Navigation – Plan du site
Dossier thématique

L’adaptation de Perceval ou le Conte du graal à la lumière de Benjamin : expérience et racontage

Magali Jeannin-Corbin

Résumé

Le Conte du graal de Chrétien de Troyes apparaît comme une œuvre de « racontage », selon la définition qu’en donne Benjamin dans « Le Narrateur ». L’étude s’intéresse plus particulièrement à l’adaptation de Jean-Pierre Tusseau pour la collection « classiques abrégés » de l’École des Loisirs. Le dialogue entre l’œuvre médiévale et l’essai de Benjamin, suivi de l’analyse critique de la réécriture que constitue l’adaptation pour la jeunesse, font ainsi émerger la façon dont le sen et son appréhension par le lecteur se trouvent étroitement liés à la problématique du racontage et de la voix de l’expérience.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Roger Dragonetti, La Vie de la lettre au Moyen Âge (Le Conte du Graal), Paris, Seuil, 1980.
  • 2 Nous choisissons l’orthographe graal, sans majuscule, puisque c’est ainsi que le terme apparaît che (...)
  • 3 Walter Benjamin, « Le Narrateur. Réflexions à propos de l’œuvre de Nicolas Leskov », Écrits françai (...)
  • 4 Le terme allemand « Erzähler » traduit dans la version française par « narrateur », commanderait pl (...)

1Le sens des œuvres médiévales, affirme Roger Dragonetti1, ne nous est plus accessible qu’au prix d’un infini travail d’exégèse. Notamment, les jeux de mots qui structurent la construction du sen chez Chrétien de Troyes échappent au lecteur moderne : inspirés par la rime, les homophonies et les déplacements phoniques des déclinaisons, ces jeux de langage nous sont devenus étrangers, tout comme la langue de Chrétien ne nous parvient plus que par la médiation d’une traduction. Si l’essai de R. Dragonetti, dédié à Jacques Lacan, a suscité maintes polémiques, il n’en reste pas moins qu’il exhibe la dimension proprement inouïe, pour le lecteur moderne, de la voix du récit médiéval. Ce décalage entre le récit hérité du xixe siècle et le récit médiéval tel qu’il s’incarne dans le Conte du graal2, apparaît par ailleurs comme un parfait écho du constat de Walter Benjamin, déplorant la disparition de l’art de raconter au xxe siècle : « […] L’art de narrer touche à sa fin. Il est de plus en plus rare de rencontrer des gens capables de raconter quelque chose dans le vrai sens du mot3 ». Ainsi Chrétien de Troyes, vrai raconteur4, livre des histoires qui, pour paraphraser Benjamin, s’inscrivent dans le domaine de la parole vivante. Ce que Dragonetti a circonscrit aux jeux de mots de l’ancien français, et qu’il attribue à une forme de réflexivité de la littérature qu’il nomme à juste titre « vie de la lettre », ne ressortit-il pas plus simplement à l’art perdu du « racontage » tel que le définit Benjamin ? Telle est l’hypothèse de départ que nous posons, et qui nous conduira à engager un dialogue entre le Conte du graal et Le Narrateur. Ainsi, envisagé selon la perspective de Benjamin, le passage de l’ancien français à la traduction moderne n’évacue pas totalement le sen : ce dernier gît en effet dans l’expérience rapportée par le Conte. Cette notion d’expérience est fondamentale dans la mesure où elle permet d’interroger – et de justifier – l’adaptation de l’œuvre de Chrétien à un jeune public. En effet, le Conte du graal se présente en partie comme un roman d’apprentissage, celui de Perceval, le nice devenu chevalier. Par ailleurs la matière arthurienne elle-même se prête à l’investissement fantasmatique du jeune lecteur, dans la mesure où la Table Ronde elle-même est une métaphore de l’enfance, comme l’analyse justement Cécile Boulaire :

  • 5 Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants. 1945-1999, Rennes, PUR, 2002, p. 24 (...)

C’est une assemblée puérile, en ce sens qu’elle réunit des individus idéalistes et purs, dénués de toute forme de pragmatisme, débarrassés de toute forme de contingence matérielle, soucieux uniquement d’amitié et de fraternité – comme on l’est dans l’enfance5.

  • 6 Nous renvoyons notamment à Brigitte Louichon, La Littérature après coup, Rennes, PUR, 2009 ; Jean-L (...)
  • 7 Christian Baudelot, Marie Cartier, Christine Détrez, Et pourtant ils lisent…, Paris, Seuil, 1999, p (...)
  • 8 Pour une analyse détaillée des enjeux de l’adaptation nous renvoyons à Hélène Gondrand (éd.), Adapt (...)
  • 9 Chrétien de Troyes, Perceval ou le conte du Graal, traduction nouvelle abrégée par Jean-Pierre Tuss (...)
  • 10 Nous reviendrons sur ce choix au cours de notre étude en comparant la version de Tusseau avec d’aut (...)
  • 11 Nous ferons le choix de citer le texte dans la version adaptée de Jean-Pierre Tusseau dès la premiè (...)

2Mais Perceval est aussi un récit construit sur le croisement et l’entrelacement d’expériences qui sont autant de réponses multiples à des questions fondamentales : la culpabilité, l’identité, la filiation, pour n’en citer que quelques-unes. Autant de thématiques qui structurent en profondeur la psyché humaine mais également les attentes et l’expérience de tout lecteur, comme en témoignent les récents travaux sur la lecture subjective6. Cette lecture impliquée, qu’il est fondamental de susciter chez le jeune lecteur pour ne pas faire de la littérature une « pratique sans croyance7», nécessite évidemment une adaptation8, et non simplement une traduction, pour rendre audible la voix du raconteur Chrétien à de jeunes lecteurs. Nous avons choisi de nous intéresser à l’adaptation de Jean-Pierre Tusseau dans la collection « Classiques abrégés » de l’École des Loisirs9. Les choix opérés par l’adaptateur nous ont semblé mériter que l’on s’attarde sur leurs implications10. Ainsi, après une lecture croisée de Chrétien de Troyes11 et de Benjamin selon la problématique du « racontage », notre étude questionnera les choix opérés par Jean-Pierre Tusseau, notamment lorsque l’adaptateur cherche à se faire raconteur pour transmettre à son tour une expérience.

Chrétien de Troyes le « raconteur »

  • 12 Ibid., « Prologue », p. 10.

Chrétien n’aura pas perdu sa peine, lui qui, à la demande du comte, s’emploie à mettre en forme la plus belle histoire jamais contée en cour royale. C’est le Conte du Graal dont le comte lui avait remis le livre. Écoutez maintenant comment il s’est acquitté de cette tâche12.

  • 13 Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 270.
  • 14 Roger Dragonetti, La Vie de la lettre au Moyen Âge, op. cit., p. 11.
  • 15 Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal. Étude sur Perceval ou le Conte du Graal, Pa (...)

3Jean-Pierre Tusseau conserve à juste titre cette mention finale du prologue où Chrétien se présente comme un raconteur reprenant d’autres raconteurs, maillon d’une chaîne dont l’auditeur fait partie intégrante, interpellé et intégré au récit. « Ce que le narrateur raconte, explique Benjamin, il le tient de l’expérience, de la sienne propre ou d’une expérience communiquée. Et à son tour il en fait l’expérience de ceux qui écoutent son histoire13». Quelle expérience Chrétien de Troyes partage-t-il dans le Conte du graal ? Tout d’abord une expérience inachevée, à l’image du roman : Perceval, après avoir oublié Dieu pendant cinq années, est ramené à Lui un jour de Pentecôte, auprès d’un ermite qui s’avère être son oncle, et promet de retrouver le château du graal. Quant à Gauvain, prisonnier du château des reines, il attend l’arrivée d’Arthur et de sa cour pour combattre Guiromelant. Ici s’arrête, sans s’achever, le Conte du graal. Nombre d’auteurs ont glosé sur cet inachèvement souvent envisagé comme volontaire ; Roger Dragonetti considère quant à lui que « le Conte du Graal est parfaitement achevé14 ». Cette hypothèse n’est pas retenue par le grand commentateur de Chrétien de Troyes, Jean Frappier15 ; néanmoins elle explore une caractéristique fondatrice de l’art du racontage tel qu’il est posé par Benjamin. Selon lui le roman des Temps Modernes, qui n’est plus racontage (il donne l’exemple de L’Éducation sentimentale), cherche à orienter le récit autour d’un axe toujours identique : « le sens d’une vie », la conclusion de l’excipit qui sonne comme un savoir définitivement acquis :

  • 16 Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 286.

Pareil savoir impose au roman son terme, terme qui lui est imposé de façon bien plus stricte qu’à aucun récit. Il n’y a pas, en effet, de narration où la question « Que se passa-t-il ensuite ? » perde ses droits. Le roman, au contraire, ne peut espérer faire le moindre pas au-delà de cette frontière où il invite le lecteur à réfléchir au sens d’une vie en écrivant un Finis au bas de la page16.

4Pas de Finis dans le Conte du Graal : c’est le sens – entre autres – des aventures de Gauvain, contrepoint courtois de Perceval, chevalier parfait mais constamment accusé de forfaiture, ridiculisé par l’Orgueilleuse de Logres, prisonnier de son exploit au château des reines, à la frontière de l’Autre Monde. Ses aventures ne cessent de se redoubler, de s’imbriquer, en une fuite en avant qui ne semble trouver d’arrêt que dans la prison dorée du château merveilleux. Ce que racontent les aventures de Gauvain, c’est l’impossibilité, pour celui qui n’a pas choisi le graal, de trouver un accomplissement – d’autant plus qu’il est le modèle du chevalier accompli.

  • 17 Le conte dit qu’il est blessé « entre les deux hanches », p. 97.

5Qu’est-ce que le graal ? Là encore, Chrétien ne donne aucune explication. La scène fondatrice du cortège du graal occupe la majeure partie du repas chez le Roi Pêcheur à la blessure ambiguë17. Perceval est témoin, à plusieurs reprises, d’une étrange scène : un jeune homme sort d’une chambre, portant une lance dont la pointe saigne ; une demoiselle le suit, portant un graal, suivie d’une autre jeune fille portant un tailloir d’argent. Perceval ne pose aucune question, suivant le conseil qui lui a été donné par Gornemant de Gort, le vavasseur qui en l’adoubant lui enjoignit de ne pas parler à tort et à travers. De fait, aucune explication n’est donnée quant au sens de la scène, conformément à la loi du racontage qui sera énoncée, des siècles plus tard, par Benjamin :

  • 18 Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 272-273.

C’est le fait du narrateur né que de débarrasser une histoire, lorsqu’il la raconte, de toute explication […] L’extraordinaire, le merveilleux, on le raconte avec la plus grande précision, mais on n’impose pas au lecteur l’enchaînement psychologique des événements. On le laisse libre d’interpréter la chose comme il l’entend, et ainsi le récit est doué d’une amplitude qui fait défaut à l’information18.

6Perceval, le lendemain, quitte le château du graal et rencontre sa cousine qui lui révèle quelle faute a été la sienne lorsqu’il a gardé le silence ; cependant elle ne livre pas le sens de la scène pour autant :

  • 19 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 98-99.

Ah ! Malheureux Perceval, quelle misère de n’avoir pas posé les questions car tu aurais pu guérir le roi infirme et lui rendre l’usage de ses jambes et la force de gouverner sa terre. Que de grands bonheurs en seraient advenus ! Apprends qu’un immense malheur va s’abattre sur toi et les autres19.

  • 20 Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, op. cit., p. 64.

7Jean Frappier met bien en évidence la dimension totalement énigmatique de la scène du graal ; la brusque entrée en scène du graal, de la lance et du tailloir, « projette des ombres utiles sur un sujet mystérieux et symbolique, où il convient de ne pas tout expliquer, de laisser quelque incertitude propre aux songeries20 ». Car c’est bien l’expérience de la rencontre avec soi que met en scène le conte :

  • 21 Ibid., p. 66.

À vrai dire, les énigmes, les ombres, les lacunes concertées du récit sont dans le Conte du Graal plus qu’un simple moyen de piquer la curiosité ; il y a là quelque chose qui se trouve en accord avec le caractère du héros allant de surprise en surprise à la découverte du monde et de lui-même21.

  • 22 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 98.

8Et c’est bien lui-même que découvre Perceval au détour de cette expérience, même si elle se solde par un échec, puisque c’est à l’instant même où il prend conscience de sa faute, qu’il découvre son nom : « Et celui qui ignorait son nom a soudain l’inspiration de répondre qu’il se nomme Perceval le Gallois, sans savoir s’il dit ou non la vérité22 ». Jean Frappier insiste sur cette épiphanie du sen :

  • 23 Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, op. cit., p. 69.

Au lieu d’adopter la narration unie des simples contes qui expliquent le pourquoi de toutes choses et préparent le terrain de chaque événement […], il [Chrétien] suit une méthode plus raffinée, où le conte semble parler de lui-même, où le héros est son propre interprète ; méthode que l’on pourrait appeler intuitive […]23.

  • 24 Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 290.
  • 25 Ibid., p. 290.
  • 26 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale II, Paris, (1ère édition Plon 1955), Pocket, 1996, p (...)
  • 27 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 99.
  • 28 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale II, op. cit., p. 33-35. Voir également à ce sujet Mi (...)

9C’est la raison pour laquelle la qualité de nice de Perceval, son statut d’ingénu, rendent le conte d’autant plus ancré dans la forme du racontage. « Le personnage de l’ingénu, écrit encore Benjamin, nous montre comment l’humanité « fait la bête » envers le mythe24» ; quant à Gauvain, chevalier accompli mais accusé de traîtrise, il est bien le « personnage du réfléchi », qui « montre que les questions que pose le mythe sont ineptes comme l’est la question du sphinx25». Cette réflexion de Benjamin prend d’autant plus de sens que Claude Lévi-Strauss, analysant le personnage de Perceval, le considère comme un « Œdipe inversé26 ». De fait, la cousine de Perceval présente le silence coupable de Perceval au château du graal comme la conséquence d’une faute : « La cause de tout cela, c’est le péché que tu as commis envers ta mère. Elle est morte de chagrin à cause de toi27». En effet, lorsque Perceval quitte sa mère pour être fait chevalier par Arthur, celle-ci s’effondre sous le coup de la douleur ; le nice, tout à sa joie d’être bientôt adoubé, ne revient pas sur ses pas. Lévi-Strauss va même jusqu’à suggérer que la faute est en fait celle de la mère, dont la relation avec le fils serait incestueuse. Que l’on s’accorde ou non avec cette analyse, il est clair que la notion de culpabilité est au centre de la scène du graal, faisant de Perceval, à l’instar d’Œdipe, un être conjointement coupable et innocent ; la différence, explique Lévi-Strauss, est qu’Œdipe répond trop justement alors que Perceval ne questionne pas ; il n’en reste pas moins que la mère de Perceval l’a sciemment maintenu dans l’ignorance de sa propre histoire et de la chevalerie, et c’est la rencontre fortuite du nice avec des chevaliers égarés, qui ouvre le conte, qui va provoquer le départ du fils. C’est ainsi que Lévi-Strauss évoque une faute originelle, celle de la mère28, aux conséquences funestes : la mort du père de Perceval, l’infirmité du roi Pêcheur son cousin, la dévastation du royaume.

  • 29 Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 290.

10Le conte, écrit encore Benjamin, portait conseil là où rien ne fut plus difficile qu’en trouver. Là où se ressentait la plus poignante détresse, l’aide du conte ne se fit pas attendre. Cette détresse était la détresse du mythe. Le conte nous renseigne sur les premières tentatives de l’humanité pour se délivrer du cauchemar dont le mythe avait opprimé sa poitrine29. Ce cauchemar prend la forme, dans le Conte du Graal, de la Laide Demoiselle, qui paraît à la cour du roi Arthur, alors que Perceval semble avoir égalé Gauvain en courtoisie et être reconnu par ses pairs. Publiquement, elle l’accuse :

  • 30 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 124.

Tu étais au bon endroit au bon moment et, au lieu de parler, tu as gardé le silence ! Quel grand malheur ! Si tu avais posé les questions, le riche roi qui souffre aurait été guéri de sa blessure et il gouvernerait son royaume en paix, alors que bientôt il n’en possèdera plus rien. Sais-tu ce qui arrivera alors ? Les dames perdront leurs maris, les terres seront dévastées, les jeunes filles abandonnées resteront orphelines et de nombreux chevaliers mourront. C’est par ta faute que tous ces malheurs surviendront30 !

  • 31 Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, op. cit., p. 144.

11Jean Frappier voit dans cette créature à la laideur cauchemardesque « l’image extériorisée de ce que Perceval cache au fond de sa conscience depuis que sa cousine lui apprit la cause de son échec31 » ; elle annonce en outre que la faute ne sera jamais effacée, car l’occasion perdue ne se retrouvera pas. Mais Perceval, et c’est ce qui fait la force du conte, ne se résigne pas. Alors que la Demoiselle, avant de quitter la cour, propose deux épreuves chevaleresques à qui osera les entreprendre, il choisit une autre voie :

  • 32 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 125.

Perceval, quant à lui, dit tout autre chose. Il déclara que, quoi qu’il en coûte, il ne passerait pas deux nuits de suite au même endroit, qu’il n’entendrait pas évoquer des passages étranges sans qu’il ne s’y risque, ni parler d’un chevalier qui vaille mieux que les autres sans qu’il n’aille se mesurer à lui, tant qu’il ne saurait pas qui l’on sert avec le graal ni la vérité à propos de la lance qui saigne32.

  • 33 Francis Dubost, Le Conte du Graal ou l’art de faire signe, op. cit., p. 161-162. Ici estrange est à (...)

12La détresse liée à la faute et à la culpabilité, cette détresse proprement mythique qu’évoque Benjamin et qu’a également cernée Lévi-Strauss, Perceval refuse de s’y soumettre ; il tente de faire entendre sa voix, et comme l’énonce le conte, il dit « tout autre chose ». Si le conte porte conseil, pour reprendre les termes de Benjamin, c’est aussi en matérialisant le mouvement de retour vers soi-même. C’est également notre rapport même à l’énigme qui se trouve interrogé par le graal. En effet, ce qui est reproché à Perceval est de ne pas avoir posé la bonne question. Francis Dubost, ainsi, déplore qu’au silence de Perceval, la critique ait substitué une parole surabondante qui ne dialogue pas véritablement avec le texte de Chrétien. Ce texte ne demande pas quelle est cette lance. Il demande pourquoi elle saigne. C’est-à-dire qu’il invite d’abord à s’interroger sur la merveille et non sur ses références mythiques ou historiques. Le thème central de la grande scène du Graal, ce n’est ni la lance, ni les personnages, ni le cortège, ni même le Graal, mais le rapport que tout cela entretient avec l’unique personnage estrange auquel, exceptionnellement, ce lieu vient de s’ouvrir33.

  • 34 Claude Lévi-Strauss propose comme « modèle de l’énigme » du graal « une réponse pour laquelle il n’ (...)
  • 35 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 97-98. Nous soulignons les termes q (...)
  • 36 Francis Dubost, Le Conte du Graal ou l’art de faire signe, op. cit., p. 162.
  • 37 Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 274.

13Nous avons perdu la faculté de raconter, écrit Benjamin. Effectivement, la critique moderne cherche à tout prix l’explication, quand le sens de la scène gît dans la nécessité impérieuse d’une question à poser34. La cousine de Perceval ne lui dit rien d’autre : « Avez-vous demandé pourquoi elle saigne ? / Avez-vous demandé ces gens se rendaient ainsi ? / […] quelle misère de n’avoir pas posé les questions car tu aurais pu guérir le roi infirme […]35 ». « La scène du Graal, écrit encore F. Dubost, est d’abord un discours muet, un discours théâtral, un appel au déchiffrement de l’indicible36 […] ». C’est justement ce silence du narrateur qui permet l’appropriation de la scène par le lecteur. Dans la même perspective, W. Benjamin loue le silence d’Hérodote à propos des sentiments du roi vaincu Psammenit : « Hérodote ne donne pas d’explication. Son récit est le plus sec de tous. C’est pourquoi cette histoire de l’antique Égypte est capable encore après des milliers d’années d’exciter l’étonnement et la réflexion37 ». Le silence de Perceval s’inscrit donc dans la nécessité du conte ; au-delà de la problématique de l’innocence et de la culpabilité évoquée précédemment, la question du pourquoi est fondamentale, mais doit être résolue par le l’auditeur dans le silence de sa propre expérience :

  • 38 Ibid., p. 274.

Rien ne recommande plus durablement une histoire à la mémoire que cette sobriété qui la soustrait à l’analyse psychologique. Et plus le narrateur se trouve amené à renoncer aux nuances psychologiques, plus aisément son histoire s’installe dans la mémoire de l’auditeur, plus elle s’assimile parfaitement à sa propre expérience, plus il aimera, un jour, la raconter à son tour38.

  • 39 Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, op. cit., p. 207.

14Dans cette perspective, les adaptations pour la jeunesse du Conte du Graal sont autant d’expériences livrées à de nouveaux lecteurs : « chaque version, écrit d’ailleurs Cécile Boulaire, propose sa propre grille de lecture, qui est grille de réécriture39 ». L’analyse s’intéressera donc dans un second temps à l’une d’entre elle.

Perceval ou le Conte du Graal, adaptation de Jean-Pierre Tusseau (L’École des Loisirs) : analyse critique

  • 40 Toutes ces adaptations sont éditées à L’École des loisirs.
  • 41 Jean-Pierre Tusseau, « Les textes du Moyen Âge », Défense et illustration des « classiques abrégés  (...)
  • 42 Ibid., p. 19.
  • 43 Nous laissons volontairement de côté, dans ce rapide tour d’horizon, les albums. Ils appellent une (...)
  • 44 Voir ainsi Anne-Marie Cadot-Colin, Perceval ou le Conte du Graal, Paris, Le Livre de Poche, 2005.
  • 45 Ce que propose la collection « les universels » chez Folio Junior  (traduction de Sophie Lavergne) (...)
  • 46 Christian de Montella, Graal. La neige et le sang, Paris, Castor Poche Flammarion, 2007.

15Jean-Pierre Tusseau a adapté nombre d’œuvres de Chrétien de Troyes. On lui doit notamment Erec et Enide, Yvain, Lancelot ; il est également l’auteur d’une adaptation du Roman de Mélusine40. Dans « Les textes du Moyen Âge41», il défend la nécessité du double principe d’adaptation et de l’abrègement, qu’il considère comme tout à fait conforme au modèle médiéval lui-même42. Son choix d’un découpage en chapitres du Perceval est à envisager dans cette perspective : il s’agit de permettre au jeune lecteur de mieux se repérer dans le texte. Néanmoins, nombre de choix d’adaptation témoignent d’une réelle volonté de laisser le texte se raconter. Ainsi, s’il l’on compare cette version de Perceval à d’autres adaptations43 pour la jeunesse, on peut noter que Jean-Pierre Tusseau ne sacrifie pas toujours la complexité : il la maintient lorsqu’il s’agit justement de rendre accessible le potentiel symbolique de l’œuvre de Chrétien. Il choisit notamment de laisser inachevé le Conte, à l’inverse d’autres adaptateurs qui ont préféré donner une fin au récit en s’inspirant des diverses continuations44. En outre, Jean-Pierre Tusseau n’élimine pas Gauvain, contrepoint essentiel de Perceval45. Certains adaptateurs vont jusqu’à opérer une refonte de la matière chevaleresque en réécrivant Perceval à partir d’autres traditions de la matière de Bretagne et d’autres œuvres de Chrétien. C’est le choix notamment de Christian de Montella qui fait des aventures de Perceval le deuxième volet d’une trilogie consacrée au Graal46.

  • 47 Jean-Pierre Tusseau, « Pour en savoir plus », dans Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graa (...)

16Quelle grille de lecture, quelle expérience livre au jeune lecteur l’adaptation de Jean-Pierre Tusseau ? Tout d’abord, interrogeons les « allègements ». La voix du conte est d’abord celle du conteur : l’une des tâches les plus ardues de l’adaptateur est de restituer cette voix, qui est avant tout celle du rythme du vers de Chrétien ; est-il possible de rendre en prose ce qui est conçu pour être rimé ? Le passage est également celui de l’auditeur médiéval au lecteur moderne : Jean-Pierre Tusseau, dans cette perspective, choisit délibérément d’« alléger » : limitation du nombre d’interjections qui pourtant « ponctuent le dialogue », suppression des « redondances qui paraîtraient maladroites au lecteur moderne […]47 ». Pourtant ces redondances sont bien la marque d’une oralité fondatrice, et invitent à la lecture à haute voix, au partage de la narration. Par ailleurs Mario Roques, dans sa préface à l’édition du Perceval de Lucien Foulet, insiste sur cette association indissoluble de la forme versifiée et de l’oralité, qui donne accès à la signification intrinsèque du Conte du graal :

  • 48 Mario Roques, Préface, in Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, mis en français moderne par Luc (...)

[…] La forme versifiée est comme un guide discret, mais qu’il faut suivre, aussi bien pour la lecture personnelle que pour la lecture publique à voix haute qui, au XIIe siècle, devait être fréquente : elle mesure le rythme du sentiment et dicte la mélodie de la pensée48.

17Le conte s’ouvre ainsi sur la description topique du printemps et sur le plaisir que procure au jeune Perceval le spectacle de la nature ; il est intéressant de comparer l’adaptation de Jean-Pierre Tusseau avec celle de l’édition Folio Classiques, destinée à un lecteur expert :

  • 49 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 11.

À peine avait-il pénétré dans la forêt qu’il eut le cœur en joie à cause de la douceur du temps et des oiseaux qui chantaient à tue-tête49. (version de Jean-Pierre Tusseau)

  • 50 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Roman du Graal suivi d’un choix de continuations, traduction et (...)

Ainsi en la forêt il entre et sitôt son cœur se réjouit pour le doux temps qui s’éjouit et pour ce chant -là qu’il entend de tant d’oiseaux qui mènent joie50. (version Jean-Pierre Foucher et André Ortais)

  • 51 Jean-Pierre Tusseau, « Les textes du Moyen Âge », op. cit., p. 17-18.

18La version Folio tente de restituer l’effet des rimes assonancées de Chrétien, quitte à utiliser des mots peu fréquents en français moderne (« s’éjouit ») et une syntaxe relativement originale qui donne une impression d’archaïsme. Jean-Pierre Tusseau justifie ainsi ses choix : « Si l’on s’adresse au lecteur contemporain, c’est sa langue que l’on va utiliser au lieu de reconstituer artificiellement un sabir pseudo médiéval […]51 ». Selon nous les deux versions sont intéressantes dans la mesure où elles tentent, chacune à sa manière, de ressusciter la voix du conteur : simplicité, rapidité et fluidité chez la première ; dans la seconde, rupture volontaire avec le discours classiquement attendu de la narration, étrangeté qui introduit dans l’univers à part du conte et invite à la lecture à haute voix. Qu’en est-il de l’original ?

  • 52 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal (Perceval), édité par Félix Lecoy d’après la copie de Guiot ( (...)

Ensi en la forest s’an antre,
et maintenant li cuers del vantre
por le dolz tans li resjoï
et por le chant que il oï
des oisiax qui joie feisoient :
totes ces choses li pleisoient52.

  • 53 Le vers de Chrétien est particulièrement travaillé, comme en témoigne l’appendice que Jean Frappier (...)
  • 54 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 12.
  • 55 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal (Perceval), op. cit. vers 106-107, p. 8.
  • 56 Jean-Pierre Tusseau, « Les textes du Moyen Âge », op. cit., p. 18.
  • 57 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 11.

19Chrétien utilise l’octosyllabe assonancé, qui rompt effectivement avec le rythme la prose et confère un statut particulier à la voix du conte, mais qui s’inscrit dans une relative simplicité lexicale et syntaxique. Benjamin, vante, quant à lui, la simplicité de forme du conte. C’est cette simplicité formelle – qui n’est d’ailleurs qu’apparente, comme en témoignent les analyses de Jean Frappier sur l’octosyllabe de Chrétien53 – qui permet l’appréhension immédiate, l’appropriation par l’auditeur. Par ailleurs, Jean-Pierre Tusseau s’attache à rendre la mélodie du vers lorsque cela ne contrevient pas à la clarté syntaxique, comme un témoigne cette description des chevaliers égarés : « Leurs armes faisaient grand bruit en heurtant les branches des chênes et des charmes54 ». On peut effectivement ici parler d’harmonie imitative, harmonie présente dès l’origine dans les vers de Chrétien : « car sovant hurtoient as armes / li rain des chasnes et des charmes55 ». De fait, Jean-Pierre Tusseau ne sacrifie pas toujours la recherche stylistique ; dans Le Roman de Mélusine, il a d’ailleurs de son propre aveu « ménagé des rimes intérieures faciles à retrouver si l’on fait une lecture attentive ou à haute voix56». Pour le lecteur moderne, l’entrée dans le conte se fait aussi par le biais de l’étrangeté des référents (le haubert par exemple) et des situations. Jean-Pierre Tusseau s’est ainsi attaché à ne conserver que certains termes spécifiquement médiévaux ; ils font néanmoins l’objet d’une explication en note ou dans le glossaire. Ainsi la gaste forêt est traduite par Forêt Déserte (la majuscule indique néanmoins son haut degré symbolique) mais une note de bas de page indique « gaste foret : c’est-à-dire déserte ou dévastée57». L’adaptateur choisit donc de ne pas confronter directement le jeune lecteur avec un terme qui lui fermerait l’accès au sens ; néanmoins il ne l’évacue pas complètement et laisse ainsi la possibilité au lecteur de faire sienne l’expérience médiévale.

  • 58 « Nous partageons le souci de l’auteur de ne pas lasser le lecteur ». Jean-Pierre Tusseau, « Pour e (...)
  • 59 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p.  44.
  • 60 Ibid., p. 64.
  • 61 Ibid., p. 76-77.

20En outre Jean-Pierre Tusseau conserve et exhibe les adresses directes du conteur à son auditoire, qui sont extrêmement fréquentes : commentaires plus ou moins ironiques sur les personnages, orientant le sen, mais aussi référence explicite à l’art même du conteur, qui est aussi dans la variété, la brièveté et la prise en compte d’un auditoire qu’il ne faut pas lasser58 : « Et le jeune homme lui raconta tout ce que vous savez déjà. Ce serait ennuyeux de recommencer car les répétitions ne font que gâter les récits59 ». / « A quoi bon détailler ce que fit chacun et l’enchaînement des cours qu’ils se portèrent ? Sachez que le combat dura longtemps et que les échanges furent très violents60». / « Si je voulais m’en donner la peine, je pourrais faire durer l’évocation du combat. Mais à quoi bon61 ? » .

  • 62 En ancien français « le peschié de la mort de ta mere » peut se comprendre comme le péché du fils q (...)
  • 63 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 99. Nous soulignons.
  • 64 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Roman du Graal, op. cit., p. 99.

21Autre sujet d’interrogation : comment Jean-Pierre Tusseau gère-t-il les ambigüités qui font le sens même de l’expérience portée par le Conte du graal ? Lévi-Strauss évoque l’existence d’un inceste caché dans la famille de Perceval. L’ambiguë formulation de l’ancien français62 n’est pas retenue par Jean-Pierre Tusseau : « La cause de tout cela, c’est le péché que tu as commis envers ta mère. Elle est morte de chagrin à cause de toi63». Notons que la version Folio Classique permet la double interprétation : « Fut déjà ainsi pour ta mère, car elle est morte de douleur pour toi64».On ne peut que regretter cette simplification symbolique, d’autant plus que l’intérêt d’adapter les romans de chevalerie pour la jeunesse gît notamment dans l’immaturité des chevaliers de légende et les problématiques complexes qui sous-tendent le rapport à la mère, comme le rappelle Cécile Boulaire :

  • 65 Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, op. cit., p. 207.

[…] Ces livres s’adressent justement à des enfants, à un âge où ce lien avec la mère, qu’il soit conscient ou non, mérite d’être réexaminé. Ces ouvrages, outre leur dimension esthétique, offrent donc une singularité d’interprétation qui révèle, plus qu’elle ne le trahit, l’extraordinaire potentiel suggestif de la matière arthurienne65.

22Cette ambiguïté du rapport à la mère est également visible dans le ridicule de Perceval se référant à elle constamment et se cristallise plus particulièrement dans l’épisode, à la fois comique et tragique, de la Demoiselle de la Tente. Ainsi, ayant reçu l’autorisation de sa mère d’accepter les baisers des demoiselles mais de s’en tenir là, Perceval embrasse de force la jeune fille.

  • 66 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 27.

Mademoiselle, dit-il, grand bien vous fasse ! Maintenant je vais m’en aller comblé. Vos baisers sont meilleurs que ceux des chambrières de la maison de ma mère. Vous n’avez pas la bouche amère66.

23Jean-Pierre Tusseau conserve le caractère comique de l’épisode mais également la rime mère/amère présente chez Chrétien et qui est, pour qui sait bien lire et écouter, rime interne. Cette ambiguïté suggérée est d’ailleurs renforcée par la conclusion provisoirement tragique de l’aventure puisque la jeune fille sera punie par son ami qui la soupçonnera d’avoir tout accordé au nice. C’est d’ailleurs après avoir reçu les bons conseils de Gornemant, puis fait son éducation amoureuse auprès de Blanchefleur que Perceval pourra réparer le mal qu’il a causé à la demoiselle : double distanciation d’avec la mère, qui là encore s’adresse directement à l’expérience du jeune lecteur.

  • 67 Ibid., note 1 p. 91.
  • 68 Voir notamment les analyses de Jean Frappier des hypothèses chrétienne, mythique (rite païen de la (...)
  • 69 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 96-97.

24Jean-Pierre Tusseau conserve d’autres ambiguïtés fondamentales. Ainsi du graal, dont la nature n’est pas explicitée, à l’instar de l’original. Il indique simplement en note : « terme assez mystérieux que, par référence chrétienne, on représente souvent comme une coupe (calice ou ciboire), mais qui peut aussi bien prendre la forme d’un grand plat peu profond pouvant contenir une hure de sanglier67 ». Jean-Pierre Tusseau laisse ouverte l’interprétation68 et, à l’instar de Chrétien de Troyes, ne tranche pas, mettant ainsi en évidence l’ancrage de cette scène l’expérience racontée, ouvrant sur l’expérience intime du lecteur. De même, la blessure du Roi Pêcheur est présentée dans toute son ambigüité : « […] il a été si grièvement blessé et mutilé qu’il en est resté handicapé. Un javelot l’a atteint entre les deux hanches. Il en souffre tant qu’il est incapable de monter à cheval69 ». La nature potentiellement sexuelle de la blessure est toujours suggérée ; et la souffrance du Roi peut aussi bien être physique que morale, écho à sa terre dévastée. Le « potentiel suggestif » de la matière arthurienne, pour reprendre les termes de Cécile Boulaire, est ainsi préservé et livré à l’expérience du jeune lecteur.

  • 70 Ibid., p. 17-18.

25Enfin on peut également noter que Jean-Pierre Tusseau opère des « ajouts » signifiants. Ainsi lors de la première rencontre de Perceval avec des chevaliers, il choisit de reproduire le questionnement amusant sur le nom du jeune homme qui ne figure que dans deux manuscrits. Aux chevaliers qui lui demandent son nom, il répond « Cher Fils », « Cher ami » ou « Cher Seigneur70 ». Cet épisode anticipe évidemment la découverte conjointe du nom et de la culpabilité après la scène du graal ; mais davantage qu’un horizon d’attente, il présente d’emblée un des questionnements essentiels de l’œuvre : la découverte que Perceval fait de lui-même. Jean-Pierre Tusseau met ainsi en évidence que le conte est aussi expérience de la rencontre avec soi.

  • 71 Laurent Guyénot, La Lance qui saigne. Métatextes et hypertextes du Conte du Graal de Chrétien de Tr (...)
  • 72 Ibid., p. 10. « Onze manuscrits sur les quinze qui nous sont parvenus du Conte du Graal contiennent (...)
  • 73 Accusé d’avoir tué le roi d’Escavalon, Gauvain doit s’engager à partir en quête de la lance qui sai (...)
  • 74 Laurent Guyénot, La Lance qui saigne, op. cit., chapitres 3, 4 et 5, p. 59-141.

26Récit d’expérience au sens de Benjamin, le Conte du Graal a ouvert nombre de Continuations. Laurent Guyénot leur confère d’ailleurs la même importance qu’au Conte inaugural, affirmant avec force que l’on « doit le distinguer mais non pas le dissocier de ses Continuations71 » ; il s’agit en effet d’une preuve de la capacité du texte à « interpeller son public et à engager des discussions72 ». En ce sens, l’adaptation proposée par Jean-Pierre Tusseau, hormis sur quelques points, nous semble respecter les potentialités suggestives de l’œuvre de Chrétien, voix du conte délivrant, selon la tradition du « Narrateur », expérience et conseil. Le Conte du graal apparaît également comme une mise en abyme de notre rapport à la connaissance. Si Perceval avait posé la question pourquoi le royaume du Roi Pêcheur aurait été sauvé ; mais la lance qui saigne, qui accompagne le cortège du graal détruira, apprend-on, le royaume de Logres qui est aussi celui d’Arthur73. Le cortège du graal met donc en scène, conjointement, une promesse de résurrection et de destruction. Laurent Guyénot74 analyse précisément les relations familiales et claniques explicitées dans le Conte, et fait émerger que la famille de Perceval est alliée au roi d’Escavalon, ennemi d’Arthur, et que ce dernier serait responsable de la mort du père et des frères du héros. Or Perceval se fait adouber par Arthur, rompant la loi du sang féodale qui exigerait au contraire qu’il le tue. Le cortège du graal matérialiserait alors le devoir de vengeance du fils, dont la voix déclencherait la guérison du père et la destruction de l’ennemi. Son silence prend ainsi un sens nouveau : il symboliserait le refus de la vengeance et sa sublimation vers une forme de spiritualisation, comme en témoigne la leçon ultérieure de l’ermite. Relever la famille, poser la bonne question, ne doit pas se faire au prix du sang.

  • 75 Ibid., p. 71.

27Le traitement que Chrétien a fait subir a ses sources, écrit Laurent Guyénot, substituant à une vendetta une quête de perfection chrétienne, est conforme à sa conception de l’écriture romanesque, qui consiste à injecter un sens nouveau aux contes et légendes dont il s’inspire75.

  • 76 C’est à juste titre que Denis Hüe a intitulé Polyphonie du Graal son ouvrage recueillant des articl (...)

28C’est ainsi le statut symbolique de la violence et de la vengeance qui se voit réinterrogé, impliquant d’envisager la question de la culpabilité et de la filiation sous un autre angle. Questionnement douloureux et extrêmement actuel, aux échos multiples pour un jeune lecteur, et qui pose notamment l’autre question fondamentale du destin76. Perceval, on l’a vu, refuse la fatalité, et choisit de croire que la faute peut être réparée. Aux angoisses existentielles soulevées par les aventures de Perceval et Gauvain, vient répondre leur inachèvement, espace de liberté et d’expérience à construire par le jeune lecteur.

Haut de page

Bibliographie

Éditions du Conte du Graal

Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal (Perceval), édité par Félix Lecoy d’après la copie de Guiot (Bibl. nat. fr. 794), Paris, Honoré Champion, 1998, 2 volumes, coll. C.F.M.A.

Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, mis en français moderne par Lucien Foulet, Paris, Stock, 1991.

Chrétien de Troyes, Perceval ou le Roman du Graal, suivi d’un choix de continuations, traduction et notes de Jean-Pierre Foucher et André Ortais, Paris, Folio Classiques, 1ère édition 1974, 2004.

Adaptations jeunesse

Anne-Marie Cadot-Colin, Perceval ou le Conte du Graal, Paris, Le Livre de Poche, 2005.

Nicolas Cauchy et Aurélia Fronty, Perceval le Gallois, Gautier-Languereau, 2008.

Sophie Lavergne, Perceval ou le Conte du Graal, Paris, Folio Junior, coll. « les universels », 2010.

Christian de Montella, Graal. La neige et le sang, Paris, Castor Poche Flammarion, 2007.

Chrétien de Troyes, Perceval ou le conte du Graal, traduction nouvelle abrégée par Jean-Pierre Tusseau, Paris, L’École des loisirs, 2012, collection « classiques abrégés ».

Ouvrages critiques

Polyphonie du Graal, textes réunis par Denis Hüe, Medievalia, n° 26, Orléans, Paradigmes, 1998.

Christian Baudelot, Marie Cartier, Christine Détrez, Et pourtant ils lisent…, Paris, Seuil, 1999.

Walter Benjamin, « Le Narrateur. Réflexions à propos de l’œuvre de Nicolas Leskov », Écrits français, Paris, Gallimard, 1ère édition 1991, 2011.

Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants. 1945-1999, Rennes, PUR, 2002.

Roger Dragonetti, La Vie de la lettre au Moyen Âge (Le Conte du Graal), Paris, Seuil, 1980.

Francis Dubost, Le Conte du Graal ou l’art de faire signe, Paris, Champion, 1998.

Jean-Louis Dufays (éd.), Enseigner et apprendre la littérature aujourd’hui, pour quoi faire ? Sens, utilité, évaluation, Louvain, UCL, 2007.

Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal. Étude sur Perceval ou le Conte du Graal, Paris, Sedes, 1972.

Michèle Gally, « Curiosité et fiction médiévale. Le questionnement de l’Autre comme ressort du récit », Curiosité et libido sciendi de la Renaissance aux Lumières, textes réunis par Nicole Jacques-Chaquin et Sophie Houdard, ENS Fontenay Saint-Cloud, 1998, tome 2, p. 261-280.

Hélène Gondrand (Ed), Adapter des œuvres littéraires pour les enfants. Enjeux et pratiques scolaires, Les Cahiers de lire écrire à l’école, CRDP de Grenoble, 2007.

Laurent Guyénot, La Lance qui saigne. Métatextes et hypertextes du Conte du Graal de Chrétien de Troyes, Paris, Honoré Champion, 2012.

Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale II (1ère édition Plon, 1955), Paris, Pocket, 1996.

Brigitte Louichon, La Littérature après coup, Rennes, PUR, 2009.

Annie Rouxel et Gérard Langlade (éd.), Le sujet lecteur. Lecture subjective et enseignement de la littérature, Rennes, PUR, 2004.

Jean-Pierre Tusseau, « Les textes du Moyen Âge », Défense et illustration des « classiques abrégés » de l’école des Loisirs, L’Ecole des lettres des collèges, 2005-2006, n° 6-7.

Haut de page

Notes

1 Roger Dragonetti, La Vie de la lettre au Moyen Âge (Le Conte du Graal), Paris, Seuil, 1980.

2 Nous choisissons l’orthographe graal, sans majuscule, puisque c’est ainsi que le terme apparaît chez Chrétien. Nous utiliserons la graphie Graal lorsque les auteurs convoqués la choisissent.

3 Walter Benjamin, « Le Narrateur. Réflexions à propos de l’œuvre de Nicolas Leskov », Écrits français, Paris, Gallimard, 1ère édition 1991, 2011, p. 265.

4 Le terme allemand « Erzähler » traduit dans la version française par « narrateur », commanderait plutôt le néologisme « raconteur ». Pour éviter toute confusion avec le narrateur tel qu’il a été notamment théorisé par Genette, et pour situer clairement notre réflexion dans le cadre défini par les analyses de Benjamin, nous faisons le choix d’utiliser dans cet article le terme « raconteur » en lieu et place de l’ambigu « narrateur ».

5 Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants. 1945-1999, Rennes, PUR, 2002, p. 245.

6 Nous renvoyons notamment à Brigitte Louichon, La Littérature après coup, Rennes, PUR, 2009 ; Jean-Louis Dufays (éd.), Enseigner et apprendre la littérature aujourd’hui, pour quoi faire ? Sens, utilité, évaluation, Louvain, UCL, 2007 ; Annie Rouxel et G. Langlade (Ed), Le sujet lecteur. Lecture subjective et enseignement de la littérature, Rennes, PUR, 2004.

7 Christian Baudelot, Marie Cartier, Christine Détrez, Et pourtant ils lisent…, Paris, Seuil, 1999, p. 199.

8 Pour une analyse détaillée des enjeux de l’adaptation nous renvoyons à Hélène Gondrand (éd.), Adapter des œuvres littéraires pour les enfants. Enjeux et pratiques scolaires, Les Cahiers de lire écrire à l’école, CRDP de Grenoble, 2007.

9 Chrétien de Troyes, Perceval ou le conte du Graal, traduction nouvelle abrégée par Jean-Pierre Tusseau, Paris, L’École des loisirs, collection « classiques abrégés », 2012.

10 Nous reviendrons sur ce choix au cours de notre étude en comparant la version de Tusseau avec d’autres adaptations.

11 Nous ferons le choix de citer le texte dans la version adaptée de Jean-Pierre Tusseau dès la première partie pour ne pas multiplier les références.

12 Ibid., « Prologue », p. 10.

13 Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 270.

14 Roger Dragonetti, La Vie de la lettre au Moyen Âge, op. cit., p. 11.

15 Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal. Étude sur Perceval ou le Conte du Graal, Paris, Sedes, 1972.

16 Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 286.

17 Le conte dit qu’il est blessé « entre les deux hanches », p. 97.

18 Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 272-273.

19 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 98-99.

20 Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, op. cit., p. 64.

21 Ibid., p. 66.

22 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 98.

23 Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, op. cit., p. 69.

24 Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 290.

25 Ibid., p. 290.

26 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale II, Paris, (1ère édition Plon 1955), Pocket, 1996, p. 34.

27 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 99.

28 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale II, op. cit., p. 33-35. Voir également à ce sujet Michèle Gally, « Curiosité et fiction médiévale. Le questionnement de l’Autre comme ressort du récit », Curiosité et libido sciendi de la Renaissance aux Lumières, textes réunis par Nicole Jacques-Chaquin et Sophie Houdard, ENS Fontenay Saint-Cloud, 1998, tome 2, p. 261-280.

29 Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 290.

30 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 124.

31 Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, op. cit., p. 144.

32 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 125.

33 Francis Dubost, Le Conte du Graal ou l’art de faire signe, op. cit., p. 161-162. Ici estrange est à comprendre au sens médiéval d’ « étranger ».

34 Claude Lévi-Strauss propose comme « modèle de l’énigme » du graal « une réponse pour laquelle il n’y aurait pas eu de question ». Anthropologie structurale II, op. cit., p. 33. C’est Lévi-Strauss qui souligne.

35 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 97-98. Nous soulignons les termes qui insistent sur le fait que ce n’est pas la nature du graal et de la lance qui sont déterminants, mais bien la recherche des causes et des conséquences, ce qui est ici parfaitement rendu par l’adaptation de Jean-Pierre Tusseau.

36 Francis Dubost, Le Conte du Graal ou l’art de faire signe, op. cit., p. 162.

37 Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 274.

38 Ibid., p. 274.

39 Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, op. cit., p. 207.

40 Toutes ces adaptations sont éditées à L’École des loisirs.

41 Jean-Pierre Tusseau, « Les textes du Moyen Âge », Défense et illustration des « classiques abrégés » de l’École des Loisirs, L’École des lettres des collèges, 2005-2006, n°6-7, p. 13-19.

42 Ibid., p. 19.

43 Nous laissons volontairement de côté, dans ce rapide tour d’horizon, les albums. Ils appellent une analyse texte-image qui nécessite une analyse à part. Citons à titre d’exemple le travail de Nicolas Cauchy et Aurélia Fronty, Perceval le Gallois, Gautier-Languereau, 2008.

44 Voir ainsi Anne-Marie Cadot-Colin, Perceval ou le Conte du Graal, Paris, Le Livre de Poche, 2005.

45 Ce que propose la collection « les universels » chez Folio Junior  (traduction de Sophie Lavergne) en 2010.

46 Christian de Montella, Graal. La neige et le sang, Paris, Castor Poche Flammarion, 2007.

47 Jean-Pierre Tusseau, « Pour en savoir plus », dans Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 220-221.

48 Mario Roques, Préface, in Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, mis en français moderne par Lucien Foulet, Paris, Stock, 1991, p. XXX.

49 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 11.

50 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Roman du Graal suivi d’un choix de continuations, traduction et notes de Jean-Pierre Foucher et André Ortais, Paris, Folio Classiques, 1ère édition 1974, 2004, p. 35.

51 Jean-Pierre Tusseau, « Les textes du Moyen Âge », op. cit., p. 17-18.

52 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal (Perceval), édité par Félix Lecoy d’après la copie de Guiot (Bibl. nat. fr. 794), Paris, Honoré Champion, coll. C.F.M.A, 1998, vers 85-90, p. 7-8.

53 Le vers de Chrétien est particulièrement travaillé, comme en témoigne l’appendice que Jean Frappier consacre à « la maîtrise de l’octosyllabe dans le Conte du Graal », Chrétien de Troyes et le Conte du Graal, op. cit., p. 257-272.

54 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 12.

55 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal (Perceval), op. cit. vers 106-107, p. 8.

56 Jean-Pierre Tusseau, « Les textes du Moyen Âge », op. cit., p. 18.

57 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 11.

58 « Nous partageons le souci de l’auteur de ne pas lasser le lecteur ». Jean-Pierre Tusseau, « Pour en savoir plus », Perceval ou le conte du Graal, op. cit., p. 220

59 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p.  44.

60 Ibid., p. 64.

61 Ibid., p. 76-77.

62 En ancien français « le peschié de la mort de ta mere » peut se comprendre comme le péché du fils qui a causé la mort de sa mère ou le péché de la mère, dont elle est morte.

63 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 99. Nous soulignons.

64 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Roman du Graal, op. cit., p. 99.

65 Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, op. cit., p. 207.

66 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 27.

67 Ibid., note 1 p. 91.

68 Voir notamment les analyses de Jean Frappier des hypothèses chrétienne, mythique (rite païen de la fécondité) et celtique. Il tranche d’ailleurs en faveur d’un réinvestissement christianisé de la matière celtique. Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, op. cit., p. 164 et suivantes.

69 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 96-97.

70 Ibid., p. 17-18.

71 Laurent Guyénot, La Lance qui saigne. Métatextes et hypertextes du Conte du Graal de Chrétien de Troyes, Paris, Honoré Champion, 2012, p. 10.

72 Ibid., p. 10. « Onze manuscrits sur les quinze qui nous sont parvenus du Conte du Graal contiennent tout ou partie de ses trois Continuations ».

73 Accusé d’avoir tué le roi d’Escavalon, Gauvain doit s’engager à partir en quête de la lance qui saigne. On apprend alors qu’« il est écrit que l’heure viendra où le royaume de Logres, qui fut autrefois la terre des Ogres, sera détruit par cette lance ». Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, op. cit., p. 147.

74 Laurent Guyénot, La Lance qui saigne, op. cit., chapitres 3, 4 et 5, p. 59-141.

75 Ibid., p. 71.

76 C’est à juste titre que Denis Hüe a intitulé Polyphonie du Graal son ouvrage recueillant des articles présentant une constellation de points de vue sur le sens du Conte. Polyphonie du Graal, textes réunis par Denis Hüe, Medievalia, no26, Orléans, Paradigmes, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magali Jeannin-Corbin, « L’adaptation de Perceval ou le Conte du graal à la lumière de Benjamin : expérience et racontage  », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://strenae.revues.org/1003 ; DOI : 10.4000/strenae.1003

Haut de page

Auteur

Magali Jeannin-Corbin

UCBN, LASLAR, IUFM.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org