son langage et sa crédulité. Elle s’efforce de suivre les quelques règles de politesse qu’elle a reçues de Cassandre :

  • 25 Maïa l’abeille, p. 22-23.

« Qu’est-ce donc que cette admirable fleur ? demanda Maïa […]. Auriez-vous l’obligeance de me dire son nom ? » Elle se souvenait des conseils de Cassandre et se montrait aussi polie que possible25. »

  • 26 op. cit, p. 44.
  • 27 Maïa l’abeille, p. 75-76.

17Lors de sa rencontre avec Schnuck, la libellule, Maïa multiplie les questions et manifeste sa compassion pour la souffrance d’autrui : « il m’est très pénible de voir souffrir. » À quoi la libellule, qui vient de dévorer un bourdon et de raconter la mort tragique de son frère, répond d’un ton consolant : « cela tient à votre jeunesse, vous vous y habituerez ; courage, mon amie26 ! ». La jeune abeille ne connaît que peu de choses du monde extérieur : elle ne sait pas que l’insecte vert et bondissant autour d’elle est une sauterelle, elle ignore tout du monde de la nuit et demande à Puck, la mouche née dans la chambre d’une maison, qui sont Schiller et Goethe, entre lesquels la mouche est si fière d’avoir fait ses premiers pas. Nul doute que Bonsels s’amuse de cette référence aux deux auteurs par excellence de la littérature allemande, des références absolues et des modèles incontestés, qui ne sont plus dans le récit que deux statues « placées au-dessous de la glace, à droite et à gauche, et [dont] personne n[e] prenait garde27. » Les modèles classiques, semble dire Bonsels, ne sont plus que des icônes décoratives et oubliées et Maïa l’abeille est libre, comme son héroïne, de se chercher d’autres références et d’autres héritages, entre vagabondage et roman pour jeunes filles. Telle une Trotzkopf regagnant le foyer familial, assagie et raisonnable, Maïa termine son parcours à travers la nature et les obstacles qu’elle y rencontre par un retour vers sa ruche natale, assagie et consentante. Si le roman de Bonsels ne se termine pas par un mariage, comme le veulent les codes du « Backfischroman », il se conclut sur une forme d’apothéose de l’héroïne, devenue conseillère de la reine pour avoir sauvé la ruche des frelons et montrant sa capacité à trouver l’une des meilleures places de sa société. La substitution d’une héroïne humaine par une héroïne animale permet de suivre le code tout en le détournant et en prenant des libertés par rapport aux conventions littéraires.

18Une question pourrait toutefois se poser : Maïa est-elle une héroïne ? Relève-t-elle vraiment d’une littérature genrée ? Son prénom féminin est dicté par le genre grammatical du mot « Biene » (abeille), féminin en allemand comme en français mais est-elle pour autant un personnage féminin comparable aux héroïnes du « Backfischroman » ? Les premières qualités dont Cassandre, son « institutrice », lui demande de faire preuve, sont d’être « polie et serviable », exigence qui peut s’adresser à tout enfant en situation d’éducation, garçon ou fille. Pour autant, Bonsels donne quelques traits féminins à son personnage, qui lisse ses cheveux blonds au début du deuxième chapitre. La sauterelle l’interpelle d’un familier « Mamsell » (chapitre 5), tandis que le frelon la nomme « meine Kleine » (chapitre 13). Elle fait preuve d’une grande sensibilité, parfois confondue à tort par certains insectes avec de la faiblesse, car Maïa est courageuse. La douleur et la peine d’autrui lui inspirent toujours la plus grande pitié. Elle sait aussi se montrer timide et réservée, comme lors de sa rencontre avec Aloïs Sept-Points, la coccinelle poète. Son cœur et son amour pour la beauté lui font souvent oublier le danger, alors que les personnages masculins, du scarabée au frelon, en passant par le faucheux et le charançon, mettent en valeur leur force physique, leur agressivité, leur vantardise ou leur ardeur au travail. L’aspect genré de Maïa est d’autant plus visible que le genre masculin est fortement présent dans le récit. Si l’on peut discuter de la féminité de Maïa, on ne peut nier qu’elle ne soit pas du genre masculin. Elle serait donc bien un personnage féminin, au moins par défaut.

19Roman d’errance et de formation, Maïa l’abeille se situe à la rencontre de plusieurs modèles littéraires, du plus classique avec le « Bildungsroman », au plus contemporain avec l’esthétique des « Wandervögel », en passant par un ancrage avec la littérature pour la jeunesse de son temps, représentée par le « Backfischroman ». Relire Maïa l’abeille permet de mettre au jour des enjeux esthétiques beaucoup plus complexes que ceux du simple voyage d’une petite abeille : l’écriture de Bonsels répond également à des enjeux poétiques particuliers. Roman de la nature, Maïa l’abeille se lit en effet moins comme un roman naturaliste que comme un conte néo-romantique.

Néo-romantisme contre naturalisme

20Loin d’être un roman fondé sur une observation scientifique et méticuleuse des insectes, Maïa l’abeille peut se lire comme l’expression d’une sensibilité particulière à l’égard de la nature, marquant ainsi une profonde affinité avec le néo-romantisme, en réaction contre le positivisme et le naturalisme. Il ne s’agit pas tant de décrire les insectes, les plantes et les fleurs que de rendre compte des sensations que procure le spectacle de la nature. La nuit, en particulier, est l’occasion de descriptions poétiques :

  • 28 Op.cit., Chapitre 10, p. 126.

« [Elle] vit sa chambre à coucher complètement baignée d’une paisible lumière bleue. Celle-ci tombait de l’entrée, dont l’ouverture rayonnait comme sous un rideau bleu argenté. [...] En même temps que cette lumière, une paix belle et étrange pénétrait jusqu’à elle. Dehors, dans l’air, résonnait une musique si pure et si harmonieuse qu’elle n’en avait encore jamais entendu de semblable. [...] Il lui sembla que le monde entier avait été transformé par un miracle. Tout brillait et étincelait de l’argent le plus pur ; mille perles limpides luisaient d’un éclat pâle et ravissant dans l’herbe qui, de loin, semblait reposer sur des voiles légers ; les troncs des bouleaux et les feuilles immobiles étaient trempés d’argent28. »

21La nature est transfigurée dans un tableau au caractère féerique : le bleu et l’argent dominent et les effets de lumière s’associent aux sonorités musicales, dans la paix et l’harmonie. La description est à l’opposé d’une approche réaliste ou naturaliste. Les impressions créées par la nuit sur le personnage dominent et l’abeille est au centre de toutes les perceptions, dans une vision devenue miraculeuse et magique : « transformé » ne traduit qu’imparfaitement le terme allemand « verzaubert », dont la racine « Zauber » renvoie à l’enchantement et au sortilège.

  • 29 Andersen, L'Elfe de la rose et autres contes du jardin, traduction et édition de Régis Boyer, Paris (...)

22Au cours de la nuit merveilleuse et magique, Maïa rencontre l’elfe, qui semble tout droit sorti d’un « Kunstmärchen » d’Andersen. Si l’elfe de Maïa sort d’un lis et non d’une rose, il n’en présente pas moins une similitude frappante avec la créature décrite par Andersen : « Il était si minuscule qu’aucun œil humain ne pouvait le voir. […] Il était aussi bien fait, aussi charmant qu’un enfant peut l’être et il avait des ailes qui lui allaient des épaules jusqu’aux pieds29. » Cet elfe enfant minuscule et charmant trouve son pendant chez Bonsels :

  • 30 Maïa l'abeille, Chapitre 10, p. 130-131.

« La minuscule créature saisit le bord de la fleur, leva ses petits bras vers la clarté de la lune et contempla avec un sourire ravi la claire nuit terrestre. Puis un léger tremblement parcourut son corps transparent, et soudain deux ailes lumineuses, plus blanches que la clarté de la lune et aussi pures que la neige, tombèrent en se déployant de ses épaules. Elles dépassaient sa tête blonde et descendaient jusqu’à ses pieds30. »

23Le rapport entre le conte d’Andersen, « L’elfe de la rose », et le passage de Maïa l’abeille ne se limite pas à la ressemblance factuelle entre les personnages féeriques. Comme dans le conte d’Andersen, Bonsels établit un lien entre l’elfe et le couple d’amoureux dans la charmille :

  • 31 Andersen, L'Elfe de la rose et autres contes du jardin, p.56.

« Il y avait deux personnes dans la charmille. Un beau jeune homme et la plus ravissante demoiselle. Ils étaient assis, l’un à côté de l’autre, ils souhaitaient ne plus jamais être séparés. Ils s’aimaient tant, bien plus que le meilleur enfant ne peut aimer son père et sa mère31. ».

24À ce couple répond celui qu’admire Maïa, conduite par l’elfe :

  • 32 Maïa l'abeille, p.148-149.

« Alors la petite abeille vit, assis sur un banc dans l’ombre, deux créatures humaines : c’était une jeune fille et un jeune homme. Elle avait la tête appuyée contre son épaule, et lui l’entourait de son bras comme s’il voulait la protéger. Ils se tenaient là, parfaitement tranquilles, et regardaient dans la nuit, les yeux grands ouverts. […] La petite Maïa, saisie de ravissement, regarda le visage de la jeune fille. Bien qu’il parût pâle et triste, le reflet d’un grand bonheur y flottait néanmoins, comme une lueur mystérieuse. Des cheveux dorés, pareils à ceux de l’elfe, ombrageaient ses grands yeux, et, sur ses cheveux, reposait la clarté céleste de la nuit d’été32 ».

  • 33 Lecteur d'Andersen, Bonsels s'inspire sans nul doute pour composer son roman de ces contes du jardi (...)

25Moins elliptique que le conte, l’écriture romanesque se veut plus descriptive, tout en se situant dans un prolongement de la poésie du conte33. Le nom de Puck, donné à la mouche rencontrée par Maïa, serait peut-être également un écho à l’elfe du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, repris par Kipling dans son recueil Puck of Pook’s Hill, publié en 1906.

  • 34 Maïa l'abeille, p. 117-118.

26La position du poète de la nature n’est néanmoins pas exempte d’une forme de satire, voire d’autodérision, comme le montre la mise en scène de l’écrivain : Hannibal le faucheux raconte à Maïa son « combat » contre un homme, « portant dans une main son soleil artificiel, qu’il appelle lampe, dans l’autre une bouteille, et, sous le bras, du papier ; outre cela, il avait encore une petite bouteille dans sa poche. [...] Il trempe une baguette de bois dans la petite et boit dans la grande. Plus il boit, mieux cela marche. Il écrit sur nous tout ce qu’il sait, avec beaucoup de zèle, mais il n’en résulte pas grand-chose. Car jusqu’ici, l’homme n’a acquis à notre sujet que des connaissances très limitées34. »

  • 35 op.cit., p. 121.

27Le portrait de l’écrivain qui s’essaie à composer un texte sur les insectes apparaît comme l’image ridicule et caricaturée non pas tant de Bonsels lui-même que de tout auteur prétendant fonder son écriture sur une observation scrupuleuse de la nature. Le savoir ne conduit à rien, alors que le vin alimente l’inspiration. L’image de la vanité d’une écriture trop calquée sur le réel semble présente dans la description de la patte du faucheux, arrachée par l’homme et déposée sur le papier : « Je le vis déposer ma patte sur le papier blanc et regarder comme elle essayait de se sauver : ce qu’elle ne put faire sans moi [...] et l’homme regardait en se tenant le nez et en riant, comme un sans-cœur qu’il est35 ». Incapable de fixer sur le papier la réalité du monde des insectes, l’écrivain au regard myope se montre incapable de comprendre la complexité de la nature et, insensible à ses charmes comme à la souffrance, il ne peut que rire et s’enivrer.

  • 36 op.cit., p. 45.

28De véritables poètes sont pourtant mis en scène dans Maïa l’abeille : Bonsels ponctue un certain nombre de chapitres de passages poétiques et de chants, chant de Peppi le scarabée (chapitre 2), chant de Schmuck la libellule (chapitre 3), chant des fourmis (chapitre 4), chanson de l’elfe (chapitre 10 et chapitre 17), poème d’Alois la coccinelle (chapitre 12), chant militaire des abeilles (chapitre 15). Il ne s’agit pas uniquement d’éléments décoratifs, mais de courts passages réflexifs exprimant l’esthétique et la poétique de Bonsels. Son écriture romanesque doit en effet beaucoup au genre poétique du Volkslied, poésie d’inspiration populaire proche de la ballade et de la chanson, caractérisée par son apparente simplicité et par sa musicalité, genre remis au goût du jour par les « Wandervögel ». La référence à ce genre poétique est explicitement soulignée à la fin du chapitre 3, lorsque le chant de Schnuck la libellule est rapproché de la « douceur mélancolique d’une chanson populaire36 » (« Süssigkeit eines Volksliedes »). À la fin du chapitre 2, Peppi le scarabée suit des yeux la petite Maïa qui s’envole dans la lumière dorée et fredonne son chant du matin (« Morgenlied ») :

  • 37 Tout est or et tout est vert / temps chaud de l’été, / Tant que la rose est en fleur / Existe la be (...)

« Alles steht in Gold und Grün
warm und sommerlich.
Nur solang die Rosen blühn,
ist es schön für mich.

Meine Heimat weiss ich nicht,
köstlich ist mir dies :
dass ich so im Rosenlicht
meinen Tag geniess.

Wenig weiss ich von der Welt,
wo ich glücklich bin.
Wenn die Rose welkt und fällt,
muss ich auch dahin37. »

  • 38 Je reprends l'analyse et la traduction de Claire Placial qui a eu la gentillesse de mettre ses comp (...)

29Ce poème simple et court, selon l’esthétique propre au « Volkslied », comporte trois strophes de quatre vers chacune, où les rimes sont alternées et changent à chaque strophe38. Les vers impairs sont des tétramètres, les vers pairs des trimètres et le poète recourt à une ponctuation forte tous les deux vers, sans majuscule en début de vers en milieu de phrase. Le vocabulaire est simple à l’extrême ; certaines expressions très courantes, relevant plutôt du registre oral (« muss ich auch dahin » pourrait se traduire littéralement par « il faut que j’y aille »). La rose revient dans chaque strophe au troisième vers : au pluriel (« die Rosen », v. 3) ; dans un substantif composé (« Rosenlicht », « lumière de rose » ou « des roses », v. 7) ; au singulier enfin (« die Rose », v. 11). La tonalité de chanson populaire accompagne une approche simple et naïve de la nature, des couleurs et des sensations : l’or et le vert, les roses qui fleurissent puis se fanent, la lumière, la chaleur, le bonheur.

  • 39 Hermann Löns, Mümmelmann, Adolf Sponholtz Verlag, Hannover, 1911.
  • 40 Wilhelm Bölsche, Liebesleben in der Natur. Eine Entwicklungsgeschichte der Liebe, Schönefeld, Berli (...)
  • 41 Ces passages poétiques ont été largement tronqués et supprimés de la traduction à partir de 1956. L (...)

30La nature de Maïa l’abeille, ses fleurs, arbres, étangs, est avant tout un lieu poétique et le creuset d’un sentiment esthétique, évoquant des courants littéraires contemporains de Bonsels. En 1909, Hermann Löns publie Mümmelmann39, une histoire mettant en scène les animaux de la forêt, croisant poésie de la nature et art photographique, perçu non pas comme une illustration documentaire mais comme un véritable mode d’expression artistique. Dans Das Liebesleben in der Natur (1902), Wilhelm Bölsch propose un livre de réflexions philosophiques et poétiques sur la nature et l’amour et place l’abeille au sommet de la création dans le monde des insectes, de même que l’homme représente la créature la plus achevée parmi les vertébrés. L’abeille est un « ewiger Postillon d’amour40 », un éternel messager d’amour qui permet la reproduction des fleurs en butinant et en récoltant le pollen. Elle fait une œuvre d’amour par son simple travail quotidien et modeste. À la fin du xixe siècle, une avant-garde littéraire nord-européenne se tourne vers une approche néo-romantique de la nature, en réaction au choc de l’industrialisation et le règne des machines industrielles. Bölsche a fait partie du cercle littéraire de Friedrichshagen, village proche de Berlin qui a attiré à la fin du xixe siècle un groupe d’artistes en quête d’un endroit tranquille à proximité de la métropole animée. Un cercle influent et bohème s’installe dans ce village qui devient le centre d’une avant-garde littéraire nord-européenne, où s’installent, pour des séjours de durée variable, Ola Hansson, Stanislaw Przybyszewski, August Strinberg ou encore Franz Wedekind. Maïa l’abeille doit certainement beaucoup à ce courant littéraire, comme le montre la poésie, choisie comme mode d’expression par Bonsels41, qui montre de très près les petites choses et les grandes avec simplicité. Pour autant, poésie ne signifie nullement naïveté ou désintérêt pour le monde. Bien au contraire, l’une des complexités de Maïa l’abeille est d’associer la poésie néo-romantique à une réflexion plus politique sur la patrie, ce « Heimat » qui associe dans un même terme la patrie et l’identité individuelle, le sentiment d’appartenance à une collectivité et celui, plus intime, du « chez soi » ou du pays natal. Relire Maïa l’abeille, c’est aussi comprendre l’articulation entre individu et patriotisme et tenter plus largement d’en saisir les implications idéologiques.

Individu, patriotisme et idéologie

31La composition du roman montre les différentes étapes de la vie de la jeune abeille : une phase d’apprentissage est suivie par un épisode central en forme d’équilibre idyllique (la rencontre nocturne avec l’elfe), et se termine par un mouvement progressif de retour vers la ruche, conclu par un combat collectif à dimension patriotique. Relire Maïa l’abeille aujourd’hui, c’est aussi relire l’un des romans que l’on trouvait le plus fréquemment dans le barda des soldats de la première guerre mondiale, un roman de rêve et de poésie, mais aussi un roman où le sacrifice individuel et l’obéissance au chef jouent un rôle majeur.

32Se pose dès lors la question de l’étiquette de « roman pour enfants », sous-titre présent dans l’édition originale et les rééditions successives mais supprimé à partir de 1920. Il s’agit peut-être d’une volonté de ne pas enfermer le roman dans un genre encore mal défini en Allemagne, où la tradition romanesque illustrée en France par Ségur, Verne et leurs épigones n’existe pas. Roman « crossover », pour reprendre une terminologie en vogue, le roman s’adresserait aux enfants autant qu’aux adultes. La cruauté y a aussi sa place, comme on le voit dans la scène où Maïa rencontre la libellule :

  • 42 Maïa l'abeille, p.36-37.

« La libellule regarda Jean-Christophe d’un air songeur.
« Oui ! C’est un cher petit bonhomme », répondit-elle tendrement, et elle lui croqua la tête.
Maïa crut perdre l’esprit tant cet événement l’émut. Elle ne put de longtemps articuler une parole, et, pleine d’horreur, il lui fallut entendre les craquements et grignotements qui accompagnaient au-dessus de sa tête le dépeçage du corps bleu acier de Jean-Christophe.[…]
Maïa demanda : « Avez-vous fini là-haut ? » Elle ne pouvait pas se résoudre à lever les yeux.
« Il reste encore une jambe, dit la libellule42. »

33La violence de la scène est renforcée par l’effet de soudaineté syntaxique et l’opposition entre l’adverbe « tendrement » (« zärtlich ») et le verbe « croquer » (« abbeissen »). Le plaisir de la mastication du corps morcelé du malheureux bourdon est particulièrement perceptible, augmentant la terreur de la petite abeille. Le contraste brutal entre une vision idyllique et naïve de la nature et cette soudaine violence n’est pas non plus exempt d’une certaine ironie.

34Plus généralement, la mort occupe une place non négligeable dans le roman : Maïa manque d’être dévorée à son tour par l’araignée, elle est prisonnière des frelons où son sort ne fait aucun doute :

  • 43 op. cit., p. 166.

« Elle fut presque pétrifiée de terreur, lorsqu’elle vit que des morts gisaient de tous côtés. Juste à ses pieds, une petite cétoine reposait sur le dos ; un peu plus loin, de côté, elle reconnut la dépouille à moitié évidée d’un grand scarabée, et partout se trouvaient des ailes et des carapaces d’abeilles égorgées43. »

35La mort peut aussi être glorieuse, quand elle est au service d’une cause, dans une obéissance consentie aux ordres de l’autorité dominante, qu’il s’agisse de la reine des abeilles ou de la chef des frelons. Dans le combat final des abeilles et des frelons, Maïa est spectatrice d’une mort héroïque :

  • 44 op. cit., p. 200-201.

« C’était un jeune et vigoureux frelon, un officier, à ce qu’il parut à Maïa d’après ses insignes, qui se défendait tout seul contre un nombre très supérieur d’abeilles. Le peloton des lutteurs s’approcha lentement en tourbillonnant. Maïa vit avec effroi les abeilles tomber l’une après l’autre. Mais des grappes de soldats, qui aimaient mieux se laisser tuer que de lâcher le géant, étaient accrochées à ses bras, à ses jambes et à ses antennes. Et déjà les premières piqûres commençaient à pénétrer sa poitrine, entre les anneaux de son corselet. Maïa le vit faiblir et s’affaisser. […] Elle se glissa tout doucement vers le mourant. Il gisait, recroquevillé et immobile, dans la demi-obscurité, mais il respirait encore. […] Voyant qu’il vivait toujours, Maïa se hâta d’aller chercher de l’eau et du miel, pour lui faire encore une fois plaisir, mais le mourant secoua la tête et refusa de la main.
« Ce que je désire, je le prendrai moi-même, dit-il fièrement. Je ne veux rien recevoir.
Oh ! dit la petite Maïa, je pensais seulement que vous aviez peut-être soif. »
Alors le jeune officier sourit à la petite Maïa et dit avec une gravité toute particulière et presque sans tristesse : « Je vais mourir44. »

  • 45 Sven Hanuschek (Hrsg.), Waldemar Bonsels. Karrierestrategien eines Erfolgsschrifstellers, Wiesbaden (...)
  • 46 Jean-Henri Fabre, Souvenirs entomologiques. Etudes sur l'instinct et les mœurs des insectes, 1879.
  • 47 August Forel, Das Sinnesleben der Insekten. Eine Sammlung von experimentellen und kritischen Studie (...)

36Le combat des abeilles contre les frelons peut évoquer le topos du combat entre le bien et le mal et sa forme épique, telle qu’elle apparaît notamment dans la tradition du chant des Nibelungen, avec la mort héroïque d’un Siegfried. La représentation des insectes, en particulier lors des scènes de combat, n’est néanmoins pas uniquement anthropomorphique. Il est possible de lire – ou de relire – ces pages finales de Die Biene Maja selon une perspective idéologique : les références intertextuelles n’appartiennent pas uniquement au champ de la littérature mais peuvent relever de points de vue idéologiques prégnants à l’époque de Bonsels. Cet aspect idéologique est d’autant plus présent qu’il entre en contradiction nette avec une lecture biologique du récit. Cette confrontation entre biologie et idéologie est proposée par Karl Daumer, professeur émérite de zoologie, de botanique et de physique, auteur d’un chapitre intitulé « Die Biene Maja aus biowissenschaftlicher Sicht », dans l’ouvrage collectif dirigé par Sven Hanuschek, Waldemar Bonsels. Karrierestrategien eines Erfolgsschrifstellers45. Dans sa lecture de Die Biene Maja, Karl Daumer relève ce qui, dans le roman, est conforme à la connaissance entomologique du temps de Bonsels et ce qui s’en écarte pour les besoins de la fiction. Le combat final est radicalement à l’opposé de toutes les informations que la science peut apporter : jamais une reine ne dirige quoi que ce soit dans une ruche, dont l’organisation se rapprocherait plutôt de la démocratie ; par ailleurs, il arrive que les abeilles, en automne, aillent voler le miel de groupes plus affaiblis ; enfin, les frelons sont des insectes très paisibles, qui n’entreprendraient jamais l’attaque d’aucune ruche. Craints des enfants, en revanche, ils constituent pour le récit une figure d’ennemi crédible pour l’imaginaire des lecteurs. La reine Hélène, par son attitude autocratique et sa position dominante de chef, crainte, respectée et aimée, serait donc moins une référence au monde des abeilles qu’à la figure même de l’empereur Guillaume II, exhortant ses soldats à combattre et à mourir pour leur patrie. Selon Karl Daumer, le contraste est frappant entre les neuf premiers chapitres, qui montrent, approximativement, la diversité des insectes telle qu’un enfant peut l’observer et l’apprendre à l’école au début du xxe siècle en Europe, et les cinq derniers, où toute vraisemblance entomologique s’efface, ignorant les travaux sur les ruches menés par Fabre46 ou par Forel47, pourtant bien connus quand Bonsels compose son récit. Selon Karl Daumer, l’aspect impérialiste, monarchiste, national et guerrier se double d’une vision marquée par le darwinisme social et le racisme. Les groupes s’affrontent radicalement sans concession possible, les plus forts l’emportent sur les plus faibles, et du combat et de la lutte mortelle naissent un bien et une amélioration pour le groupe, comme pour l’individu : Maïa devient conseillère d’une reine dont le pouvoir est plus grand que jamais.

37Le passage de la description des insectes à l’introduction de principes idéologiques aux orientations moins pacifiques que la simple observation de la nature champêtre est d’autant plus insidieux qu’il se déroule dans la continuité d’un récit d’aventures, où le personnage de Maïa est central : le conflit des frelons et des abeilles est l’épisode final qui fait suite aux premières aventures de la petite abeille et s’inscrit dans la continuité de son parcours et de son apprentissage. Comme le remarque Karl Daumer,

  • 48 « Kinder können in dem spannenden Abenteuerroman den Bruch zwischen harmloser Biologie in der Besch (...)

« Les enfants ne peuvent sans doute pas saisir, dans ce roman d’aventures palpitant, la rupture entre une biologie innoncente décrivant des insectes solitaires et l’idéologie ? ? ? dans le conte de la bataille entre le noble peuple des abeilles et le misérable peuple des frelons48. »

38Le glissement de l’individuel vers le groupe, de la liberté et de l’errance vers le patriotisme, fonctionne selon un mécanisme où l’idéologie prend le pas sur l’aspect biologique ou sur l’aspect poétique. Relire Maïa l’abeille, c’est tenter de comprendre la réunion de ces aspects qui ne sont pas contradictoires mais fonctionnent comme des strates de lecture successives, dans un dialogue intertextuel multiple, entre roman, poésie, conte, science et politique.

  • 49 Publicité du Catalogue des livres d'étrennes, 1927.

39Relire Maïa l’abeille s’avère un parcours à travers des modèles littéraires et romanesques en vogue à la veille de la première guerre mondiale : le succès immédiat et durable de ce roman original pourrait s’expliquer par son caractère composite, en particulier dans le champ de la littérature pour la jeunesse allemande, où les modèles romanesques, à l’exception du roman d’aventures et de la littérature pour jeunes filles, sont encore peu nombreux dans les années 1910. La variété du récit, qui en fait un roman tout à fait nouveau, explique sans doute aussi l’intérêt manifesté par la librairie Stock pour créer en décembre 1926 sa collection « Maïa », dont l’objectif est de publier des romans français et étrangers pour la jeunesse exempts de mièvrerie, « en opposition avec les niaiseries et les vieilleries courantes49. » L’idéologie wilhelmienne, pourtant fortement présente, s’effacerait donc au lendemain de la première guerre mondiale et ne semblerait pas perçue comme telle par le public français. Ne resterait que l’originalité du mélange, le goût de la liberté mêlé à l’attachement aux origines, une nature poétique et cruelle, le plaisir de chaque jour et la beauté du sacrifice. L’assemblage intertextuel et poétique de la première partie du roman, suivant les errances de Maïa, l’emporterait sur l’idéologie guerrière et raciste finale.

  • 50 Pour plus de détails, voir Wilhelm Haefs, « Waldemar Bonsels im « Dritten Reich »: Opportunist, Sym (...)

40Mais c’est peut-être aussi en raison de cette ambiguïté que le roman a été peu à peu oublié, en particulier après la seconde guerre mondiale. Il ne faut pas négliger en effet l’antisémitisme de Bonsels et son engagement problématique pendant la période nazie. Si Die Biene Maja est avec Himmelsvolk le seul livre de Bonsels qui échappe à la « Schwarze Liste » de 1933, Bonsels fait partie de la « Reichsschrifttumskammer » et grâce à ses appuis, il ne fait plus partie des auteurs interdits à partir de 1938. Il devient même un auteur populaire loué par la critique nazie : Goebbels lui envoie un télégramme à l’occasion de son soixantième anniversaire, le 25 février 1941. Cette reconnaissance officielle lui assure des revenus substantiels, sans que son engagement personnel ne soit clairement défini. Il affiche néanmoins clairement son antisémitisme et son nationalisme, déjà marqués avant 193350. À ces prises de position idéologiques controversées s’ajoute, pour la réception française, un appauvrissement de la traduction à partir de la réédition de 1956 : la traduction initiale de G. Maury parue chez Stock est tronquée, notamment les passages poétiques. Enfin, les genres littéraires qui tissent l’intertexte du roman de Bonsels – le roman de vagabondage et le roman pour jeunes filles, le néo-romantisme ou le récit de guerre patriotique – sont eux-mêmes peu à peu passés de mode et tombés dans l’oubli : ce qui a fait le succès du roman pourrait aussi expliquer ce qui a entraîné son oubli progressif.

Haut de page

Notes

1 D'après le titre de l'ouvrage de Harald Weiß Der Flug der Biene Maja durch die Welt der Medien. Buch, Film, Hörspiel und Zeichentrickserie (Wiesbaden 2012) (Le vol de Maïa l'abeille dans le monde des médias. Livre, film, pièce radiophonique et série animée).

2 Waldemar Bonsels, Die Biene Maja und ihre Abenteuer, Berlin & Leipzig, Schuster & Loeffler, 1912.

3 Waldemar Bonsels, Maïa l'abeille et ses aventures, traduit de l'allemand par G. Maury, Paris, Librairie Stock, Delamain et Boutelleau, 1926. Ce roman ouvre la collection « Maïa »; en 1937, il s'agit de la 19e édition, ce qui témoigne du succès du roman. Après la guerre, Stock fait paraître en 1956 une version modifiée de la traduction de G. Maury, supprimant notamment une grande partie des passages poétiques. Cette nouvelle version (qui n'est pas une retraduction) est rééditée en 1978 et 2006, également par GP en 1979 et par le Livre de poche jeunesse, en 2008.

4 Une première adaptation cinématographique du roman de Bonsels a été créée en 1926 : « Die Biene Maja und ihre Abenteuer. Nach dem gleichnamigen Buch von Waldemar Bonsels », film réalisé par Wolfram Junghans, avec la collaboration de Waldemar Bonsels. La réalisation du film a été rendue particulièrement difficile par le choix de filmer des insectes vivants. De ce film, perdu puis retrouvé et restauré au début des années 2000, il ne reste aujourd'hui que quelques fragments.

5 Wolfgang Krischke, « 100 Jahre Biene Maja Auch eine deutsche Bildungsgeschichte », FAZ, 28 juin 2012.

6 Isabelle Nières-Chevrel, « Relire Heidi aujourd’hui », Strenæ [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 21 juin 2011. URL : http://strenae.revues.org/266

7 Waldemar Bonsels, Maïa l'abeille et ses aventures, traduction de G. Maury, Paris, Stock, Collection Maïa [1926], 8e édition, 1927, p. 7-10. Sauf indication contraire, les citations sont extraites de cette traduction, qui a été tronquée dans les éditions ultérieures, à partir de 1956.

8 Op.cit., p. 10.

9 Op.cit., p. 17.

10 Waldemar Bonsels, Die Biene Maja und ihre Abenteuer [1912], München, Deutsche Verlags-Anstalt, 2007, p. 9.

11 Maïa l'abeille, p. 10.

12 op.cit., p. 7-8.

13 op.cit, p. 10-11.

14 op.cit., p. 11.

15 op.cit., p. 17.

16 Karl Höfftes, Wandervogel, révolte contre l'esprit bourgeois, Saint-Etienne, Forez, A.C.E., 2001, p.11.

17 op.cit., p. 41.

18 Lisa Tetzner (1894 - 1963) est notamment l'auteur de Hans Urian, reprise du Jean-sans-Pain de Paul Vaillant-Couturier et d'une série de neuf romans, Die Kinder aus Nummer 67, seul roman à avoir été conçu et publié avant, pendant et après la période nazie. Avec Kurt Held, elle parvient à faire accepter par un éditeur suisse la publication de Pippi Langstrumpf d'Astrid Lindgren, au début des années 1950. Voir Mathilde Lévêque, « Erika Mann, Lisa Tetzner et Ruth Rewald: trois écrivains pour la jeunesse en exil », dans Le livre pour enfants. Regards critiques offerts à Isabelle Nières-Chevrel, Cécile Boulaire (dir.), PUR, 2006.

19 Dans un autre registre, Le grand Meaulnes d'Alain-Fournier, qui paraît en 1913 soit un an après la parution de Maïa l'abeille en Allemagne, est également représentatif du roman de vagabondage.

20 Maïa l'abeille, p. 17-18.

21 op.cit., p. 16

22 op. cit., p. 31.

23 op. cit., p. 124-125.

24 op.cit., p. 206.

25 Maïa l’abeille, p. 22-23.

26 op. cit, p. 44.

27 Maïa l’abeille, p. 75-76.

28 Op.cit., Chapitre 10, p. 126.

29 Andersen, L'Elfe de la rose et autres contes du jardin, traduction et édition de Régis Boyer, Paris, Gallimard, 1992, p.55.

30 Maïa l'abeille, Chapitre 10, p. 130-131.

31 Andersen, L'Elfe de la rose et autres contes du jardin, p.56.

32 Maïa l'abeille, p.148-149.

33 Lecteur d'Andersen, Bonsels s'inspire sans nul doute pour composer son roman de ces contes du jardin, reprenant également le personnage du bousier, à la fois prétentieux et misérable. Sauvé par une jeune fille chez Andersen, Kurt le bousier délivre Maïa prisonnière de l'araignée.

34 Maïa l'abeille, p. 117-118.

35 op.cit., p. 121.

36 op.cit., p. 45.

37 Tout est or et tout est vert / temps chaud de l’été, / Tant que la rose est en fleur / Existe la beauté // Je ne sais pas ma patrie, / voici mon délice :/ Dans la lumière de rose, / de mon jour j’ai joui. // Je sais peu de choses du monde / où je suis heureux. / Quand la rose flétrit et tombe, / Moi aussi je meurs. (traduction de Claire Placial)

38 Je reprends l'analyse et la traduction de Claire Placial qui a eu la gentillesse de mettre ses compétences de traductrice et de germaniste au service du modeste poème de Bonsels. Ses réflexions sont publiées dans son carnet de recherches « Les langues de feu »: http://languesdefeu.hypotheses.org/333. Qu'elle soit ici chaleureusement remerciée.

39 Hermann Löns, Mümmelmann, Adolf Sponholtz Verlag, Hannover, 1911.

40 Wilhelm Bölsche, Liebesleben in der Natur. Eine Entwicklungsgeschichte der Liebe, Schönefeld, Berlin, Eugen Diederichs, 1898, p. 364. Nous retrouvons le nom de l’éditeur Diederichs, proche du mouvement des « Wandervögel ».

41 Ces passages poétiques ont été largement tronqués et supprimés de la traduction à partir de 1956. La traduction française actuellement disponible n'est donc ni fidèle au texte original, ni même à la traduction initiale de 1926.

42 Maïa l'abeille, p.36-37.

43 op. cit., p. 166.

44 op. cit., p. 200-201.

45 Sven Hanuschek (Hrsg.), Waldemar Bonsels. Karrierestrategien eines Erfolgsschrifstellers, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2012, p. 57-66.

46 Jean-Henri Fabre, Souvenirs entomologiques. Etudes sur l'instinct et les mœurs des insectes, 1879.

47 August Forel, Das Sinnesleben der Insekten. Eine Sammlung von experimentellen und kritischen Studien über Insektenpsychologie, München, 1910.

48 « Kinder können in dem spannenden Abenteuerroman den Bruch zwischen harmloser Biologie in der Beschreibung solitärer Insekten und verführerischer Ideologie im Mùärchen von der Schlacht zwischen dem edlen Bienenvolk und dem elenden Hornissenvolk wohl nicht wahrnehmen. », art. cit., p. 65.

49 Publicité du Catalogue des livres d'étrennes, 1927.

50 Pour plus de détails, voir Wilhelm Haefs, « Waldemar Bonsels im « Dritten Reich »: Opportunist, Sympathisant, Nationalsozialist? », in Sven Hanuschek (Hrsg.), Waldemar Bonsels. Karrierestrategien eines Erfolgsschrifstellers, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2012, p. 197-227.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Lévêque, « Relire Maïa l’abeille aujourd’hui », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://strenae.revues.org/1005 ; DOI : 10.4000/strenae.1005

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org